La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA RECHERCHE DANTICORPS ANTI-ERYTHROCYTAIRES J. Gargouri, CRTS – Sfax.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA RECHERCHE DANTICORPS ANTI-ERYTHROCYTAIRES J. Gargouri, CRTS – Sfax."— Transcription de la présentation:

1 LA RECHERCHE DANTICORPS ANTI-ERYTHROCYTAIRES J. Gargouri, CRTS – Sfax

2 INTRODUCTION Intérêt du sang et de ses dérivés en médecine : Sauvegarde de vie : "sang source de vie", Amélioration de la qualité de vie, Action pour le bien être social, Autorisation dactes et gestes de soins intensifs/ transplantations et greffes. Risques multiples +++

3 SECURITE IMMUNO- HEMATOLOGIQUE Objectifs : Eviter la rencontre Ag-Ac chez le receveur, Prévenir toute immunisation aux Ag érythrocytaires. Moyens : GS ABO et Rh, Phénotypage, RAI, Test de compatibilité au laboratoire, EULM, Fiche transfusionnelle.

4 DEUX APPROCHES DE PREVENTION DES AC ANTI-ERYTHROCYTAIRES choisit la RAI avant toute transfusion. recherche dAc dans le sérum du patient au moyen dun panel. permet de préciser le type danticorps choisir les phénotypes des CGR à distribuer. névite pas limmunisation. 1/- lapproche européenne

5 DEUX APPROCHES DE PREVENTION DES AC ANTI-ERYTHROCYTAIRES privilégie le test de compatibilité au laboratoire avant toute distribution de CGR. recherche dAc personnalisée. la seule réponse est : poche compatible ou pas incapable de préciser le type danticorps en cas dincompatibilité. névite pas limmunisation. * Cas de la Tunisie. 2/- lapproche anglo-saxone*

6 REALISATION DES RAI 4 exigences : Un bon panel. Un éventail de techniques. Une bonne technique de Coombs indirect. Le bon moment.

7 UN BON PANEL permettant de mettre en évidence les Ac les plus dangereux : choix de la composition antigénique +++ plusieurs pays ont défini les Ag qui doivent en faire partie (circulaire 49/05). plusieurs types de panels : dépistage : 2-4 hématies comportant les Ag suivants : D, C, c, E, e, K, k, Fya, Fyb, Jka, Jkb, Lea, Leb, M, N, S, s, P1, Lua, Lub. réponse : présence ou absence dAc contre les Ag décrits.

8 UN BON PANEL

9 permettant de mettre en évidence les Ac les plus dangereux : choix de la composition antigénique +++ plusieurs pays ont défini les Ag qui doivent en faire partie (circulaire 49/05). plusieurs types de panels : dépistage identification : - 10 hématies ou plus. - mêmes Ag. - donne la spécificité de lAc. - validation statistique !!!

10 UN BON PANEL

11 permettant de mettre en évidence les Ac les plus dangereux : choix de la composition antigénique +++ plusieurs pays ont défini les Ag qui doivent en faire partie (circulaire 49/05). plusieurs types de panels : dépistage identification autres panels : "Référence", Rhésus, Public négatif, Privé.

12 UN BON PANEL

13 UN EVENTAIL DE TECHNIQUES plusieurs techniques. compte tenu des « comportements » des différents Ac susceptibles dêtre mis en évidence : Saline 22° ou 4° surtout Ac naturels : anti-Lewis, anti-P1, anti- Lua, anti-M, anti-N, anti-H Technique enzymatique à 37° (papaine, broméline, ficine,…) : anti- Rh (D,C, c, E, e), anti-K, certains anti-P1, anti-Lewis,… Coombs indirect : Ac des systèmes immunogènes. Coombs indirect BFI ou LISS Coombs sur hématies traitées par enzymes (Coombs trypsiné) Coombs trypsiné en BFI Techniques automatiques : auto-analyseur

14 UN EVENTAIL DE TECHNIQUES quelle association utiliser pour la meilleure sensibilité aux Ac ? Coombs indirect - technique enzymatique. support de la réaction : tube, microplaque, techniques automatiques, gel filtration. gel filtration Coombs indirect sans perte de sensibilité. avantages de rapidité et de coût. intérêt médico-légal (archivage !!!).

15 UNE BONNE TECHNIQUE DE COOMBS INDIRECT Concentration globulaire. Lavage des GR. Propreté de la verrerie. Précision de la technique Qualité de lantiglobuline +++ un anti-Fya nécessite une bonne activité anti-IgG. bon nombre danti-Lea nécessite une bonne activité anti-C3d. En pratique : - Dépistage bonne antiglobuline polyvalente valide, conforme, soigneusement manipulée et correctement conservée. - Identification, surtout en cas de mélange dAc antiglobulines spécifiques.

16 LE BON MOMENT surtout chez le polytransfusé. en raison de la cinétique des Ac et de leur éventuelle absorption par les hématies transfusées en cas de transfusions répétées sur une période limitée.

17 SCHEMA DU BON MOMENT

18 LE BON MOMENT Meilleur schéma RAI avant toute transfusion Ac naturels, anti-publics, immuns (grossesse +++) Et 7 à 21 jours après la dernière dune série +++

19 LIMITES DE LA RAI Ac anti-privés Liée à la constitution même du panel Ne constitue pas un réel danger pour le receveur Intérêt du test de compatibilité Certains demandent lassociation des deux tests : RAI et test de compatibilité au laboratoire surcroît de coût sans beaucoup dintérêt pour la sécurité immuno-hématologique des patients.

20 APPLICATION PRATIQUE RAI - Sécurité des receveurs - Mettre en évidence la présence éventuelle dAc anti- érythrocytes chez les femmes enceinte ou accouchées. En Tunisie - RAI indiquée avant les transfusions de CGR. - Seul le test de compatibilité est obligatoire (circulaire 49/05).

21 EXPERIENCE DU CRTS DE SFAX Evolution technique AnnéeNombre total RAIRAI + Technique DépistageIdentification Tube (liss + papaine)Carte en gel liss Tube (liss + papaine)Carte en gel liss Microplaque (liss + papaine) Carte en gel liss Microplaque (liss + papaine) Carte en gel liss Microplaque (liss + papaine) Carte en gel liss Carte en gel liss + microplaque papaine Carte en gel liss Carte en gel liss + microplaque papaine Carte en gel liss Carte en gel liss Carte en gel liss Total Nombre total de RAI, RAI positives et techniques utilisées D>E>K>C>Leb>Lea>Fya>S>Jka et HLA>c>M>P>e, public et k

22 EXPERIENCE DU CRTS DE SFAX 172 patients (102 hommes et 70 femmes). Entre janvier 1994 et septembre Quinze patients (8,72%) : 9 allo, soit 5,23% et 6 auto, soit 3,49%. 1/- Aplasies médullaires :

23 EXPERIENCE DU CRTS DE SFAX 54 patients drépanocytaires Entre Mars 1990 et Septembre 2009 Quatorze patients immunisés (25,92%) : 8 allo, 5 auto et 1 auto et allo. 2/- Drépanocytose :

24 EXPERIENCE DU CRTS DE SFAX 404 patients. Entre Janvier 2000 et Août Dix sept patients (4,2 %) avaient une At.I et/ou une Al.I Quinze patients (3,72%) avaient un TCD positif lors du suivi (13 TCD IgG et 2 TCD IgG + C). 3/- SLP ou SMP :

25 EXPERIENCE DU CRTS DE SFAX 28 parmi les 34 patients répertoriés. Entre 1994 et Sept patients (25%) ont développé une immunisation : 6 patients (21%) 9 alloanticorps un seul patient une autoimmunisation avec un TCD positif type IgG. 4/- THROMBOPATHIES CONSTITUTIONNELLES/

26 EXPERIENCE DU CRTS DE SFAX DDS Entre le 1er Mars et 31 Août 2009 Allo anticorps 3 DDS féminin, soit 0,02%, (0,17% des femmes). Auto anticorps de type IgM (agglutinines froides) 4 cas (0,03%). 5/- RAI CHEZ LES DONNEURS DE SANG

27 EXPERIENCE DU CRTS DE SFAX 6/- ALLO-IMMUNISATION ET GROSSESSE 2093 femmes enceintes. Taux dimmunisation croissant avec le nombre de gestations : 1,08% pour les primigestes (Ac autres que lanti-D) à 7,71% pour 4 gestations et plus.

28 CONCLUSION


Télécharger ppt "LA RECHERCHE DANTICORPS ANTI-ERYTHROCYTAIRES J. Gargouri, CRTS – Sfax."

Présentations similaires


Annonces Google