La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Autisme stratégies éducatives & comportement Corinne Damiens, Psychologue Résidence « Le Petit Prince », Guînes (62340) LA VIE ACTIVE 28/11/2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Autisme stratégies éducatives & comportement Corinne Damiens, Psychologue Résidence « Le Petit Prince », Guînes (62340) LA VIE ACTIVE 28/11/2007."— Transcription de la présentation:

1 Autisme stratégies éducatives & comportement Corinne Damiens, Psychologue Résidence « Le Petit Prince », Guînes (62340) LA VIE ACTIVE 28/11/2007

2 Le Foyer « Le PETIT PRINCE », Guînes (62)

3 Le Foyer « Le Petit Prince » Cest un établissement géré par La Vie active, association loi 1901 dont le siège est à Arras. Date douverture : 14 novembre 2002 Le FAM (Foyer dAccueil Médicalisé) de Guînes est un foyer à double tarification financé par : - Le Conseil général (partie hébergement) - LÉtat (pour la partie soin)

4 Le fonctionnement Létablissement est composé de deux services hébergement distincts. Il fonctionne en internat complet avec une ouverture de 365 jours par an, 24 heures sur 24. Il accueille 26 adultes avec autisme - 23 en internat - 3 en externat (9h-17h) -1 place daccueil temporaire (accueil limité à 90 jours / an / personne)

5 L Autisme : présentation - définition - origines

6

7 Lautisme Définition Selon le consensus international (OMS) : Lautisme est un Trouble Envahissant du Développement (TED) Qui se caractérise par des perturbations majeures dans 3 secteurs de développement : Le langage et la communication Les interactions sociales Le mode de pensée (imagination)

8 Lautisme les signes dalerte Les inquiétudes des parents évoquant une difficulté développementale de leur enfant Chez lenfant de moins de 3 ans : Passivité, Niveau faible de réactivité aux stimuli sociaux Difficultés dans laccrochage visuel Difficultés dans lattention conjointe Et limitation …

9 Lautisme les signes dalerte Retard ou perturbations dans le dvpt du langage Absence de pointage Absence de désignation dun objet à autrui Absence dinitiation de jeux simples Absence de jeu de faire semblant Intérêts inhabituels Activités répétitives avec des objets une régression dans le développement du langage et / ou des relations sociales

10 Lautisme les pathologies associées Association entre autisme et autres pathologies plus fréquente dans formes dautisme avec retard mental sévère oLes pathologies génétiques ( syndrome X fragile, sclérose tubéreuse de Bourneville, de Down (trisomie 21)…)

11 Lautisme dautres pathologies oLes pathologies neurologiques et psychiatriques (épilepsie 35%, déficiences intellectuelles 70%, déficiences sensorielles, TOC, dépression…) oLes troubles du métabolisme (plus fréquents chez les personnes avec autisme sévère)

12 Lautisme Quelques chiffres… Prévalence de lautisme En 1996 : 4 à 5 cas pour En 2007 : 20 pour Sur lensemble du spectre autistique : 1 enfant sur 165 serait atteint Entre 1987 et 1994 augmentation du nombre de diagnostics dautisme mais diminution du diagnostic de retard mental (E. Fombonne)

13 Lautisme une épidémie ? Epidémie ? incidence de lautisme : nombre de nouveaux cas qui apparaissent pendant une période donnée pas prouvé * Etudes sur vaccin ROR pas deffet daugmentation de lincidence de lautisme liée à ce vaccin depuis 1988 * Etude sur le Mercure qui a été utilisé pour stabiliser les vaccins pas deffet Avoir un deuxième enfant atteint dautisme : risque 45 fois plus élevé que dans la population générale.

14 Lautisme Les origines Conception actuelle : Lautisme est une pathologie plurifactorielle à support multigénétique.

15 Lautisme Les derniers travaux * Au niveau génétique : (1) plusieurs régions chromosomiques impliquées Sur les chromosomes 2, 7, 15, 17 et les chromosomes sexuels

16 Lautisme Les derniers travaux (2) Mars 2003 Institut Pasteur Population « dAsperger » Identification de mutations altérant deux gènes situés sur le chromosome X (neuroligines NLGN 3 et NLGN4). Les neuroligines sont des protéines impliquées dans la formation des synapses (zones de communication entre les neurones)

17 Lautisme Les derniers travaux (3) décembre 2006 Institut Pasteur Identification dun nouveau gène associé à lautisme : le SHANK 3 Il est présent dans une région particulière du chromosome 22 appelée : 22q13 (altérations dans cette région responsables de retard mental, autisme et troubles du langage)

18 Lautisme Les derniers travaux (3) décembre 2006 Institut Pasteur (suite) Le SHANK 3 code une protéine connue pour interagir avec les neuroligines. Protéine jouant un rôle crucial pour le développement des synapses Pourrait affecter des synapses essentielles aux processus de communication entre les neurones.

19 Lautisme Les derniers travaux * Imagerie cérébrale & Autisme (a) M. Zilbovicius (CEA Orsay) Autisme infantile = anomalies cérébrales fonctionnelles et anatomiques localisées dans régions temporales supérieures Diminution débit sanguin qui suit le sillon temporal supérieur (mis en évidence dès 1998)

20 Lautisme Les derniers travaux (a) M. Zilbovicius (CEA Orsay) suite Anomalies présentes chez 80 % des enfants avec autisme et corrélée avec la sévérité de lautisme (ADI) Régions très impliquées dans la perception du mouvement, de la voix, la reconnaissance, linteraction et la compréhension dautrui.

21 Lautisme Les derniers travaux * Perturbation de la maturation et du fonctionnement du cerveau : E. Courchesne (Californie- Etats-Unis) Lautisme = développement anormal des structures cérébrales donnant lieu à un fonctionnement neuronal particulier & des comportements atypiques Une période précoce et courte de surcroissance du cerveau (périmètre crânien supérieur à la normale)

22 Lautisme Les derniers travaux Avec étude IRM : enfants autistes de 2 ans, surcroissance volume cérébral dans régions frontales et temporales, cervelet et amygdale + en même temps processus de dégénérescence (Vargas et col, (2004) neurones de Purkinje) Un cerveau plus lourd (3/4 post mortem) Un cerveau plus gros (20% des personnes) Des anomalies du système limbique, du tronc cérébral et du cervelet.

23 Autisme & Interventions

24 Autisme & interventions Introduction Le premier traitement dans lautisme est léducation, cest elle qui permet de développer : Les compétences diverses, Lautonomie Et de réduire les troubles du comportement

25 Autisme & interventions léducation structurée Début des années 70, E. Shopler (psychologue) & R. Reichler (psychiatre) créé une nouvelle méthode pour accompagner et éduquer les enfants autistes : Le programme TEACCH : « Traitement et éducation des enfants avec autisme et autres handicaps de la communication » la division TEACCH en Caroline du Nord aux États-Unis devient un programme détat.

26 Autisme & interventions léducation structurée Ce programme vise le développement de la personne. Il propose toute une gamme de service pour les différents âges et niveaux Il favorise le travail en collaboration avec la famille qui connaît très bien son enfant La prise en charge proposée est structurée Structuration de lespace, du temps et de la tâche …

27 Autisme & interventions Léducation structurée Cest à dire les rendre intelligibles en fonction des capacités et des difficultés cognitives de chaque personne avec autisme. Les besoins de la personne autiste sont déterminés en fonction de son âge et de son niveau de développement. des projets éducatifs individualisés sont créés sur la base dévaluations formelles et informelles

28 Autisme & interventions l analyse appliquée du comportement (A.B.A) oIl sagit dun ensemble de stratégies dintervention qui reposent sur les lois de lapprentissage o LABA a pour objectif la modification du comportement par la manipulation de lenvironnement.

29 Autisme & interventions l A.B.A. oElle définit un ensemble de procédures qui permettent à un individu dapprendre des comportements qui lamèneront à une meilleure adaptation. oApproche efficace à tout âge de la vie et dans de très nombreux domaines : léducation, les troubles du développement, la psychiatrie, les troubles du comportement, les addictions, lhyperactivité…)

30 Autisme & interventions dautres thérapies… Les techniques de gestion des troubles du comportement … vues par la suite… La thérapie déchange et de développement Développée par le Pr. G. Lelord et son équipe entre 1980 et 1990 au CHU de Tours Intervention précoce qui sinscrit dans une perspective développementale

31 Autisme & interventions dautres thérapies… Thérapie déchange et de développement : Appliquée chez de jeunes enfants afin dintervenir au moment où la plasticité cérébrale est la plus importante. Réunir sérénité, disponibilité, réciprocité afin dencourager léchange lors de séances de jeux. Rééduquer les fonctions déficientes telles que lattention visuelle et auditive, la perception, la régulation.

32 Lautisme & les interventions éducatives Quelques outils… Les tests psycho-éducatifs (AAPEP, PEP-R) PEP-R : profil psycho-éducatif révisé, enfants de 6 mois à 7ans. Évalue comportement et développement dans 7 domaines différents. Le test utilise trois cotations : réussite, émergence, échec pour les items de développement et approprié, léger ou sévère pour les items de comportement.

33 Lautisme & les interventions éducatives Quelques outils… Le système PECS (1991 L. Frost & A. Bondy) : Système de communication par échange dimages, issu de lABA. Permet de travailler sur la communication et la relation sociale Sans attendre : lapparition de limitation, de lattention, de la reconnaissance des images Chez lenfant comme ladulte (système qui supplée ou augmente la communication) 6 phases dapprentissage.

34 L Autisme & les troubles du comportements

35 Lautisme & Les troubles du comportement Introduction Lagressivité chez la personne autiste est de forme essentiellement impulsive Les troubles du comportement doivent être considérés dans une majorité de cas comme une forme de communication de la part de la personne qui les manifeste

36 Lautisme & Les troubles du comportement Trois formes essentielles Vis à vis de la personne elle-même Vis à vis dun tiers : famille, proches, camarades, éducateurs, enseignants Par la destruction de biens divers.

37 Lautisme & Les troubles du comportement Quelques difficultés sous- jacentes oUn déficit de compréhension (communication réceptive) oUn déficit de communication expressive oUn manque de compréhension de lenvironnement oUn manque dactivité oDes facteurs organiques, psychologiques.

38 Lautisme & Les troubles du comportement Priorité à la prévention Accroître la compréhension de lenvironnement, Apprendre à occuper ces temps libres, Augmenter les capacités de communication, Augmenter les repères temps, la prévisibilité des événements, Proposer des activités adaptées à son niveau de compétence (réussites, émergences).

39 Lautisme & Les troubles du comportement En début de trouble penser à …. Simplifier l exercice proposé si la personne est en difficulté Diminuer la quantité de matériel à disposition Laider à organiser le matériel placé devant elle (gauche – droite) Diminuer et essayer de supprimer les stimulations de lenvironnement potentiellement gênantes, (bruits, reflets …)

40 Lautisme & Les troubles du comportement Et surtout à …. Diminuer impérativement et systématiquement la quantité de langage utilisée, Adapter votre communication en simplifiant vos consignes et préférer des indices visuels et / ou des gestes : plus clair, plus concret.

41 Lautisme & Les troubles du comportement Quelques techniques de gestion Le Temps mort ou « Time out » Éloigner temporairement la personne dun environnement qui lui est plaisant lorsquelle a un comportement agressif. La sur - compensation Demander à la personne qui a eu un comportement difficile daller au-delà de la réparation des conséquences.

42 Lautisme & Les troubles du comportement Quelques techniques Détourner lattention Essayer de proposer une activité quaime le résidant et surtout essayer de centrer son attention sur cette activité afin de lui faire « oublier » son trouble du comportement. Distribution sélective dattention Consiste à ignorer (lorsque possible) un comportement inapproprié et à porter attention à un comportement approprié en le spécifiant.

43 Lautisme & Les troubles du comportement Quelques techniques Participation émotive Manifester de lintérêt pour lactivité que ladulte est en train de produire (et lui venir en aide au besoin) aura un effet calmant sur lui. Emploi dun signal darrêt Donner une consigne claire et ferme au résidant de type « stop! » ou « non! » en y ajoutant un indice visuel comme le plat de la main.

44 Lautisme & Les troubles du comportement Quelques techniques Relaxation ou activité physique Favoriser les promenades, le sport, les randonnées en extérieur afin quil puisse se dépenser et entraîner la libération dendorphines. Retrait provisoire du contexte Retirer temporairement la personne de lenvironnement qui génère le trouble du cpt mais dont on nidentifie pas immédiatement la cause.

45 Lautisme & Les troubles du comportement Conclusion Toujours conserver une attitude positive et valorisante. Procéder à une analyse de la situation a posteriori et mettre en place les adaptations nécessaires. Les interventions de fond ou à long terme ont un effet global sur les troubles du comportement et doivent être privilégiées.

46 Lautisme & Les troubles du comportement suite conclusion Ces techniques permettent la réduction de 80% des troubles du comportement chez les personnes autistes. Pour les autres…il reste à en chercher la ou les fonctions en se basant sur les théories de lapprentissage Afin de développer des programmes dintervention spécifiques

47 Les fonctions des problèmes de comportements

48 Les fonctions des problèmes de cpt Introduction LA.B.A se base sur les théories de lapprentissage pour développer des traitements comportementaux Ces théories dites comportementales peuvent être utilisées indépendamment de lABA Elles létaient notamment dans le modèle TEACCH

49 Les fonctions des problèmes de cpt Introduction Elles peuvent être utilisées pour faire disparaître des comportements- problèmes, en apprendre de nouveaux, augmenter ceux déjà présents. Une réelle intervention pour faire diminuer les comportements-problèmes sera basée sur la recherche des raisons qui engendrent ces comportements.

50 Les fonctions des problèmes de cpt Introduction Pourquoi ces comportements problèmes sont-ils là? Quelles sont leur(s) fonction(s) ? On peut les synthétiser en deux types : Obtenir Eviter

51 Les fonctions des problèmes de cpt pourquoi sont-ils là? OBTENIR des événements désirables (1) Obtenir des Stimuli internes : Balancements, dégagement dendorphine, stimulation visuelle (2) Obtenir des Stimuli externes (a) de lAttention : Sourires, étreintes, surprise, regards sévères, réprimandes (b) des Objets / Activités : nourriture, activité préférée, argent.

52 Les fonctions des problèmes de cpt pourquoi sont-ils là? EVITER des événements indésirables (1) Eviter ou échapper à des stimuli internes : douleur, irritation de la peau, faim (2) Eviter ou échapper à des stimuli externes (a) lAttention : sourires, étreintes, surprise, réprimandes (b) Objets / Activités : taches difficiles, changements de routine, interruption dune activité préférée

53 Les fonctions des problèmes de cpt des exemples oUne personne peut se frapper pour obtenir du café oElle peut mordre un tiers pour éviter un mal de tête oElle peut crier pour échapper à une activité perçue comme désagréable Il convient donc de rechercher la ou les fonctions du comportement problème, à quoi il peut bien servir ce comportement pour cette personne.

54 Les fonctions des problèmes de cpt lanalyse fonctionnelle Un comportement peut avoir plusieurs fonctions pour une même personne Ainsi taper la tête peut vouloir dire : « jai mal à la tête », « je veux attirer lattention », ou « cela me fait du bien ». Pour une même fonction « attirer lattention » la personne peut aussi développer 3 comportements différents : « se taper la tête », « taper notre tête » et « crier ».

55 Les fonctions des problèmes de cpt intervention On va recueillir des données à laide de questionnaires ou par lintermédiaire doutils dobservation des cpts Sur la base de cette identification des fonctions, on peut développer des interventions selon 3 facettes : (1) La structuration de lenvironnement (2) Le développement de compétences alternatives aux cpts problèmes

56 Les fonctions des problèmes de cpt Intervention (3) Laménagement des conséquences aux comportements. Cest à dire ce qui se passe passe juste après nos réactions par exemple. Il sagit de renforcer lémergence des cpts appropriés censés remplacer les cpts problématiques habituellement produits à ces moments-là.

57 Les fonctions des problèmes de cpt Conclusion - Nous avons vu aujourdhui les théories de lapprentissage appliquées à lanalyse des comportements problèmes chez des personnes avec autisme ou pas. - Il est possible avec ces mêmes théories de mettre en place des interventions spécifiques afin dapprendre et / ou daugmenter des comportements chez nimporte quelles personnes…

58 Bibliographie

59 -ARAPI – UNAPEI (2007). Lautisme où en est- on aujourdhui ? Les guides de lUNAPEI. - BEAUGERIE-PERROT, A. & LELORD, G. (1991). Intégration scolaire et autisme. PUF. - GRAY, C. (1993). Apprivoiser la jungle de la cours de récréation. Editions Futur Horizon. - JORDAN, R. & POWELL, S. (1997). Les enfants autistes les comprendre, les intégrer à lécole. Editions Masson.

60 Bibliographie - PEETERS, T. (1990). Lautisme de la compréhension à lintervention. Editions Dunod. - ROGE, B. (2003). Autisme : comprendre & agir. Editions Dunod. - SCHOPLER, E. LANSING, M. & WATERS. (1993). Activités denseignements pour enfants autistes. Editions Masson. - VERMEULEN, Peter (2005) Comment pense une personne autiste ? Editions Dunod

61 Lien Internet Autisme France Diffusion (A.F.D.)


Télécharger ppt "Autisme stratégies éducatives & comportement Corinne Damiens, Psychologue Résidence « Le Petit Prince », Guînes (62340) LA VIE ACTIVE 28/11/2007."

Présentations similaires


Annonces Google