La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le langage oral en maternelle Quelles pratiques ? Comment lévaluer ? Animation pédagogique V. GUILLERM – C. MOLLARD.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le langage oral en maternelle Quelles pratiques ? Comment lévaluer ? Animation pédagogique V. GUILLERM – C. MOLLARD."— Transcription de la présentation:

1 Le langage oral en maternelle Quelles pratiques ? Comment lévaluer ? Animation pédagogique V. GUILLERM – C. MOLLARD

2 Comment évaluer loral ? Et évaluer quoi ? EVALUATION CRITERES CONTENUS SITUATIONS OBJECTIFSCOMPETENCES

3 Le langage à lécole : Un instrument et un objet Un instrumentUn objet le véhicule pour partager des objectifs ciblés sont travaillés pour eux-mêmes en production et réception Situations collectives, jeuxAtelier, jeux en groupe

4 Deux types de langage en classe LANGAGE D'ACTION, DE SITUATION LANGAGE DECONTEXTUALISE, D'EVOCATION un langage factuel, qui accompagne une situation vécue par les interlocuteurs qui échangent Le langage dévocation renvoie pour lessentiel à la mise en récit. La connivence Des signes vides hors contexte JE TU IL ICI LA La distance les trois variables quil faut rendre claires pour linterlocuteur à qui on destine le langage dit dévocation : les personnes (noms et pronoms), le temps et lespace. PS Apprentissage lexical et enrichissement syntaxique MS GS Enrichissement lexical, syntaxique et pragmatique MS-GS Mise en récit Utilisation de "modèles"

5 Quelques repères relatifs du développement du langage p mois /3 ans Période dacquisition rapide dans laquelle les noms précèdent les autres catégories(verbes, adjectifs, adverbes) Environ 300 mots vers 2 ans et 500 vers 30 mois Entre 18 et 24 mois, combinaison de deux mots («bibi tombé) Acquisition du prénom. Combinaisons de mots dans des phrases simples : apparition des catégories syntaxiques (pronoms sujets, déterminants, préposition, début de la conjugaison). En moyenne, phrases de 3 mots à 3 ans («a pu lolo»). 3/4 ans Vocabulaire de plus en plus abondant; articulation parfois très approximative. Phrases de plus en plus longues et complexes tout en étant correctement architecturées. Maniement adapté du «je ». Commencement de lutilisation dun vocabulaire traduisant émotions et sentiments.

6 4/5 ans Environ 1500 mots et des phrases de 6 mots et plus. Articulation maîtrisée pour lessentiel. Maniement adéquat des pronoms personnels, du nombre et du genre, de comparatifs(«plus long, moins lourd…»); Usage de la négation. Production de nombreuses questions de formes «diverses». Tentatives pour adapter son langage à linterlocuteur 5/6 ans Vocabulaire varié (extension des champs et variété des registres). Récits structurés; expression de la succession des temps avec des moyens lexicaux et avec la conjugaison (sensibilité aux temps même si les formes sont encore erronées). Construction de scènes imaginaires («on dirait que…» avec usage du conditionnel). Phrases complexes avec relatives, complétives, circonstancielles Usage correct du «parce que».

7 Le langage oral : pratiques de classe Ateliers dapprentissage Tutelle Critères Supports contextualisants Rôle de lenseignant

8 Des critères dordre syntaxique complexités pronoms temps prépositions dordre lexical catégories de mots listes de mots

9 Des critères dordre syntaxique P. Boisseau La complexité PSMSGS Mot-phrase cocola Phrase 2 mots manzé cocola Phrase élémentaire Pn + Gv i mange du chocolat. Prif + GN c'est X GN, Pn GV X, il est dans la cour par addition avec - parce que - que - infinitif - pour + infinitif - qui par addition avec - pour + infinitif - pour que - quand/gérondif - comme - si avec questions indirectes et des relatives avec "que" et « où »

10 Des critères dordre syntaxique P. Boisseau Les pronoms PSMSGS je tu il elle ils elles + on nous vous

11 Des critères dordre syntaxique P. Boisseau Les temps PSMSGS présent passé composé futur aller + imparfait + plus-que–parfait futur simple futur dans le futur alternance passé composé - imparfait du récit

12 Des critères dordre syntaxique P. Boisseau Les prépositions PSMSGS à de sur dans sous avec pour devant derrière avant après contre chez à côté au-dessus en bas autour au milieu à lintérieur entre à droite à gauche

13 Des critères dordre lexical P. Boisseau Des catégories de mots En PS : le milieu proche, la grande motricité, la cuisine et les animaux En MS : les fêtes, le temps, la famille, le quartier, la maladie, le jardin En GS : les sorties, les transports, les métiers, les activités scientifiques Des listes de mots En PS : 750 mots En MS : mots En GS : soit en fin de GS : 2500 mots

14 Des supports contextualisants Il faut donc choisir des supports qui permettent de mettre en présence : Lélève, les élèves de la classe, des personnages et des objets connus (les pronoms, lexique des noms et des adjectifs) Une chronologie vécue ou à vivre (les temps, le lexique des actions) Des lieux connus ou identifiés (les prépositions, le lexique des indicateurs spatiaux et temporels)

15 Quelles situations propices ? Choisir de supports tirés de la vie de la classe où le langage-instrument passe en langage-objet : module EPS, projet cuisine, sortie, évènement particulier (album-écho) Choisir de supports écrits dont la syntaxe sera adaptée pour devenir objet de langage oral : les albums en syntaxe adaptée - Pour travailler la syntaxe - Pour travailler le lexique Choisir de supports réels ou imagés favorisant le vocabulaire : les imagiers, les coins-jeux, Catégo de Cèbe – Paour - Goigoux

16 Le rôle de lenseignant ROLEPOSTURELANGAGE organise des petits groupes : niveau de paroles valorise la qualité plutôt que la quantité reste sur du langage oral qui peut être décalé des règles et codes de la langue écrite. sadapte à la parole de lélève relance les discussions en sétonnant de ne pas comprendre, demandant dexpliciter donne en retour (feed- back) pour montrer quil a compris, pour permettre à chacun de se lapproprier et lamener à continuer parle avec un langage sur lequel les élèves sappuient en tant que modèle conclue en une forme claire (modèle à la portée de tous)

17 Et évaluer, alors ! Chaque activité fait donc lobjet dattentes particulières en terme de syntaxe et de lexique. Il y a donc nécessité de programmer (cf tableaux des critères) Ces situations dapprentissage sont complétées par des situations où le langage est réinvesti : toute situation où le langage est instrument, les regroupements, les coin-jeux… Ces acquis contribuent à lacquisition du langage de situation (pour beaucoup) et dévocation.

18 EVALUATION CRITERES CONTENUS SITUATIONS OBJECTIFSCOMPETENCES grille dévaluation syntaxe et lexique en relation avec les domaines dactivités des supports Lenseignant et sa classe

19 Un exemple : évaluer la compétence « dire ce que lon fait ». PS Critères : des phrases de 2 mots avec Pn + V, « je », présent, lexique de la cuisine Supports : photos de différents moments de latelier cuisine, parler au maître. MS Critères : Pn + V avec pour + infinitif, « tu, il », passé composé, « avant, après », lexique du jardin Supports : photos de différents moments du projet jardin, parler à un camarade. GS Critères : Pn + V + quand/gérondif, + comme, « nous », « entre, au milieu », plus- que-parfait, lexique de sciences Supports : photos de différents moments en chronologie dexpériences, parler à un autre groupe.

20 Exemple de grilles dévaluations PS – MS GS Retrouver les critères, des albums en syntaxe adaptée, des grilles dévaluations… Bibliographie : Le langage en maternelle, doc daccompagnement Enseigner la langue orale en maternelle, P. BOISSEAU, Retz, 2005

21 Champs de travail par groupe Modules EPS : les déménageurs - Pilotage Albums : Chien Bleu – Roule galette Evénements : lanniversaire en classe – une sortie (forêt, cirque...)

22 Compétences 2002 Langage de situation : Comprendre les consignes ordinaires de la classe. Dire ce que lon fait ou ce que fait un camarade (dans une activité, un atelier). Prêter sa voix à une marionnette. Langage dévocation : Rappeler en se faisant comprendre un événement qui a été vécu collectivement. Comprendre une histoire adaptée à son âge et le manifester en reformulant dans ses mots sa trame narrative. Identifier les personnages dune histoire, les caractériser physiquement,les dessiner. Raconter un conte déjà connu en sappuyant sur la succession des illustrations. Inventer une courte histoire dans laquelle les acteurs seront correctement posés, où il y aura au moins un événement et une clôture.


Télécharger ppt "Le langage oral en maternelle Quelles pratiques ? Comment lévaluer ? Animation pédagogique V. GUILLERM – C. MOLLARD."

Présentations similaires


Annonces Google