La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES « LORAL » Animation pédagogique 21 octobre 2006.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES « LORAL » Animation pédagogique 21 octobre 2006."— Transcription de la présentation:

1 LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES « LORAL » Animation pédagogique 21 octobre 2006

2 Un retour vers les Programmes de 2002 … « Deux grands axes structurent lenseignement primaire, la maîtrise du langage et de la langue française […] » « Transmettre la langue nationale est lobjectif fondamental. Se sentir chez soi dans la langue française est indispensable pour accéder à tous les savoirs » A lécole maternelle, les enseignants donnent la priorité à lexpression orale et préparent laccès à lécrit ».

3 « LORAL » dans les Programmes de 2002 LANGAGE DE COMMUNICATION : « Permettre à chaque enfant de participer aux échanges verbaux de la classe »; LANGAGE EN SITUATION : « inscrire les activités de langage dans lexpérience et multiplier les interactions »; LANGAGE DEVOCATION : « apprendre à se servir du langage pour évoquer des événements en leur absence »

4 LANGAGE DE COMMUNICATION La pédagogie du langage repose donc d'abord sur le rétablissement puis le maintien de la communication entre chaque enfant et les adultes de l'école d'une part, entre chaque enfant et tous les autres d'autre part. Elle suppose donc, de la part de l'enseignant, […] un souci d'explicitation du vécu quotidien, une verbalisation simple et fortement ancrée dans son contexte.

5 LANGAGE EN SITUATION Pour les plus jeunes (deux et trois ans), il s'agit, pour l'essentiel, de faciliter l'acquisition des usages les plus immédiats du langage : comprendre les énoncés qu'on leur adresse pourvu qu'ils soient "en situation", c'est-à-dire directement articulés avec l'action ou l'événement en cours ; se faire comprendre dans les mêmes conditions.

6 LANGAGE EN SITUATION Créer pour chaque enfant le plus grand nombre possible de situations d'échange verbal L'essentiel de cette acquisition passe par la participation de chaque enfant à de nombreux échanges linguistiques ayant un sens pour lui et le concernant directement. La pédagogie du langage, pour les plus jeunes, relève donc d'abord d'une organisation de la classe qui permette à chaque enfant d'être sollicité personnellement à de nombreuses reprises dans la journée.

7 LANGAGE EN SITUATION Inscrire les activités de langage dans l'expérience (verbaliser les actions) et multiplier les interactions Il importe que l'adulte verbalise abondamment la situation en cours, sollicite l'échange avec chaque enfant et interagisse avec lui chaque fois qu'il tente de produire un énoncé (reprise de l'énoncé, restructuration de celui-ci dans le langage oral de l'adulte). Les contrôles de la compréhension construite par l'enfant doivent être tout aussi fréquents et conduire aux mêmes interactions pour relancer son effort d'interprétation de la situation et des énoncés qui la commentent : ancrage fort des énoncés de l'adulte dans la situation, expressivité de la voix et des gestes, utilisation des moyens non verbaux de la communication, reprise de la formulation, paraphrases nombreuses.

8 PROGRESSIVITE et PROGRAMMATION La pédagogie du langage vise à accompagner l'enfant dans ses premiers apprentissages, à l'aider à franchir le complexe passage d'un usage du langage en situation (lié à l'expérience immédiate) à un langage d'évocation des événements passés, futurs ou imaginaires, à lui permettre de se donner enfin tous les moyens nécessaires à une bonne entrée dans l'écrit.

9 « LANGAGE DEVOCATION » La compréhension dénoncés renvoyant à une expérience passée ou à venir (ou imaginaire) implique la maîtrise progressive d'un lexique de plus en plus précis et abondant, de structures syntaxiques nouvelles, de formes linguistiques qu'il ne connaît pas encore. La production de ce même langage suppose une structuration plus ferme d'énoncés plus longs et mieux articulés entre eux. Il s'agit en fait de l'acquisition d'un nouveau langage. Dans cette deuxième phase une action incessante de l'adulte est nécessaire.

10 « LANGAGE DEVOCATION » Rappeler verbalement les activités qui viennent de se dérouler dans la classe Se repérer dans le temps et utiliser les marques verbales de la temporalité Du rappel des événements passés au récit : découvrir les cultures orales

11 Se familiariser avec le français écrit et se construire une première culture littéraire Se familiariser avec le français écrit Se construire une première culture littéraire Prendre conscience des réalités sonores de la langue

12 Loral : objet dapprentissage Une approche intégrée : le langage nest pas lobjet sur lequel on travaille, mais ce qui progresse de manière naturelle et incidente, il est le véhicule […] DES MOMENT STRUCTURES où des objectifs ciblés sont travaillés pour eux-mêmes [...] (doc daccompagnement p.13)

13 Des ATELIERS DE LANGAGE …pour SUSCITER LES PRISES DE PAROLE ; FAVORISER LES PRISES DE PAROLE DE CHACUN; FAVORISER DES COOPERATIONS LANGAGIERES; ENTENDRE ET FAIRE PROGRESSER CHAQUE ELEVE; CENTRER LACTIVITE SUR UN OBJECTIF LANGAGIER, DISCURSIF, LINGUISTIQUE; PERMETTRE LES CONDUITES DETAYAGE INDISPENSABLES.

14 LA « PLACE » DU MAÎTRE CRÉER LES CONDITIONS OPTIMALES POUR FAVORISER LE DEVELOPPEMENT DU LANGAGE CHEZ LENFANT OU DANS LE GROUPE-CLASSE. EN AMONT : IL A ORGANISE LA CLASSE, CONSTITUE LE GROUPE, DEFINI LES OBJECTIFS ET LA SITUATION

15 LA « PLACE » DU MAÎTRE PENDANT LATELIER : UNE POSITION EN « RETRAIT » : PRESENTE LA SITUATION, ENRÔLE LES ELEVES; AIDE A LA FORMULATION DES PROPOS : REFORMULATION, EMET DES PROPOSITIONS LEXICALES OU SYNTAXIQUES, QUESTIONNE, INCITE AUX INTERACTIONS ET AU DIALOGUE : PRISE EN COMPTE DES ENONCES PAR LES AUTRES ELEVES, ORIENTE LATTENTION SUR LES PROPOS MARQUANTS, … ADOPTE UNE ATTITUDE VALORISANTE ET ENCOURAGEANTE, ADOPTE UN « QUESTIONNEMENT » OUVERT, EFFECTUE DES RELANCES LEGERES (« Ah ! » « Oui… »), POSE DES QUESTIONS COURTES ET OUVERTES ( « Et alors ? » Comment ça ? »)

16 LA « PLACE » DU MAÎTRE ADOPTE DES CONDUITES LANGAGIERES PROPICES : PARLER LENTEMENT EN PHRASES COURTES, ACHEVEES, ADAPTEES, JOUER SUR LES INTONATIONS ET LE DEBIT, PARLER SUR ET DE, FAIRE PARLER LENFANT SUR SON ACTION, REFORMULER,REPRENDRE, CORRIGER, ENRICHIR, TRADUIRE, COMMENTER, SOLLICITER, METTRE EN RELATION DES ENFANTS MAIS AUSSI DES FAITS LANGAGIERS, VALORISER, METTRE EN EVIDENCE,…

17 LA « PLACE » DU MAÎTRE UNE « BONNE INTERACTION » : VISE LA QUANTITE ET LA QUALITE : REFORMULATIONS MODELISATRICES PAS TROP ELOIGNEES DE LA PORTEE DES ENFANTS SINSCRIRE DANS LA CONVERSATION : MONTRER QUON CONVERSE AVEC LENFANT

18 UNE DIDACTIQUE DE LORAL PARLER DANS UNE INTENTION, « PARLER POUR …» ; PARLER EN SITUATION DE COMMUNICATION; UNE SITUATION QUI PROPOSE UN ENJEU POUR LES ELEVES; ETRE « OBLIGE » DE PARLER POUR REPONDRE A LA TÂCHE ; DES COMPETENCES INSTRUMENTALES QUI SE DEVELOPPENT PAR LE DIALOGUE, LA DISCUSSION; UNE OFFRE DIVERSIFIEE DE SITUATIONS DE COMMUNICATION POUR LACQUISITION DE DIFFERENTES CONDUITES LANGAGIERES.

19 UNE DIDACTIQUE DE LORAL ABANDONNER LIDEE QUE LE MAÎTRE RESTE EN PERMANENCE LE « MAÎTRE DU JEU » (pratique du questionnement) ; POUR … ORGANISER DES COOPERATIONS LANGAGIERES ENTRE PAIRS ET AVEC LADULTE QUI FAVORISENT LACQUISITION DU LANGAGE;

20 QUEST-CE QUUNE SITUATION DE LANGAGE ? UNE ALLOCUTION : QUELQUUN PARLE A QUELQUUN : parler pour être entendu et être compris par celui ( ou ceux) à qui on sadresse SUPPOSE UN ECHANGE ENTRE INTERLOCUTEURS UN ECHANGE QUI CONCERNE UN « OBJET » UN ECHANGE LINGUISTIQUE AVEC UN CODE COMMUN

21 UNE SITUATION DE COMMUNICATION … E R UNE INTENTION, UN BUT DES INTERACTIONS

22 QUEST-CE QUUNE SITUATION DAPPRENTISSAGE DU LANGAGE ? ON APPREND A PARLER … EN PARLANT UNE SITUATION DAPPRENTISSAGE DU LANGAGE EST DONC DABORD UNE SITUATION DE LANGAGE TOUT COURT LE RÔLE DE LADULTE EST PRIMORDIAL : LETAYAGE Fiche de préparation

23 LES ATELIERS DE LANGAGE, QUELLES FORMES ? DES ATELIERS OU LA TÂCHE « APPARENTE » NEST PAS LANGAGIERE : DECOUVERTE DU MONDE, IMAGINER SENTIR CRÉER, LES « COINS »… MAIS LES SOLLICITATIONS DU MAÎTRE SONT ESSENTIELLEMENT DIRIGEES SUR LE LANGAGE : FAIRE PARLER LELEVE, LES ELEVES ENTRE EUX, « PARLER LACTIVITE », …

24 LES ATELIERS DE LANGAGE, QUELLES FORMES ? DES SITUATIONS DANS LESQUELLES LES ELEVES « REMPLACENT » LE MAÎTRE : LES ELEVES AYANT VECU UNE ACTIVITE ( la découverte du monde sy prête bien) LEXPLIQUENT A LEUR TOUR A LEURS CAMARADES (à laide de supports « écrits »)

25 LES ATELIERS DE LANGAGE, QUELLES FORMES ? DES SEANCES DE LANGAGE PROVOQUEE PAR LENSEIGNANT OU LACTIVITE LANGAGIERE EST PREMIERE PERMETTRE QUE … PARLER DEVIENNE AGIR EXEMPLES : Décrire une illustration dun album, Expliquer la réalisation dun objet, Le « commissionnaire », … Restituer collectivement un album

26 Un « ZOOM » sur une PRIORITE FORTE LE LANGAGE DEVOCATION … LANGAGE DINTRODUCTION A LECRIT


Télécharger ppt "LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES « LORAL » Animation pédagogique 21 octobre 2006."

Présentations similaires


Annonces Google