La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La compréhension au cycle 2 VILLEURBANNE SUD 2011/2012 Concevoir l’enseignement dans un souci de différenciation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La compréhension au cycle 2 VILLEURBANNE SUD 2011/2012 Concevoir l’enseignement dans un souci de différenciation."— Transcription de la présentation:

1 La compréhension au cycle 2 VILLEURBANNE SUD 2011/2012 Concevoir l’enseignement dans un souci de différenciation

2 Plan de l’animation Les questions professionnelles  Que doit-on enseigner?  La compréhension dans les programmes/les évaluations/la recherche didactique  Comment l’enseigner?  Présentation de situations qui sont des situations d’apprentissage  Comment organiser cet enseignement?  Quels dispositifs mettre en œuvre en classe pour respecter l’hétérogénéité, comment préparer et anticiper, sur quels outils s’appuyer

3 Que doit-on enseigner : les programmes Les principaux points extraits des programmes et concernant la lecture.  déchiffrer des mots déjà connus.  lire d’une manière plus aisée et plus rapide (déchiffrage, identification de la signification).  prendre appui sur l’organisation de la phrase ou du texte.  acquérir le vocabulaire et les connaissances nécessaires pour comprendre les textes.  lire des textes du patrimoine et des œuvres destinés aux jeunes enfants, dont la poésie, pour accéder à une première culture littéraire.

4 Que doit-on enseigner : le palier 1 du socle  Lire  lire seul, à haute voix, un texte comprenant des mots connus et inconnus ;  lire seul et écouter lire des textes du patrimoine et des œuvres intégrales de la littérature de jeunesse, adaptés à son âge ;  lire seul et comprendre un énoncé, une consigne simples  dégager le thème d’un paragraphe ou d’un texte court ;

5 Que doit-on enseigner? On enseigne ce que l’on va évaluer ≠ On évalue ce que l’on a enseigné

6 Que doit-on enseigner : Comprendre c’est… La compréhension n’est pas propre au texte lu ce qui entraîne que:  L’enseignant peut travailler la compréhension sur un texte qu’il oralise  L’enseignant peut travailler la compréhension sur la lecture d’images et notamment sur le rapport texte/illustration  L’enseignant peut travailler la compréhension sur un texte lu par l’élève

7 Que doit-on enseigner : Comprendre c’est… La compréhension c’est la capacité à construire, à partir des données d’un texte et des connaissances antérieures, une représentation mentale cohérente de la situation évoquée par le texte. Sylvie Cèbe, Roland Goigoux et Serge Thomazet

8 Comment l’enseigner : Les principes didactiques Initier et maintenir un double mouvement entre Activités analytiquesActivités synthétiques Décomposition du texte pour comprendre les mécanismes internes Mettre ensemble et reconstruire la cohérence

9 Les niveaux de compréhension Niveaux de compréhension Inférentielle ou interprétativelittérale créative critique Information implicite Repérer l’information Sens des mots Évaluer l’exactitude application jugement Lien avec sa vie personnelle

10 Comprendre un texte narratif (travaux de Sylvie Cèbe) Procédures de décodage Traitements locaux, traitements globaux Stratégies Contrôle de l’activité - principe alphabétique - correspondance phonie/graphie - automatisation du décodage - comprendre les mots - repérer les idées, les informations - lier les informations éparses - comprendre l’organisation du texte - se construire des représentations intermédiaires - se rappeler les informations les plus importantes et construire des relations logiques - Moduler la vitesse de lecture et la nécessité de relecture - démarche volontaire de compréhension avec construction des relations logiques - contrôler la phrase - contrôler l’inter-phrastique - contrôler le texte - intégration sémantique - inférence Zone de l’analytique Zone du synthétique

11 Comment l’enseigner : les obstacles à la compréhension Analytiques synthétiques Le code linguistiques Logiques Culturelles cognitifs Que faut-il enseigner? - principe alphabétique - correspondance phonie/graphie -automatisation du décodage -Enrichir son lexique -Travailler la syntaxe -Identifier les anaphores -Repérer les marques morphosyntaxiques -Travailler sur l’implicite -Travailler sur les connecteurs -Travailler sur les liens logiques -Enrichir les univers de référence -Mémoriser et intégrer -Formaliser les stratégies Volet instrumentalVolet compréhensifVolet culturel Selon Giasson, la lecture est une activité plurielle qui comporte ces 3 volets Les obstacles (lien sur le site de circonscription)

12 Comment l’enseigner : distinguer apprentissage et évaluation  La situation d’évaluation est une situation qui sollicite la mise en œuvre d’une ou de plusieurs stratégie(s) pour obtenir une réponse correcte.On interroge sur le résultat  La situation d’apprentissage est une situation qui rend visible une ou des stratégies conduisant à une réponse correcte. On éclaire le chemin qui mène au résultat Texte de lecture Traitement par le lecteur Production de données de sens sur la lecture -Texte codé à l’écrit -Texte codé à l’oral -Réponses à un questionnaire -Production d’une reformulation/d’un résumé/d’une interprétation -localement -globalement L’apprentissage se situe ici L’évaluation regarde là

13 Comment l’enseigner : rendre visible les stratégies Toujours selon Giasson, deux types d’activités doivent coexister:  Des activités réelles de lecture - Lecture pour accomplir un certain nombre de tâches - Lecture dans le cadre de pratiques culturelles - Lecture pour acquérir des connaissances ou du plaisir  Des entraînements méthodiques pour apprendre à comprendre (priorité à la compréhension qui nécessite un fort guidage du maître pour apprendre à comprendre) - Des ateliers de questionnement de textes - Des exercices d’entraînement sur des compétences isolées Il faut éviter d’interroger ce qui ne sert pas la compréhension du texte, ce qui n’apporte rien. En parcours différencié grâce à des évaluations régulières

14 Comment organiser cet enseignement : planifier Si la compréhension des textes est constamment sollicitée en classe, il n’en demeure pas moins nécessaire d’organiser son enseignement de façon programmée et structurée.  Prévoir différents textes de lecture  Identifier les difficultés liées à la compréhension de ces textes  Planifier des séances régulières d’apprentissage de stratégies pour répondre aux difficultés de compréhension

15 ProcessusCompétence Stratégie abordée ou attitude sollicitée Microprocessus Comprendre l’information contenue dans une phrase. Comprendre l’information contenue dans une phrase (reconnaissance des mots, idée principale d’une phrase) Je regarde autour du mot difficile. J’observe la forme du mot nouveau. Je consulte le dictionnaire. Je lis par groupes de mots. J’utilise les indices grammaticaux. Processus d’intégration Effectuer des liens entre les propositions ou les phrases. Effectuer des liens entre les phrases (référents et substituts, connecteurs, inférences) J’identifie les référents et leurs substituts. J’utilise les mots de relation (connecteurs). Je comprends la ponctuation. J’interprète les liens implicites entre les phrases. Je déduis ce qui n’est pas écrit (inférences). Macroprocessus Comprendre globalement un texte. Comprendre globalement un texte (idées principales, résumé, structure du texte) Je planifie ma lecture. Je cherche le sens de ce que je lis. Je rappelle l’idée principale d’un texte. Je reconnais la structure d’un texte. Je complète un cadre de récit. Je résume un texte avec guidage.

16 Processus d’élaboration Dépasser le texte, réagir au texte. Dépasser le texte (prédictions, images mentales, réactions, intégration de l’info., raisonnement sur le texte) Je fais des prédictions d’après les indices (personnages, illustrations, titre, structure du texte) Je vois dans ma tête ce que j’ai lu. Je caractérise les personnages. J’établis une carte de personnage. Je participe à un débat interprétatif. Je mets en relation, je compare avec d’autres lectures. Processus métacognitifs Faire référence aux processus de lecture. Guider la compréhension du texte, en faisant référence aux connaissances que possède le lecteur sur ses processus de lecture Je peux expliquer aux autres comment j’ai trouvé ma réponse.

17 Comment organiser cet enseignement : mettre en œuvre les entraînements  Expliciter ce que l’on cherche à apprendre  Verbaliser les stratégies mises en œuvre  Montrer et faire montrer  Stabiliser  Régularité  Fréquence  Automatisation

18 Comment organiser cet enseignement : différencier  Différencier sur le dispositif  Organiser la classe en ateliers  Travailler en effectif réduit  Différencier sur le didactique  Travailler sur des textes de difficulté différente  Travailler sur des difficultés différentes  Différencier sur le pédagogique  Proposer des accompagnements différents  Proposer des outils d’aide  Différencier les consignes  Différencier sur le temps  Penser le travail en aide personnalisée

19 Comment organiser cet enseignement : mener de front et hiérarchiser Les traitements analytique et synthétique doivent co-exister.  Sur les 10 heures d’enseignement hebdomadaire, du temps quotidien est réservé au traitement du code et de la syntaxe  Sur les 10 heures d’enseignement hebdomadaire, du temps quotidien est réservé à la mise en place de stratégies de compréhension: inférences, rapports logiques et travail sur les idées essentielles

20 Comment organiser cet enseignement (P. Joole)  Au CP et au CE1  Les substituts  Les idées principales  L’ordre chronologique  L’ordre spatio-temporel  La structure des personnages  Les composantes de l’énonciation  La cohérence

21 Comment organiser cet enseignement : un exemple de semaine en classe de CP 2h30 20’ de phono 30’ de code 30’ de compréhension 30’ d’écriture 20’ grammaire/voc abulaire/orthogr aphe 20’ littérature/ langue orale 20’ littérature/ langue orale 20’ littérature/ langue orale 20’ littérature/ langue orale CP début d’année

22 Comment organiser cet enseignement : un exemple de semaine en classe de CP 2h30 20’ de code/phono 30’ de compréhension 30’ de fluence 30’ d’écriture 20’ grammaire/voc abulaire/orthogr aphe 20’ littérature/ langue orale 20’ littérature/ langue orale 20’ littérature/ langue orale 20’ littérature/ langue orale CP fin d’année

23 Comment organiser cet enseignement : un exemple de semaine en classe de CE1 2h30 20’ de code/phono 30’ de compréhension 30’ de fluence 30’ d’écriture 20’ grammaire/voc abulaire/orthogr aphe 20’ littérature/ langue orale 20’ littérature/ langue orale 20’ littérature/ langue orale 20’ littérature/ langue orale CE1 début d’année

24 Comment organiser cet enseignement : un exemple de semaine en classe de CE1 2h30 20’ grammaire/ vocabulaire/ orthographe 20’ de code20’ grammaire/ vocabulaire/ orthographe 20’ de code 30’ de compréhension 30’ de fluence30’ grammaire/ vocabulaire/ orthographe 30’ de fluence 30’ d’écriture 20’ grammaire/ vocabulaire/ orthographe 20’ grammaire/ vocabulaire/ orthographe 20’ grammaire/ vocabulaire/ orthographe 20’ grammaire/ vocabulaire/ orthographe 20’ littérature/ langue orale 20’ littérature/ langue orale 20’ littérature/ langue orale 20’ littérature/ langue orale CE1 fin d’année

25 Organiser les entraînements méthodiques au cycle 2 et 3 (J. Giasson)  Les ateliers de questionnement du texte  Un groupe de 7-8 élèves  4 ou 5 cycles de 4 ou 5 séances dans l’année  3 phases - Lecture individuelle - Échanges informels autour du texte caché puis échanges orientés  Prise de note du maître au tableau des constituants qui émergent  Orientation du maître vers les éléments non trouvés  On récapitule les éléments trouvés et on pose les interprétations contradictoires - vérification

26 Organiser les entraînements méthodiques au cycle 2 et 3 (J. Giasson)  Les exercices d’entraînement sur les compétences isolées  Reconnaissance des mots (sémantique et lexical)  Compréhension du sens des phrases (ordre des mots, morphosyntaxe, connecteurs)  Manipulations de la phrase (cohérence/puzzle, transformation, substitutions, réductions, expansions, déplacements)  Compréhension du sens local (intégration sémantique, mise en mémoire)  Compréhension de l’implicite, inférences (rapprocher des éléments du texte, trouver le chaînon manquant)  Perfectionnement en lecture: substituts et anaphores  Anticipation et horizon d’attente (hypothèses)  Structure des textes (dégager le plan, les éléments essentiels)  Types de textes  Statut du texte  Recherche d’informations

27 Les outils de l’animation  Compréhension des éditions La Cigale  Je lis je comprends du groupe de prévention de l’illettrisme 36  Stratégies pour lire au quotidien CDDP de Bourgogne  Favoriser la réussite en lecture: les MACLE des éditions Retz  ARTHUR éditions RETZ  CLEO éditions RETZ  Fluence éditions La Cigale


Télécharger ppt "La compréhension au cycle 2 VILLEURBANNE SUD 2011/2012 Concevoir l’enseignement dans un souci de différenciation."

Présentations similaires


Annonces Google