La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Patrick Dessi (ORL) Guy Moulin (Radiologiste) Prise en charge des épistaxis graves.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Patrick Dessi (ORL) Guy Moulin (Radiologiste) Prise en charge des épistaxis graves."— Transcription de la présentation:

1 Patrick Dessi (ORL) Guy Moulin (Radiologiste) Prise en charge des épistaxis graves

2 Définitions EPISTAXIS : hémorragie provenant des fosses nasales ou des cavités annexes GRAVES : mettant en jeu le pronostic vital EPISTAXIS : hémorragie provenant des fosses nasales ou des cavités annexes GRAVES : mettant en jeu le pronostic vital

3 A l arrivée du patient

4 Abondance et répétition Signes de pancarte et biologie Contexte étiologique Terrain : tares associées Crainte des transfusions Evaluation de la gravité Abondance et répétition Signes de pancarte et biologie Contexte étiologique Terrain : tares associées Crainte des transfusions

5 Contexte Etiologique CRASE : acquis, congénitaux VASCULAIRE : HTA, Rendu-Osler TRAUMATIQUE : accidents (AEA), chirurgie TUMORALE : bénin, malin CRASE : acquis, congénitaux VASCULAIRE : HTA, Rendu-Osler TRAUMATIQUE : accidents (AEA), chirurgie TUMORALE : bénin, malin

6 Echec des « petits » moyens Compression digitale, glace Tamponnement antérieur : physique, chimique Cautérisation endoscopique : (Agrifoglio) AL Décaillotage Tamponnement postérieur : tolérance Compression digitale, glace Tamponnement antérieur : physique, chimique Cautérisation endoscopique : (Agrifoglio) AL Décaillotage Tamponnement postérieur : tolérance

7 Vascularisation

8 Trois règles AEA : 25% vascularisation, traumatismes ASP: 75% vascularisation, les autres causes Le plus proximal possible AEA : 25% vascularisation, traumatismes ASP: 75% vascularisation, les autres causes Le plus proximal possible

9 Méthodes CHIRURGIE : externe et endonasale EMBOLISATION

10 Chirurgie A. Carotide externe : cervical, abandonnée A.M.I : vestibulaire, lourde, abandonnée A. Sphéno-palatine : endonasale A. Ethmoïdale antérieure : externe, endonasale A. Carotide externe : cervical, abandonnée A.M.I : vestibulaire, lourde, abandonnée A. Sphéno-palatine : endonasale A. Ethmoïdale antérieure : externe, endonasale

11 ASP: endonasale

12 En vogue : 1990 Avantages : efficacité 75 à 85% 100% Limites : Tr. crase, détériorations muqueuses Inconvénients : matériel, bi-trifurcation (Piquet) Limites : Tr. crase, détériorations muqueuses Inconvénients : matériel, bi-trifurcation (Piquet) Indications : unil, HTA, idiopathiques

13 A.E.A Externe : technique de choix, cicatrice, A.E.P, épistaxis traumatiques Endonasale : conjoncturelle, risque de brèche O.M, épistaxis opératoires Externe : technique de choix, cicatrice, A.E.P, épistaxis traumatiques Endonasale : conjoncturelle, risque de brèche O.M, épistaxis opératoires

14 Embolisation De plus en plus : depuis 1996 Avantages : AL potentialisée, bilan, efficacité Inconvénients : morbidité, équipe entraînée De plus en plus : depuis 1996 Avantages : AL potentialisée, bilan, efficacité Inconvénients : morbidité, équipe entraînée

15 Littérature Elden (Toronto, 1994) : 108 cas, de 84 à 92, 90% de succès, 0% mortalité, 2% complications 1 AVC, 1 nécrose cutanée limitée Hacein-Bey (New York, 1997) : Pb anastomoses AMI et APhA, échecs de la chirurgie, Diag et TRT

16 Notre expérience 1996 / 2000 : hors carcinologie, 30 embolisations (Pr. Moulin) - 30 succès - 0 mortalité - 0 morbidité - 30 succès - 0 mortalité - 0 morbidité

17 Imagerie 1

18 Imagerie 2

19 Indications

20 C est la mer rouge quand il saigne… Conclusion

21


Télécharger ppt "Patrick Dessi (ORL) Guy Moulin (Radiologiste) Prise en charge des épistaxis graves."

Présentations similaires


Annonces Google