La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lagitation du sujet âgé Dr Jean Barré service de gérontologie clinique du CHU dAngers Présentation du 17 mai 2005.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lagitation du sujet âgé Dr Jean Barré service de gérontologie clinique du CHU dAngers Présentation du 17 mai 2005."— Transcription de la présentation:

1 Lagitation du sujet âgé Dr Jean Barré service de gérontologie clinique du CHU dAngers Présentation du 17 mai 2005

2 Observations cliniques

3 Monsieur B 80 ans Monsieur B est veuf depuis 1 an et réside dans une maison de retraite depuis 6 mois. Dune façon croissante,depuis 10 jours environ monsieur semble désorienté, angoissé et perplexe. Il se rend plusieurs fois par jours dans le domicile des autres pensionnaires. Ce comportement saccentue durant la nuit. Depuis 24 heures monsieur B naccepte plus de se fait reconduire sans cesse à sa chambre (ou il ne reste pas). Le patient très énervé, refuse de se laisser approcher, repousse les soignant en les menaçant de sa canne ou de son poing. Lorsque vous arrivez le patient que vous connaissez depuis 10 ans ne vous reconnaît pas, il refuse de se faire raccompagner dans sa chambre. antécédents médicaux : HTA, hypothyroïdie, PTH gauche. traitements : XATRAL LP 10 mg : 1 /jour. LAROXYL : XX gouttes le soir ; LEVOTHYROX 25 µg cp 1 le matin. MALOX 3 / jour. TERCIAN V gouttes le soir ; AZANTAC 150 mg le matin Quel attitude concrètement ? Monsieur B est veuf depuis 1 an et réside dans une maison de retraite depuis 6 mois. Dune façon croissante,depuis 10 jours environ monsieur semble désorienté, angoissé et perplexe. Il se rend plusieurs fois par jours dans le domicile des autres pensionnaires. Ce comportement saccentue durant la nuit. Depuis 24 heures monsieur B naccepte plus de se fait reconduire sans cesse à sa chambre (ou il ne reste pas). Le patient très énervé, refuse de se laisser approcher, repousse les soignant en les menaçant de sa canne ou de son poing. Lorsque vous arrivez le patient que vous connaissez depuis 10 ans ne vous reconnaît pas, il refuse de se faire raccompagner dans sa chambre. antécédents médicaux : HTA, hypothyroïdie, PTH gauche. traitements : XATRAL LP 10 mg : 1 /jour. LAROXYL : XX gouttes le soir ; LEVOTHYROX 25 µg cp 1 le matin. MALOX 3 / jour. TERCIAN V gouttes le soir ; AZANTAC 150 mg le matin Quel attitude concrètement ?

4 1 Comment Examiner le malade Examiner un malade agité peut nécessiter une aide humaine une aide humaine une contention physique une contention physique une sédation médicamenteuse une sédation médicamenteuse Lagitation saccompagne dune opposition aux soins qui peut gêner réellement lexamen du patient et lapplication des prescriptions souhaitées.

5 1 Comment Examiner le malade La contention aggrave lagitationLa contention aggrave lagitation la contention et la sédations comportent médicalement des risques spécifiques :la contention et la sédations comportent médicalement des risques spécifiques : DéshydratationDénutrition Plaies de pression Thromboses veineuses profondes Perte de lautonomie de marche chutes

6 2 trouver la cause Monsieur B est veuf depuis 1 an et réside dans une maison de retraite depuis 6 mois. Dune façon croissante,depuis 10 jours environ monsieur semble désorienté, angoissé et perplexe. Il se rend plusieurs fois par jours dans le domicile des autres pensionnaires. Ce comportement saccentue durant la nuit. Depuis 24 heures monsieur B naccepte plus de se fait reconduire sans cesse à sa chambre (ou il ne reste pas). Le patient très énervé, refuse de se laisser approcher, repousse les soignant en les menaçant de sa canne ou de son poing. Lorsque vous arrivez le patient que vous connaissez depuis 10 ans ne vous reconnaît pas, il refuse de se faire raccompagner dans sa chambre. antécédents médicaux : HTA, hypothyroïdie, PTH gauche. traitements : XATRAL LP 10 mg : 1 /jour. LAROXYL : XX gouttes le soir ; LEVOTHYROX 25 µg cp 1 le matin. MALOX 3 / jour. TERCIAN V gouttes le soir ; AZANTAC 150 mg le matin Quel causes? Monsieur B est veuf depuis 1 an et réside dans une maison de retraite depuis 6 mois. Dune façon croissante,depuis 10 jours environ monsieur semble désorienté, angoissé et perplexe. Il se rend plusieurs fois par jours dans le domicile des autres pensionnaires. Ce comportement saccentue durant la nuit. Depuis 24 heures monsieur B naccepte plus de se fait reconduire sans cesse à sa chambre (ou il ne reste pas). Le patient très énervé, refuse de se laisser approcher, repousse les soignant en les menaçant de sa canne ou de son poing. Lorsque vous arrivez le patient que vous connaissez depuis 10 ans ne vous reconnaît pas, il refuse de se faire raccompagner dans sa chambre. antécédents médicaux : HTA, hypothyroïdie, PTH gauche. traitements : XATRAL LP 10 mg : 1 /jour. LAROXYL : XX gouttes le soir ; LEVOTHYROX 25 µg cp 1 le matin. MALOX 3 / jour. TERCIAN V gouttes le soir ; AZANTAC 150 mg le matin Quel causes?

7 1 Comment Examiner le malade Agitation aigue / chroniqueAgitation aigue / chronique Agitation avec / ou sans agressivitéAgitation avec / ou sans agressivité Agressivité spontanée ou déclanchéeAgressivité spontanée ou déclanchée Agressivité verbale ou physiqueAgressivité verbale ou physique Déambulation avec ou sans butDéambulation avec ou sans but

8 PLAINTES DE LENTOURAGE PLAINTES SOMATIQUES SYMPTOMESYNDROMEDIAGNOSTIC 2 trouver la cause

9 3 trouver la cause Syndrome démentiel Syndrome délirant Syndrome confusionnel Agitation Syndrome douloureux Syndrome anxieux Syndrome dépressif

10 3 trouver des causes Maladie dAlzheimer Rétention Aigue durine Adénome de prostate Effet Anticholinergique Attitude des soignants Confusionmentale LAROXYL +++

11 3 trouver des causes Maladie dAlzheimer Non diagnostiquée Rétention Aigue durine Adénome de prostate Effet Anticholinergique Prostatite aigue fécalome Insuffisance rénale Aigue obstructive Douleur agitation Attitude des soignants Surdosage en Azantac Confusionmentale agressivité LAROXYL +++

12 Rétention aigue durine Sonde vésicale ou cathéter sus-pubien ? Contention ? Contention ? Sédation ? comment empêcher que le patient arrache sa sonde ou cathéter ? comment empêcher que le patient arrache sa sonde ou cathéter ? 4 traiter

13 4 traiter les causes 10 Maladie dAlzheimer Non diagnostiquée 3 Rétention Aigue durine 5 Adénome de prostate 2 Effet Anticholinergique 4 Prostatite aigue 6 fécalome Insuffisance rénale Aigue obstructive 7 Douleur 1 agitation 1 Attitude des soignants 8 Surdosage en Azantac Confusionmentale agressivité 9 LAROXYL +++

14 Monsieur Albert D Monsieur D âgé de 93 ans est atteint dune maladie DAlzheimer évoluant depuis 7 ans. Il vient dêtre admis depuis 15 jours dans une maison de retraite médicalisée, au décours dune hospitalisation motivée par agressivité chronique du patient et lépuisement de son épouse. Le MMS est à 2 / 30 Durant lhospitalisation des symptômes anxio-dépressifs associés à des idéation suicidaires ont motivé une traitement antidépresseur. Ce matin léquipe soignant de la maison de retraite réclame un renforcement des traitements contre lagressivité du patient surtout durant les soins dhabillage et hygiène. 10 jours auparavant votre remplaçant avait déjà été appelé pour le même motif. A lexamen clinique Monsieur D est installé au fauteuil avec une sangle ventrale, quil essayer darracher. Il présente une rigidité extrapyramidale important. Les transferts sont impossible sans aide. Monsieur D vous réclame des ciseaux pour couper ses sangles. antécédents médicaux : HTA, maladie DAlzheimer traitements : Equanil 400 mg 3/ jours ; Dipiperon Gtts X, X, XX ; Lexomil 1 cp le soir, Imovane 1cp au coucher. Seropram 20 mg: 1 le soir Quel attitude concrètement ? Monsieur D âgé de 93 ans est atteint dune maladie DAlzheimer évoluant depuis 7 ans. Il vient dêtre admis depuis 15 jours dans une maison de retraite médicalisée, au décours dune hospitalisation motivée par agressivité chronique du patient et lépuisement de son épouse. Le MMS est à 2 / 30 Durant lhospitalisation des symptômes anxio-dépressifs associés à des idéation suicidaires ont motivé une traitement antidépresseur. Ce matin léquipe soignant de la maison de retraite réclame un renforcement des traitements contre lagressivité du patient surtout durant les soins dhabillage et hygiène. 10 jours auparavant votre remplaçant avait déjà été appelé pour le même motif. A lexamen clinique Monsieur D est installé au fauteuil avec une sangle ventrale, quil essayer darracher. Il présente une rigidité extrapyramidale important. Les transferts sont impossible sans aide. Monsieur D vous réclame des ciseaux pour couper ses sangles. antécédents médicaux : HTA, maladie DAlzheimer traitements : Equanil 400 mg 3/ jours ; Dipiperon Gtts X, X, XX ; Lexomil 1 cp le soir, Imovane 1cp au coucher. Seropram 20 mg: 1 le soir Quel attitude concrètement ?

15 Prise en charge médicamenteuses : pas de médicament miracle sappuyer sur le sémiologie psychiatrique repérer précocement les effets secondaires éviter lescalade thérapeutique : Substituer plutôt qu ajouter se fixer des objectifs réalistes ne pas associer deux médicaments de même classe

16 Prise en charge médicamenteuses : Benzodiazépine : Carbamate : Neuroleptique : Neuroleptique atypique :pas de zyprexa Anticholinestérasiques : Antagonistes des recepteurs NMDA : (mémantine) Antidépresseurs serotoninergiques : citalopram Thymoregulateurs :pas de tegretol

17 MMS Troubles du comportement Indication dintroduction des anticholinesterasiques

18 Prise en charge non médicamenteuses : PATIENT SOIGNANTS MEDECIN PRISE EN CHARGE DES FACTEURS EXTRINSEQUES

19 Prise en charge non médicamenteuses : - Comment évaluer lagitation des personnes âgées ?

20 Fréquence de jamais (1) à plusieurs fois par heures (7) Agitation physique non agressive Agitation verbale non agressive Agressivité physique Agressivité verbale Cohen-Mansfield

21 Prise en charge non médicamenteuses : Projet dune équipe soignante dun établissement: - Comment éviter la contention physique ? - Aménager les locaux dune institution ? - Quelles activités proposer à un patient dément ? Attitude adaptée et personnalisée pour chaque cas :

22 Ex taux de succès des alternatives contention : (maisons de retraites du Colorado) extrait du Rapport ANAES 2000 sur les contention annexe 2 page 30 APPROCHES OCCUPATIONNELLES SUCCES ECHECPAS TENTEN ACTIVITE DE GROUPE JOURNALIERE89.1 %14.2 %35.4%127 INCITATION AUX PROMENADES84.5 %9.3%6.2%129 EXERCICES PHYSIQUES88.4 %10.1 %1.6%129 ACTIVITES NOCTURNES43.5 %17.3 %40.2 %127 ACTIVITES LES WEEK-ENDS82.7 %11.8 %5.5 %127 EMPLOI DE BENEVOLES66.7 %15.5 %17.8 %129 APPROCHES SOCIOPSYCHOLOGIQUES MODIFIER LES STIMULI SENSORIELS52.4 %12.7 %2.3 %128

23 Conclusion Lagitation de la personne âgée : Cest toujours difficile à prendre en charge Pas de médicament miracle toujours rechercher des causes organiques Traiter une maladie plutôt quun syndrome, un syndrome plutôt quun symptôme… rechercher les facteurs extrinsèques aggravants Les solutions efficaces se trouvent dans la durée


Télécharger ppt "Lagitation du sujet âgé Dr Jean Barré service de gérontologie clinique du CHU dAngers Présentation du 17 mai 2005."

Présentations similaires


Annonces Google