La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Christine Mias Equipe REPERE/CREFI-T. «Quoi que lon dise, dans notre société, ce qui fait que quelquun participe socialement, cest le travail » (Moscovici,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Christine Mias Equipe REPERE/CREFI-T. «Quoi que lon dise, dans notre société, ce qui fait que quelquun participe socialement, cest le travail » (Moscovici,"— Transcription de la présentation:

1 Christine Mias Equipe REPERE/CREFI-T

2 «Quoi que lon dise, dans notre société, ce qui fait que quelquun participe socialement, cest le travail » (Moscovici, 2000).

3 Létude des processus de professionnalisation Une définition Une définition : ensemble de processus en interaction conduisant à la construction et à lévolution permanentes dune identité professionnelle attestée (la professionnalité). => processus relatif à des objets particuliers, précisés, que sont les objets professionnels « Notre contribution singulière à la connaissance des phénomènes de professionnalisation porte sur la dynamique de limplication professionnelle individuelle/collective, au fil des échanges interpersonnels qui traitent des objets professionnels. La mise à plat (ex-plicitation) des pratiques en groupe, formalisée ou non, permet une délibération sur les contenus représentationnels. » (Bataille, 2000)

4 M. Bataille, 2000 représentation post-professionnelle Entrée en formation professionnalisante représentation pré-professionnelle de la profession Entrée dans lexercice professionnel représentation professionnelle représentation socio-professionnelle représentation sociale retraite

5 Origines du questionnement Des observations de terrain : attitudes différenciées en situation professionnelle Des notions de sens commun pour qualifier la conduite dautrui : « il sengage vraiment », « elle nest pas impliquée », « il sengage vraiment », « elle nest pas impliquée », « il simplique trop », « son travail ne lintéresse pas »... « il simplique trop », « son travail ne lintéresse pas »... Des individus en rupture : Des individus en rupture : « On ne nous demande pas de nous impliquer, d'être de vrais acteurs », « on ne participe à rien, tout se fait sans nous », « il y a une perte de sens », « un manque d'éthique »…

6 Objectif : Transformer des résultats de recherche dans une application sur le terrain Comprendre comment le sujet entre dans le métier ou « comment le métier entre dans lindividu » (Clot, 2008) : étude de processus de professionnalisation Construire de manière collective une reconnaissance professionnelle telle que chacun puisse prendre sa part singulière et assumée dans lespace professionnel

7 Définir limplication professionnelle Implication et fondement épistémologique Étymologie : Impliquer (im-plicare) : plier dans, entortiller, emmêler. Lié à plectere, plexus (en grec) : tresser, enlacer (en grec, implexer : in- plectere enlacer dans, mêler à). Expliquer (ex-plicare) : dérouler, déployer, développer. Plus tard, faire comprendre quelque chose en développant, rendre intelligible; également se battre, sopposer (en argot, début du 20ème siècle : sexpliquer cest faire face aux difficultés). Un mode particulier de connaissance qui se construit dans une relation dialogique

8 Limplication professionnelle : un processus de professionnalisation Comment lexpliquer : Mise à plat (déplier limpliqué, lexpliquer) : Triptyque SRC : Sens, Repères, Sentiment de contrôle

9 Modéliser la mise à plat pour comprendre limplication professionnelle Sens Repères Contrôle SRC Plusieurs cas de figures : les 3 dimensions sont présentes : on parlera dimplication active. Aucune dimension nest significativement activée : on parlera alors dimplication passive (aquabonisme, retrait symbolique…)

10 -Un invariant : S/R/C Invariabilité relative dans la mesure où, quel que soit le champ professionnel considéré on a pu retrouver, appliquées aux préoccupations particulières et singulières de ce champ, les mêmes trois orientations en absence ou présence ET différenciées en fonction du niveau danalyse. Dit autrement, nous avons admis que limplication professionnelle sexprime soit activement (au moins 1 des 3 composantes est présente), soit passivement (aucune composante ou dimension nest significativement activée)

11 Implication active : les personnels salariés expriment des intentions dactions, une participation et une mobilisation différentes en fonction du sens construit, des repères activés et/ou du contrôle perçu de la situation vécue dans le second cas : les contenus discursifs montraient des attitudes « aquoibonistes », des signes de retrait symbolique de la vie professionnelle, ou encore des formes dabsentéisme moral, aucune des dimensions nétant présente

12 Comment aborder limplication des acteurs ? Des origines nord-américaines : K. Lewin Une succession francophone : 2 orientations : implication (Moscovici et Doise, 1994) et engagement (Beauvois et Joule, 1987, 1998, …) Mais plusieurs autres pistes liées à la polysémie du terme et à des notions proches : proxémie (E.-T. Hall), intérêt (P. Bourdieu), attachement, raccordement (Sciences de gestion), …

13 Une définition : Limplication professionnelle est une manière dêtre et de se conduire dans un espace professionnel identifié (Mias, 1996, 2006)

14 Une modélisation en 3 dimensions Le sens se construit dans et par la signification et lorientation données par le professionnel à son cheminement dans un champ professionnel porteur de valeurs et de finalités caractéristiques. [Sens/Significations/Liens] Construction sociale des individus en interaction et en lien avec les contextes dans lesquels ils sont immergés

15

16 Référentiels, guides pour laction Les repères : nécessaires au balisage du chemin parcouru et à parcourir, processus de transmission d'une mémoire collective permettant d'assurer la continuité et la projection dans l'avenir. [Patrimoine mémoriel/Identités/Représentations professionnelles]

17 Le sentiment de contrôle définit les choix propres du professionnel, ses autorisations à agir en évaluant et contrôlant ses actions dans un système d'actions collectives. Il sagit de la perception ou de la non- perception par les gens de lexistence dun lien entre leur comportement et un renforcement subséquent

18 F2 : axe des repères identificateurs Acteur concerné/ identification possible à laction Acteur non concerné Action valorisée Action non valorisée F1 : axe du sens donné à laction F 3 : axe du contrôle perçu Mon action est inutile et je ny peux rien Mon action est utile et jy peux quelque chose

19 Acteur professionnel dans son groupe de travail restreint (équipe) niveau organisationnel local (établissement) niveau institutionnel distal (ministère) réalités socio-économiques « objectives » Variabilité en fonction du niveau danalyse

20 Des pistes de travail Emotions Référence aux mondes de Boltanski et Thévenot Polyphasie cognitive Affordances


Télécharger ppt "Christine Mias Equipe REPERE/CREFI-T. «Quoi que lon dise, dans notre société, ce qui fait que quelquun participe socialement, cest le travail » (Moscovici,"

Présentations similaires


Annonces Google