La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dr MP Pancrazi Chef de service Gérontopsychiatrie et Pôle Ambulatoire Hôpital Privé Gériatrique Les Magnolias -Ballainvilliers (91)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dr MP Pancrazi Chef de service Gérontopsychiatrie et Pôle Ambulatoire Hôpital Privé Gériatrique Les Magnolias -Ballainvilliers (91)"— Transcription de la présentation:

1 Dr MP Pancrazi Chef de service Gérontopsychiatrie et Pôle Ambulatoire Hôpital Privé Gériatrique Les Magnolias -Ballainvilliers (91)

2 2 Fréquence de la maladie Le nombre de patients est lié à lâge, donc à lespérance de vie (Etats-Unis : 10,3%, Chine : 4,6%; Afrique : 1,1%) - En France : patients ( à nouveaux cas par an) 3% des personnes>65 ans, croissance exponentielle : 20% si > 85 ans - Le nombre de patients double tous les 5 ans de 65 à 85 ans *retarder la maladie de 5 ans => diminution de 50% du nombre de patients *retarder la maladie de 10 ans => diminution de 75% du nombre de patients Dans 10 ans toutes les familles seront concernées - Les « maladies de la mémoire » majorent la mortalité (MA par un facteur 3, DV par un facteur 4 : soit autant que la cancer) => doù la nécessité de prévenir et de traiter

3 3 Quand parle t- on de « démence » ? Devant un déficit progressif de la mémoire et/ou dau moins une autre fonction intellectuelle supérieure, Apparu depuis au moins 6 mois Suffisamment important pour retentir sur la vie quotidienne La démence cest le handicap!

4 Maladie dAlzheimer Principale cause de démence après 65 ans : 60% des démences Affection neuro dégénérative qui détruit de façon lente et progressive les cellules cérébrales Découverte par Alois Alzheimer neuropathologiste allemand chez Mme Augusta D Létude du cerveau de cette patiente a permis de décrire pour la première fois deux lésions : la plaque sénile et la dégénérescence neurofibrillaire(les 2 plus connues. 4 Mme Auguste D Première description De la maladie le 4 novembre 1906

5 5 Une maladie qui évolue très lentement jusquà la démence Étape pré clinique Démence avérée légère modérée sévère Étape pré démentielle MCI 1éres plaques séniles à 40 ans 3 à 15 ans Trop souvent encore la MA nest diagnostiquée quau stade modéré à sévère!!!

6 La diffusion des lésions cérébrales dans la maladie dAlzheimer affecte rapidement le lobe frontal

7 7 Les trois dimensions de la MA Troubles cognitifs Signes psychologiques et comportementaux Retentissement Fonctionnel LAutonomie

8 8 Quels sont les troubles? Latteinte de la mémoire des faits récents altération de la capacité à apprendre des informations nouvelles ou à se rappeler les informations apprises antérieurement Puis de la mémoire ancienne Et du reste du fonctionnement mental

9 Maladies de la mémoire: la plainte mnésique est différente Oublis de séquences entières dévènements Oublis de faits récents jugés importants Hésitations pour lorientation dans lespace Difficultés dans des actes complexes Le malade minimise ses difficultés Retentissement dans la vie quotidienne

10 10 Les autres fonctions intellectuelles peuvent être touchées MémoireLangage Gestes et Savoir faire Reconnaissance Organisation planification Troubles mnésiques Troubles phasiques Troubles praxiques Troubles gnosiques Troubles des fonctions exécutives

11 Quelques rares familles où la maladie se transmet de parent à enfant => Mutation sur un chromosome Cause inconnue (la majorité) => identification des facteurs de risque La connaissance de ces facteurs de risque va permettre aux médecins de repérer - au sein dun groupe de personnes se plaignant de sa mémoire - une population à risque, et de la surveiller Les causes

12 Âge Antécédents familiaux de maladie dAlzheimer Sexe féminin HTA, cholestérol, diabète non ou mal traités Dépression Isolement (célibat…) Les facteurs de risque

13 Le vieillissement de la mémoire est propre à chaque individu Age Niveau éducationnel Mode de vie Facteurs génétiques Facteurs psychoaffectifs Médicaments Problèmes de santé mémoire

14 Les moyens « préventifs » - certains médicaments (anti inflammatoires, traitement de lHypertension artérielle,du cholestérol, - facteurs hygiéno-diététiques :consommation de flavonoïdes, de vin… Les moyens qui moduleraient lexpression des symptômes - niveau culturel élevé - activité sociales et de loisirs Les facteurs protecteurs

15 Première phase (3 à 5 ans) : troubles de la mémoire, oubli des faits récents, changement de comportement parfois oubli impressionnant, souvent associé à une « dépression » Episodes transitoires de « confusion » de « blancs », « de trous noirs »… La personne et son entourage sinquiète Le diagnostic devrait être fait à ce moment là… Deuxième phase (5 à 7 ans) : troubles de la mémoire nets, troubles du langage, de lexécution de certains gestes complexes, réduction de lautonomie (gérer ses comptes, sortir de chez soi, se servir dun téléphone, prendre correctement ses médicaments...) Troisième phase (3 à 5 ans) : perte sévère dautonomie,période dagitation, dagressivité, hallucinations, sommeil perturbé, incontinence, amaigrissement… Les signes

16 Dr Marie Pierre PANCRAZI Hôpital Privé Gériatrique Les Magnolias Longjumeau16 Les troubles psycho-comportementaux AFFECTIFS dépression anxiété, perturbations émotionnelles apathie CONDUITES ELEMENTAIRES sommeil, sexualité, alimentation Délire, hallucinations, troubles de lidentification agitation, agressivité, conduites stéréotypées, déambulation COMPORTEMENTAUX PSYCHOTIQUES

17 Plus la prise en charge est initiée tôt, meilleure sera lévolution des troubles On peut espérer rester dans la phase dans laquelle on est, lamélioration est plus aléatoireOBJECTIF => Rester dans la première phase… Importance de faire un diagnostic précoce

18 Consultation auprès dun spécialiste (neurologue, psychiatre, gériatre, généraliste capacitaire en gérontologie) Tests psychométriques (neuropsychologues, orthophonistes, certains médecins spécialistes..) Prise de sang ? Scanner ou IRM cérébrale ? Autres examens plus sophistiqués ? Comment fait on le diagnostic?

19 Progression de latrophie hippocampique

20 Klunk et al Traceur amyloïde en TEP (Pittsburgh Compound-B : PIB)

21 2 ° cause de maladie de mémoire « dégénérative » Cause inconnue, facteurs de risque moins bien connus, Elle comprend certains signes de la maladie dAlzheimer et certains signes de la maladie de Parkinson Particularité : hallucinations précoces, fluctuations des performances, intolérance aux neuroleptiques… Evolution progressive vers laggravation Les autres maladies de la mémoire La maladie des Corps de Lewy

22 Très nombreuses et moins fréquentes Les causes vasculaires Les autres causes « dégénératives » : maladie fronto-temporale, paralysie progressive supra nucléaire ou maladie de Steele-Richardson, dégénérescence cortico-basale, atrophie multisystématisée….. Les causes inflammatoires Les causes infectieuses Les causes toxiques : alcoolisme chronique.. Les causes neurologiques Les causes liées à un cancer Les causes génétiques, les causes très rares….. Les autres maladies

23 Soccuper de la personne malade et de son entourage Les professionnels sorganisent au sein dun réseau sanitaire et social comprenant : - Médecins généralistes et spécialistes - Intervenants paramédicaux (neuropsychologues, orthophonistes, kinésithérapeutes, infirmières, aides soignantes, psychologues, ergothérapeutes…) - Institutions, hôpitaux, hospitalisation à domicile - Accueil de jour - Structures dhébergement temporaire ou permanent - Secteur social - Secteur juridique - Association de familles Les traitements Traitements non-médicamenteux

24 Plasticité Cérébrale Capacité du cerveau à réorganiser ses réseaux de neurones en fonction des stimuli et des expériences vécues afin dadapter son fonctionnement aux nouvelles conditions MPP Réseau Alois 12/12/08 le concept de réserve synaptique

25 25 Les principaux objectifs de laccompagnement Préserver lautonomie fonctionnelle et les capacités restantes Aider sans assister Stimuler sans mettre en échec : les activités Pallier aux déficits aménager l environnement Préserver ladaptation à la réalité Maintenir une certaine routine pour préserver les repères Lutter contre la désorientation et la perte du sentiment didentité Préserver la communication et la place dans la famille Prévenir les troubles du comportement et atténuer leurs conséquences Rythmer la journée Alterner activités stimulantes et apaisantes ( musique, bain chaud) Stratégies comportementales

26 26 Actions comportementale: favoriser lorientation Temporelle: agenda, tableau blanc, calendrier, affichage Spatiale: balisage lumineux, pancartes lalimentation: sets de tables antidérapants, couverts ergonomiques, couleurs vives… lhabillage vêtements amples dont la taille est élastique et chaussures avec fermeture velcro, ranger les habits dans un certain ordre, les conduites délimination Aider à repérer les toilettes, à effectuer le déshabillage nécessaire, à adopter la position adéquate, faire uriner à heures fixes le coucher et le sommeil utiliser des rituels, répéter des rituels verbaux chaque soir, maintenir une lumière,

27 Le bilan neuropsychologique en pratique dans le Réseau mémoire Alo ï s Trois neuropsychologues : Marielle MENOT, Morgane LANGLAIS et Fabrice SULLY- ALEXANDRINE Cinq lieux de consultations à Paris : VII° (34, av de la Motte-Picquet), VIII° (12, rue Clapeyron), IX° (bd Bonne Nouvelle), XIV° (87, bis rue Didot) et XV° (83, rue de la Convention). Il sagit de cabinets privés. Durée du bilan : environ 2 heures Conditions daccès : pour les patients domiciliés à Paris, à Vanves, à Malakoff, à Châtillon, à Montrouge, à Issy-les-Mx, à Clamart, à Neuilly-sur-Seine ou à Boulogne-Billancourt Délai dattente : 1 mois environ pour le RV Compte-rendu adressé au médecin dans les 3 jours Participation demandée : 25, non remboursés par la Sécu. Gratuité si le patient ne peut pas payer. Certaines mutuelles le prennent en charge. Possibilité également de verser un don, avec remise dun reçu fiscal. Qui prescrit ? le spécialiste (neurologue, psychiatre, gériatre) ou le généraliste sil est membre du réseau et sil a suivi une formation Comment prendre RV ? directement auprès du réseau au

28 28 A éviter Sur stimulation Carence de stimulation Éclairage défectueux Bruits intempestifs Modifications brutales de lenvironnement Déménagements, déplacements répétés Infantilisation etc. Un milieu inadapté ou des attitudes inadaptées des proches peut contribuer à l'apparition de troubles ou les aggraver.

29 Les inhibiteurs de lacétylcholinesterase 3 médicaments dune même famille, disponibles depuis 1994 Aricept ®, Réminyl®, Exelon® Les inhibiteurs des récepteurs du glutamate Ebixa ® Les traitements médicamenteux Les médicaments spécifiques

30 Acétylcholinestérase et récepteurs nicotiniques Choline + acétate ACh Acétylcholine (Ach) récepteurs muscariniques récepteurs nicotiniques

31 Prescription initiale de spécialistes, renouvellement par le généraliste Initier le traitement le plus tôt possible Efficacité sur les troubles intellectuels (mémoire…) et sur les troubles du comportement Ne pas larrêter sans avis médical (même si « un déclin » réapparaît) Effets secondaires digestifs Possibilité de les associer à dautres médicaments (dépression, sommeil, anxiété, …) Les inhibiteurs de lacétylcholinesterase

32 Les médicaments spécifiques Les inhibiteurs des récepteurs du glutamate Plus récent (2002),un seul médicament, possibilité de lassocier aux inhibiteurs de lacétylcholinesterase pour une meilleure efficacité Action sur agitation, dépression, anxiété Les traitements médicamenteux

33 Les nouveaux traitements Nombreux médicaments en cours détude Le vaccin ? Les traitements médicamenteux


Télécharger ppt "Dr MP Pancrazi Chef de service Gérontopsychiatrie et Pôle Ambulatoire Hôpital Privé Gériatrique Les Magnolias -Ballainvilliers (91)"

Présentations similaires


Annonces Google