La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pneumologue et cannabis ? Tabagisme – –Cancers bronchiques : 29000 cas / 13% de survie à 5 ans – –BPCO : 15000 à 20000 décès par an – –Toxicité liée aux.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pneumologue et cannabis ? Tabagisme – –Cancers bronchiques : 29000 cas / 13% de survie à 5 ans – –BPCO : 15000 à 20000 décès par an – –Toxicité liée aux."— Transcription de la présentation:

1 Pneumologue et cannabis ? Tabagisme – –Cancers bronchiques : cas / 13% de survie à 5 ans – –BPCO : à décès par an – –Toxicité liée aux produits de combustion de la fumée de tabac Cannabis en France – –Inhalé : production de fumée de cannabis – –Couplée à un tabagisme : + fumée de tabac – –Consommation croissante chez les jeunes – –Débats passionnels : drogue « douce », banale chez ladolescent ? Dramatisation, médicalisation ? Le praticien doit il sinquiéter et simpliquer ? Y a-t-il un usage nocif du cannabis ? Quel consommateur est concerné et comment le repérer ?

2 Cancérigènes Goudrons, Hydrocarbures Nitrosamines Amines aromatiques Irritants respiratoires Oxydes dazote, formol, acroléine etc... Monoxyde de carbone Exposition à la fumée de fumée de tabac > morts :en France –Cancers > –Insuffisance respiratoire –Maladies cardio-vasculaires

3 Moir et coll : machines à fumer Ammoniac : 20 fois supérieur NO, NO2, NO3 : 3 à 5 fois plus Cyanure dhydrogène : 3 à 5 fois plus Amines aromatiques : 3 à 5 fois plus Hydrocarbures aromatiques polycycliques Goudrons, benzène, toluène : similaires Aldéhydes, arsenic, cadmium : très peu Nitrosamines spécifiques du tabac absents Taux de CO identiques sur automates Comparer : fumée de marijuana versus fumée de tabac BPCO ? Cancers ? Vaisseaux, fœtus,.. Les fumées se ressemblent beaucoup….. Mais le fumeur de cannabis fume beaucoup moins et moins longtemps quun fumeur de tabac…

4 Le mode inhalatoire du fumeur de cannabis diffère de celui du fumeur de tabac Comparaison : fumeur de cigarette de cannabis / tabac : – –volume de bouffées augmenté: + 2/3 – –profondeur dinhalation : + 1/3 – –rétention de fumée : x 3-4 rétention de CO : x 3 rétention de goudrons : x 3 – –quantité inhalée et retenue : x 3-4 – –Un joint pur = 3-5 cigarettes de tabac Tabagisme fréquemment associé en cas dusage régulier de cannabis Lusage de cannabis augmente la dépendance au tabac Le cannabis seul pourrait augmenter le risque de cancers et de BPCO ? Le cannabis pourrait augmenter le risque lié au tabagisme ? Le cannabis pourrait raccourcir la durée nécessaire pour faire un cancer chez le fumeur de tabac ?

5 Y a til des preuves cliniques ? Comparaison fumeurs marijuana / tabac / les deux / non fumeurs Inhalation régulière de fumée de cannabis : – –Bronchite chronique, bronchite aigue sifflante (S) – –3 joints de marijuana = 20 cigarettes Aldington S. Thorax 2007 : HRTDM et EFR – –relation dose - effet : cannabis et degré dobstruction bronchique et de distension : BPCO/emphysème – –1 joint de cannabis = 2,5 – 5 cigarettes de tabac (TVO) Le risque de BPCO est bien réel chez le fumeur régulier de marijuana, indépendamment du risque lié au tabac La question cannabis doit être posée en cas de BPCO ou de taux dHbCO élevé, définissant un usage nocif

6 La fumée de cannabis augmente telle le risque de cancers ? Le risque de cancer est souvent mentionné Carcinogènes proches de ceux de la fumée de tabac Cas cliniques de cancers VADS/ORL/bronchiques : – –patients jeunes, fumeurs de cannabis, sans autre explication Niveau de preuve scientifique des études est faible – –définition de consommation imprécise – –manque de recul (jeunes), effectifs faibles – –biais de réponse aux questionnaires (drogue illicite) – –variables confondantes : alcool, tabac – –exposition à la fumée de cannabis plus brève que celle du tabac

7 Hashibe 2006 : étude cas contrôles cancers VADS et bronchiques 1212 cancers bronchiques et VADS / 1040 contrôles Appariés : âge, sexe, environnement,… Questionnaire standardisé : dose cumulée de marijuana : joint- années Association positive cannabis et cancers : marijuana > 30 joint- années : Après ajustement tabac alcool : – –Pas daugmentation du risque lié à la consommation de cannabis, voire un risque moindre ? Rôle protecteur du THC ?? Melamede R Hall W Bifulco M – –in vitro et in vivo : THC inhibe la croissance de lignées tumorales Zhu LX 2000 : – –THC active la croissance tumorale – –THC est immunosuppresseur (lymphocytes T)

8 Aldington S : études cas contrôles cancers ORL et bronchiques Cancers ORL (n=75) et contrôle (n=319) Variables confondantes très étudiées : tabac, alcool, profession Quantification de consommation en joint-année Le cannabis naugmente pas le risque de cancer ORL La consommation de tabac et dalcool, oui Cancers bronchiques (n=79) et contrôle (n=324) Consommation > 10,5 joint-années augmente le risque de cancer bronchique : RR 5.7 (95% CI 1,5 - 21,6) 1 joint-année de cannabis : augmente le risque de 8% –RR = 1,08, 95% CI 1,02-1,15 1 paquet-année de tabac : augmente le risque de 7% –RR = 1,07, 95% CI 1,05-1,09

9 Artérite cannabinique, Mémoire, concentration, vigilance : scolarité, automobile, travail Syndrome amotivationnel : désinvestissement voire désinsertion Troubles psychiatriques : – –Hypervigilance anxieuse – –Bouffées délirantes aigues – –Schizophrénie révélateur ou facteur aggravant chez un sujet prédisposé risque plus élevé si consommation massive de cannabis à l'adolescence Plus dabuseurs de cannabis chez le schizophrénique : « automédication » Il peut donc y avoir un usage nocif du cannabis inhalé qui doit être repéré et pris en compte par le praticien Autres conséquences cliniques

10 Parmi les tous nos jeunes fumeurs de cannabis, quels sont ceux qui sont le plus concernés par ces risques ? Comment repérer un usage nocif ?

11 La périodicité de consommation ne suffit pas à caractériser un fumeur de cannabis, les modes de consommation sont hétérogènes 1) Produits utilisés : herbe, résine, huile, additifs 2) Teneur en THC : 3% à 30% 3) Mode de consommation : joints, bang, ingestion 4) Produits associés : alcool - tabac 5) Périodicité de consommation, quantité consommée, durée – –Expérimentation : > 50% à 17 ans – –Usage occasionnel – –Usage régulier : 15% garçons, 6% filles de 17 ans – –Usage quotidien 6) Motifs de consommation – –groupe, festive, hédonisme, automédication, dépendance

12 En pratique clinique, trois types dusages du cannabis Usage simple de cannabis, situation la plus fréquente – –Sans dommages physique, mental, social ou judiciaire repérables – –Initiation : cadre de pratiques festives et «initiatiques » – –prise de distance par rapport aux parents, à la société? tentative dautonomisation – –facteur d'intégration à un groupe de pairs consommateurs – –consommations socialement réglées, cadre dun usage convivial – –Consultations rares – –Majorité des fumeurs arrêtent à lâge «adulte» – –Ne pas banaliser : risque dabus non nul : Co-consommations (tabac, alcool, psychoactifs) Consommation avant 15 ans Trouble mental associé Conduite de véhicule, sur le lieu de travail – –Frontière usage et abus nest pas facile à tracer avec le cannabis

13 Usage nocif ou problématique : consommation répétée – –dommages physiques, psychiques, sociaux, judiciaires pour le sujet ou son environnement, sans qu'il y ait dépendance Facteurs liés au produit et à sa consommation – –fréquence (quotidienne), quantité consommée et durée – –recherche divresse intense, rapide et répétée – –association systématique à d'autres produits – –usage « thérapeutique antidépresseur, troubles du sommeil. Facteurs de vulnérabilité individuelle – –Manque de lestime de soi, trouble de l'humeur, troubles du comportement, troubles de la personnalité, tentatives de suicide, troubles psychotiques Facteurs environnementaux, sociaux – –événements de vie (rupture, deuil, abus, maladie grave…) – –problèmes scolaires, professionnels, délinquance – –consommation importante des parents – –fréquentation d'autres consommateurs problématiques

14 Usager dépendant au cannabis – –10 à 15% des usagers de cannabis – –place du produit prépondérante ou systématiquement nécessaire à l'accomplissement de certaines activités. – –difficile ou impossible de s'en passer – –bien que source de difficultés – –Voire : besoin compulsif du produit augmentation de doses signes de manque lors des tentatives darrêt La dépendance physique est moins fréquente quavec le tabagisme

15 Quand et pourquoi repérer le fumeur de cannabis ? Question systématique en consultation : fumez-vous ? tabac ? cannabis ? Parfois la demande vient du fumeur : usage nocif Souvent demande de l'entourage ou dordre judiciaire Buts : empathie et écoute, sans jugement de valeur – –informer les usagers des risques – –évaluer les usages simples ou nocifs – –aider le sujet à en prendre conscience – –préciser les circonstances ou contextes de consommation – –évaluer une motivation au changement de comportement – –proposer des interventions

16 Repérage dun usage nocif Dialogue et échange : symptômes et facteurs dusage nocif Auto questionnaires : CAST, ADOSPA, DETC Usage de cannabis : tentative de solution ou dapaisement à un problème de l'adolescent larrêt à risque : anxio-dépression, réactions comportementales, idée suicidaire aucun traitement médicamenteux na fait preuve dune efficacité dans le traitement de laddiction au cannabis.

17 Usage problématique : orienter le patient 280 consultations cannabis jeunes consommateurs : Angers – –La Boëtie centre 144 : – –Médecine E : Consultations cannabis et alcoologie : BaugéPoint écoute relais : BeaupreauConsultation cannabis : ChemilléConsultation cannabis : CholetConsultation cannabis : SaumurConsultation cannabis : SegréConsultation cannabis : UCT Pneumologie : Consultation tabac : Ecoute cannabis Fil Santé Jeunes :

18 Conclusions Ne pas juger, mais ne pas banaliser Il peut y avoir un usage nocif du cannabis – –À court terme : psychiatrique, social, judiciaire – –A long terme : BPCO, cancers, artérite Le praticien – –Information – –Repérage Aider et orienter, notamment en cas dusage nocif Penser au tabagisme associé


Télécharger ppt "Pneumologue et cannabis ? Tabagisme – –Cancers bronchiques : 29000 cas / 13% de survie à 5 ans – –BPCO : 15000 à 20000 décès par an – –Toxicité liée aux."

Présentations similaires


Annonces Google