La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

HEMODYNAMIQUE EN REANIMATION Dr BLASCO Gilles Département dAnesthésie Réanimation CHU BESANCON.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "HEMODYNAMIQUE EN REANIMATION Dr BLASCO Gilles Département dAnesthésie Réanimation CHU BESANCON."— Transcription de la présentation:

1 HEMODYNAMIQUE EN REANIMATION Dr BLASCO Gilles Département dAnesthésie Réanimation CHU BESANCON

2 INTRODUCTION En anesthésie réanimation, la connaissance et le maintien dune hémodynamique correcte est indispensable à la perfusion des organes et par la même à la survie du patient. Les paramètres à connaître sont: - La pression artérielle: volémie, tonus vasomoteur sympathique - La fonction cardiaque: pression de remplissage des deux ventricules,débit cardiaque.

3 PRESSION ARTERIELLE Mesure indirecte Elle repose sur locclusion par un brassard pneumatique dune artère de gros calibre telle que lartère humérale. La détection des pressions systoliques et diastoliques, au cours du dégonflage progressif du brassard peut se faire par 4 méthodes: - Auscultation des bruits de korotkoff - Enregistrement et analyse des oscillations - Détection par ultrasons des mouvements des parois artérielles - Détection du flux sanguin par ultrasons ou effet photo-electrique.

4 PRESSION ARTERIELLE Mesure indirecte Un système hydropneumatique gonfle le brassard automatiquement à une pression constante ou par paliers successifs. La vitesse de dégonflage est de 2à 3 mmHG/sec. Un transducteur enregistre des oscillations crées dans le brassard et un microprocesseur permet lanalyse des pressions: - PA systolique = apparition des oscillations - PA moyenne = oscillations maximales - PA diastolique = disparition des oscillations Les limites de confiance sont de lordre de 15 mmhg.

5 PRESSION ARTERIELLE Mesure directe Le principe : Lénergie mécanique que représente la pression intra vasculaire est transformée en signal électrique par un transducteur. De nombreuses informations seront déduites de la courbe de pression artérielle. - 1) mesures des pressions systoliques et diastoliques (la pression moyenne est calculée). - 2) fluctuation des pressions: volémie Les variations respiratoires de la PA ont une amplitude dépendant de la qualité du remplissage ventriculaire. Une variation de plus de 5% témoigne dune hypovolémie.

6 PRESSION ARTERIELLE

7 Mesure directe 3) Des calculs complexes permettent de calculer : le débit cardiaque, le volume déjection systolique et les RVS (systéme PICCO). Cette mesure nécessite la mise en place dune canule artérielle (radiale, pédieuse, fémorale, humérale). Le risque : - ischémie du membre (± vasospasme) - thrombose artérielle - anévrysme ou fistule artério-veineuse - infectieux

8 PRESSION VEINEUSE CENTRALE Elle renseigne sur la pression de remplissage du VD. Elle est influencée par les changements de pression intra-thoracique surtout lors de la ventilation artificielle et la PEP. Sa mesure est entachée derreurs nombreuses sur cathéter multi-lumiére. Chez le sujet normal, sa mesure nest pas prédictrice du bon fonctionnement du VG. Chez le patient de réanimation, la mesure de la PVC seule ne permet pas de prédire lefficacité et surtout la tolérance du remplissage. Lorsque lon décide de mesurer cette pression, le capteur doit être en bonne position, sous peine derreur dinterprétation.

9 PRESSION VEINEUSE CENTRALE

10 PRESSIONS ARTERIELLES PULMONAIRES Lintroduction de cathéters à ballonnets (SWAN-GANZ) a permis une investigation des pressions dans lOD (2 à 8 mmhg), le VD et également de mesurer la POG (<15mmhg) par lobtention dune pression capillaire bloquée. Laddition dune thermistance permet la mesure du débit cardiaque (mesure unique ou continue). Laddition de fibre optique permet la mesure de la saturation veineuse en oxygène (SVO2) témoin du fonctionnement des organes en situation de choc. Des complications sont possibles: - Idem cathéters veineux centraux - Troubles du rythme - Perforation artère pulmonaire - Infarctus pulmonaire

11 PRESSIONS ARTERIELLES PULMONAIRES

12 SWAN - GANZ

13

14 MESURE DU DEBIT CARDIAQUE Méthodes invasives La mesure repose ici sur un indicateur incorporé à une unité de sang circulant. Cet indicateur sera identifié dans lespace et dans le temps (indicateur coloré, température..). La sonde de Swan- Ganz permet par la thermistance de mesurer une variation de température par unité de temps. Lindex cardiaque (débit cardiaque/surface corporelle) est proche de3,5 à 4,5 ml/min/m2. Une mesure continue est disponible (vigilance®)

15 VIGILANCE ®

16 MESURE DU DEBIT CARDIAQUE Méthodes non invasives Le doppler oesophagien: - il permet létude du débit cardiaque par la mesure des vitesses dans laorte thoracique. - La sonde est placée dans lœsophage et sa fixation nest pas toujours facile. La bon positionnement de la sonde nest pas toujours évident. - Lénorme avantage reste sa facilité de mise en œuvre. Léchographie cardiaque: - elle nécessite une formation spécifique et un appareillage coûteux. - Elle permet une étude complète du fonctionnement cardiaque (remplissage, fonction des valves, débit cardiaque...).. Le système PICCO - lanalyse de la courbe artérielle permet le calcul du débit cardiaque

17 DOPPLER OESOPHAGIEN


Télécharger ppt "HEMODYNAMIQUE EN REANIMATION Dr BLASCO Gilles Département dAnesthésie Réanimation CHU BESANCON."

Présentations similaires


Annonces Google