La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SVT et EDUCATION A LA SANTE Annie MAMECIER doyenne du groupe des sciences de la vie et de la Terre de linspection générale LE TECH, le 3 novembre 2005.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SVT et EDUCATION A LA SANTE Annie MAMECIER doyenne du groupe des sciences de la vie et de la Terre de linspection générale LE TECH, le 3 novembre 2005."— Transcription de la présentation:

1

2 SVT et EDUCATION A LA SANTE Annie MAMECIER doyenne du groupe des sciences de la vie et de la Terre de linspection générale LE TECH, le 3 novembre 2005

3 Ce que nest pas une éducation à la santé : Actions menées au sein du cours de SVT Actions conduites par un seul adulte Actions déléguées à des organismes extérieurs Etude des dysfonctionnements des organes Etude des maladies Actions ponctuelles Quest-ce quune E à S ?

4 Ce quest-ce une éducation à la santé Des actions articulées avec les enseignements Des actions ciblées et intégrées dans lactivité de létablissement Des actions conduites par léquipe éducative avec un « porteur » du projet santé inscrit au projet détablissement Des actions évaluées en plus, il est souhaitable de :

5 Veiller à : trouver des pistes pour dégager le temps nécessaire trouver des possibilités pour faire reconnaître le travail des membres de léquipe éducative et des professeurs chercher à articuler les actions avec le CESC intégrer les actions au projet détablissement, éventuellement au projet REP et, dans les lycées, prise en compte par les CVL. sappuyer sur les textes institutionnels existants identifier les acteurs potentiels Les moyens de mise en œuvre des actions restent à linitiative des équipes détablissement dans le cadre de projets éducatifs.

6 Léducation à la santé doit sapprécier à partir des concepts de promotion de la santé inscrits dans la charte dOTTAWA (OMS 1986) ces concepts se fondent sur une approche positive de la santé qui appréhende lélève dans sa globalité, son bien-être physique, psychique et social lE à S se définit comme une démarche active permettant au jeune de sapproprier les connaissances et les capacités pour devenir un acteur responsable de sa santé et de la santé collective cet apprentissage doit se faire de façon progressive en tenant compte de lâge et du développement psychologique de lenfant

7 Textes officiels Plus de 20 textes entre 1998 et 2003 mais 4 textes se détachent : –circulaire du 24 novembre 1998 qui a instauré les rencontres éducatives (40h/élève/4 années de collège) –B.O. n° 9 du 27/02/2003 sur léducation à la sexualité dans les collèges –B.O. n° 46 du 11/12/2003 sur le programme quinquennal de prévention et déducation –Texte sur les CESC

8 Lutte contre la violence BO(hs) n° 11 du 15/10/98 BO n°29 du 27/07/00 BO n°12 du 22/03/01 Prévention des conduites à risques BO n°28 du 09/10/98 Lutte contre lexclusion BO n°34 du 18/09/03 Education à la santé BO n°45 du 03/12/98 Education à la sexualité dans les écoles, les collèges et lycées BO n°9 du 27/02/03 Délinquance des mineurs BO n°45 du 03/12/98 De la mixité à légalité BO (hs) n°10 du 02/11/00 CESC Circulaire n° du 01/07/98

9 Les partenaires institutionnels : INPES : institut national de prévention et déducation pour la santé MILDT : mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies DRASS : direction régionale des affaires sanitaires et sociales CNDP : centre national de documentation pédagogique pour financer un projet Pour aider à mutualiser

10 Les programmes denseignement en sciences de la vie et de la Terre … … et éducation à la santé

11 EDUCATION A LA SEXUALITE au collège Cycle central –la transmission de la vie chez lHomme Classe de 3 ème –bases cellulaires de lunicité de lêtre humain, procréation et diversité génétique, éthique génétique –bases scientifiques de la maîtrise de la procréation, diagnostic prénatal, PMA, surveillance de la grossesse, méthodes contraceptives –mécanismes de linfection microbienne et de défense immunitaire, limmuno-déficience acquise, le SIDA, les IST –intérêt social des mesures collectives et des préventions

12 EDUCATION A LA SEXUALITE au lycée Classes de 1 ères L et ES –procréation, maîtrise de la reproduction : contraception, RU 486, pilule du lendemain, différents moyens de contraception –aide médicalisée à la procréation : techniques de surveillance de la grossesse, infertilité et PMA (insémination artificielle, FIVETTE, ICSI) Classe de T°S –programme de 1 ère plus les aspects éthiques de la PMA –SIDA avec transmission virale, tests de séropositivité, développement des maladies opportunistes, données épidémiologiques

13 FORMATION AUX PREMIERS SECOURS : Classe de 5 ème –première approche des fonctions de nutrition et de relation fournit aux élèves des bases sur lanatomie, le fonctionnement et quelques dysfonctionnements du corps Classe de 3 ème –la physiologie du corps humain est étudiée à léchelle des organes, des tissus et des cellules. La notion de milieu intérieur, les précautions liées aux transfusions sanguines, la commande nerveuse et une première idée du fonctionnement du cerveau constituent des prolongements utiles à la formation aux premiers secours

14 EDUCATION NUTRITIONNELLE Classe de 6 ème –pratiques liées à lalimentation humaine, la composition des aliments est abordée ainsi que la notion de contrôle sanitaire Classe de 5 ème –fonctionnement du corps humain et nutrition (nécessité du petit déjeuner, dangers du grignotage et des boissons sucrées, tabac, alcool ) Classe de 3 ème –besoins alimentaires liés aux étapes de la vie et aux activités (carences, excès, dopage, goût …) Classes de 1 ères L et ES –alimentation et environnement Classe de 1 ère S –Régulation de la glycémie (interaction entre les gènes de susceptibilité aux diabètes et le facteur denvironnement alimentation).

15 PREVENTION DES CONDUITES ADDICTIVES : Classe de 5 ème –respiration pulmonaire tabac –Commande nerveuse alcool Classe de 3 ème –alimentation et santé additifs –relation à lenvironnement et activité nerveuse accoutumance et dépendance (effets des médicaments antidépresseurs, effets du cannabis, de la morphine, de lhéroïne Classe de 1 ère ES –Communication nerveuse dépendance physiologique, dépendance psychologique, processus de tolérance

16 ou bien : par année denseignement

17 PROGRAMME DE 6 ème Un élevage ou une culture : … le produit de lélevage ou de la culture répond à un ou plusieurs des besoins alimentaires de lHomme Elevage et culture nécessitent une maîtrise de la reproduction, des apports nutritifs … … et des conditions appropriées. Besoins alimentaires et santé de lHomme : besoins daliments dorigine animale et végétale ; équilibre alimentaire ; nécessité dune prise alimentaire régulière doù limportance du petit déjeuner Enquête sur les conditions délevage : origine des apports nutritionnels (farines animales pour des végétariens, problème de la « vache folle », poulet à la dioxine …) ; traitement des animaux pour une meilleure production et limites. Hygiène et production : conditions dasepsie et élevage industriel ; médicaments et antibiotiques nécessaires en cas de forte densité dindividus. Comparaison de différents types de production : industrie, fermière, biologique et santé.

18 PROGRAMME DE 5 ème Le mouvement et sa commande Mauvaises positions : scoliose, cyphose, lordose Accidents des os, des articulations (entorse, luxation), des muscles (claquage, élongation). Alcool et temps de réaction Sommeil et temps de réaction Accidents et traumatismes des centres nerveux Produits de dopage Radiographies, observation de postures en classe, cartable, télévision… Documents des caisses primaires dassurance maladie Radiographies, articles de journaux sportifs, témoignages… Vidéo Réeducation (Hatier). CD-Rom: la santé au quotidien. Interventions du comité départemental de lalcoolisme. Educalcool (Jeulin). Manuel. Test de la règle à rattraper Témoignages. Vidéo Handisport (Hatier) Attention, pas de radiographies

19 PROGRAMME DE 4ème Reproduction : La personnalité et le comportement se modifient La puberté Lembryon provient dune cellule œuf résultat dune fécondation interne Stérilité naturelle ; IST et stérilité ; PMA ; maîtrise de la reproduction Les échanges entre fœtus et organisme maternel sont réalisés à travers le placenta Santé et grossesse Vidéo : toi qui change Textes de lois ; vidéo : fécondation in vitro ; préservatifs ; stérilets ; pilules … Alimentation de la femme enceinte ; effets néfastes de lalcool, du tabac, du bruit, des microbes, de certains médicaments Attention pas de questionnaire !

20 PROGRAMME DE 3 ème Protection de lorganisme Alimentation, digestion, absorption intestinale Sang et lymphe : milieu intérieur Besoins nutritifs Relations à lenvironnement et activité nerveuse Exemples pour la partie E

21 Protection de lorganisme : Hygiène – IST – le bon usage du médicament – dons du sang, de la moelle - vaccination Sites Internet, Logiciels Ouvrages (Le bon usage du médicament, IST, Paludisme – APBG – Documents ADOSEN) Diapositives – Vidéos (molécule dIgG, protéine anticorps) Kits de TP : sérodiagnostic de la Syphillis Sortie (visite dun laboratoire danalyses médicales, secteur bactériologie ou hématologie, visite dun centre de transfusion sanguine) Intervenants (médecin au cours dun don du sang, médecin du don dorgane, médecin de PMI) Stage en collaboration avec le CESC ATTENTION Pas de carnet de vaccination

22 ALIMENTATION, DIGESTION, ABSORPTION INTESTINALE Nutriments Simplification moléculaire Intolérances gluten, lactose Rôle des fibres alimentaires Les ulcères Se nourrir sans intestin Comment lire une étiquette Procédés de préparation, conservation et conditionnement Les colorants et additifs alimentaires Le vin : drogue ou aliment Alimentation et publicité

23 SANG et LYMPHE : milieu intérieur Transport des nutriments et dioxygène Echanges cellulaires par la lymphe Transport des déchets (CO 2, urée) Rein artificiel, dialyse, greffe rénale Anémie Intoxication au monoxyde de carbone E.P.O., substances dopantes Altitude et transport de lO 2 Leau dans lorganisme Effets de lapesanteur en vol spatial Sport, dopage et alimentation

24 BESOINS NUTRITIFS : Composants des aliments Equilibre des repas Besoins quantitatifs et qualitatifs Excès alimentaires Carences et maladies nutritionnelles Diabète Obésité Maladies cardiovascualires Anorexie Rachitisme, kwashiokor Vitamines, iode Maladies nutritionnelles Comportements alimentaires BO (ns) du 28/06/01 Composition des repas servis en restauration scolaire et sécurité des aliments

25 RELATIONS A LENVIRONNEMENT ET ACTIVITE NERVEUSE : Toxicomanie – alcool – agressions sensorielles Les réactions aux stimulations de lenvironnement (apprentissage de la conduite), les stimulations agressives (éclipse solaire et rétine ; dormir près dun aéroport ; travailler dans le bruit ; jeux vidéo et épilepsie …) Boire ou conduire (campagne dinformation sur les sorties de boîtes) Les sensations modifiées (drogues, amplificateurs de sons, étranglements …) Le traitement de la douleur (morphine) Les illusions doptique (principes et usages artistiques)

26 Des mesures collectives permettant déviter des maladies infectieuses ( partie E, exemple) Motiver la classe avec un exemple connu : la grippe Rappel à propos de la maladie (épidémie) et à propos de la campagne de vaccination Pourquoi se faire vacciner Lancer un travail de recherche pour aboutir aux points 1, 2 et 3 Les intérêts de la vaccination : 1 – pour ne pas être malade (individuel) 2 – pour ne pas contaminer les autres (collectif) 3 – intérêt économique (arrêts de travail, coût …)

27 Comment éviter les maladies contagieuses ? Travail de recherche sur : les vaccins (vaccins obligatoires, comparer les vaccinations dun pays à lautre,…) messages et spots publicitaires, affichages … : leur impact agir : être à jour de ses vaccinations Des mesures pour éviter les maladies contagieuses : 1 – mise au point dune stratégie de vaccinations 1.1) la société (Etat, OMS, chercheurs…) produit des vaccins (protection sociale) : les vaccins proposés, les vaccins gratuits ou non, les vaccins obligatoires ou non 1.2) les services de santé informent les citoyens 1.3) chaque individu est responsable (protection individuelle)

28 Et sil ny avait pas de vaccins ? Travail sur le paludisme (endémie) Travail sur le S.I.D.A. (épidémie et endémie) 2 – Mise au point dune stratégie de prévention 2.1) la société informe les citoyens et conseille de respecter les règles dhygiène et déviter les conduites à risques 2.2) la société essaie de responsabiliser les individus malades pour rompre la chaîne de contamination en déclarant leur maladie, en se faisant soigner, en évitant de transmettre lagent infectieux. La lutte contre les maladies infectieuses est laffaire de tous et de chacun

29 Quelques exemples : Le 15 à 3 ans !!« Bien manger, bien bouger » « Prévenir lobésité » « Passeport santé » Classe de 6 ème « santé » « Rencontres éducatives » « CALYPSO »Prévention des suicides et du mal être des ados Prévenir les accidents de la route liés à lalcool A laise dans tes baskets « CREADO »« MOCADO »

30 Dans quelles structures ? club santé heures de vie de classe IDD TPE thèmes de convergence rencontres éducatives heures dégagées sur projet spécifique …,…

31 Des clés pour réussir : un chef détablissement convaincu une équipe conduite par un pilote efficace une équipe pluridisciplinaire et pluricatégorielle un projet « santé » fondé sur un diagnostic, une analyse des besoins un projet qui sinscrit dans la durée des parents concernés des élèves impliqués le dépassement dune logique informative dans la classe et dune logique dactions hors de la classe

32 Quelques méthodes pour réussir car le passage de la connaissance aux comportements nest pas automatique !!! un apport dinformations scientifiques rigoureuses puis le débat en classe, le dialogue argumentatif lexercice du jugement, de lesprit critique lexercice de la responsabilité une continuité des actions entreprises tout au long de la scolarité organiser des échanges dexpériences

33 Quelques pièges à éviter : les actions ponctuelles les actions délaissées à des intervenants extérieurs les discours sur la santé (ou sur la maladie) les exposés dogmatiques, descriptifs, normatifs ne pas parler de soi savoir trouver les relais éventuels inverser lécoute et « apprendre à en parler »

34 En conclusion : nécessité dune cohérence entre enseignements et éducation nécessité dune cohérence entre vie scolaire et disciplines privilégier la prévention plutôt que des actions qui répondent à lurgence améliorer la formation des personnels une culture générale ouverte aux préoccupations humaines et sociales savère plus que jamais nécessaire !

35 Pour tout cela, il serait souhaitable : dobtenir un horaire pour inscrire cette E à S dans lemploi du temps des élèves NE REVONS PAS délaborer un référentiel des connaissances de bases et des compétences qui peuvent fonder une éducation aux responsabilités individuelles et collectives ou de santé publique AU TRAVAIL, BON COURAGE et MERCI DE VOTRE ATTENTION !

36 Bibliographie : Pratiques à partager : SVT, éducation à la santé – CRDP dAIX-MARSEILLE Campagne de lutte contre la consommation excessive de boissons alcoolisées auprès des lycéens Prévention des conduites à risques Prévention et traitement des violences sexuelles Léducation à la sexualité au collège et au lycée Les conduites suicidaires Rapport des inspections générales …,…


Télécharger ppt "SVT et EDUCATION A LA SANTE Annie MAMECIER doyenne du groupe des sciences de la vie et de la Terre de linspection générale LE TECH, le 3 novembre 2005."

Présentations similaires


Annonces Google