La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

« Le langage à la maternelle » Animation du 30/11/2011 Équipe de circonscription de LAigle ÉquipeÉquipe de circonscription de L'

Présentations similaires


Présentation au sujet: "« Le langage à la maternelle » Animation du 30/11/2011 Équipe de circonscription de LAigle ÉquipeÉquipe de circonscription de L'"— Transcription de la présentation:

1 « Le langage à la maternelle » Animation du 30/11/2011 Équipe de circonscription de LAigle ÉquipeÉquipe de circonscription de L'

2 Eduscol Socle commun - École – Collège École maternelle Mai 2011 Un outil les maîtres qui éclaire les différentes facettes de l'enseignement du langage oral comme écrit à l'école maternelle.

3 Définitions LangageLangueParole Aptitude à communiquer propre à lêtre humain, au moyen de signes vocaux, graphiques ou gestuels Instrument de communication : code constitué en un système de règle communes à une même communauté Usage de la langue par un sujet parlant

4 Quelques repères sur les apprentissages langagiers à lécole maternelle Daprès V. BOUYSSE IGEN

5 Les enjeux Mieux organiser la pédagogie du langage Des repères pour mieux enseigner le langage oral Comment assurer lentrée dans lécrit (du langage à la langue) ?

6 Langage omniprésent sous deux formes distinctes et complémentaires Langage instrument de communication instrument de représentation du monde

7 Deux registres de travail sur le langage Le langage outil de travail objet de travail Instrument privilégié de la communication à lécole maternelle.

8 Deux formes complémentaires de langage oral Le langage en réception, basé sur lécoute et imposant des exigences dans la qualité de la langue employée par lenseignant ou des supports utilisés. Le langage en émission imposant des structures de mise en œuvre exigeantes (petits groupes voire individuel).

9 Deux formes du langage oral en émission Le langage en situation qui renferme beaucoup dimplicite (priorité de la PS): « parler de ce quon est en train de faire ». Le langage scriptural construit et précis (à aborder à partir de la MS et priorité de la GS pour se diriger vers le langage écrit): « parler à quelquun de ce quil na pas vécu ».

10 Lorganisation de lenseignement du langage oral La communication Définir : les conditions des échanges : mettre en œuvre des situations « vraies », porteuses de sens pour les élèves la place des situations en langage dévocation et scriptural

11 Lorganisation de lenseignement du langage oral Le langage en situation : Un constat : il est très inégalement maîtrisé par les élèves à lentrée en école maternelle. Une évidence : si on vise lefficacité, on doit le travailler quasi exclusivement en petits groupes. Une priorité : le développement du lexique, clé de la réussite… O

12 Lorganisation de lenseignement du langage oral Le langage dévocation et scriptural : Des situations facilitatrices : situations de rappel ou de projets, récits, lectures… Une forme de langage : apprendre à parler comme on écrit. Une exigence de tous les instants : attention portée à la qualité de la langue - précision lexicale et syntaxique. Une attitude denseignant : passer progressivement de létayage rassurant aux exigences didactiques.

13 Le lien oral /écrit Effet de va et vient : on peut dire ce qui est écrit ; on peut écrire ce qui est dit La fonction de lécrit : permet de figer les mots. Sa caractéristique principale : aspect discontinu…les mots sont « séparés ».

14 2 objectifs clés pour les élèves Apprendre à sexprimer à comprendre

15 Un parcours dapprentissage Une progression des objectifs qui correspond à une progressivité des exigences. Une programmation des activités liées aux objectifs et nourrie par les projets. Un travail en équipe.

16 Agnès FLORIN Laboratoire Education, Cognition, Développement, Université de Nantes Favoriser le développement du langage. Les compétences et expériences des élèves sont différentes. Ils apprennent à parler dans un échange avec ladulte qui étaye : Lélève apprend à parler en parlant. Ladulte met le monde en mots dans diverses situations de réels apprentissages avec des objectifs prédéfinis et clairs.

17 Sapproprier le langage Le langage est LA priorité de lécole maternelle qui ne se conçoit pas au détriment des autres domaines mais à partir deux il est LA condition du développement de lenfant et de lacquisition des compétences le langage doit être intégré à chaque domaine dactivité -vigilance de tous les instants- et à la vie de lélève à lécole

18 Les étapes dacquisition du langage De 2 à 5 -7 ans - le vocabulaire se diversifie, - lenfant se nomme par son prénom et le « moi » apparaît - il précise ses idées par lutilisation de verbes, dadjectifs et de prépositions, - il adopte des stratégies de construction de phrases avec des essais de systématisation (prendu, mouru, comme couru).

19 Les étapes dacquisition du langage Vers 3 ans : - fait des phrases (sujet + verbe + complément) - emploie le « je » indicateur de la séparation mère/enfant, - emploie le « non » symbole dindépendance, - utilise environ 9OO mots, en comprend environ 2OOO de la vie quotidienne, - emploie des adjectifs qui expriment des émotions (content, méchant, triste...), - se confronte aux autres par le monde de lécole confrontation de ses propres représentations avec celles denfants détenteurs de représentations différentes.

20 Les étapes dacquisition du langage Entre 4 et 5 ans : - construction de phrases (6 à 8 mots avec maîtrise de lintonation), - meilleure compréhension de ce qui lui est dit, - efforts importants pour constituer des phrases destinées à exprimer une idée : passage de limplicite à lexplicite nécessitant une décentration (projection déléments de son intimité dans un code socialisé), - donne et justifie son avis, - mémorise des textes courts, - jeux symboliques avec énoncés et courts dialogues selon des personnages différents.

21 Les étapes dacquisition du langage Entre 5 et 7 ans : les structures de phrases saffinent et le vocabulaire sétend en fonction de stimulations de lenvironnement, À 6 ans : 2500 à 3000 mots, Entre 5 et 7 ans : compréhension de phrases au mode passif, emploi fréquent du futur, de limparfait et du passé simple, Entre 6 et 9 ans : utilisation et interprétation correcte des pronoms relatifs, perception difficile de la valeur réelle des conjonctions de subordination (emploi de « parce que » et de « donc » à la place de « et »).

22 La pédagogie du langage à lécole maternelle Deux facettes : une approche intégrée : le langage outil. P our partager découvertes, idées, connaissances, points de vue, émotions… une approche structurée : le langage objet. D es objectifs langagiers sont ciblés et travaillés : faire acquérir un savoir-faire particulier, exercer une compétence peu fonctionnelle, faire progresser des élèves en fonction dun besoin constaté. O

23 Mais il ne sagit pas de « faire une leçon » ou des exercices structuraux requérant imitation et répétition. Il sagit de proposer : des tâches plus épurées donc plus rentables que les situations naturelles, des apprentissages qui doivent donner lieu à une évaluation, des tâches où les différentes fonctions du langage sont sollicitées (décrire, expliquer, raconter, argumenter, dire une poésie…).

24 Travail sur la production Nourrir le langage - parler sur… nommer, décrire apporter le vocabulaire - commenter, expliquer donner à écouter des structures de phrases particulières. Apporter des modèles en situation, créer les conditions pour quarrive le langage décontextualisé, et élargir le vocabulaire compris et utilisé.

25 Travail sur la compréhension Rendre attentif à cet aspect « invisible » de lactivité langagière et rendre les élèves conscients. Conduire dans la durée un travail explicite sur : - la consigne - sur les histoires - sur les textes.

26 Pour quune situation soit situation dapprentissage il faut : Prendre en compte : - Le développement global de lenfant et lévolution de ses besoins : de laction à la pensée, - Le développement du langage : le favoriser sans le forcer, assurer ce qui est accessible, juste un peu plus que létat actuel, - Les usages du langage plus ou moins complexes (exemple : le langage décontextualisé nest pas accessible avant 4 ans), - La langue : le lexique (du connu concret à labstrait), les réalités sonores (de la syllabe au phonème), la syntaxe (phrase mot/ phrase simple/phrase complexe), - La mise en oeuvre des activités de langage suppose que les enseignants définissent des progressions dobjectifs, et des programmations dactivités.

27 Pour quune situation soit situation dapprentissage il faut : La compétence visée doit être située dans la zone proximale de développement : exigence un peu au- dessus de ce que lélève sait faire, La progression a donc été réfléchie au préalable : on sait alors que la compétence à travailler se situe dans le « possible » pour lélève, Viser un objectif dapprentissage précis, une compétence à faire acquérir à lélève.

28 Pour quune situation soit situation dapprentissage il faut : Identifier un objectif lexical et un objectif syntaxique : - utiliser un vocabulaire pertinent relatif à la toilette : savon, serviette, gant de toilette, savonner, laver, baigner, brosser… - formuler une phrase interrogative (verbe- sujet-complément) en situation de jeu symbolique (ex : jeu de la marchande).

29 Evaluer Les compétences - comprendre un message et agir ou répondre de façon pertinente, - nommer avec exactitude un objet, une personne ou une action ressortissant à la vie quotidienne, - formuler, en se faisant comprendre, une description ou une question, - raconter, en se faisant comprendre, un épisode vécu inconnu de son interlocuteur, ou une histoire inventée, - prendre linitiative de poser des questions ou dexprimer son point de vue. Les grilles repères

30 Évaluer Evaluer la compétence « comprendre un message » : Les repères - PS: comprendre une histoire courte. - MS : comprendre les consignes en situation de face à face. - GS : comprendre une histoire lue par lenseignant. Les critères de compréhension - PS : nomme les personnages d'une histoire. - MS : agit sur une consigne simple donnée à un groupe. - GS : dessine un moment de lhistoire.

31 Évaluer Evaluer la compétence: « formuler une description» : Les repères - MS : décrire en situation de jeu. - GS : décrire une activité après lavoir terminée. Les critères dexpression - MS : dit ce que fait un camarade ou décrit une action par quelques caractéristiques physiques. - GS : reformule en se corrigeant en cas d'incompréhension ou décrit une situation.


Télécharger ppt "« Le langage à la maternelle » Animation du 30/11/2011 Équipe de circonscription de LAigle ÉquipeÉquipe de circonscription de L'"

Présentations similaires


Annonces Google