La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ENSEIGNER LE VOCABULAIRE À LÉCOLE MATERNELLE Enrichir les compétences lexicales des élèves DSDEN 08 - Groupe départemental Maternelle

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ENSEIGNER LE VOCABULAIRE À LÉCOLE MATERNELLE Enrichir les compétences lexicales des élèves DSDEN 08 - Groupe départemental Maternelle"— Transcription de la présentation:

1 ENSEIGNER LE VOCABULAIRE À LÉCOLE MATERNELLE Enrichir les compétences lexicales des élèves DSDEN 08 - Groupe départemental Maternelle - Rubrique « Espace pédagogique »

2 Lobjectif essentiel de lécole maternelle est lacquisition dun langage oral riche, organisé et compréhensible par lautre. Extrait du BO hors-série n°3 du 19 juin 2008 Programmes de lécole primaire

3 La maîtrise de la langue parlée conditionne lensemble des apprentissages ultérieurs : on ne peut apprendre à lire quune langue quon parle déjà. Accompagner lenfant dans sa tâche langagière, enrichir le lexique doit être un souci permanent de lenseignant de lécole maternelle.

4 Certains élèves maîtrisent à peine un bagage de 300 à 600 mots au sortir de lécole maternelle, ce qui les prédispose demblée à léchec scolaire. Un constat

5 Lieury (1991) a montré que les corrélations entre réussite scolaire et connaissances lexicales sont plus élevées quentre réussite scolaire et niveau intellectuel. Plusieurs travaux attestent limportance des compétences lexicales pour la réussite scolaire.

6 « Ce nest pas le fait de déchiffrer qui est responsable dune lecture dépourvue daccès au sens, mais cest un déficit du vocabulaire oral qui empêche lenfant dy accéder. La responsabilité de lécole, dès la maternelle, est ainsi essentielle ; dès la petite section, elle doit avec patience et obstination sattacher à nourrir le bagage lexical des enfants, à travailler sur le sens des mots en contexte et hors contexte. » Rapport de lONL, novembre 2005

7 Un élève, en fin de GS, doit posséder de 1200 à 1500 mots dans son vocabulaire actif pour être assuré de la réussite. Un objectif Vocabulaire passif : ensemble des mots que lon connaît, reconnaît lorsquon les entend prononcer ou quon les lit (réception / compréhension). Vocabulaire actif : capacité à employer des mots à bon escient dans un contexte donné (production).

8 Des dimensions à prendre en compte

9 - Les mots et expressions ne sont pas présentés de manière formelle et décontextualisée. Ils doivent toujours être associés à des situations, à dautres mots. 1- Il ne sagit pas dapprendre des listes de mots avec leur définition. - Augmenter le vocabulaire passe par la mise en place de situations authentiques, ou du moins dont lenjeu est authentique, des situations riches de sens. Apprendre et comprendre des mots nouveaux, cest construire du sens en lien avec une expérience vécue ou une réalité sensible.

10 Aborder le vocabulaire en croisant plusieurs types de situations dapprentissage, dans différents domaines. Rechercher des situations favorisant la découverte, lemploi et le réemploi de certains mots dans des contextes différents, dans des jeux, dans des lectures, dans des activités phonologiques, etc. - Ni une rencontre unique avec le mot ni une simple évocation ne suffisent à intégrer un mot nouveau.

11 2- Lacquisition du lexique doit être envisagée sous langle de la construction de la syntaxe. - Le langage doit être le pivot de tout apprentissage. Toute séance doit avoir deux objectifs langagiers : un dordre lexical, un dordre syntaxique. - Les mots doivent être découverts et réutilisés dans des situations de productions langagières diverses : langage oral en situation, langage oral dévocation, langage écrit, mettant en œuvre différentes compétences langagières : décrire, raconter, expliquer, questionner, répondre, justifier…

12 3- Les mots renvoient à des catégories. - Apprendre des mots, ce nest pas apprendre des mots isolés, cest les faire entrer dans des collections et des catégories. - Apprendre un mot, cest comprendre quil peut appartenir à différentes catégories conceptuelles et désigner des réalités différentes ou avoir différentes significations. Une étude de Clavé (1997) indique une relation étroite entre létendue du répertoire lexical et la compétence à catégoriser chez des enfants de 4 à 6 ans.

13 - Il faut aider les élèves à acquérir des capacités cognitives (comparer, catégoriser, associer, inférer, mémoriser…) et des outils méthodologiques. - Il faut aider les élèves à apprendre à organiser le lexique. « Plus jai de connaissances sur lorganisation du lexique, plus je retiens de mots. » (Bernard Couté) Catégoriser va aider à mémoriser.

14 - Amener les élèves à se constituer des familles de mots. - Développer les connaissances morphologiques des élèves. 4- Les mots et expressions entretiennent entre eux des relations dautres types : synonymie, homonymie mais aussi appartenance à une même famille morphologique.

15 - Apprendre à jouer avec le langage, à développer des attitudes réflexives et dobservation fine sur le matériau que constitue la langue : comptines, chansons, jeux de rimes, jeux dassonance. 5- Le langage est objet détude : les mots ou expressions donnent lieu à des activités qui se focalisent sur la forme et non plus sur la signification.

16 Nécessité dun enseignement rigoureux, maîtrisé, programmé. - Ne pas laisser au hasard des situations la construction du lexique. - Ne pas se contenter de compter sur la variété des situations et des albums pour asseoir de plus en plus de vocabulaire.

17 Construire une progressivité de la PS à la GS pour comprendre, acquérir et utiliser un vocabulaire pertinent. - Passer dun lexique correspondant à lunivers de lécole à des champs lexicaux moins familiers puis vers des éléments plus abstraits. - Organiser la progression selon la nature des mots. PS : noms, verbes, quelques adjectifs en relation avec les couleurs, les formes et les grandeurs. MS et GS : noms, verbes, adjectifs, adverbes, mots grammaticaux.

18 - Sappuyer sur un lexique prioritaire. Il sagit des mots les plus utiles à lenfant parce que les plus fréquents dans les situations variées de communication. Consulter les listes de fréquence afin de cibler le lexique abordé et permettre lenrichissement du bagage lexical par des ajouts et des complexifications. -Varier les entrées Des entrées thématiques récurrentes de la PS à la GS Des entrées transversales de la PS à la GS.

19 Inscrire lapprentissage du lexique tout au long des 3 années de maternelle dans une progression spiralaire. Concertation au sein du cycle pour assurer une cohérence et une continuité. Construire une programmation qui permet des retours en arrière, des activités de réemploi pour un rebrassage et une remobilisation des connaissances et capacités lexicales et langagières.

20 Élaborer une vraie démarche dapprentissage pour amener lélève à passer dun vocabulaire passif à un vocabulaire actif. - Construire, à partir dun corpus de mots donné, un ensemble cohérent de séances organisées dans une séquence dapprentissage, et structuré avec : des situations de découverte ; des situations de réinvestissement : mobilisation du vocabulaire dans des contextes variés ; des activités de structuration ; des activités de mémorisation ; des activités dévaluation des acquis.

21 Les situations de découverte Exemples Entrée par la littérature de jeunesse (constituer un réseau de lectures autour dun champ lexical ). Entrée par limage : photos, affiches, imagiers, reproductions dœuvres dart… Entrée par les TICE : diaporama, séquence vidéo… Entrée par laction ou le jeu dans différents domaines. Etc. Le vocabulaire passif est introduit dans des situations dapprentissage qui placent lélève en position découte et de réception, à partir dentrées et de supports diversifiés.

22 Modalités de mise en œuvre En grand groupe - Aménager lespace regroupement pour permettre linstallation calme et la concentration des élèves. - Garantir de bonnes conditions découte et de prise de parole. - Capter lattention des élèves (usage modulé de la voix). - Focaliser lattention sur certains caractères importants de la langue. - Gérer la séance sans monopoliser la parole. En petit groupe - homogène : atelier de langage en classe, en aide personnalisée. - hétérogène : pour créer une dynamique et un tutorat langagier entre pairs.

23 Les situations de réinvestissement Lobjectif est de passer du vocabulaire passif au vocabulaire actif, dune compréhension en réception à une production orale qui sinscrit dans une activité langagière porteuse de sens. - Mettre laccent sur la production langagière de lélève. Le dispositif pédagogique et les consignes doivent assurer une participation active de tous les élèves, garantir à chacun des temps de parole et un accompagnement individualisé de lenseignant. - Proposer des situations diversifiées pour permettre à lélève de réutiliser le vocabulaire dans la syntaxe de loral. - Mobiliser le lexique en contexte dans des situations daction et de jeu.

24 Les activités de catégorisation - Faire des classements par catégories ou selon des critères communs : sémantiques, sonores, graphiques, orthographiques. - Identifier des catégories. - Diversifier les catégories dont lenfant dispose. Comprendre quun mot peut appartenir à plusieurs catégories (flexibilité).

25 - Construire des concepts par lacquisition de termes génériques (fruit, légume, vêtement…) : grouper sous une même étiquette des éléments spécifiques sans aucune ressemblance apparente. - Prendre conscience des opérations intellectuelles en jeu dans la catégorisation : guider lattention des élèves sur la manière dont ils sy prennent pour catégoriser, autrement dit sur les procédures (expliquer comment on a fait).

26 Les activités de mémorisation Produire des traces et les organiser o Imagiers o Listes référentielles o Représentations diverses de mots o Abécédaires o Dictionnaires o Collections de mots o Albums photos des activités menées autour dun corpus donné o Jeux fabriqués en classe autour dun corpus de mots o Mémorisation dextraits, de formules, de tournures…

27 Activer le réseau de la mémoire lexicale à partir de différents points dentrée o Mettre en résonance o Faire des liens o Évoquer o Convoquer des souvenirs o Mobiliser un vécu o Citer des références (tournure langagière, extrait littéraire, comptine… qui utilisent le mot). o Etc. Lenseignant a un rôle déterminant dans la construction de ce système mémoriel.

28 Les activités dévaluation Elles peuvent se faire à différents moments de la séquence dapprentissage. - Évaluation diagnostique initiale. - Évaluation en continu, au cours de la séquence. - Évaluation bilan en fin de séquence : o Vocabulaire passif et actif. o Syntaxe : correction et degré de complexité des énoncés produits. o Diction. o Compréhension de la situation langagière. o Attitudes et capacités découte.

29 RESSOURCES PRATIQUES - « Ressources pour enseigner le vocabulaire à lécole », DVD : « Apprendre à parler », Le dictionnaire des écoliers - Mallettes pédagogiques


Télécharger ppt "ENSEIGNER LE VOCABULAIRE À LÉCOLE MATERNELLE Enrichir les compétences lexicales des élèves DSDEN 08 - Groupe départemental Maternelle"

Présentations similaires


Annonces Google