La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Incontinences… Mars 2005. Incontinence Définition:ICS (international continence society) –Perte involontaire durine objectivement démontrable et constituant.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Incontinences… Mars 2005. Incontinence Définition:ICS (international continence society) –Perte involontaire durine objectivement démontrable et constituant."— Transcription de la présentation:

1 Incontinences… Mars 2005

2 Incontinence Définition:ICS (international continence society) –Perte involontaire durine objectivement démontrable et constituant un problème social ou dhygiène Prévalence: –Incontinence urinaire « significative » chez la femme active est de lordre de 10 à 15 % 1,5 million de femmes dont sévèrement en France Coûts socio-économiques / an –250 OOO consultations, séances de rééducation, interventions chirurgicales

3 Patiente Incontinente Interrogatoire Examen clinique –Manœuvre de Bonney –Testing des releveurs Examen neurologique

4 Linterrogatoire Caractériser le type de lincontinence Fuites à leffort (toux, éternuement, marche, course à pieds, gymnastique….) Pollakiurie Impériosités, urgences

5 Linterrogatoire Troubles mictionnels et périnéaux associés: –Infections urinaires, dysurie, constipation –Troubles sexuels Évolution par rapport au cycle, à certains événements comme les accouchements, la ménopause, certaines chirurgies Apprécier la gêne ressentie (nécessité de protection, la vie sociale)

6 Linterrogatoire Préciser les antécédents –Gynécologiques, obstétricaux –Chirurgicaux (neurochirurgie) Date des premiers signes Traitements antérieurs –Chirurgie –Rééducation

7 Statique Pelvienne Cystocèle Hystéroptose Rectocèle Elytrocèle

8 Manœuvre de Bonney Faire la preuve de la fuite à leffort Test de Bonney = contre épreuve démontrant que la prévention de lhypermobilité du col corrige la fuite

9 Testing des Releveurs Le périnée, constitué dun ensemble de muscles, se teste comme tout muscle (de 0 à 5)

10 Lexamen Neurologique …. en Urologie

11 Examens Complémentaires Imagerie –Échographie –Cystographie Urodynamique Examens neuro-physiologiques Tests pharmacologiques

12 Le Bilan Urodynamique Patiente non à jeun Vessie pleine, normalement sans plus Arrêt des anticholinergiques 48 h avant lexamen Examen dure 30 minutes environ Aucune anesthésie Désinfectant urinaire prescrit à lissue

13 1°cas Clinique Mme L, 39 ans, est adressée pour un bilan urodynamique, dans le cadre de troubles mictionnels associant quelques fuites à leffort, une pollakiurie Antécédents : 2 accouchements normaux Examen clinique : –Neuro normal, pas de prolapsus, Testing à 3

14

15

16 Bilan Urodynamique Normal Paramètres urodynamiques normaux Programme thérapeutique : –Dans la majorité des cas pas de traitement –La clinique prime sur lurodynamique

17 2° Cas Clinique Mme T, 51 ans, est adressée pour IUE Antécédents : 2 enfants, Forceps pour lun Examen ; –Neuro normal –Pas de prolapsus –Testing à 5

18

19

20

21 Incontinence Urinaire deffort Bilan Urodynamique –Pression de clôture normal –Uréthro-cystomanométrie normale –Coordination abdomino-périnéale correcte –Trouble de transmission Proposition thérapeutique –Chirurgie colpo-suspension

22 3° Cas Clinique Mme G, 65 ans, présente des fuites à leffort, une pollakiurie et des impériosités de jour comme de nuit Antécédents : –5 accouchements –Hémi-colectomie pour abcès, Appendicectomie Examen : normal, testing à 4

23

24

25

26

27 Instabilité Vésicale Bilan urodynamique : –Instabilité vésicale –Coordination correcte, sphincter actif Propositions thérapeutiques ; –Anticholinergiques –Oestrogènes locaux

28 4° Cas Clinique Mme M, 26 ans, présente depuis 4 / 5 ans des fuites à leffort, une pollakiurie et des impériosités Antécédents : 0 enfant Examen / –Normal, testing à 4

29

30

31

32 Instabilité Uréthrale Bilan urodynamique : –Instabilité uréthrale et vésicale –Trouble de transmission –Périnée correct, Sphincter actif Propositions thérapeutiques : –Prélèvement uréthral –Anticholinergiques, (alpha bloquants) ….

33 5° Cas Clinique Mme D, 74 ans, est adressée pour pollakiurie et impériosités Antécédents : –1 enfant –Diabète insulino-dépendant –Hystérectomie subtotale, appendicectomie Examen : –Normal, testing à 2

34

35

36 5° Cas Clinique Bilan urodynamique : –Absence de coordination abdomino-périnéale Propositions thérapeutiques : –Rééducation vésico-sphinctérienne par biofeed-back et électro-stimulation

37 Pollakiurie, Impériosités Pas de sémiologie univoque Impériosités, pollakiurie … peuvent correspondre à plusieurs situations cliniques Seul le bilan urodynamique permet de faire le diagnostic et denvisager le traitement

38 6° Cas Clinique Mme X, 35 ans, Infirmière, adressée 6 mois après son unique accouchement pour une incontinence urinaire et anale par un confrère psychiatre. Kiné inefficace Accouchement sous APD aidée par des forceps avec déchirure périnéale. PN 4200 g Cystocèle 1, testing des releveurs à 1, sensibilité diminuée

39

40

41 6° Cas Clinique Bilan urodynamique : –Sphincter inactif –Absence de coordination abdomino-périnéale Explorations neuro-physiologiques : –LDNHI très augmentée

42 Neuropathie détirement Problème assez fréquent : –25 cas par an environ Propositions thérapeutiques : –La chirurgie sûrement pas –Traitement médical : aucun na fait la preuve dune quelconque efficacité –Rééducation : électro-stimulation par des courants pour fibres dénervées

43 7° Cas Clinique Mme L, 39 ans, Laborantine, consulte pour des infections urinaires récidivantes Antécédents : –3 enfants Examen : –Pas de prolapsus, testing à 4, neuro normal

44

45 7° Cas Clinique Bilan urodynamique : –A ou Dyssynergie vésico-sphinctérienne –Résidu post-mictionnel

46 Infections urinaires récidivantes Dysurie, résidu Asynergie vésico-sphinctérienne Inversion de commande abdomino-périnéale Sténose uréthrale –Toutes causes de mauvaise vidange vésicale

47 Traitement des Infections urinaires récidivantes Traitement symptomatique Anti-infectieux au long cours Rééducation vésico-sphinctérienne –Biofeed-back négatif et électro-stimulation (Alpha-bloquants) Traitement spécifique urologique….

48 8° Cas Clinique Mme C, 70 ans, présente des fuites urinaires très importantes au décours dune cure de prolapsus (fuites permanentes lobligeant à se garnir en permanence) Antécédents : –4 enfants –Hystérectomie subtotale avec annexectomie en 77 –Burch en 99

49

50

51 8° Cas Clinique Bilan urodynamique : –Hypotonie sphinctérienne majeure –Trouble de transmission –Absence de coordination abdomino-périnéale –Sphincter inactif

52 Incontinence post-chirurgicale Hypotonie sphinctérienne –Masquée par le prolapsus (effet pelote) –Révélée par la correction chirurgicale –Aurait pu être mise en évidence par un bilan urodynamique Propositions thérapeutiques –Rééducation, traitements ? –Chirurgie : Sphincter artificiel

53 Conclusion Le bilan initial est primordial. Il permet dorienter les explorations complémentaires et la thérapeutique. La prise en charge dune incontinence demande souvent plusieurs techniques complémentaires : rééducation, chirurgie,médications diverses… Ne jamais oublier que lapparition de fuites urinaires peut signifier le mode de début dune affection neurologique.


Télécharger ppt "Incontinences… Mars 2005. Incontinence Définition:ICS (international continence society) –Perte involontaire durine objectivement démontrable et constituant."

Présentations similaires


Annonces Google