La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

HANDICAP VISUEL DORIGINE RETINIENNE DE LEVALUATION A LA READAPTATION EN VIE REELLE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "HANDICAP VISUEL DORIGINE RETINIENNE DE LEVALUATION A LA READAPTATION EN VIE REELLE."— Transcription de la présentation:

1 HANDICAP VISUEL DORIGINE RETINIENNE DE LEVALUATION A LA READAPTATION EN VIE REELLE

2 HANDICAP VISUEL DORIGINE RETINIENNE La malvoyance en France concerne plus de 2 millions de personnes dont les 2/3 ont plus de 65 ans. La malvoyance en France concerne plus de 2 millions de personnes dont les 2/3 ont plus de 65 ans. Conséquences Conséquences Psychologiques Psychologiques Réduction de lautonomie Réduction de lautonomie Dépendance Dépendance

3 HANDICAP VISUEL DORIGINE RETINIENNE 80% de ce que lon consomme et retient comme informations passent par les yeux. La diminution cette entrée sensorielle perturbe lorganisation gestuelle de la personne. Il faut du temps pour intégrer ce manque et le combler par dautres stratégies visuelles et par dautres informations sensorielles.

4 LA DEFICIENCE VISUELLE Définition de lOMS - Catégorie 1: 3/10>AV>1/10; CV >20° - Catégorie 2: 1/10>AV>1/20. Groupe des basses visions - Catégorie 3: 1/20>AV>1/50; 10°>CV>5° - Catégorie 4: AV<1/50; PL;CV=5° - Catégorie 5: PL=0 Groupe des cécités

5 LA DEFICIENCE VISUELLE En France: Malvoyance : AV corrigée du meilleur œil entre 0.5/10 et 3/10 Malvoyance : AV corrigée du meilleur œil entre 0.5/10 et 3/10 Mention « canne blanche » :AV corrigée du meilleur œil < 1/10 ; <2/10 si œil unique Mention « canne blanche » :AV corrigée du meilleur œil < 1/10 ; <2/10 si œil unique Mention « étoile verte » : AV corrigée du meilleur œil < 0.5/10 Mention « étoile verte » : AV corrigée du meilleur œil < 0.5/10

6 LA RETINE 2 types de photorécepteurs : Cônes: analysent les différences qualitatives de la lumière Cônes: analysent les différences qualitatives de la lumière - vision des détails - vision des formes - vision des couleurs Bâtonnets : analysent les modifications quantitatives de la lumière Bâtonnets : analysent les modifications quantitatives de la lumière - permettent la vision crépusculaire et nocturne - sensibles aux mouvements - pas de pouvoir fin de discrimination 2 zones :Rétine centrale ou macula : que des cônes : que des bâtonnets Rétine périphérique : que des bâtonnets

7 FORMES CLINIQUES Altération de la rétine centrale perte de la vision du détail et des couleurs: difficultés de lecture, décriture, de reconnaissance des visages… Champ visuel: scotome central plus ou moins étendu et profond.

8 SCOTOME CENTRAL

9 FORMES CLINIQUES Altération de la vision périphérique déficit de la vision latérale: difficultés à à voir la nuit et à se déplacer. Champ visuel: rétrécissement périphérique concentrique vision tubulaire

10 RETRECISSEMENT CONCENTRIQUE

11 ETIOLOGIES RETINIENNES MACULOPATHIIES MACULOPATHIIES RETINOPATHIES PIGMENTAIRES RETINOPATHIES PIGMENTAIRES RETINOPATHIE DIABETIQUE RETINOPATHIE DIABETIQUE PATHOLOGIES VASCULAIRES RETINIENNES PATHOLOGIES VASCULAIRES RETINIENNES (GLAUCOME) (GLAUCOME)

12 MACULOPATHIES De ladulte jeune De ladulte jeune affections congénitales et/ou héréditaires : affections congénitales et/ou héréditaires : Maladie de Stargardt, maladie de Best, Dystrophie des cônes myopie dégénérative: longueur axiale du globe oculaire > 26 mm avec anomalies choriorétiniennes dégénératives et évolutives myopie dégénérative: longueur axiale du globe oculaire > 26 mm avec anomalies choriorétiniennes dégénératives et évolutives De la personne âgée: Dégénérescence Maculaire Liée à lAge De la personne âgée: Dégénérescence Maculaire Liée à lAge

13 DMLA Très fréquente : 1ère cause de cécité légale du sujet > 65 ans La prévalence augmente avec lâge; 25% > 80 ans Implication des phénomènes doxydation liés au fonctionnement naturel ou anormale la rétine Facteurs de risque: terrain prédisposé; rôle toxique (lumière, tabac, carences nutritionnelles en oligoéléments)

14 DMLA Différentes formes cliniques : Signes précurseurs : drusen : déchets provenant du métabolisme de lépithélium pigmenté. Signes précurseurs : drusen : déchets provenant du métabolisme de lépithélium pigmenté. Forme atrophique (sèche - 75%) : BAV progressive disparition progressive des photorécepteurs de la rétine maculaire Forme atrophique (sèche - 75%) : BAV progressive disparition progressive des photorécepteurs de la rétine maculaire Forme néovasculaire (humide- 25%): forme agressive due au développement de vaisseaux anormaux sous maculaires envahissant et détruisant les tissus voisins Forme néovasculaire (humide- 25%): forme agressive due au développement de vaisseaux anormaux sous maculaires envahissant et détruisant les tissus voisins

15 RETINOPATHIES PIGMENTAIRES Affections dorigine génétique caractérisées par une dégénérescence progressive des photorécepteurs rétiniens; migrations pigmentaires au FO Age de début variable; héméralopie; restriction du champ visuel Formes hétérogènes: classique, inverse, maculaire Isolées ou associées à des anomalies générales (rénales, neurologiques, métaboliques, auditives : syndrome de Usher

16 RETINOPATHIE DIABETIQUE 1ère cause cécité avant 50 ans 1ère cause cécité avant 50 ans 45% patients diabétiques ID (type I) et 17% patients diabétiques non ID (type II) ont une Rétinopathie Diabétique 45% patients diabétiques ID (type I) et 17% patients diabétiques non ID (type II) ont une Rétinopathie Diabétique La RD est dautant + précoce et sévère que la glycémie est élevée La RD est dautant + précoce et sévère que la glycémie est élevée Facteurs aggravants: HTA non contrôlée, bilan lipidique anormal ou anomalies fonction rénale. Facteurs aggravants: HTA non contrôlée, bilan lipidique anormal ou anomalies fonction rénale. Classification en plusieurs stades selon anomalies du FO Classification en plusieurs stades selon anomalies du FO Oedème maculaire: perte vision centrale Oedème maculaire: perte vision centrale RD ischémique néovaisseaux niveau rétine, iris glaucome néovasculaire, hémorragies intravitréenne, DR RD ischémique néovaisseaux niveau rétine, iris glaucome néovasculaire, hémorragies intravitréenne, DR

17 PATHOLOGIES VASCULAIRES RETINIENNES Occlusion de lArtère Centrale de la Rétine Unilatérale, patient > 60 ans et/ou présentant des maladies cardio-vasculaires Larrêt prolongé de la circulation rétinienne ischémie et destruction définitive des photorécepteurs Perte de vision brutale, indolore, définitive et totale Occlusion de la Veine Centrale de la Rétine Fréquente, due à des maladies générales, au premier rang desquelles : pathologies cardio-vasculaires, troubles de la coagulation et de la glycémie Pronostic visuel variable pouvant aboutir à une perte fonctionnelle de lœil par œdème maculaire ou glaucome néovasculaire

18 GLAUCOME Quel que soit le type de glaucome, il entraîne un défaut de vascularisation de la tête du nerf optique, responsable dune souffrance des fibres optiques, puis de leur disparition. Le glaucome chronique, le plus fréquent, est une maladie insidieuse qui peut évoluer vers la cécité. Actuellement son pronostic fonctionnel peut être bon à condition dêtre dépisté à un stade précoce et dobtenir un parfait suivi du traitement

19 PREVENTION Importance du dépistage ophtalmologique des pathologies potentiellement cécitantes permettant, par un traitement précoce et un suivi régulier, de prévenir les complications et la perte fonctionnelle visuelle.

20 EVALUATION DU HANDICAP Bilan subjectif : cerne les incidences pratiques de la malvoyance Bilan subjectif : cerne les incidences pratiques de la malvoyance Bilan objectif: évaluation du potentiel visuel et de ses limites, en 2 étapes: Bilan objectif: évaluation du potentiel visuel et de ses limites, en 2 étapes: - sensorielle: acuité visuelle, champ visuel, vision des couleurs, sensibilité aux contrastes, à la lumière - optomotrice: étude de la motricité oculaire (poursuites, saccades), de la coordination œil main et de la gestion du champ visuel

21 EVALUATION DU HANDICAP Ce bilan permet dapprécier de quelle manière la vision, si déficiente soit-elle, peut assurer son triple rôle de: Support à la communication Support à la communication Saisie de linformation Saisie de linformation Organisation du geste Organisation du geste

22 EVALUATION DU HANDICAP Evaluer la stabilité ou lévolutivité des lésions Evaluer la stabilité ou lévolutivité des lésions Déficits associés (ORL, moteur, maladie chronique…) Déficits associés (ORL, moteur, maladie chronique…) Caractéristiques personnelles: âge; situation sociale, familiale, professionnelle Caractéristiques personnelles: âge; situation sociale, familiale, professionnelle

23 ANALYSE DES BESOINS DU PATIENT Les déplacements Les déplacements Les activités de la vie quotidienne Les activités de la vie quotidienne Lecture et écriture manuscrite Lecture et écriture manuscrite Analyse des possibilités de rééducation en tenant compte des déficits associés et de la motivation. Analyse des possibilités de rééducation en tenant compte des déficits associés et de la motivation.

24 REEDUCATION READAPTATION Réduire les incapacités générées par la déficience visuelle Réduire les incapacités générées par la déficience visuelle limiter les risques de handicap limiter les risques de handicap éviter la marginalisation et linstitutionnalisation éviter la marginalisation et linstitutionnalisation

25 PRINCIPES DE LA REEDUCATION Adaptée au patient Adaptée au patient Objectif: redonner une autonomie de vie au patient Objectif: redonner une autonomie de vie au patient Multidisciplinaire: rééducation de la vision, du geste, des déplacements, de la communication Multidisciplinaire: rééducation de la vision, du geste, des déplacements, de la communication

26 Dr Laurence CORNILLON FIDEV 12, rue Saint Simon LYON Tel:


Télécharger ppt "HANDICAP VISUEL DORIGINE RETINIENNE DE LEVALUATION A LA READAPTATION EN VIE REELLE."

Présentations similaires


Annonces Google