La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE LANGAGE A L ECOLE MATERNELLE Isabelle Rimbau Conseillère pédagogique généraliste.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE LANGAGE A L ECOLE MATERNELLE Isabelle Rimbau Conseillère pédagogique généraliste."— Transcription de la présentation:

1 LE LANGAGE A L ECOLE MATERNELLE Isabelle Rimbau Conseillère pédagogique généraliste

2 I. LES PRINCIPALES ETAPES de lévolution du langage oral : La période prélinguistique : La prononciation des premiers mots émerge en moyenne vers 10/ 12 mois. Cependant, avant cet âge, le nourrisson est particulièrement actif : Il va apprendre à reconnaître les phonèmes de sa langue, ainsi que les principaux mots familiers avant même de pouvoir les prononcer.

3 Lapprentissage des phonèmes : Lapprentissage des phonèmes de la langue est lié à une capacité innée de percevoir lensemble des contrastes sonores utiles pour la parole [b] [d]…. Le nourrisson de quelques jours est parfaitement sensible à ce type de différences. A partir de lâge de six mois environ, les nourrissons vont progressivement perdre cette capacité à distinguer les contrastes non pertinents pour leur langue maternelle. Jusquau sixième mois, la progression dans la production des sons est principalement déterminée par des contraintes physiologiques. Aux vocalisations réflexes (soupirs, gémissements, cris, bâillement) se mêlent des séquences de sons constituées de syllabes « primitives ». Cest le babillage.

4 Vers lâge de six mois, il devient capable de contrôler ses ajustements phonatoires. Cest le babillage canonique (production de syllabes simples de type consonne- voyelle). On note dans cette période une préférence pour les consonnes occlusives (p/b/t/d) ; les consonnes nasales (m) et les voyelles les plus ouvertes (a).

5 2. Lapprentissage des mots : Le bébé doit disposer de lensemble dinformations suivant, au plus tard vers lâge de onze mois : Les contraintes phonotactiques : Exemple : séparation entre [r] [t] [p] Les régularités distributionnelles : plus les suites de sons sont utilisées fréquemment, plus elles ont de chances de constituer un mot. La prosodie de la parole : intonation et rythme de la parole.

6 B. La période linguistique : 1. Sur le plan de lémission : La période linguistique est caractérisée à son début, par lacquisition dun premier capital de mots et par lapparition dénoncés rudimentaires. A partir de lâge de trois ans : Lenfant va progressivement abandonner les structures rudimentaires et sapproprier des constructions linguistiques de plus en plus conformes au langage de ladulte. Cette évolution qualitative saccompagne dune évolution quantitative importante sur le plan du vocabulaire. Les premiers mots produits véhiculent un sens que lenfant généralise à plusieurs objets ou situations qui présentent des caractéristiques communes (exemple « dodo ») Stade du mot- phrase.

7 A un an : 5 à 10 mots acquis Lévolution devient alors rapide … A deux ans : deux cents mots environ. La période des trois ans en moyenne est marquée par un enrichissement du vocabulaire : 1 500 mots vers quatre, cinq ans. Sur le plan qualitatif, on observe lapparition dénoncés. Cependant, lacquisition de phrases grammaticales (phrase caractérisée par un ensemble de règles) ne semble pas résulter dun simple processus de répétition ou dimitation. Lenfant participe activement à la construction de son propre langage : il déduit de lexpérience linguistique des principes de fonctionnement quil applique à des situations nouvelles. Pour progresser sur le plan du langage, il effectue constamment une comparaison entre ses propres productions et celles que lui adresse son entourage. Exemple: généralisation de lemploi dune marque du participe passé à tous les groupes verbaux « le chat a mordé ».

8 Les énoncés évoluent ainsi dune forme rudimentaire de type « agent- action » vers la phrase de type « sujet/ verbe/ complément // adjectif ». Lentrée dans le langage est également marquée par lapparition des pronoms personnels. Si lemploi du « moi » est repérable dès lâge de deux ans, il faut attendre lâge de trois ans pour voir apparaître les « je, tu, il … » A la même période, lenfant commence à maîtriser les articles et les prépositions (à dans, sur..). Lemploi des subordinations « qui, parce que … » émerge vers quatre, cinq ans.

9 2. Sur le plan de la réception : Vers lâge de deux ans et demi, trois ans, la compréhension est à dominante lexicale (identification du mot et mise en relation avec le contexte). A partir de trois ans et demi/ quatre ans, les capacités de compréhension deviennent plus performantes : elles prennent en compte les aspects morphosyntaxiques du langage oral. « Ex : demain, nous irons jouer »/ représentation mentale du lieu évoqué et des actions possibles …) Cest seulement à six, sept ans que lenfant devient capable de se distancier dans une situation de communication et de concevoir les représentations de linterlocuteur : nécessité de préciser les choses, atténuer les effets dun énoncé … Lenfant prend à socialiser son langage.

10 II. DE LA DIFFICULTE AU TROUBLE : Difficultés ou troubles fonctionnels : Il sagit de troubles simples du langage (TSDL) « bénins » dans la mesure où ils se comblent entre trois et cinq ans sans laisser de séquelles. Le cadre explicatif de ces troubles serait celui dun simple retard de maturation. Les troubles sont dits fonctionnels car ils sont liés à des difficultés de lutilisation de lappareil bucco- phonatoire. La rééducation orthophoniste est alors très efficace.

11 1. Les troubles de larticulation : Ils se manifestent par lerreur permanente et systématique dans la prononciation dun phonème quelle que soit sa position dans le mot. 2. Le bégaiement : Il se manifeste par une perturbation du rythme de la parole, une mauvaise utilisation de la parole et des tics. 3. Le retard simple de parole : cest un trouble phonologique qui va toujours dans le sens dune simplification phonologique. 4. Le retard simple de langage : cest un retard dans la vitesse dacquisition du langage avec un déficit à la fois syntaxique, phonologique et lexical. 5. Trouble non développemental : ex aphasie.

12 B. Les troubles structurels : 1. Définition : Les troubles spécifiques du langage sont des troubles structurels. Ils comportent de véritables déviances graves et durables. Ces troubles sont actuellement répertoriés dans la classification internationale des maladies (O.M.S.) Les troubles spécifiques du langage sont définis par la négative. Cest une définition par exclusion. Ils surviendraient en dehors dune déficience intellectuelle ou sensorielle, de troubles psychopathologiques, dune privation affective ou une insuffisance de fréquentation scolaire. Il nexiste pas de groupe homogène mais on distingue plusieurs types de dysphasies avec divers degré de sévérité : Dysphasie démission. Dysphasie de réception Dysphasie mixte. Dautres classifications de dysphasies existent.

13 2. Les manifestations dysphasiques possibles sont : Expression linguistique très pauvre mais désir de communiquer. Richesse de communication gestuelle pour compenser. Langage parfois tout à fait inintelligible. Conscience phonologique souvent très perturbée. Manque de mots/ confusions de vocables Syntaxe déficitaire. Compréhension au mieux littérale.

14 III. LE LANGAGE A LECOLE MATERNELLE : - Les activités de communication - Le langage en situation - Le langage dévocation (évoquer des évènements en leur absence : évènements passés, à venir, imaginaires) - La familiarisation avec le français écrit ; construire une première culture littéraire. Exemple : programmation.

15 IV. QUELLE ORGANISATION pour le langage ? En collectif : Le langage en groupe- classe reste sécurisante et plus facile à mettre en œuvre. Toutefois, lenseignant a des difficultés pour observer tous les élèves. On note aussi une certaine instabilité de la part des enfants. Le temps de parole reste très limité. La parole est souvent monopolisée par les grands parleurs. En groupe : Lorganisation est plus rassurante. Il y a plus de temps de parole, plus de sollicitations individuelles. Difficultés : Dépendance à ladulte Climat calme propice au travail Occupationnel à éviter. Les groupes de besoin : Les groupes homogènes de langage ne permettent pas toujours de poursuivre une compétence visée. Exemple : Quel avantage à mettre des élèves ayant des difficultés darticulation ou de prononciation ensemble ? Il en est de même pour les groupes hétérogènes. Exemple : Les grands parleurs mélangés à de petits parleurs vont monopoliser la parole.

16 Après évaluation, les groupes de besoin peuvent être constitués de la manière suivante : GROUPE 1 : les grands parleurs GROUPE 2 : Les petits parleurs GROUPE 3 : Groupe hétérogène avec difficultés darticulation ou de prononciation GROUPE 4 : Groupe hétérogène avec difficultés darticulation ou de prononciation GROUPE 5 : Groupe composé denfants ayant des difficultés de compréhension (déficit lexical et syntaxique) : peut- être homogène ou hétérogène.

17 V. QUELLES SITUATIONS DAPPRENTISSAGE : Un exemple : local classe approprié avec un théâtre de marionnettes. quatre marionnettes simples à base de feutrines faîtes par lenseignante (Papa ours brun, Maman ours brun, Petit ours brun, un personnage imaginaire Cabotin) Chaque semaine, après la motricité, les marionnettes racontent une histoire inspirée des livres (collection Bayard Jeunesse) sous forme déchanges avec les enfants. Un ours en peluche (objet médiateur) donne la parole. La saynète est écrite en fonction dune compétence poursuivie (syntaxe, lexique …) ex : Petit Ours Brun dit NON (la négation) Une fois la saynète terminée, les élèves retournent sur les bancs et attendent lenseignante : Rappel de lhistoire. Lecture de lhistoire par lenseignante (sans les images/ avec les images).

18 Cinq ateliers mis en place toute la semaine (groupes de besoin constitués) : Atelier visionnement (DVD) de lhistoire sans le son/ avec le son (avec lATSEM) Images du livre mélangées permettant la reconstitution de lhistoire. Suivant le thème abordé dans lhistoire, mise à disposition de matériel permettant des activités ludiques. Jeu du dé (avec lenseignante) ou jeu de loie … Recherche dans les livres de Petit Ours Brun de la saynète vue. (couvertures des livres photocopiées, puis illustration intérieures ou titre …) BILAN : Chaque jour, un atelier passe devant le groupe- classe pour expliquer ce quil a fait dans son atelier.

19 Propositions de situations de départ - Situation de départ 1 (P.S.) Apport dune corbeille de pains (différents pains) -Situation de départ 2 (M.S.) Présentation de photographies prises lors dune cour de récréation -Situation de départ 3 (G.S.) Lecture dalbum

20 S EXPRIMER PRENDRE LA PAROLE DANS DES SITUATIONS DIVERSES

21 OBJECTIFSSUPPORTSSITUATIONS Oser prendre la paroleCoins- jeux Marionnettes Téléphone Objets Magnétoscope déguisement Jeux dimitation ou didentification Théâtre de marionnettes Saynètes Comptine Présenter un objet Raconter un évènement vécu Savoir écouterComptines Histoires Extraits musicaux Bruits environnants Banque sonore Chants Magnétophone Ecoute, réalisation dun enregistrement Jeux découte Kim ouïe Jeu du roi du silence Saffirmer en tant que locuteur ou récepteur Téléphone Coins- jeux Jeu du téléphone Jeu de la marchande Transmettre un message Communiquer une information Jeu de devinettes Questions/ réponses Jeu de lobjet caché Savoir parler à lenseignant, à ses pairs et mettre en œuvre des attitudes en fonction de linterlocuteur Marionnettes Déguisements Accessoires Théâtre Jeu de rôle Saynète Rendre compte de ses premières expériences Productions enfantines Images Photos Film vidéo Documents Cahier de vie Entretiens

22 ENTRER DANS UN DIALOGUE AVEC UN ADULTE, UN PAIR OU UN GROUPE DE PAIRS : OBJECTIFSSUPPORTSSITUATIONS Savoir passer du « je » au « tu »HistoiresEchanges duels, dialogues Jeu de linterview Savoir respecter la parole de lautre Comptines- poésies Questions- réponses Dire une comptine à deux ou à plusieurs Jeu du téléphone arabe Jacques a dit Savoir respecter le thème ou le sujet Imagiers, albums Bandes- dessinées Catalogue Décrire une image Rendre compte dexpérience diverses Exprimer ses goûts et ses sentiments Accepter un avis contraire Œuvre dart Catalogue Extraits musicaux Menus, recettes Album, publicité Jeu de comparaison Lecture dimages Elaboration de menus, de plats Pratique plastique Productions sonores Donner du sens à son langage. Prendre conscience du pouvoir de son langage Tout support de la vie de la classeDictée à ladulte Enregistrement suivi de réécoute Transmission de message Production dinvitations Elaborations daffiches

23 S EXPRIMER DE MANIERE COMPREHENSIBLE OBJECTIFSSUPPORTSSITUATIONS Savoir prononcer et articuler correctement Poésies Comptines Formulettes Mots magiques Jeux de répétition Jeux vocaux Jeux déchauffement Travail de respiration Vocalises Adopter lintonation adaptée, le débit adéquat. Moduler sa voix. Albums Saynètes Comptines Chants Jeux de diction Chuchoter, murmurer, crier Jouer de sa voix

24 COMPRENDRE ET UTILISER LES DIFFERENTES FONCTIONS DU LANGAGE : DECRIRE UNE SITUATION SIMPLE OU UNE IMAGE OBJECTIFSSUPPORTSSITUATIONS Reconnaître, nommer, énumérer des noms dobjets, des adjectifs, des situations Coins jeux Imagiers Photos, boîtes à images Collection dobjets Jeux tactiles Faire linventaire, ranger, trier, classer. Réaliser un album type imagier. Jeu de kim pour énumérer. Lister dans un champ lexical, dans un champ sémantique A loccasion dune sortie Dans les albums Liste du matériel à prévoir, des objets à rechercher. Lister des adjectifs pour décrire. Détailler, différencier, comparerCollection dobjets appartenant à un même ensemble générique. Collection dobjets et dimages variées Jeu de devinettes Comparer deux images, deux objets … Détailler les accessoires dun objet (ex : cartable) Décrire en utilisant le vocabulaire adapté à la situation Albums, œuvres dart, photos, affiches, vidéos, actions vécues Faire le portrait de … Compléter ou transformer un portrait grâce à des indicateurs. Décrire lenvironnement Répondre à un questionnaire Fiche descriptive dun objet Jeu de devinettes à poser Commenter son action, une image de personnage en action. Verbaliser et interpréter ses relations Images, illustrations, photos retraçant une série dactions Détailler une scène, une page dun livre en la restituant dans son contexte Légender des photos

25 EVOQUER DES SITUATIONS ABSENTES ou IMAGINAIRES et SE FAIRE COMPRENDRE OBJECTIFSSUPPORTSSITUATIONS Evoquer des situations absentes et se faire comprendre. Ordonner et structurer son récit. Choisir des informations importantes. Souvenirs personnels Sortie/ photos de sortie Action vécue Observation dune expérience Raconter au maître, au groupe Résumer pour communiquer (affichage) Annoncer une nouvelle, une information dans le cahier de liaison Evoquer des situations imaginaires : Utiliser les indicateurs spatio- temporels. Utiliser des structures de coordination et de subordination Utiliser des substituts lexicaux Utiliser le temps du récit Maîtriser et repérer la structure narrative Travail sur les récits Images, supports indicateurs Contes lus Albums Diapositives Vidéos Ranger des images dans lordre chronologique du récit Comparer des débuts dhistoires. Comparer des déroulements chronologiques dans deux versions Comprendre les personnages et leurs relations. Créer une histoire à partir dun titre. Imaginer une suite, une autre fin.

26 S INTERESSER AU LANGAGE et A SON FONCTIONNEMENT UTILISER CORRECTEMENT LE MATERIEL PHONETIQUE OBJECTIFSSUPPORTSSITUATIONS Repérer un phonème en fin de phrase Isoler un pghonème dans un mot Distinguer des mots voisins Distinguer des phonèmes voisins La maison des sons Phono- catégo Lecture Plus Balthazar Comptines pour apprendre à prononcer (Bray- Clausard) Chansons pour mieux parler J. Gudin Imprégnation Mémorisation Jeux phonologiques Scander un mot en syllabes Nommer chaque syllabe Compter les syllabes Former un mot avec un nombre de syllabes donné Prénoms des enfants Comptines Mots Travail de rythme Frappe de mains Articulation

27 UTILISER UNE SYNTAXE ADAPTEE DANS LES DIFFERENTES FORMES DE DISCOURS ET LENRICHIR OBJECTIFSSUPPORTSSITUATIONS Utiliser des phrases simples juxtaposées Utiliser différentes formes Coins jeux Téléphone Dictée à ladulte Lecture dimages Images séquencielles Albums Jeu du qui est- ce ? Comptines de type « Quelle heure est-il ? » Situations de communication Histoires à raconter Imprégnation/ mémorisation/ réinvestissement

28


Télécharger ppt "LE LANGAGE A L ECOLE MATERNELLE Isabelle Rimbau Conseillère pédagogique généraliste."

Présentations similaires


Annonces Google