La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

REUNION ARLIN-CCLIN Poitiers le 6 décembre 2012 Compte-rendu IDE: Séverine Jalaudin Médecin coordinateur: Colette Boisson.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "REUNION ARLIN-CCLIN Poitiers le 6 décembre 2012 Compte-rendu IDE: Séverine Jalaudin Médecin coordinateur: Colette Boisson."— Transcription de la présentation:

1 REUNION ARLIN-CCLIN Poitiers le 6 décembre 2012 Compte-rendu IDE: Séverine Jalaudin Médecin coordinateur: Colette Boisson

2 Infections urinaires en EHPAD Dr G. Béraud CHU Poitiers Différencier colonisation et infection - sonde urinaire (colonisée en 72h) - escarre (colonisation systématique)

3 Bactériuries asymptomatiques Personne âgée: 15 à 17% à domicile 33 à 50% en institution 38 à 58% quand sondage intermittent 100% si sondage permanent

4 Recommandations IDSA 2009 ECBU avant toute antibiothérapie Si SAD >14 jours et si toujours indiquée, changer la SAD et ECBU prélevé sur nouvelle sonde

5 Quand y a-t-il infection urinaire? Leucocyturie + si > ou = 10 4 /ml Bactériurie + si > 10 4 UFC/ml pour cystites aigües à E.Coli et autres entérobactéries (Proteus, Klebsiella) ou Staphylococcus saprophytus si > ou = 10 5 UFC/ml pour les cystites à autres entérobactéries (notamment entérocoques) si >10 4 UFC/ml si pyélonéphrites et prostatites

6 Bandelette urinaire Pas de BU ni dECBU sans symptômes Ne pas faire de BU sur sonde La BU est fréquemment + chez le sujet âgé La présence de bactéries dans les urines nest pas synonyme dinfection

7 Une bactériurie sur sonde est le plus souvent asymptomatique La colonisation ne doit pas être traitée 100% des sondes sont colonisées

8 Infection urinaire du grand vieillard 2 écueils: Porter à tort le diagnostic dinfection Méconnaître une authentique infection devant des signes bâtards

9 Antibiothérapie dans linfection urinaire Éviter le traitement probabiliste chez le sujet institutionnalisé si on peut attendre Un large spectre ne signifie pas un traitement plus efficace mais plus de pression de sélection

10 Antibiothérapie dans les IU La seule association validée dans linfection urinaire est: C3G ou FQ + Aminoside Indications: - sepsis grave, choc septique - entérobactéries : pseudomonas, enterobacter(gr.3)

11 Antibiorésistance Tout résident peut être porteur asymptomatique de bactéries multirésistantes Toutes les bactéries sont concernées par la résistance

12 Traitement non antibiotique Lever obstacle, lutter contre le résidu vésical Diurèse 1.5l Si possible retirer la sonde ou bien la changer

13 CAT devant une incontinence Conduite régulière aux toilettes Étui pénien changé quotidiennement Changes Sondages itératifs

14 Indications du sondage urinaire Rétention urinaire Plaies descarres Fin de vie

15 Poches à urines violettes Âge > 80 ans SAD > 15 jours pH alcalin, constipation, alitement E.Coli, Proteus, Providencia, Klebsiella Reste souvent au stade de la colonisation Coloration liée à linteraction de certains pigments

16 Bactéries résistantes aux antibiotiques BMR - définition: soit résistante à au moins 3 classes dantibiotiques soit résistante à un agent antibiotique-clé - colonisation: pas de traitement - précautions complémentaires de contact (PCC) quelque soit le statut du patient BLSE: E.Coli BLSE % entre 2002 et Risque majeur dimpasse thérapeutique

17 Bactéries Hautement Résistantes BHR: résistant à tous les antibiotiques testés ou à au moins un antibiotique par classe - EPC Enterobactéries porteuses de Carbamépémase - ERG Enterobactéries résistantes aux Glycopeptides

18 Facteurs associés à infection/colonisation par EPC Hospitalisation à létranger Hospitalisation en réanimation Ventilation mécanique Diabète Antibiothérapie antérieure Provenance EHPAD ou USLD

19 PCC devant: SARM Acinetobacter baumanii résistant à lImipénème ou seulement sensible à lImipénème EBLSE Pseudomonas résistant à lImipénème

20 Précautions complémentaires contact Pour tout contact avec résident, y compris peau saine et environnement Pour résident atteint de maladie contagieuse transmise par contact Pour résident porteur de bactérie résistante

21 Précautions complémentaires contact PRESCRIPTION MEDICALE Signalétique Information Renforcement hygiène des mains Tablier de protection à usage unique Matériel dédié au patient, désinfecté quotidiennement Gants quand risque avec muqueuse lésée, sang, urines Port SYSTEMATIQUE des gants pour EPC,ERG

22 Précautions complémentaires contact Privilégier lusage des lave-bassins Pas de traitement particulier de la vaisselle Entretien de la chambre en dernier Privilégier le linge qui se lave à chaud

23 Précautions complémentaires contact Pas disolement géographique du résident en EHPAD mais discuter pour EPC et ERG friction des mains++++ changement de protection avant la sortie de chambre changer la protection plus souvent toilette cutanée et muqueuse à chaque change

24 Sondes urinaires Limiter les indications de la SAD au maximum Réévaluer tous les jours Rééducation comportementale importante Mesure RPM (bladderscan plutôt que sondage) Une SAD ne contre-indique pas une douche

25 Sondes urinaires 100% silicone: lubrifiant pas indispensable Pas dantiseptique pour les soins de sonde Si IU: retirer la sonde ou la changer lorsque le drainage est indispensable ECBU sur sonde propre

26 Comment une bactérie devient résistante Résistance acquise: - mutation dun gène préexistant - acquisition par transfert dun gène de résistance Une BMR nest pas plus contagieuse mais on ne souhaite pas quelle se dissémine 2 prélèvements négatifs à 8 jours dintervalle peuvent faire lever les PCC

27 Références POPI antibioguide Guide dantibiothérapie du CHU de Poitiers Guide dantibiothérapie du CH de Rochefort Antibiopoche: secrétariat de lORMEDIT Poitou-Charentes Surveiller et prévenir les infections liées aux soins HSCP- SFHH sept 2010 Recommandations pour la prévention des infections en EHPAD SFHH- ORIG Juin 2009 CCLIN-Paris-Nord: précautions contact spécifiques ERG CCLIN Actualités/ maîtrise du risque infectieux en EHPAD


Télécharger ppt "REUNION ARLIN-CCLIN Poitiers le 6 décembre 2012 Compte-rendu IDE: Séverine Jalaudin Médecin coordinateur: Colette Boisson."

Présentations similaires


Annonces Google