La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Sédation pour l intubation en urgence. Caractéristiques d une sédation pour l intubation en urgence Cinétique rapide – Délais d action rapide – Durée.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Sédation pour l intubation en urgence. Caractéristiques d une sédation pour l intubation en urgence Cinétique rapide – Délais d action rapide – Durée."— Transcription de la présentation:

1 Sédation pour l intubation en urgence

2

3 Caractéristiques d une sédation pour l intubation en urgence Cinétique rapide – Délais d action rapide – Durée d action courte Réversibilité Peu de retentissement – Hémodynamique – Neurologique – Respiratoire Minimum d effets indésirables

4 Rationnel Conférences experts SFAR 2000 : « analgésie et sédation en milieu extra- hospitalier » Conférence consensus SFAR 1999: « utilisation des curares en anesthésie » Conférence consensus SRLF-SFAR 1998: « abord trachéal en réanimation »

5 Etat des lieux : ID en fonction du type de sédation Adnet F, Eur J Emerg Med, 1999

6 ID en fonction de létat de conscience GCS Adnet F, Acad Emerg Med, 1999

7 Intubation en séquence Rapide « Seule séquence de sédation pour lintubation en urgence de patients à estomac plein » plus sûr, plus rapide, plus facile

8 Déroulement d une ISR Préoxygénation Administration d un hypnotique Administration d un curare Compression du cartilage cricoïdien Intubation orotrachéale sous laryngoscopie directe

9 Pré-oxygénation Étape fondamentale de l ISR But : P N2 (alvéole) = 0 mmHg Permet une Apnée > 5 minutes sans désaturation (poumons sains) après une pré-oxygénation correcte Durée = 3-5 minutes Ballon, O 2 = 8 L/min Pas dassistance manuelle (risque dinhalation) Berthoud M, Anaesthesia, 1983 Le Pelley E, Ann Fr Anesth rean, 1995

10 MAIS… ISR et désaturation Sujets poumons sains : – 10 à 50% de patients sans détresse désaturent (SpO 2 < 90%) sans assistance ventilatoire – Il existe des patients à poumons sains à haut risque de désaturation précoce (obèse, parturiente) Et les patients en détresse ventilatoire ?

11 Désaturation pendant lapnée d une ISR Benumof, Anesthesiology 1992

12 Désaturation pendant lapnée de volontaire sains (ou presque) ! Anesthesiology, 2001

13 Préoxygénation fausse assurance ? Probablement, le patient en détresse désature très rapidement Ne pas attendre la désaturation pour ventiler ACTIVEMENT au masque Ne pas attendre la désaturation pour interrompre la procédure dintubation La remonté de la SpO2 lors dune oxygénation correcte semble lente

14 Lidocaine : peut-être... – Buts :Diminution de les réponses hémodynamiques et cérébrales lors de la laryngoscopie directe – Efficacité controversée Défasciculation : non! – Temps de la procédure augmenté – Perturbe le réflexe de déglutition => Risques dhypoxie et dinhalation augmentés – Efficacité non établie ou faible Pré-traitements Baumgarten RK, Can J Anaesth, 1988 DHonneur G, Anesthesiology, 1992 Magorian T, Anesthesiology, 1993

15 Hypnotique = Etomidate (le meilleur hypnotique mais le plus mauvais agent pour l intubation!) 0,3-0,5 mg/kg IVD – Stabilité cardiovasculaire – Début daction rapide – Durée daction courte – Protection cérébrale Contre indications = pas dindication – Asthme = Kétamine 2 mg/kg – Etat de mal convulsif = Thiopental 5 mg/kg

16 Curare = Succinylcholine Action très rapide (installation et durée) Stabilité cardiovasculaire

17 Effets secondaires de la succinylcholine (1) Cardiovasculaires : arythmies souvent réversibles Hyperkaliémie non observée dans les conditions de lurgence Allergie 1/1600, très grave ! Hyperthermie, seulement si elle est associée à des agents hallogenés (jamais en urgence !)

18 Effets secondaires de la succinylcholine (2) Augmente la pression intragastrique...Mais : ( P Cardia - P Succinylcholine ) > 0 ! Augmente la PIC…Mais : ( P Laryngocopie - P Succinylcholine ) > 0 !

19 Sellick, Lancet, 1961

20 Manœuvre de Sellick Contre indications – Vomissements – Lésions du rachis cervical Efficacité non établie Diminue le risque de régurgitation Augmente le risque de régurgitation Peut interférer avec l exposition glottique ! Sellick BA, Lancet, 1961 Aissa, Ann Fr Anesth Rean, 1995 Benumof JL, J Clin Anesth, 1996

21 Effet de la pression cricoïdienne sur la pression du sphincter inférieur de lœsophage Tournadre Anesthesiology, 1997 Pression (mm Hg)

22 Évaluation de la manœuvre de Sellick

23 SONDE NASOGASTRIQUE : NON ! Augmente le risque dinhalation : – Stimule les réflexes de déglutition – Douleur – Agitation, toux... – Ouverture du sphincter haut et bas de loesophage Inconfortable pour le patient Aucune utilité (avant lintubation) DePaso, Clinic in Chest Medicine, 1991 Ibafiez, J Parenter Enteral Nutr, 1992 Adnet F, JEUR, 2000

24 Effets Secondaires de l ISR Cardiovasculaires : arythmies souvent réversibles Hyperkaliémie Allergie Hyperthermie, seulement si elle est associée à des agents halogénés

25 Contre-Indications à l ISR Hyperkaliémie documentée ou fortement suspectée (rhabdomyolyse) ATCD allergie à la succinylcholine Maladie neuromusculaire ATCD d hyperthermie maligne Brûlés, polytraumatismes à distance de l accident Intoxication organophosphorés

26 Sédation en entretien BZD + Morphinomimétique – Hypnovel + fentanyl Problème du relais de la sédation – Signe de réveil – Délétère sur la ventilation et la PIC Début précoce Rôle dune morphinomimétique à linduction? – Fentanyl 3 µg.kg -1 après intubation – Diminution significative des signes de réveil

27 Evaluation de l ISR (1) Rose 94 : baisse de l incidence de l ID de 27% à 4% Vilke 94 : ISR (90%)>IOT sans cur. (84%)>INT (75%) Rosen 87 : ISR baisse de l incidence ID et moins de complications comparée à l INT Li 99 : ISR associée a une diminution de la fréquence des complications

28 Evaluation de l ISR (2) Cantineau 97 : incidence de l ID identique entre les patients en ACR et ceux sédaté avec ISR Ricard Hibon 97: baisse de l ID après introduction de ce type de sédation Adnet 98 : L ISR est le type de sédation associé à la plus faible incidence d ID

29 Etudes négatives Rhee 94 : équivalence ISR et INT mais échec abord veineux = échec ISR Hedges 88 : groupes non comparables (ACR)

30 Limites de l ISR La pré-oxygénation n est probablement pas efficace dans les conditions de détresses vitales La morbidité réelle per-intubation est mal évaluée avec cette séquence La place de cette séquence est mal définie en présence de facteurs d intubation difficile

31 Place de l ISR Systématique de première intention En présence de facteurs prédictifs d ID: – Vigile vs. ISR? – ISR > Fibroscopie (Mandavia, 2000) En présence de contre-indications : – Propofol seul (non évalué) – Curare non-dépolarisant (durée d action supérieure) – Vigile avec AL

32 ALTERNATIVE : PROPOFOL seul (sans curare) : 2 mg/kg pendant 1-2 minutes – Pour les patients hémodynamiques stables – Diminue la pression artérielle (constant) – Bonnes conditions dintubation Keaveny JP, Anaesthesia, 1988 Mulier JP, Anesth Analg, 1991 Stevens JB, Anesth Analg, 1997

33 Conclusion La technique de l Intubation en Séquence Rapide doit être la sédation de référence pour lintubation en urgence d un patient en détresse La technique de l Intubation en Séquence Rapide doit être la sédation de référence pour lintubation en urgence d un patient en détresse Cependant, la minimisation des effets morbides per- intubation n est pas démontrée avec cette séquence


Télécharger ppt "Sédation pour l intubation en urgence. Caractéristiques d une sédation pour l intubation en urgence Cinétique rapide – Délais d action rapide – Durée."

Présentations similaires


Annonces Google