La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Prévenir les AVC, un à la fois Tension artérielle et AVC 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Prévenir les AVC, un à la fois Tension artérielle et AVC 2009."— Transcription de la présentation:

1 Prévenir les AVC, un à la fois Tension artérielle et AVC 2009

2 Tension artérielle et AVC
OBJECTIFS D’APPRENTISSAGE À la fin de la séance, les participants seront en mesure : de suivre dans leur pratique les Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC en ce qui a trait à la tension artérielle; de discuter de l’impact qu’a l’hypertension artérielle sur le risque d’AVC; d’utiliser les techniques appropriées de mesure de la TA; de surveiller et d’interpréter les mesures de la TA conformément aux recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension et d’enseigner au patient pourquoi et comment mesurer la TA de manière appropriée.

3 Tension artérielle et AVC
Sommaire Vue d’ensemble de l’hypertension artérielle Cibles de tension artérielle Mesure de la tension artérielle En clinique À domicile Ambulatoire Le contenu des diapositives qui suivent est tiré des Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

4 Tension artérielle 2.2a Mesure de la tension artérielle
Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC 2008 2.2a Mesure de la tension artérielle Il faut mesurer la tension artérielle de toutes les personnes exposées à un risque d’ AVC à chaque consultation avec un professionnel de la santé, mais pas moins d’une fois l’an. Il faut appliquer les techniques appropriées normalisées préconisées par le Programme éducatif canadien sur l’hypertension (PECH) pour la mesure de la tension artérielle. Il faut soumettre les patients dont la tension artérielle est élevée à un examen approfondi pour diagnostic d’hypertension, conformément aux directives du PECH. l faut conseiller un mode de vie sain aux patients hypertendus ou exposés à un risque d’hypertension. RAPPEL Quatre des Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC traitent de la mesure de la tension artérielle : Il faut mesurer la tension artérielle à chaque consultation d’un professionnel de la santé et au moins une fois par année. Il faut utiliser les techniques préconisées par le Programme éducatif canadien sur l’hypertension. Si la tension artérielle est élevée, une évaluation complète doit être effectuée pour diagnostiquer l’hypertension artérielle selon les lignes directrices du PECH. Les patients souffrant d’HTA ou à risque d’HTA ont aussi besoin de recevoir des conseils en matière de modification du mode de vie. Source : Lindsay P., Bayley M., Hellings C. et autres; Groupe de rédaction Pratiques optimales et normes au nom de la Stratégie canadienne de l'AVC une initiative conjointe du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires et de la Fondation des maladies du cœur du Canada. Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l'AVC (mise à jour de 2008) CMAJ 2008 ;179 : E1-E93 CMAJ 2008;179(12 Suppl):E1-E93.

5 Tension artérielle 2.2b Contrôle de la tension artérielle
Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC 2008 2.2b Contrôle de la tension artérielle La Stratégie canadienne de l’AVC recommande des valeurs cibles de tension artérielle, telles qu’elles sont définies dans les directives du Programme éducatif canadien sur l’hypertension (PECH) pour la prévention d’un premier AVC, des récurrences d’AVC et autres épisodes vasculaires. Pour la prévention d’un premier AVC dans la population générale, l’objectif thérapeutique pour le traitement de l’hypertension artérielle systolique est une TA inférieure à 140 mmHg. L’objectif thérapeutique pour le traitement de l’hypertension artérielle diastolique est une TA inférieure à 90 mmHg. Un traitement antihypertenseur est recommandé chez tout patient qui a été victime d’un AVC ou d’un accident ischémique transitoire, ciblant une TA inférieure à 140/90 mmHg. Chez les patients qui ont subi un AVC, on préférera un traitement par inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IECA) ou par diurétique. RAPPEL La tension artérielle cible telle que définie par le PECH (nous en reparlerons dans une minute). Aucun essai contrôlé n’a encore déterminé le moment idéal pour instaurer le traitement antihypertenseur après l’AVC ou l’accident ischémique transitoire. Chez les patients victimes d’un AVC non invalidant ou d’un accident ischémique transitoire, ne nécessitant pas d’hospitalisation, on recommande de commencer (ou de modifier) le traitement antihypertenseur au moment du premier examen médical. Les Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales préconisent l’utilisation des directives du PECH en matière d’agents et la séquence des agents (www.hypertension.ca/pech) Source : Lindsay P., Bayley M., Hellings C. et autres; Groupe de rédaction Pratiques optimales et normes au nom de la Stratégie canadienne de l'AVC une initiative conjointe du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires et de la Fondation des maladies du cœur du Canada. Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l'AVC (mise à jour de 2008) CMAJ 2008 ;179 : E1-E93 CMAJ 2008;179(12 Suppl):E1-E93.

6 2.2b Contrôle de la tension artérielle(suite)
Un traitement antihypertenseur est recommandé pour la prévention d’un premier AVC ou des récurrences d’AVC chez les patients diabétiques, de manière à atteindre une TA systolique inférieure à 130 mmHg et une TA diastolique inférieure à 80 mmHg. Un traitement antihypertenseur est recommandé pour la prévention d’un premier AVC ou des récurrences d’AVC chez les patients non diabétiques souffrant d’insuffisance rénale chronique, de manière à atteindre une TA inférieure à 130/80 mmHg. Aucun essai contrôlé n’a encore déterminé le moment idéal pour instaurer le traitement antihypertenseur après l’AVC ou l’accident ischémique transitoire. On recommande de commencer (ou de modifier) le traitement antihypertenseur avant le congé de l’hôpital. Pour des recommandations sur des agents ou séquences d’agents spécifiques, veuillez consulter les lignes directrices actuelles du PECH (http://hypertension.ca/chep/fr/).

7 Facteurs de risque d’hypertension modifiables
Obésité Piètres habitudes alimentaires Apport élevé de sodium Mode de vie sédentaire Consommation élevée d’alcool Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

8 Défi de la prise en charge de l’hypertension : les perceptions du public
80 % des individus n’étaient pas au courant du lien entre l’hypertension et les maladies cardiovasculaires. 63 % croyaient que l’hypertension n’était pas un trouble de santé grave. 38 % croyaient pouvoir contrôler l’hypertension artérielle sans l’aide d’un professionnel de la santé. Can J Cardiol 2005;21:589-93 Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

9 Question Quelle est la cible pour un patient diabétique ou souffrant de maladie rénale lorsque sa tension artérielle est mesurée en clinique? a) <140/90 b) <135/85 c) <160/100 d) <130/80 e) <120/80 d)

10 Cibles thérapeutiques pour la prise en charge de l’hypertension
État de santé Cible Hypertension systolique isolée <140 mmHg Hypertension systolique/diastolique • Tension artérielle systolique • Tension artérielle diastolique <90 mmHg Diabète ou néphropathie • Systolique • Diastolique <130 mmHg <80 mmHg Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

11 Question Par combien de mmHg faut-il réduire la tension artérielle pour baisser le risque de maladie cardiovasculaire? a) 2 mmHg b) 5 mmHg c) 10 mmHg d) 15 mmHg e) 20 mmHg La relation entre la tension artérielle et le risque d’un épisode cardiovasculaire est continue, constante et indépendante d’autres facteurs de risque — plus la tension artérielle est élevée, plus le risque de maladie cardiovasculaire est élevé. a)

12 Question À partir de quel niveau de tension artérielle le risque de maladie cardiovasculaire et d’AVC commence-t-il à augmenter? a) >140/90 b) >130/80 c) >110/75 d) <150/95 e) <120/85 Les études portant sur des patients traités et non traités indiquent un risque de maladie cardiovasculaire et d’AVC et une mortalité due à une maladie cardiovasculaire qui croît graduellement lorsque la tension artérielle dépasse 110/75 mmHg avec des différences notables en fonction de l’âge et des comorbidités (UTD) c)

13 Mesure de la tension artérielle
En clinique À domicile Ambulatoire Le PECH traite de 3 types de mesure de la tension artérielle. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

14 Mesure de la tension artérielle au repos : le faire correctement
Mesure de la tension artérielle au repos : le faire correctement! Recommandations Pensez à votre dernière visite chez votre médecin de famille… Comment votre tension artérielle a-t-elle été mesurée? Vos pieds pendaient-il de la table d’examen? Vous a-t-on permis de vous reposer en silence pendant 5 minutes? Avez-vous bu un café en route vers le cabinet du médecin?

15 Question Combien de temps le patient devrait-il se reposer avant la mesure de la tension artérielle? 1 minute 2 minutes 5 minutes 10 minutes Aucun repos n’est requis 5 minutes pour la mesure de la tension artérielle au repos. Voyons ce que signifie la tension artérielle au repos...

16 Types de mesure de la TA Occasionnelle - la mesure est prise sans la période de repos requise de 5 minutes. Au repos - la mesure de la tension au repos en position assise est employée pour déterminer et surveiller les décisions thérapeutiques. En position debout - la mesure évalue l’hypotension posturale qui peut changer le traitement. La mesure occasionnelle est prise sans que le patient soit préparé. La mesure de la tension artérielle au repos est celle sur laquelle nous devrions appuyer nos décisions thérapeutiques. La mesure en position debout est celle utilisée pour dépister l’hypotension posturale. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

17 Observateur En position confortable pour obtenir la mesure
Manomètre au niveau de l’œil Stéthoscope bien entretenu Écouteurs propres Il est important que la personne prenant la mesure de la tension artérielle s’y prépare. Il faut adopter une position confortable, le manomètre au niveau de l’œil, et utiliser un stéthoscope bien entretenu. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

18 Préparation du patient
Pas de caféine depuis 30 – 60 minutes Pas de tabac depuis 30 minutes Pas d’exercices depuis 30 minutes Vessie/intestins à l’aise Cadre silencieux, tempéré, détendu, pas de conversation Bras à nu, pas de vêtements de compression Patient silencieux avant et durant la mesure Pas d’anxiété, de stress ou de douleurs aiguës Cette liste de préparatifs pour le patient est également très importante puisque nous verrons plus loin combien la tension artérielle peut être influencée par diverses activités. Lire le texte de la diapositive. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

19 Posture Assis calmement pendant 5 minutes Le dos bien appuyé
Le bras détendu et appuyé au niveau du cœur Les jambes non croisées et les pieds à plat sur le sol La posture du patient est importante. Lire le texte de la diapositive. Demandez aux participants de lever la main s’ils tiennent compte de la posture quand on prend la mesure de leur tension artérielle ou quand ils mesurent la TA de quelqu’un d’autre. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

20 Appareils recommandés pour la mesure de la tension artérielle
Tensiomètre à mercure Anéroïde récemment calibré Appareil automatique validé Les appareils anéroïdes ne devraient être utilisés que s’ils sont calibrés tous les 12 mois. Le tensiomètre à mercure demeure l’« étalon or ». L’appareil doit indiquer zéro avant de commencer. Il doit être bien entretenu. Un tensiomètre anéroïde doit être calibré tous les 6-12 mois. Les appareils électroniques peuvent être utilisés et devraient être calibrés annuellement. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

21 BpTRU Aperçu du produit
Tensiomètre automatique, non effractif, qui mesure la tension artérielle et le pouls des patients à l’aide d’un manchon pneumatique. L’appareil gonfle et dégonfle automatiquement le manchon. Utilise la méthode oscillométrique. Fonctionne en deux modes : Mode manuel : 1 mesure de TA Mode automatique : 6 mesures de TA, rejet de la première et moyenne des 5 suivantes L’appareil BpTRU est Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

22 Taille du brassard pneumatique
Mesurer la circonférence du bras à mi-chemin entre le coude et l’épaule. La vessie doit entourer au moins 80 % de la circonférence du bras. Le bord inférieur du brassard doit être à 2-3 cm au-dessus du pli du coude. La vessie doit être centrée sur l’artère brachiale. Indiquer au patient quelle est la taille du brassard. La taille du brassard est importante. Mesurez la circonférence du bras du patient et indiquez au patient quelle est la mesure obtenue et la taille du brassard qui y correspond, et notez-le pour lui. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

23 Position et dimensions du brassard (les manufacturiers n’ont pas adopté une norme standard)
Chercher le pouls radial et centrer la vessie du brassard sur celui-ci. Positionner le brassard au niveau du cœur. Circonférence du bras (adulte) Taille du brassard (cm) 18-26 cm 9x18 (enfant) >26-33 cm 12x23 (adulte de taille normale) >33-41 cm 15X33 (de grande taille) >41 cm 18x36 (de taille extra grande) Position Cherchez le pouls radial et centrez la vessie du brassard sur celui-ci. Positionnez la vessie au niveau du cœur. Le bras doit être soutenu. Dimensions Dans la cas d’un appareil automatique, suivez les directives du fabricant. Pour la mesure manuelle utilisez un stéthoscope et un sphygmomanomètre, utiliser le tableau comme guide. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

24 Technique en clinique À la visite initiale, il faudrait mesurer la tension artérielle dans les deux bras, puis ensuite dans le bras avec la mesure la plus élevée. Informez le patient. Deux mesures au repos, à intervalle de 1 à 2 minutes, devraient être prises à chaque visite. Si les mesures varient de >5 mmHg, il faudrait les répéter jusqu’à l’obtention de deux mesures consécutives comparables. La tension artérielle en position debout à 1 et à 3 minutes Voici la technique de mesure de la tension artérielle préconisée pour la visite initiale dans le cabinet du médecin. Cette mesure fournit les données de base. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

25 Palpation Déterminer la tension artérielle systolique par palpation afin de réduire la douleur et exclure la possibilité d’un trou auscultatoire systolique : Palper le pouls radial. Gonfler rapidement à 60 mmHg puis par incrément de 10 mmHg jusqu’à ce que le pouls disparaisse = la tension systolique estimée par palpation. Dégonfler lentement à une vitesse de 2 mmHg/seconde jusqu’à ce que le pouls réapparaisse pour confirmer la tension systolique par palpation. Ajouter 30 mmHg à ce nombre pour déterminer le niveau maximal de gonflement. Cette technique de mesure de la tension artérielle réduit la douleur et exclut la possibilité d’un trou auscultatoire systolique (expliqué dans la prochaine diapositive). Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

26 Sons de Korotkoff et trou auscultatoire
200 180 160 140 120 100 80 60 40 20 Pas de son Son net Son assourdi Phase 1 Phase 3 Phase 4 Phase 5 Assourdissement Phase 2 Trou auscultatoire mm Hg Sons de Korotkoff TA systolique TA diastolique La diapositive explique certaines erreurs que l’on peut faire en interprétant les sons de Korotkoff. La Phase 1 ou les premiers sons nets consécutifs devraient être utilisés comme la tension artérielle systolique et la phase 5 ou la dernière disparition des sons comme la tension artérielle diastolique. Dans le cas des personnes chez lesquelles les sons de Korotkoff continuent jusqu’à zéro mmHg, l’assourdissement du son (phase 4) est utilisée pour la tension diastolique et la tension artérielle est notée TA systolique/phase 4/0 mmHg pour indiquer que les sons continuent jusqu’à zéro. Chez un petit nombre de personnes les sons disparaissent dans la phase 2 de sons de Korotkoff et cela peut mener à une mauvaise interprétation des niveaux de tension artérielle. Dans l’exemple donné dans cette diapositive, les sons disparaissent à 160 mmHg et réapparaissent à 136 mmHg. Par conséquent, dans cet exemple 160 mmHg pourrait être pris par erreur pour la tension artérielle diastolique ou 136 mmHg pourrait être considéré par erreur comme étant la tension artérielle systolique. Il est recommandé de gonfler le brassard pneumatique à 30 mmHg au- dessus de la tension systolique par palpation afin d’éviter le trou auscultatoire. 184 / 86 = correct Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

27 Auscultation Palper, puis placer le stéthoscope au-dessus de l’artère brachiale. Gonfler le brassard jusqu’au niveau maximal de gonflement. Dégonfler le brassard de 2 mmHg par seconde. Apparition de deux sons de tape réguliers Korotkoff phase I = tension systolique Continuer à réduire la pression par 2 mmHg/seconde Disparition des sons Korotkoff phase V = tension diastolique Si la tension diastolique >90 mmHg écouter pendant encore 30 mmHg pour exclure un trou ausculatoire diastolique. Prendre note des résultats. La mesure par auscultation est la méthode couramment utilisée par la plupart. (Lire le texte de la diapositive) Documentation de l’utilisation de cette méthode : Notez la tension artérielle aux 2 mmHg les plus proches sur le manomètre (ou 1 mmHg pour les appareils électroniques). Notez le bras utilisé. Notez la position. Évitez d’arrondir les chiffres à la hausse ou à la baisse. Notez la fréquence et le rythme cardiaque. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

28 Hypertension masquée et syndrome de la blouse blanche
140 Pickering et al, Hypertension 2002 Hypertension masquée Hypertendu véritable TA systolique à domicile ou ambulatoire mmHG 135 135 Normotenseur véritable Hypertension de la blouse blanche Hypertension de la blouse blanche : le patient présente une hypertension artérielle dans un cadre clinique, mais pas dans sa vie quotidienne. Hypertension masquée : une tension artérielle élevée ou ambulatoire à l’état d’éveil et une tension artérielle normale au cabinet du médecin. Les deux ne sont pas dépistées par la mesure de routine de la tension artérielle. La surveillance ambulatoire de la tension artérielle peut permettre de diagnostiquer les deux (nous en reparlerons plus loin dans cette présentation). 140 TA systolique au cabinet du médecin mmHg Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

29 Pronostic d’hypertension masquée
La prévalence de l’hypertension masquée est d’environ 10 % dans la population générale (et plus élevée chez les diabétiques). J Hypertension 2007;25: Le risque cardiovasculaire associé à l’hypertension masquée est plus élevé puisque l’HTA passe souvent inaperçue à moins de vérifier la TA à domicile sur 24 heures. Hypertension de blouse blanche – ne doit pas être soignée mais le risque d’hypertension véritable est plus élevé. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

30 Question Quelle est la tension artérielle cible mesurée à domicile pour un patient sans diabète sucré ou néphropathie chronique? a) <120/80 b) <125/75 c) <130/80 d) <135/85 e) <140/90 d)

31 Équivalence de la tension artérielle mesurée en clinique, à domicile et ambulatoire
Une tension artérielle au cabinet de 140/90 mmHg comporte un risque similaire à : Description Tension artérielle mmHg Moyenne à domicile 135 / 85 Moyenne ambulatoire durant le jour Moyenne ambulatoire 24 heures 130 / 80 Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

32 Importance de la mesure de la tension artérielle à domicile
La mesure de la tension artérielle à domicile est plus étroitement associée à un pronostic de maladie cardiovasculaire que la mesure au cabinet. La mesure de la tension artérielle à domicile peut : confirmer le diagnostic d’hypertension améliorer le contrôle de la tension artérielle réduire le besoin de médicaments améliorer le respect des ordonnances chez les patients non observants aider à déterminer l’hypertension de blouse blanche et masquée. La mesure de la tension artérielle à domicile est bénéfique à plusieurs égards. Il faut encourager les patients hypertendus à utiliser un appareil approuvé avec un brassard approprié et leur enseigner la bonne technique AU REPOS. La plupart des patients peuvent être formés mais pas tous. Parmi les raisons de ne pas utiliser la mesure à domicile : Une déficience physique ou mentale empêche l’utilisation de la technique appropriée ou l’enregistrement exact des résultats. Le bras n’est pas approprié à l’utilisation du brassard (p. ex, un bras en forme conique). Un pouls irrégulier ou l’arythmie cardiaque empêchent la mesure précise. Un manque d’intérêt Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

33 Mesure de la tension artérielle à domicile : appareils validés
Le logo* sur l’emballage assure que l’appareil et le modèle respectent les normes internationales pour la mesure exacte de la tension artérielle. Pour la mesure de la tension artérielle à domicile nous enseignons aux patients d’utiliser seulement des appareils validés... voir le logo. Avec un brassard ayant les dimensions appropriées – mesure notée pour le patient et pour référence à un autre clinicien. et avec la technique appropriée… qui est la même que celle utilisée dans le cabinet du médecin. * Endossé par la Société canadienne d’hypertension artérielle Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

34 Tension artérielle mesurée à domicile
Une affiche et des aide- mémoire peuvent être commandés auprès des bureaux de la Fondation des maladies du cœur à l’adresse Internet : b /k.A134/Professionnels_de_la_sant2 33.htm Une affiche et des aide-mémoire peuvent être commandés auprès des bureaux de la Fondation des maladies du cœur. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

35 Instructions aux patients
Utilisez un moniteur validé. Utilisez un brassard aux dimensions appropriées. Utilisez la technique appropriée de repos. La technique utilisée par les patients devrait être vérifiée régulièrement. Deux mesures prises à intervalle de 1-2 min. 7 jours après une modification de médicament ou avant une visite chez le médecin Matin (avant la prise du médicament) et après- midi (2 h après le dîner) Instructions importantes à donner aux patients. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

36 Moniteur ambulatoire de la tension artérielle
Indique les tendances de la tension artérielle sur une période de 24 heures. Mesure la tension artérielle par la méthode oscillométrique qui dépend de la pulsatilité dans l’artère brachiale. Le bras doit être immobile durant le gonflement et le dégonflement. Moins précis aux mesures extrêmes de la tension systolique et diastolique. Pour les patients dont la tension artérielle doit être mesurée sur une période de 24 heures, il existe des moniteurs ambulatoires qui peuvent être loués dans la majorité des endroits. Le patient doit continuer à suivre ses activités quotidiennes régulières. Utilise un appareil automatique non effractif (SpaceLabs). Tension artérielle mesuréee toutes les 30 min (de 6 à 22 h) Tension artérielle mesurée toutes les 60 min (de 22 à 6 h) Des mesures additionnelles peuvent être prises si cela est souhaité. Utilisation d’un journal pour noter les activités principales. Le coût varie. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009 36

37 Variations diurnes/rythme circadien
Les anomalies sont associées à une augmentation des épisodes cardiovasculaires. Une inflexion est bénéfique : Rythme circadien : la tension artérielle baisse de >10 % durant le sommeil. L’absence d’inflexion est associée à un risque accru d’infarctus du myocarde, d’AVC et de démence lorsque la tension artérielle demeure élevée durant le sommeil. Ce que l’on s’attend à voir sur une période de 24 heures est une variation saine de la tension artérielle qui comprend une chute de >10 % durant le sommeil. Le risque d’AVC et d’autres épisodes cardiovasculaires croît chez les patients dont la tension artérielle ne baisse pas durant le sommeil. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

38 Avantages de la mesure ambulatoire sur 24 h
Fournit un grand nombre de mesures de la tension artérielle à l’extérieur de la clinique. Aide à déterminer les modifications dynamiques de la tension artérielle sur une période de 24 heures. Permet au médecin d’ajuster le traitement pour qu’il prévienne des complications dans les organes ciblés. Exclut l’hypertension de « blouse blanche ». Aide à effectuer le diagnostic de l’hypertension « masquée ». Identifie les patients chez qui la tension artérielle nocturne ne baisse pas. La mesure sur 24 heures offre de grands avantages pour le diagnostic des cas qui ne peuvent être diagnostiqués avec précision par les techniques habituelles. Elle permet, par exemple, d’exclure l’hypertension de blouse blanche et masquée et d’identifier les patients chez qui la tension artérielle ne baisse pas durant le sommeil. Il est normal et sain que la tension artérielle baisse durant le sommeil. Les patients dont la tension artérielle ne baisse pas durant le sommeil sont à risque plus élevé d’AVC et d’épisodes cardiovasculaires. Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

39 Autant en clinique qu’à domicile!
Le message à retenir Pour mesurer la tension artérielle de manière précise, il faut : Un brassard aux bonnes dimensions Un moniteur validé La bonne technique de repos Autant en clinique qu’à domicile! Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

40 Tension artérielle surveiller la tension artérielle à domicile et adopter l’autocontrôle de son mode de vie Pour les professionnels de la santé : Diagnostic d’hypertension Évaluation Traitement Mesure de la tension artérielle Pour les patients : Mesure appropriée de la tension artérielle Moniteurs pour utilisation à domicile Enseignement au patient Recommandations du Programme éducatif canadien sur l’hypertension 2009

41 Récapitulons L’AVC est une des principales causes de décès et d’handicap. 80 % des AVC peuvent être prévenus. La prise en charge en phase aiguë commence par la reconnaissance des symptômes les protocoles à l’urgence font la différence le triage rapide des AIT pour prévenir un AVC Les stratégies de prévention peuvent avoir un effet considérable HTA, désaccoutumance au tabac, mode de vie sain, respect des ordonnances Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC 2008 Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC, mise à jour de 2008 Pour prévenir 80 % des AVC, il faut des processus en place pour obtenir : une reconnaissance rapide des symptômes d’AVC une réponse rapide : triage, protocoles à l’urgence et services de diagnostic permettant rapidement de déterminer et de prendre en charge les patients à plus haut risque et ceux qui sont à moindre risque la réduction des facteurs de risque par la modification du mode de vie et les aiguillages vers les ressources locales TOUS les professionnels de la santé peuvent prévenir des AVC en mettant en œuvre les pratiques optimales dans leur pratique de tous les jours.


Télécharger ppt "Prévenir les AVC, un à la fois Tension artérielle et AVC 2009."

Présentations similaires


Annonces Google