La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Physiologie de la miction Modifications liées au vieillissement Grands types dincontinence Incontinence à leffort Mictions impérieuses Mictions par regorgement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Physiologie de la miction Modifications liées au vieillissement Grands types dincontinence Incontinence à leffort Mictions impérieuses Mictions par regorgement."— Transcription de la présentation:

1

2 Physiologie de la miction Modifications liées au vieillissement Grands types dincontinence Incontinence à leffort Mictions impérieuses Mictions par regorgement Facteurs précipitants Conduite à tenir en pratique

3 La miction repose sur des phénomènes très complexes faisant intervenir 3 éléments : le système nerveux la vessie le sphincter urétral situé à la base de la vessie. Ces éléments doivent interagir de manière optimale pour la réussite des deux phases de la miction: le « stockage » dans la vessie de lurine produite par les reins la « vidange » complète et volontaire de la vessie.

4 Reins Uretères Vessie Urètre

5 Os du pubis Vessie Urètre Testicule

6 Les différents muscles intervenant dans la miction Uretères Détrusor Sphincter urétral Plancher pelvien

7 Le système nerveux inhibe le muscle de la vessie (le détrusor) et stimule la contraction du sphincter urétral : la vessie se laisse distendre sans résistance jusquà un volume de 250 ml (besoin normal) à 350 ml (besoin impérieux) le sphincter se contracte pour éviter toute fuite durine.

8 Le système nerveux déclenche la contraction du détrusor et le relâchement du sphincter : la vessie se vide totalement (résidu post- mictionnel normal < 50 ml) Les sphincters laissent sécouler lurine sans résistance.

9 Le vieillissement altère les performances des 3 éléments participant à la miction : le système nerveux inhibe le détrusor de manière moins efficace au cours du stockage, avec de possibles contractions accidentelles (vessie instable) la vessie est moins « compliante » (elle ne se laisse pas facilement distendre lors du stockage) le sphincter est moins efficace pour éviter les fuites la vidange de la vessie est moins facile chez lhomme du fait dun volume augmenté de la prostate.

10 Les sphincters ne sont pas assez puissants pour éviter les fuites durine quand la pression augmente brutalement au niveau abdominal : on observe des fuites au cours de la journée, à chaque fois que la pression abdominale augmente (effort de soulèvement, rire, toux, éternuement…) Lincontinence à leffort touche surtout les femmes par atteinte du plancher pelvien sur lequel repose le sphincter (carence en oestrogènes après la ménopause, accouchements multiples, prolapsus…)

11 Le système nerveux nest plus capable dinhiber correctement le détrusor lors du stockage : on observe des « envies impérieuses » duriner, jour et nuit, pour des volumes vésicaux faibles. Les mictions impérieuses sont liées à des lésions du système nerveux central (accident vasculaire cérébral, maladie de Parkinson…)

12 La vessie ne se vidange pas correctement et peut atteindre des volumes considérables (« globe vésical ») : parce que le détrusor ne se contracte plus parce quil y a un obstacle à lécoulement de lurine. Les mictions par regorgement peuvent se manifester de plusieurs manières : difficultés pour uriner (sensation que la vessie nest jamais complètement vide) pollakiurie (mictions peu abondantes et très fréquentes) fuites continues jour et nuit.

13 Par obstacle à lécoulement : hypertrophie de la prostate sténose de lurètre. Par non - contraction du détrusor : vessie atone des diabétiques lésions du système nerveux central.

14 Les incontinences « mixtes » sont fréquentes chez les sujets âgés (notamment incontinence deffort + mictions impérieuses). La démence à un stade sévère est presque toujours associée à une incontinence urinaire. De simples difficultés de déplacement peuvent entraîner une incontinence chez un sujet âgé fragile.

15 Des problèmes aigus peuvent sajouter aux effets du vieillissement et aux pathologies chroniques pour entraîner des troubles : linfection urinaire augmente linstabilité de la vessie le fécalome rectal peut entraîner une rétention urinaire aiguë avec mictions par regorgement de nombreux médicaments favorisent lincontinence volume des urines augmenté (diurétiques) contractions du détrusor inhibées (neuroleptiques, morphine, certains antidépresseurs) diminution de la vigilance (anxiolytiques, hypnotiques…)

16 Poser un diagnostic précis face à une incontinence. Soit, du plus simple au plus compliqué : le patient peut-il accéder aisément aux toilettes ou au bassin ? Existe-t-il un facteur précipitant ? Quel est le type dincontinence ? Quelle est la pathologie en cause ?

17 Prendre des mesures adaptées face à lincontinence : aménager lenvironnement matériel et humain proposer des mesures hygiéno-diététiques simples (prise des boissons en 1 ère partie de journée, passages systématiques aux toilettes..) traiter si cest possible par rééducation, médicaments ou chirurgie recourir en désespoir de cause à un moyen palliatif (protections, étuis péniens, sondage vésical itératif ou à demeure)

18 1 ère règle dor : ne jamais poser de protection demblée chez un patient âgé hospitalisé auparavant continent. 2éme règle dor : ne pas laisser attendre une personne qui à envie duriner, répondre le plus rapidement possible à la sonnette. Protection sans démarche diagnostique et sans autre mesure thérapeutique = risque dincontinence irréversible ! 3 ème règle dor : ne pas laisser une sonde vésicale en place sans raison précise. Sonde vésicale à demeure plus de 72 heures = infection urinaire systématique, et risque dincontinence au retrait de la sonde.

19


Télécharger ppt "Physiologie de la miction Modifications liées au vieillissement Grands types dincontinence Incontinence à leffort Mictions impérieuses Mictions par regorgement."

Présentations similaires


Annonces Google