La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vieillir avec lInfection Chronique par le VIH Réunion Réseau Octobre 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vieillir avec lInfection Chronique par le VIH Réunion Réseau Octobre 2009."— Transcription de la présentation:

1 Vieillir avec lInfection Chronique par le VIH Réunion Réseau Octobre 2009

2 Département de Santé Publique - COREVIH PACA EST Epidemiologie Tranche d'âge Effectif% % % < 25 ans673.08%652,90%602,87% de 25 à 35 ans % % % de 35 à 45 ans % % % de 45 à 55 ans % % % de 55 à 65 ans % % % de 65 à 75 ans642.92%693.08%693.30% > 75 ans120.55%180.80%241.15% TOTAL % % %

3 Mr Hugo, 59 ans Présentant des douleurs de jambes, bilatérales, mécaniques, invalidantes depuis plusieurs semaines Co-morbidités : –Tabagisme : sevré il y a 6 ans à 30 paquets/année –Infection par le VIH, co-infection par le VHB –Depuis plusieurs mois sous Norvir ® + Telzir ® + Viréad® + Epivir® bonne tolérance clinique aux ARV CV indétectable et CD4 entre 250 et 300 cellules/ml Échec dun traitement par IL-2 recombinante 2 ans auparavant Examen somatique : pouls 78 / mn, TA : mm Hg; FR : 15/ mn; apyrétique –normal tant au plan rhumatologique que neurologique ou cardio- pulmonaire

4

5 Iconographies EMG membres inférieurs : –atteinte neurogène axonale sensitive ± motrice bilatérale et symétrique Radiographies de jambes : –sans particularité Scintigraphie Technetium : –hyperfixations pathologiques sans caractéristique étiologique IRM membres inférieurs : –multiples micro-fractures des tibias

6 Bilan fractures spontanées Ostéodensitométrie : ostéoporose Bilan biologique : hypophosphorémie isolée

7

8

9 Mr Hugo Il vit seul dans un studio au dernier étage sans ascenseur depuis plusieurs années. Il a rompu tous les liens familiaux depuis très longtemps Il ne sest jamais marié et na pas eu denfant. Sans formation spécifique, il a vécu de petits boulots saisonniers et intérimaires, il a été parfois sans logement, hébergé temporairement ou en accueil de nuit. Ces temps difficiles lont conduit à une consommation dalcool et de drogues. Et cest lors dune injection en intraveineuse en 1996 que M. Hugo a été co-infecté par le VIH-VHB. De fait, il sest éloigné du monde du travail, jusquà nen plus trouver. Au terme des prestations de chômage, M. Hugo a sollicité le RMI, et compte tenu de ses problèmes de santé, il a ensuite obtenu lAAH en 1998.

10 M. Hugo va atteindre lâge de 60 ans 1)Va-t-il continuer à percevoir lAAH ? 2)Va-t-il percevoir automatiquement la retraite ? 3) Faut-il remplir un dossier pour ouvrir des droits à prestations de retraite ?

11 M. Hugo a toujours rencontré des difficultés pour remplir ses dossiers administratifs. Il na sollicité laide de personne pour laider à constituer son dossier de retraite. De fait, il a cessé de percevoir lAAH et est dépourvu de ressources depuis 3 mois. Quel service doit-il contacter : lassistante sociale de lhôpital où il est suivi ? lassistante sociale du SIAS-CLIC ?

12 Lassistante sociale la aidé à constituer son dossier à son domicile car M. Hugo a de plus en plus de difficultés de mobilité. Cependant labsence de ressources na pas permis à M. Hugo dhonorer ses deux derniers loyers. 1) Va-t-il pouvoir être aidé pour le paiement de son loyer ? 2) A quel moment M. Hugo aurait-il du constituer son dossier de retraite pour ne pas être en rupture de droits ? 6 mois avant son 60ème anniversaire 3 mois avant son 60ème anniversaire A la date de son 60ème anniversaire 3) Où M. Hugo devait-il renvoyer son dossier de retraite ? à la Caisse dAllocation Familiale à la Caisse de Retraite des Alpes-Maritimes 4) Combien de temps aurait-il fallu à M. Hugo pour quil perçoive sa première pension de retraite sil avait rempli et retourné son dossier dès réception ? il y aurait eu un relais immédiat entre pension de retraite et AAH il aurait de toute façon eu une absence de ressources pendant 1 à 3 mois

13 M. Hugo est affaibli par ses pathologies et rencontre des difficultés pour se déplacer et pour faire face aux tâches ménagères et aux préparations des repas. 1) Va-t-il pouvoir bénéficier dune aide ménagère ? Isolé, il na pas de famille qui pourrait le prendre en charge. 1) Si laide ménagère ne lui suffisait plus, existe-t-il dautres alternatives ? 2) Avec si peu de ressources, pourrait-il aller dans une maison de retraite ?

14 Que doit-on retenir ? Il existe un vaccin efficace et sans risque contre lhépatite B à proposer chez lenfant et ladolescent Larrêt du tabac au plus tôt est un impératif Ne pas laisser évoluer des symptômes plusieurs semaines Tenir compte des facteurs de risque familiaux : HTA, ostéoporose,troubles métaboliques… Le diagnostic dostéopénie / ostéoporose repose sur lostéodensitométrie et pas sur la biologie Rôle potentiel des médicaments ? Anticiper la situation de détresse sociale

15 Jeune femme de 42 ans Hospitalisée pour douleurs abdominales Antécédent : cholécystectomie Co-morbidités : –Tabagisme actif –Infection par le VIH, Depuis 3 mois sous Norvir ® + Reyataz ® + Epivir ® + Sustiva ® bonne tolérance clinique aux ARV –Co-infection par le VHC avec cirrhose constituée Traitement anti-VHC par PEG-interféron + ribavirine depuis 5 semaines Examen somatique : pouls 115/mn; TA : –Douleurs abdominales prédominantes en épigastrique avec météorisme et BHA audibles, sans organomégalie, associées à des douleurs des 2 fosses lombaires –Érythrose palmaire et faciale –Œdème des membres inférieurs

16

17 Bilan biologique Insuffisance rénale organique rapidement progressive Hypoalbuminémie; Hyponatrémie Nf plaquettes sans modification notable Hématurie et protéinurie à la bandelette Protéinurie > 0.6 g/l, EPU : « syndrome néphrotique impur »; compte dAddis montrant une leucocyturie et une hématurie significatives

18 Bilan dune I. Rénale subaiguë avec syndrome glomérulaire Echographie : morphologie rénale normale Echo-doppler vaisseaux rénaux Recheche maladies inflammatoires –VHC = cryoglobulinémie possible PBR : –Glomérulonéphrite membrano-proliférative avec cryoglobulinémie mixte –VHC et/ou PEG interféron ?

19 Traitements Traitement de linfection par le VIH Traitement de linfection par le VHC Traitement de lHTA –IEC –diurétiques

20

21 Ne pas arriver au stade de cirrhose pour démarrer un traitement anti-VHC Complexification des traitements qui nécessitent une bonne coordination médicale Perte dautonomie source besoins sociaux Que doit-on retenir ?

22 Jeune femme de 44 ans Hospitalisée pour dyspnée deffort –douleurs thoraciques « atypiques » Co-morbidités : –Tabagisme actif –Infection par le VIH, co-infection par le VHC Traitement anti-VHC par PEG-interféron mais devant être arrêté car inefficace –Depuis 3 mois sous Kalétra ® + Truvada ® bonne tolérance clinique aux ARV CD4 entre 250 et 300 avant anti-VHC hypercholestérolémie et hypertriglycéridémie: Vasten ® Examen somatique : –pouls 118 / mn, TA : mm Hg; FR : 22 / mn; apyrétique –pulmonaire : auscultation, percussion et palpation normales –cardiaque : turgescence des jugulaires; souffle cardiaque endapexien –hépatomégalie ferme, sans splénomégalie –Pas de plainte neurologique mais manifestement ralentissement idéo- moteur et trouble de mémoire sans signe de localisation

23

24

25

26 Quel(s) diagnostic(s) évoquer ? Au plan cardio-vasculaire –Douleurs dangor ? –Douleurs neurologiques ? –Syndrome de Tietz ? HTAP : signes de cœur droit et pas de signes respiratoires fonctionnel

27 Hypertension artérielle pulmonaire ECG Écho cardiaque Cathétérisme cardiaque

28 HTAP de la personne infectée par le VIH Traitement de l(HTAP –Bosentan (Tracleer ® ) Traitements ARV –associés à une régression de lHTAP Traitements « symptomatiques » –oxygénothérapie; traitements de linsuffisance cardiaque

29 Quel(s) diagnostic(s) évoquer ? Au plan neurologique –Infection opportuniste –Maladies vasculaires : HTA, diabète sucré –complication dune ex-toxicomanie… Troubles cognitifs légers test psychométriques

30

31 Iconographies et prise en charge thérapeutique IRM cérébrale sur pour le diagnostic différentiel PL pour dosage des ARV et résistance génotypique ? –possibilité doptimisation des molécules en choisissant celles à forte diffusion cérébrale attention : effets secondaires de lInterféron

32

33 Associations morbides Certaines pathologies (neurologiques) sont peu symptomatiques, rendant nécessaire le suivi clinique régulier Il vaut mieux prévenir (possibilité de changement dARV) que guérir (impossible à lheure actuelle quand troubles cognitifs sévères installés) Que doit-on retenir ?

34

35

36 Discussion « Bien vieillir » = préventions Tabagisme, éthylisme, exercice physique Evaluation des risques de cancers –Cancers bronchiques et tabagisme –Hépatocarcinome et hépatites chroniques –Infection à Papillomavirus Frottis cervicaux et dysplasies sévères et/ou cancer du col utérin Condylomes ano-rectaux et cancer du canal anal Suivi médical régulier, observance et traitements des comorbidités –HTA –Troubles métaboliques –Co-infections virales –Lutte contre les IST

37 Monsieur et Madame Denis Tous les 2 sont âgés de 61 ans. Ce couple a eu 3 enfants qui vivent tous éloignés de leurs parents. M. Denis a été infecté par le VIH en 1992 suite à une relation adultérine. Sa maladie et le traitement antirétroviral lui ont occasionné des arrêts de maladie et un reclassement professionnel ayant eu pour conséquences des baisses de ressources. Mme Denis a été longtemps mère au foyer et a repris une activité professionnelle quand son mari a eu une baisse de revenus suite à sa maladie. M. Denis gros fumeur, gros mangeur, diabétique a présenté en 2005 un petit accident vasculaire cérébral dont il a gardé quelques troubles de léquilibre. Il a très peur de se déplacer. Ce confinement accentue son état dépressif.

38 Tous deux sont maintenant âgés de 61 ans, ils sont à la retraite. Leurs ressources ont donc baissé et ils rencontrent des difficultés financières (le montant de leurs retraites sélève à 1500 euros et leur loyer est de 900 euros charges comprises). De plus, Mme. Denis soccupe de tout à la maison, soutient moralement son mari et laide à la toilette car il a peur de chuter dans la douche. Cette prise en charge lépuise Quel service peut intervenir dans la situation du couple jusqualors inconnu des services sociaux ?

39 Comment le CCAS va-t-il pouvoir intervenir sur des difficultés dans le paiement du loyer ? aider la famille financièrement pour la maintenir dans son logement vérifier que la famille a bien sollicité ce à quoi elle peut prétendre engager et aider la famille à trouver un autre logement du parc privé engager et aider la famille à trouver un logement social ? orienter la famille vers une maison de retraite aider la famille à gérer son budget

40 M. Denis nose plus prendre sa douche seul par crainte de chuter. le CCAS peut-il intervenir : pour laménagement du logement (douche à fond plat, matériel médical….) ? pour quune aide ménagère intervienne au domicile ?

41 Les difficultés de santé de M. Denis saccentuant, le CCAS peut-il intervenir : pour laccompagner vers une prise en charge médicale de son état dépressif ? pour lintervention d une infirmière pour laide à la toilette ? pour lintervention dun ergothérapeute ?


Télécharger ppt "Vieillir avec lInfection Chronique par le VIH Réunion Réseau Octobre 2009."

Présentations similaires


Annonces Google