La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Sémiologie. I) Douleurs abdominales siège : type : crampes brûlures(reflux gastro-oesophagien), pesanteur, torsion, broiement, coliques paroxystiques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Sémiologie. I) Douleurs abdominales siège : type : crampes brûlures(reflux gastro-oesophagien), pesanteur, torsion, broiement, coliques paroxystiques."— Transcription de la présentation:

1 sémiologie

2 I) Douleurs abdominales siège : type : crampes brûlures(reflux gastro-oesophagien), pesanteur, torsion, broiement, coliques paroxystiques ( colopathie fonctionnelle,douleur progressivement croissante jusquà un paroxysme puis décroissante, correspondant à un spasme), irradiation : intensité : évolution : Facteurs déclenchants : alimentation, aggravants : inspiration Facteurs calmants, atténuants : position antalgique, repas, médicament Signes accompagnateurs : digestifs (nausées,éructations, régurgitations acides, vomissements,troubles du transit) ; extra- digestifs (altération état général, anémie, arthralgies, troubles urinaires : rein, leucorrhées : gynécologie)

3 II)DOULEURS SPECIFIQUES : Douleur gastrique ou duodénale : Douleur épigastrique à irradiation thoracique ascendante, dintensité variable,à type de crampe dure de 30 minutes à 2 h (duodénum) de 2 à 4 h (estomac), apparaît 1 h à 4 h après les repas

4 II)DOULEURS SPECIFIQUES Coliques hépatiques : Au niveau de lépigastre ou hypochondre droit à irradiation dans le dos, dans lomoplate ou épaule droite, très intense, inhibition respiratoire dure de 4 à 6 h souvent la nuit saccompagne de nausées, de vomissements,avec parfois un facteur déclenchant :repas copieux,voyage, par contre : aucun facteur calmant,

5 II)DOULEURS SPECIFIQUES Douleur pancréatique : Epigastre ou hypochondre gauche à irradiation dorsale (coup de poignard) très intense type de crampe dure de 6 à 12 h,repas copieux, position en chien de fusil( antéflexion ) Douleur colique : Fosses iliaques et cadre colique, intensité variable, durée de quelques minutes à quelques heures, ballonnements, diarrhée, constipation

6 III) PYROSIS : Douleur caractéristique du reflux gastro- oesophagien, vive à type de brûlure, de siège épigastrique, à irradiation rétrosternale ascendante, saccompagnant dune régurgitation de liquide acide et chaud dans la bouche ( régurgitation définit le pyrosis). Cest lexpression la plus complète du reflux gastro-oesophagien, cest à dire, diagnostic de RGO est évoqué par le pyrosis Survenant à lantéflexion du tronc et au décubitus

7 IV) REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN : Passage involontaire sans effort de vomissement du contenu gastrique dans lœsophage survient après les repas : phénomène physiologique Augmentation de la pression abdominale ( effort de toux, de défécation, surcharge pondérale, grossesse, corset ) Peut se compliquer dune oesophagite( inflammation de la muqueuse de lœsophage)

8 IV) REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN : Facteurs favorisants : hernie hiatale par glissement ( passage dune partie de lestomac à travers lorifice hiatal du diaphragme : cardia traverse le diaphragme) Diminution de la pression du sphincter inférieur de lœsophage

9 V) DYSPHAGIE : Sensation non douloureuse de gêne à la déglutition quelques secondes après la déglutition, sensation darrêt des aliments sur le trajet de lœsophage. Siège thoracique, rétrosternal. Est déclenchée par la déglutition daliments.début brutal ou progressif, permanente ou intermittente Différent de la boule ( angoisse) et de lanorexie ( non envie de manger) Traduit une obstruction sur lœsophage : cancer, sténose, compression par une tumeur ou un organe de voisinage Ingestion de corps étrangers : viande, noyau, arête, pièce de monnaie Corps étranger opaque et visible à la radiologie Diagnostic : fibroscopie, transit.oeso.gastro-duodénal

10 VI) LANGUE SABURRALE : La langue saburrale traduit un trouble digestif de type gastrique (estomac), ou lié à une maladie générale.Se dit de létat de la langue dont la muqueuse est recouverte dun enduit blanchâtre témoignant de troubles gastriques.

11 VII) VOMISSEMENTS : Rejet actif ( avec effort) accompagné de contractions musculaires abdominales et diaphragmatiques douloureuses par la bouche de tout ou dune partie du contenu gastrique 1 Fermeture du pylore 2 Contraction de lantre 3 Inspiration suivie dune fermeture de la glotte 4 Contraction du diaphragme et de la musculature abdominale 5 Ouverture du cardia 6 Evacuation violente du contenu gastrique Régurgitation : retour des aliments de lestomac ou de lœsophage, se fait sans effort ; phénomène moteur Mérycisme : remontée volontaire daliments incomplètement digérés dans la bouche pour les mâcher avec un certain plaisir ( psychiatrie) Pituite : rejet le matin dun liquide filant, alcalin et aqueux constitué par 1 mélange de salive et de sécrétions gastriques (malade alcoolique) Nature des Vomissements : alimentaire, bilieux, sanglant ( hématémèse) Les vomissements répétés et abondants entraînent une perte ionique importante et peuvent saccompagner de désordres hydroélectrolytiques Diagnostic : bilan sanguin, test de grossesse(BétaHCG) fibroscopie

12 Vomissements (suite) Régurgitation : retour des aliments de lestomac ou de lœsophage, se fait sans effort ; phénomène moteur Mérycisme : remontée volontaire daliments incomplètement digérés dans la bouche pour les mâcher avec un certain plaisir ( psychiatrie) Pituite : rejet le matin dun liquide filant, alcalin et aqueux constitué par 1 mélange de salive et de sécrétions gastriques (malade alcoolique) Nature des Vomissements : alimentaire, bilieux, sanglant ( hématémèse) Les vomissements répétés et abondants entraînent une perte ionique importante et peuvent saccompagner de désordres hydroélectrolytiques Diagnostic : bilan sanguin, test de grossesse(BétaHCG) fibroscopie

13 VIII) NAUSEES : envie de vomir qui précède souvent les vomissements

14 IX) HEMORRAGIES DIGESTIVES : a) HEMATEMESE : Extériorisation par la bouche de sang rouge ou sombre ( noir, digéré par lacidité gastrique) sous forme de vomissements b) MELENA : Extériorisation de sang noir ( digéré dans les selles) par lanus. Les selles sont liquides, daspect goudron et dodeur désagréable et caractéristique. c) RECTORRAGIES : Emission de sang rouge par lanus :origine : colon gauche,recto-sigmoïde,anus ( hémorroïdes,fissure anale)

15 X) TROUBLES DU TRANSIT : a) DIARRHEE : Augmentation du débit dun ou plusieurs constituants des selles, avec en particulier une élévation constante du débit fécal en eau.Il sensuit une évacuation de selles trop fréquentes et trop liquides. Diarrhée aigüe : + 3 selles /24h Cause : certains médicaments,infections virales bactériennes, parasitaires Diarrhée chronique : augmentation du poids des selles depuis + de 3 semaines.

16 X) TROUBLES DU TRANSIT Cause: Cancer rectocolique, parasitose digestive( ascaris,anguillulose), Recto-colite-hémorragique, maladie de Crohn Recherche des antécédents : voyage,antibiotiques… Diagnostic sur bilan biologique et prélèvements de selles : coproculture, parasitologie des selles et Rectosigmoïdoscopie Diarrhée avec stéatorrhée :maladie caeliaque,intolérance au gluten Apprécier les signes de gravité : fièvre,ionogramme sanguin, déshydratation, perte de poids

17 X) TROUBLES DU TRANSIT : b) CONSTIPATION : DIMINUTION DU NOMBRE DES SELLES qui sont dures et de faibles quantités Elément très subjectif Saccompagne souvent de douleurs abdominales, elle peut entrainer des lésions anales( fissure), alterne parfois avec des épisodes de diarrhée

18 TROUBLES DU TRANSIT Il faut distinguer la constipation ancienne liée à un trouble fonctionnel de lintestin, de la constipation récente qui doit faire rechercher un cancer, ne pas oublier les médicaments et les aliments qui constipent Rechercher des signes associés : sang dans les selles, perte de poids,anorexie Diagnostic : Coloscopie

19 X) TROUBLES DU TRANSIT : c) METEORISME ABDOMINAL : Distension gazeuse abdominale, ballonnement abdominal lié à la distension intestinale en amont de lobstacle. Signe principal de locclusion. d) STERCOLITHE : Un stercolithe est une concrétion dure qui se forme dans les matières fécales. Synonyme : Coprolithe, fécalithe.

20 XI) ICTERE : Il se traduit sur le plan clinique par 1 coloration jaune des muqueuses et des téguments correspondant à une augmentation de la bilirubinémie : 2 types dictère :bilirubine libre et conjuguée Ictère à Bilirubine libre : provient

21 dune destruction anormale, excessive des Globules Rouges (hémolyse) ( les GR contiennent de lhémoglobine qui est le précurseur de la bilirubine ; la dégradation de lhémoglobine ainsi libérée conduit à la formation de bilirubine dune insuffisance de conjugaison de la bilirubine au niveau du foie. Due à une anomalie enzymatique.La bilirubine non conjuguée nétant pas hydrosoluble, elle ne peut pas être éliminée dans les urines qui restent claires. Existence dun ictère et dune anémie Dune Hémolyse : nouveau-né, transfusé,médicaments,piqûre de serpent,septicémie,paludisme

22 ICTERE (suite) Ictère à Bilirubine Conjuguée : correspond toujours à une maladie du foie ou à un obstacle sur les voies biliaires.et entraine une cholestase, cest à dire, une diminution ou un arrêt de la sécrétion biliaire Clinique : coloration jaune des téguments et des conjonctives Urines foncées Selles décolorées, lorsque la cholestase est complète car la bilirubine est totalement retenue et ne peut pas être excrétée dans la bile et donc dans le tube digestif, or cest un dérivé de la bilirubine qui est responsable de la teinte des selles Prurit dû à laccumulation de sels biliaires sous la peau, entraînant des lésions de grattage, est inconstant Labsence de passage de la Bilirubine Conjuguée dans lintestin empêche la formation durobilinogène et donc de stercobililnogène qui colore les selles. La Bilirubine Conjuguée passe dans le sang et sélimine dans les urines, leur donnant une coloration brune Problème le plus fréquent : biologie ( Transaminases,Bilirubine,Phosphatases Alcalines,Gamma GT,TP, Amylasémie, Antigène hbs, Anticorps anti hvc), explorations radiologiques, échographiques, cholangiographie, scanner Abdomen sans préparation : lithiase

23 XII) ASCITE : Epanchement liquidien dans la cavité péritonéale, liquide de la couleur de lurine correspondant à du plasma dans la grande cavité péritonéale, transsudat avec taux de protides < 20 g/l, peu riche en cellules Survient dans 50 à 90% des cirrhoses, mécanisme encore mal connu Diagnostic repose sur la clinique : augmentation de volume de labdomen, lombilic est déplissé, à la percussion, on retrouve une matité en déclive, prise de poids du patient Diagnostic : échographie.

24 XII) ASCITE : Caractères du liquide : la richesse en protéines permet de distinguer : Transsudat : - 30 g/l, caractérise les épanchements mécaniques : rétention hydrosodée Exsudat : + 30 g/l, de type inflammatoire, réactionnel à une pathologie du péritoine, cancer, infection La ponction dascite confirme lexistence de liquide dans la cavité péritonéale Peut saccompagner dœdème des membres inférieurs Traitement : Ponction, Régime sans sel, Diurétiques, Perfusion dAlbumine Hypoalbuminémie : leau nest plus retenue dans le compartiment vasculaire par lalbumine ( effet osmotique) il ya donc extravasation de leau vers les autres secteurs. Lascite fait alors partie dun tableau général doedèmes.

25 XIII) VARICES OESOPHAGIENNES : Dans le cadre de la Cirrhose, Une nécrose cellulaire et une fibrose qui ont pour conséquence vasculaire : une compression ou suppression des veines centrolobulaires et gêne la circulation et favorise le développement des anastomoses artério-veineuses = Augmentation des pressions sanguines dans le système porte ( Hypertension portale).Création de varices oesophagiennes. Le diagnostic = endoscopie. complication fréquente de la cirrhose. Elle représente une urgence médicale. Elle se manifeste par une hémorragie digestive

26 XIV)SIGNE DE MURPHY : Hypochondre droit douloureux La douleur saccompagne dun blocage inspiratoire. La palpation bloque la respiration. Se voit lors dune crise de colique hépatique

27 XV) VOLVULUS : Torsion dune anse intestinale. Tableau typique des occlusions du grêle par strangulation

28 XVI) EPREINTE : Lépreinte douleur abdominale, de type colique saccompagnant dune contraction douloureuse et répétitive de la partie terminale du côlon et du rectum une fausse envie pressante et impérieuse daller à la selle. Elle se définit par la survenue dune crampe du rectum, souvent associée à un :

29 XIV suite Ténesme Ténesme : contracture douloureuse de lanus, tension douloureuse au niveau de lanus ou de la vessie sensation de brulure et envie constante daller à la selle ou duriner.cette tension apparaît avant ou après lévacuation du rectum ou de la vessie. On retrouve ce symptôme dans les inflammations du rectum ou de la vessie, dorigine infectieuse, parasitaire ou inflammatoire.

30 XVII) DIVERTICULE : Un diverticule est une petite hernie de la muqueuse qui fait issue à travers la

31 XVIII) POLYPE : Un polype tumeur bénigne Certaines variétés ont un potentiel malin, doù limportance de leur détection précoce et de leur exérèse.


Télécharger ppt "Sémiologie. I) Douleurs abdominales siège : type : crampes brûlures(reflux gastro-oesophagien), pesanteur, torsion, broiement, coliques paroxystiques."

Présentations similaires


Annonces Google