La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les troubles du langage oral et du langage écrit Dr Christine Boisseau RéseauDys 45 CHR Orléans 18 janvier 2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les troubles du langage oral et du langage écrit Dr Christine Boisseau RéseauDys 45 CHR Orléans 18 janvier 2012."— Transcription de la présentation:

1 Les troubles du langage oral et du langage écrit Dr Christine Boisseau RéseauDys 45 CHR Orléans 18 janvier 2012

2 Il ne s’agit pas de paresse, de troubles psychologiques ou de problèmes sociaux mais de véritables pathologies reconnues comme telles par l’OMS Ces pathologies ont pour particularité de s’exprimer essentiellement à l’école Constitutionnelles, elles sont appelées dys… par comparaison avec les troubles acquis des adultes ou des enfants après accident, tumeurs… qui sont des a…lexies, a…phasies

3 La « constellation dys »

4 dyslexie dyscalculie dyspraxie dysphasie Trouble attentionnel ±hyperactivité Troubles envahissants du développement précocité

5 I Bref rappel sur l’évolution normale du langage oral

6 Accéder au langage oral, c’est être capable de produire les sons conventionnellement reconnus comme porteurs de sens par un groupe d’individus. Pour que le langage émerge, il faut : - un appareil phonatoire - une maturation neurologique - un environnement culturel et langagier - un désir de communiquer - de l’empathie ( être apte à se représenter le monde de l’autre )

7 Langage oral A : le système phonatoire Aucun de ses éléments ne lui est propre Il fonctionne comme un instrument à vent.Les poumons fournissent la pression d’air(plus la pression est grande, plus le son est puissant) L’air fait vibrer les cordes vocales(plus les vibrations sont grandes, plus le son est aigu) Ce cri est modulé par les organes mobiles de la bouche(voile et luette, lèvres, dents, langue) qui modifient la caisse de résonance formée par la bouche et parfois les fosses nasales

8 Langage oral B : la période prélinguistique S’étend jusqu’aux premiers mots ( mois ) Là, s’élabore tout un travail de reconnaissance des mots, avant même de pouvoir les prononcer

9 Langage oral B : la période prélinguistique 1) apprentissage des phonèmes de la langue: Phonème = son élémentaire de la langue Le pouvoir inné de percevoir tous les sons de toutes les langues se perd progressivement ( à partir de 6 mois ) et l’enfant ne va plus pouvoir percevoir que les sons de sa langue

10 Langage oral B : la période prélinguistique 1) apprentissage des phonèmes de la langue: le bébé entend les sons mais ne peut les produire. Il s’exerce en puissance (gazouillis, hurlement) et en vibrations (son aigu ou grave). Au babillage rudimentaire universel va succéder le babillage « canonique » production vocale ayant les caractéristiques de la langue entendue

11 Langage oral A : la période prélinguistique 2)apprentissage des mots : Là, il n’y a pas de « décodeur universel » mais seulement un effet de l’apprentissage. Un mot est formé d’un ou plusieurs phonèmes, plus petits éléments porteurs de sens - morphèmes lexicaux ou lexèmes - morphèmes grammaticaux qui marquent nombre, genre …

12 Langage oral B : la période prélinguistique 2) apprentissage des mots : Comment séparer les mots dans le flux de parole ? - rôle de la prosodie - rôle des contraintes phonotactiques Certaines suites de sons marquent nécessairement une frontière entre 2 mots - rôle des régularités : Plus une suite de sons est utilisée, plus elle risque d’être un mot

13 Langage oral C: période linguistique 1)le versant émissif : Acquisition d’un capital de mots de plus en plus nombreux et de plus en plus rapidement - le mot-phrase : un même mot exprime plusieurs choses selon la situation - la phrase sans verbe - la phrase avec verbe - la phrase correcte grammaticalement avec respect de l’ordre des mots avec acquisitions des mots-valises (le, une, dans…) et des pronoms (moi vers 2 ans,je vers 3 ans

14 Langage oral C: période linguistique 1)versant émissif: Il existe alors de façon normale : - des omissions de syllabes ou de lettres (cho) colat t(r)ain - des assimilations tato pour gâteau -des erreurs de grammaticalisation les nours vous disez le navion

15 Langage oral C : la période linguistique 2)le versant réceptif La prosodie et l’intonation sont acquises dès la période prélinguistique.Vont apparaître: -la compréhension lexicale ( 2 ½ à 3 ans ) Comprend dans le contexte - la compréhension morphosyntaxique ( jusqu’à CP ) Comprend hors contexte - la capacité narrative Le temps intervient

16 Langage oral D : le versant psychologique Le désir de communiquer Rôle de l’affectivité Un autiste peut acquérir un langage sans vertu de communication Un enfant normalement « outillé »pour parler peut ne pas vouloir parler L’empathie La possibilité de se mettre à la place de l’autre

17 Langage oral E : versant culturel Rôle du milieu social, des mots proposés, des lectures Le «parler bébé » Oui pour la prosodie, l’intonation, la voix plus aigu Non pour les mots simplifiés

18 II Bref rappel sur l’évolution normale du langage écrit

19 Langage écrit Lecture et écriture vont de pair Alors qu’il a fallu presque 5 ans pour maîtriser la langue, il faut 1 à 2 ans pour devenir un lecteur expert Certaines capacités sont nécessaires préalablement, mais à l’inverse, ces pré- requis sont améliorés par l’apprentissage de la lecture

20 Langage écrit, les pré-requis 1)La discrimination visuelle : La vision n’est pas linéaire mais faite d’une succession de fixations (250 millisecondes) séparées par une saccade (25 millisecondes) Lors de la fixation, le regard « scanne » une plage appelée empan

21 Langage écrit, les pré-requis 2) la mémoire verbale à court terme Ou mémoire de travail Elle permet de stocker provisoirement une information L’empan mnésique augmente avec l’âge : à 5 ans peut répéter une série de 3 chiffres à 6 ans peut répéter une série de 4 chiffres

22 Langage écrit, les pré-requis 3)la conscience phonologique : Habileté à isoler et manipuler mentalement - les sons - les syllabes - les rimes Les enfants entraînés à ces exercices progressent mieux en lecture

23 Les différents stades de la lecture 1. Le stade logographique : Le mot est reconnu en entier comme un dessin, des indices visuels aident

24

25 Les stade de la lecture 1) Stade logographique coca-cola l’enfant ne lit pas réellement mais reconnait un certains nombres de mots et constitue un premier lexique interne d’une centaine de mots ex. papa lucie la maman

26 Les stades de la lecture 2) Le stade alphabétique : l’écriture aide à mettre en place, à automatiser le lien entre la forme visuelle et le son il existe des neurones dévolus à cette fonction

27 Les stades de la lecture 3) Le stade orthographique : * le sujet devient apte à identifier un mot en tant qu’entité et constitue un lexique orthographique, sorte de dictionnaire interne auquel il se réfère pour lire selon un procédé « photographique » * l’identification est d’autant plus rapide que le mot est plus familier * système plus rapide et plus économique en charge cognitive * de plus en plus efficace à mesure que la lecture s’améliore

28 Les stades de la lecture mézon maison mézon maison mézon maison

29 Les deux procédures de lecture 1) la voie d’assemblage : Ou phonologique ou « alphabétique » B A BA indirecte, lente permet d’identifier des mots nouveaux mais comment lire monsieur ?

30 Les deux procédures de lecture 2) La voie d’adressage : Ou lexicale ou « globale »ou orthographique lune Directe,rapide Ne s’applique qu’à des mots déjà connus, familiers Comment reconnaître moirplu ?

31 Les différents types d’écriture L’ écriture alphabétique Un signe = un son il suffit de peu de signes pour transcrire tous les sons de la langue

32 La conversion grapho-phonémique une procédure simple en apparence 1signe(graphème)=1son(phonème) Mais en français 300 graphèmes pour 34 phonèmes !

33 La conversion grapho-phonémique car il existe: des exceptions: digraphes cheval lettres silencieuses trop des inconsistances rhum/rhume (mêmes lettres, son différent) sot/seau/sceau/saut (même son,lettres différentes) des irrégularités femme, écho des étrangetés yacht, football

34 L’effet langue langue transparente: Par exemple l’italien 25 phonèmes 33 graphèmes langue opaque: Par exemple l’anglais 40 phonèmes graphèmes Résultat ( Seymour et col. 2003): Mots lus après 1 an d’apprentissage Allemagne 98 % Italie 95 % Espagne 95 % Angleterre 34 % France 79 %

35 III Les troubles du langage oral

36 Les troubles du langage oral Le bégaiement Les troubles articulatoires Les retards de parole et de langage Les dysphasies

37 Le bégaiement Le bégaiement est un trouble du langage oral où le rythme, la fluidité de la parole sont perturbés - forme clonique: répétition de syllabes ou de groupes de syllabes - forme tonique: blocages plus ou moins importants - troubles associés: blockpnée, tension du corps, regard fixe, sueurs, tics

38 A le bégaiement Les compétences linguistiques sont intactes Bégaiement physiologique aux alentours de 3 ans Rôle important du stress Évolution plus ou moins sévère

39 Les troubles articulatoires Le blèsement est la substitution systématique d’une consonne par une autre.Le zézaiement en est une forme fréquente Ils peuvent être favorisés par une anatomie différente Ils sont normaux au début, seule leur persistance doit être traitée La rééducation orthophonique est très efficace et le pronostic bon Ils n’ont pas d’incidence sur l’apprentissage du langage écrit

40 Les retards de parole et de langage Le retard de parole est un problème phonologique: gâteau tato Le retard de langage est un problème de syntaxe: moi manger gâteau Les 2 troubles sont en général associés: moi agé tato

41 Retard de parole Quelques types d’erreur Omission (la)vabo Inversion valabo Confusion bababo Ajout lavalbo

42 Les retards de parole et de langage C’est leur persistance, au-delà du début de l’apprentissage, qui pose problème ( comme les troubles articulatoires) Troubles fonctionnels de maturation, ils se corrigent plus ou moins spontanément selon leur importance entre 3 et 5 ans Souvent associés à un retard de motricité fine Ils n’ont pas d’incidence sur l’apprentissage du langage écrit Ils sont très accessibles à l’orthophonie

43 les dysphasies a) définition Trouble durable de parole et de langage bien au- delà de l’âge habituel et particulièrement résistant à la rééducation chez un enfant * sans trouble intellectuel * sans trouble psychiatrique primitif * sans trouble sensoriel * sans carence sociale, affective ou culturelle * normalement scolarisé

44 Les dysphasies Le temps seulement permet de différencier retard de langage et dysphasie Handicap sévère Codes CIM 10 F 800 à F809

45 Les dysphasies Différencier aphasie ( acquise ) et dysphasie ( développementale ) un exemple d’aphasie acquise de l’enfant: le syndrome de Landau-Kleffner, aphasie qui survient entre 3 et 5 ans (2-12 ans au plus) associée à une épilepsie; un diagnostic précoce (EEG) et un traitement rapide (antiépileptiques et orthophonie) permettent une meilleure récupération

46 les dysphasies b) épidémiologie 5 % des troubles des apprentissages majorité de garçons association fréquente à d’autres troubles (mémoire de travail, motricité fine, déficit attentionnel…) association fréquente avec autres troubles « dys » et surtout à la dyslexie

47 les dysphasies c) les différentes formes 7 formes différentes sont décrites atteignant plus ou moins gravement le versant émissif, le versant réceptif, le respect du tour de parole… Certains de ces enfants sont quasi mutiques, d’autres logorrhéique (cocktail party syndrom )

48 Ce qui n’est pas une dysphasie Les troubles sensoriels Les troubles moteurs, les malformations Les retards mentaux Les troubles envahissants du développement dont le plus connu est l’autisme Les carences socio-éducatives

49 IV Les troubles du langage écrit

50 Les troubles du langage écrit Les dyslexies-dysorthographies

51 DEFINITION * sans trouble sensoriel (vue, audition) * au développement intellectuel normal * sans trouble psychologique primaire * sans carence affective, sociale ou culturelle * normalement scolarisé Ensemble de difficultés DURABLES dans l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe chez un enfant (ou adulte):

52 trouble reconnu dans les classifications des maladies ( CIM 10, DSM IV ) codes F 810 F 811 difficilement accepté par certains car n’est mis en évidence que par la scolarisation

53 Le cerveau singulier du dyslexique 1) Troubles de maturation des aires du langage (ectopies)

54

55 Le cerveau singulier du dyslexique 1) Troubles de maturation des aires du langage (ectopies) 2) Cortex cérébral moins asymétrique, en particulier planum temporale (cette asymétrie est déjà présente chez le fœtus à terme)

56

57 Le cerveau singulier du dyslexique 1) Troubles de maturation des aires du langage (ectopies) 2) Cortex moins asymétrique en particulier planum temporale 3) Connexions inhabituelles en particulier le corps calleux est différent

58 Absence d’opercule pariétal

59

60

61 Ce cerveau singulier Est constitué dès la naissance sous l’influence de facteurs prénataux complexes, en partie génétiques, en partie environnementaux Mais l’environnement continue à le façonner durant toute l’enfance et l’adolescence (éducation, rééducation, motivation…) On naît dyslexique, on est dyslexique

62 Comment fonctionne ce cerveau singulier ? 4 types d’hypothèses reposant sur les 4 types de difficulté : - Les lettres trouble visuel - Les sons trouble phonologique - Une théorie unitaire trouble de traitement temporel - Prendre en compte toutes les composantes trouble du cervelet

63 épidémiologie 5 à 8 % de la population,soit environ un enfant par classe 1 % de formes graves 2 à 5 fois plus de garçons que de filles Très souvent, antécédents familiaux Association avec troubles immunitaires Association fréquente avec autres troubles de la « constellation dys » La dyslexie est toujours associée à la dysorthographie

64 Les différentes formes 1) le trouble de la voie d’assemblage ou phonologique ou « alphabétique » B A BA 2) le trouble de la voie d’adressage Ou lexical ou « global » soleil soleil 2) le trouble mixte cas le plus fréquent

65 troubles associés mauvaise mémoire et en particulier mémoire de travail orientation spatiale orientation temporelle trouble attentionnel difficulté d’abstraction Ces troubles ne sont pas la cause de la dyslexie

66 Les troubles secondaires Un élève dyslexique : - compense au prix d’une dépense d’ énergie importante et se fatigue rapidement - se concentre longtemps difficilement - se décourage et se démotive - peut s’agiter légitimement - se rebelle parfois

67 V Le retentissement des troubles

68 Le retentissement des troubles pour l’enfant pour les parents pour l’enseignant

69 pour l’enfant Échec scolaire Mauvaise estime de soi troubles psychologiques secondaires (dépression avec risque suicidaire, rébellion, conduites d’évitement comme refus des devoirs, fugues, déscolarisation) Difficultés d’intégration et risque de maltraitance parfois physique mais surtout psychologique de la part des parents, des enseignants et des autres élèves

70 pour l’enfant A plus long terme risque d’ échec professionnel, de troubles psychologiques persistants, d’illettrisme ou de marginalisation Le CLEO (Centre de Langage Ecrit et Oral ) a fait une étude en 2002 sur une population de jeunes adultes, totalement scolarisés en France, d’intelligence normale, sans troubles de la vue ou de l’audition, en difficultés d’insertion sociale et professionnelle. Sur 124 jeunes (44% de garçons ) 43 (soit 35% ) étaient en grande difficulté pour lire parmi ces 43, 21 (soit 17% de la population étudiée et 48% des illettrés ) étaient dyslexiques

71 pour les parents Incompréhension même si l’on a été soi- même dys Le calvaires des devoirs Les dissensions familiales La bataille quotidienne pour trouver un rééducateur puis y amener l’enfant, se faire entendre à la Sécurité sociale, à la MDPH, expliquer à la famille et à l’école

72 pour les enseignants Cet enfant qui met en échec mes connaissances, mes compétences Impression de faillir à sa tâche Difficultés de relations avec les parents Mésestime de soi

73 VI Les examens médicaux et para- médicaux

74 Pourquoi des examens? Il s’agit d’une pathologie qui dépend donc du domaine médical Ces examens permettent - d’affirmer le diagnostic - d’éliminer une autre pathologie - de déterminer les traitements nécessaires

75 La consultation médicale Histoire familiale Histoire de l’enfant antécédents médicaux,développement neuro- moteur, langage oral,progression scolaire Examen à la recherche de - difficultés de la motricité fine - troubles psychopathologiques,troubles du comportement - évaluation du niveau global de développement - recherche d’une pathologie associée

76 Évaluations complémentaires Test auditif Examen ophtalmologique Bilan orthophonique qui précise le type, l’intensité du trouble Au moins décalage de 18 mois /âge et/ou la classe Bilan neuropsychologique Évaluation psychologique si besoin En fonction de signes particuliers: bilan psychomoteur, bilan d’ ergothérapie, EEG, IRM, tests génétiques…

77 Les examens sensoriels Audition Une otite séreuse peut retarder l’acquisition du langage oral mais ne peut en aucun cas être la cause d’une dysphasie Vision On doit explorer non seulement la vision de près et de loin mais aussi la coordination visuelle et le champ visuel

78

79

80

81

82 le bilan orthophonique du langage oral Il étudie les praxies, la possibilité physique d’émettre des sons L’émission du langage : par la répétition de mots et de phrases, le langage spontané La compréhension du langage : compréhension de mots et de phrases Cotation par rapport à un étalonnage

83 Le bilan orthophonique du langage écrit : la lecture Tests étalonnés permettant de donner un niveau de lecture par rapport à l’âge, à la classe Stratégie de lecture: épreuves de lecture de lettres, de syllabes simples puis compliquées, de mots réguliers, de non-mots, de mots irréguliers plus ou moins longs Lecture de phrases et de textes Compréhension écrite

84

85 Le bilan orthophonique du langage écrit : l’écriture Épreuves de dictée de lettres, de syllabes, de mots, de logatomes, de phrases Précisent le type d’erreur : phonétique, d’usage, syntaxique

86

87

88 Le bilan neuropsychologique c’est le fameux QI ! On utilise les échelles d’intelligence de Wechsler WIPPSI de 3 à 6 ans, 11 mois WISC IV de 6 à 16 ans, 11 mois WAIS III après 16 ans Il permet d’éliminer un retard mental global, de repérer les difficultés mais aussi les compétences sur lesquelles on pourra s’appuyer On peut utiliser d’autres tests (figure de Rey, PM 47, tests de mémoire plus précis..)

89 VII Qui fait quoi?

90 Qui fait quoi? Le rôle des médecins Le rôle des rééducateurs Le rôle des parents Le rôle des enseignants Et bien sûr l’enfant !

91 Le rôle des médecins 1) le médecin de l’enfant : - prévention et accompagnement familial - prescrire les bilans et la rééducation - se tenir informé de l’évolution - soutenir et encourager l’enfant et les parents - orienter vers les différents spécialistes médicaux et paramédicaux

92 Le rôle des médecins 2) le médecin scolaire : - c’est le médecin au sein de l’école qui connait le fonctionnement de l’institution et qui est le porte-parole de l’enfant - dépiste à l’aide de tests étalonnés adaptés à l’âge - participe aux équipes éducatives - conseille sur les aides à mettre en œuvre

93 Le rôle des rééducateurs Le rééducateur clé est l’orthophoniste.On peut avoir besoin en plus de prise en charge de psychothérapie, de psychomotricité, d’ergothérapie… Ils doivent:  s’adapter à chaque cas  Encourager l’enfant et sa famille, redonner confiance  Faire le point régulièrement et communiquer avec parents, médecins, école et autres intervenants Attention à la surcharge !!

94 Et les autres méthodes? On a proposé:  des lentilles ou verres de couleur  des rééducations intensives de l’audition  des régimes avec des acides gras essentiels  la rééducation d’une déficience posturale par lunettes à prisme, postures, semelles compensées dites proprioceptives Seules, des méthodes de rééducation orthophonique ( conscience phonologique, méthodes de lecture ) et de rééducation visuelle (quand il y a des anomalies du champ visuel ) ont fait la preuve de leur efficacité; le reste n’a pas été évalué La dyslexie est un vaste marché

95 les parents Repérer En parler à l’enseignant, au médecin de famille, au médecin scolaire Suivre la rééducation Epauler, encourager sans se décourager Se faire aider ( rôle des associations ) communiquer

96 les enseignants Repérer et en parler aux parents Accepter cet enfant différent Accepter de ne pas pouvoir tout pour lui Accepter les aménagements Communiquer Encourager, valoriser, maintenir la motivation de l’élève et son appétence à apprendre

97 Repérer les difficultés

98 Signes d’appel à tout âge  Absence de réaction au bruit  Infections ORL récurrentes  Difficultés pour comprendre ou répondre de façon appropriée  Ne comprend pas le langage du quotidien  Communique peu, quelque en soit le désir  Pas ou peu de progrès malgré la socialisation  Comportement inhabituel repli sur soi, isolement, opposition, agressivité, ou, au contraire, enfant très démonstratif et solliciteur, colères, instabilité, inattention Plaintes somatiques répétées

99 Repérer un trouble du langage oral A 3 ans A des difficultés pour comprendre les phrases hors contexte Ne fait pas de phrase à trois éléments (sujet – verbe – complément) A des difficultés pour trouver le bon mot pour exprimer ses idées N’est compris que par son entourage

100 Repérer un trouble du langage oral A partir de 4 ans Difficultés pour comprendre les phrases longues, complexes ou abstraites Vocabulaire restreint et imprécis Ne fait que des phrases courtes et mal construites A du mal à raconter des évènements simples et récents Simplifie les mots, ce qui le rend peu intelligible Répète des sons plusieurs fois avant de parler Se bloque en début de phrase

101 Repérer un trouble du langage écrit En lecture - lecture lente, hachée, sans intonation - ponctuation non respectée À l’écrit - écriture lente et/ou anormalement malhabile et enfantine - ratures, surcharges - beaucoup de fautes d’orthographe - syntaxe réduite, vocabulaire pauvre Pour les 2 - confusions auditives v/f - confusions visuelles b/d - inversion de lettres pli/pil - difficultés pour sons complexes ion/oin  Grande différence entre écrit et oral Ces signes sont des marqueurs et non la cause de la dyslexie

102 Comment aider?

103 S’il est de votre rôle de signaler les difficultés et d’encourager les parents à consulter, vous n’avez ni à poser un diagnostic ni à juger de la pertinence d’une rééducation Mieux vaut aboutir à un bilan rassurant ou à une rééducation brève pour un trouble mineur que laisser sans aide un enfant porteur d’un trouble sévère

104 Aider à vivre avec à l’école La rééducation spécifique des dysphasiques et des dyslexiques est du ressort exclusif des orthophonistes Vous ne pourrez pas les rééduquer mais vous pouvez les aider à mieux vivre à l’école avec leurs difficultés

105 Les aides proposées ne sont pas un avantage procuré au détriment des autres élèves, mais la compensation d’un handicap. Tous les enfants n’ont pas besoin des mêmes aides, certaines aides peuvent être une gêne. Certains adolescents refusent les adaptations.

106 Si vous n’avez pas à les traiter, au moins ne les maltraitez pas

107 Les aides pour le langage oral (1) Reconnaitre les amorces de communication et y répondre Laisser le temps pour qu’émerge le désir de communiquer, le besoin de parler pour obtenir quelque chose Laisser le temps à l’enfant de répondre, ne pas lui couper la parole Profiter de toutes les situations pour mettre des mots Favoriser l’aspect ludique d’apprendre à parler Ne pas parler bébé, parler en face-à-face, à sa hauteur

108 Les aides pour le langage oral(2) Reformuler correctement ce qu’on a compris du discours de l’enfant sans l’obliger à répéter Reformuler en enrichissant le vocabulaire, en développant ses idées Poser des questions ouvertes Éviter les attitudes culpabilisantes ou humiliantes; ne pas l’obliger à parler (personne inconnue, fatigue), ne pas le punir pour son langage, ne pas le ridiculiser, ne pas le comparer aux autres Mettre en valeur ce qu’il sait bien faire Éventuellement expliquer aux autres pour éviter les moqueries

109 Les aides à la lecture Éviter de faire lire à haute voix Lire soi-même à haute voix pour aider la lecture silencieuse de l’élève Pas de textes trop longs à lire seul Utiliser des livres et des textes aérés, illustrés, avec un typographie adéquate On peut suivre avec le doigt, une règle, un cache mobile Utiliser les autres canaux pour aider à la lecture tels codes couleur, méthodes gestuelles, support à manipuler Éviter des documents trop chargés Encourager la lecture, plus on lit mieux on lit

110

111 Les aides à l’écrit Réduire la charge de travail à l’écrit, mieux vaut écrire peu mais bien Exercices à trous Exercices moins longs Supprimer le recopiage inutile à l’apprentissage (le texte de la question, la récitation) Pas de multicopiage ( tu copieras 10 fois) cela n’aide pas un dyslexique à progresser, c’est pour lui un exercice long et pénible, une brimade Dictées plus courtes et/ou préparées avec une notation positive

112 copier Éviter au maximum la copie, fournir le plus souvent possible des photocopies (lisibles !) cours transmis par clé USB ou par Si la copie est nécessaire, texte sur la table et non au tableau Fractionner le texte Accentuer les repères visuels souligner, utiliser des codes couleur, augmenter l’interligne, espacer les paragraphes, et les retraits… surligner il est difficile d’apprendre sur un texte illisible et/ou tronqué et/ou erroné

113

114 Le cancre Le cancre Il dit non avec la tête Mais il dit oui avec le cœur Il dit non au professeur Il est debout On le questionne Et tous les problèmes sont posés Soudain le fou rire le prend Et il efface le tout Les chiffres et les mots Les dates et les noms Les phrases et les pièges Et malgré les menaces du maître Sous les huées des enfants prodiges Avec des craies de toutes les couleurs Sur le tableau noir du malheur Il dessine le visage du bonheur Jacques Prévert

115 Le cancre Le cancre Il dit non avec la tête Mais il dit oui avec le cœur Il dit non au professeur Il est debout On le questionne Et tous les problèmes sont posés Soudain le fou rire le prend Et il efface le tout Les chiffres et les mots Les dates et les noms Les phrases et les pièges Et malgré les menaces du maître Sous les huées des enfants prodiges Avec des craies de toutes les couleurs Sur le tableau noir du malheur Il dessine le visage du bonheur Jacques Prévert Le cancre Il dit non avec la tête mais il dit oui avec le cœur il dit non au professeur il est debout on le questionne et tous les problèmes sont posés soudain le fou rire le prend et il efface le tout les chiffres et les mots les dates et les noms les phrases et les pièges et malgré les menaces du maître sous les huées des enfants prodiges avec des craies de toutes les couleurs sur le tableau noir du malheur Il dessine le visage du bonheur Jacques Prévert

116

117 exercices de copie Le chrysanthème jaune éclaire la nuit profonde de sa beauté chevelue 58 caractères

118 exercices de copie 33 caractères

119 exercices de copie Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwlllla ntysiliogogogoch ( nom d’une ville galloise ) 58 caractères

120 Sleon une édtue de l’ Uvinertisé de Cmabrigde, l’ odrre des ltteers dans les mtos n’ a pas d’ ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenière soit à la bnnoe pclae. Le retse peut êrte dans un dsérorde toatl et vuos puoevz tujoruos lrie snas porbèlme. C’ est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chauqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.

121 rédiger Chez les plus grands, l’ordinateur, y compris en classe: - facilite la perception visuelle séquentielle - maintient l’attention - il existe des logiciels adaptés - même s’il y a des fautes, le texte est plus facile à déchiffrer - on peut se tromper, effacer sans trace et recommencer sans jugement ou lassitude de la machine Importance du choix de la police, de la taille des lettres et des interlignes L’ordinateur n’est cependant pas l’instrument magique qui gomme toutes les difficultés Aider à élaborer des stratégies de construction du texte ( plan ), de relecture et de corrections

122 autres aides Encourager l’expression orale Ne pas sanctionner l’orthographe ailleurs qu’en français Faire en sorte que le trouble de lecture ne retentisse pas sur les autres apprentissages en lisant les consignes à voix haute, en s’assurant qu’elles ont bien été comprises, en faisant reformuler oralement Ne pas souligner les fautes, les corriger de la même couleur que celle utilisée par l’élève Valoriser tout ce qui marche bien Souligner les progrès plutôt que les manques

123 autres aides autoriser l’utilisation du dictaphone pour enregistrer un cours, enregistrer le texte produit avant de l’écrire encourager l’usage du dictionnaire ou de répertoires personnels Accepter l’utilisation des tables de calcul, de pense-bête de grammaire permettre de dessiner, schématiser sa pensée avant de l’écrire privilégier le fond à la forme

124 autres aides Favoriser le maintien de l’attention (devant face au tableau, travail en petit groupe) Éviter l’épuisement, il ne faut jamais faire terminer un travail sur le temps de la récréation. Celle-ci est un besoin physiologique de tous les enfants et un temps social important  Savoir que l’apprentissage d’une langue étrangère et en particulier l’anglais sera le plus souvent difficile

125 entrainements spécifiques  Habileté phonologique jeux de suppression de lettres ou de syllabes, jeux de rimes ou d’attaques, jeu du mot tabou, jeu du « baccalauréat » « pictionary », rébus, devinettes, parler verlan ou javanais  Entrainement lexical exercice sur familles de mots, préfixes, suffixes, phrases à trous avec proposition de mots orthographiquement voisins  Exercices visuo-attentionnels encodages, repérage d’intrus, où est Charlie?  Atelier lecture en bibliothèque  Atelier d’écriture de nouvelles ou de poèmes  Pour les plus en difficulté, associer un geste (méthode Borel-Maisonny) ou une image cible ( le S du serpent, le Z de Zorro ) éventuellement les alphas

126 Exemples de code couleur John plays tennis. The children played cricket. Jenny is a girl Jenny is a girl. Is she a girl? Is she a girl ? Yes, she is Yes, she is.

127 autre utilisation des couleurs Mr Martin reçoit un salaire mensuel de 980 €. Son loyer représente 3/7 de son salaire et la nourriture 1/4 de son salaire 1) quel est le montant de son loyer? 2) quel est le coût de sa nourriture? 3) que lui reste-t-il après avoir payé le loyer et la nourriture?

128 cours de mathématiques

129 n’est-ce pas mieux ainsi ? Mesieu etma damere novon deupari à chameau nid. La ditsen cet deux 600 Km, la voix tureconsso me 8 lite rausan quil ométre. Il focon thé 60 € depé age d’aux tauruo tet 25 € part des jeus néleumidis. Les sens coutes 1,50 € le lit treu.Il part ta 8 hereu. 1) Kélai laconso ma soin des sens ? 2) Quélé la daipan setota lepor le voiaje ?

130 et maintenant ? Monsieur et madame Renault vont de Paris à Chamonix. La distance est de 600 Km, la voiture consomme 8 litres aux 100 Kilomètres. Il faut compter 60 € de péage d’autoroute et 25 € par déjeuner le midi. L’essence coûte 1,50 € le litre. Ils partent à 8 heures. 1) Quelle est la consommation d’essence? 2) Quelle est la dépense totale pour le voyage?

131 Et là? Monsieur et madame Renault vont de Paris à Chamonix. La distance est de 600 Km, la voiture consomme 8 litres aux 100 Kilomètres. Il faut compter 60 € de péage d’autoroute et 25 € par déjeuner le midi. L’essence coûte 1,50 € le litre. 1) Quelle est la consommation d’essence? 2) Quelle est la dépense pour l’essence? 3) Combien a coûté le déjeuner pour les 2 personnes? 4) Quelle est la dépense totale pour le voyage?

132 Monsieur et madame Renault vont de Paris à Chamonix. La distance est de 600 Km, la voiture consomme 8 litres aux 100 Kilomètres. Il faut compter 60 € de péage d’autoroute et 25 € par déjeuner le midi. L’essence coûte 1,50 € le litre. 1) Quelle est la consommation d’essence? 2) Quelle est la dépense pour l’essence? 3) Combien a coûté le déjeuner pour les 2 personnes? 4) Quelle est la dépense totale pour le voyage? PARIS CHAMONIX Péage 60€ Restaurant 2 X 25 € Essence 1,50 € /l 8 l/ 100 Km 600 Km

133 et l’enfant ? Accepter la différence Accepter la contrainte des rééducations Etre partie prenante

134 Les autres partenaires Les centres de référence Circulaire DHOS/01/2001/209 du 04 mai 2001 MIGAC Les associations de parents Par ex. Coridys FCPE-Dys APEDYS MDPH

135 Le recours aux centres de référence des troubles du langage Quand y recourir ?  En cas de persistance de difficultés sévères malgré une prise en charge bien suivie Qui sont-ils?  Ils existent depuis 2001 (plan d’action interministérielle en faveur des enfants atteints de troubles spécifiques du langage)  Implantation hospitalière*  Equipe pluridisciplinaire : médecin, orthophoniste, psychologue clinicien ou neuropsychologue, psychomotricien, ergothérapeute, orthoptiste, instituteur spécialisé. Quelles sont leurs missions ?  Réalisation de bilans à visée diagnostique : caractère spécifique du trouble, sévérité, trouble associé, modalités de prise en charge, etc.  Suivi et coordination des soins réalisés en ville  Bilan évolutif éventuel * Liste des centres : et 135

136 Tous ensemble Le maître mot COMMUNIQUER S’écouter, se parler, rester humblement dans son rôle NE LAISSONS PAS DES INTELLIGENCES SE PERDRE La coopération famille - école - rééducation doit permettre la réussite de ces enfants, l’expression de leur richesse personnelle et de leur utilité sociale

137

138 Quelques lectures Comment la parole vient aux enfants de B. DE BOISSON-BARDIES (2004) chez Odile Jacob, Paris Le développement du langage de A. FLORIN (1999) chez Dunod, Paris

139 Quelques lectures Dyslexie: le cerveau singulier de Michel HABIB (1997 ) chez Solal Résodys: la dyslexie à livre ouvert de Michel HABIB (2003 ) Lecture et dyslexie, approche cognitive de L. SPRENGER-CHAROLLES et P. COLE ( 2003 ) chez Dunod, Paris L’évolution du langage chez l’enfant, de la difficulté au trouble de Marc DELAHAIE aux éditions INPES

140 Quelques lectures Apprentissage de la lecture et dyslexies développementales: de la théorie à la pratique orthophonique et pédagogique de S.VALDOIS, P.COLE et D. DAVID chez Solal 185 exercices pour les dyslexiques de Françoise ESTIENNE chez Masson collection orthophonie prix 30 € 100 idées pour venir en aide aux élèves dyslexiques de Gavin Reid et Shannon Green éditions TOM POUSSE prix 12 €

141 Quelques lectures Réponses à vos questions sur la dyslexie ANNIE DUMONT Pocket (2005 ) Les malheurs d’un enfant dyslexique GISELE PLANTIER P. DEBRAY-RITZEN Albin Michel (2002)  Le tiroir coincé comment expliquer la dyslexie aux enfants A.M. MONTARNAL éd. TOM POUSSE

142 Documents Rapport Un plan d’action pour une meilleure prise en charge des enfants dysphasiques et dyslexiques par J-C RINGARD et F.VEBER (mars 2001) Paris Plan d’action pour les enfants atteints d’un trouble spécifique du langage, plan triennal interministériel par L. VALLEE et G. DELLATOLAS (octobre 2005) Paris

143 Quelques sites Ministère de la Santé INPES associations de familles et malades fournisseurs de logiciels

144 Quelques logiciels Kurzweil 3000 › 8 ans Antidote › 12 ans Médialexie très simple et complet Dicom logiciel gratuit de prédictions de mots Dragon naturally speaking (dictée vocale ) › 12 ans Inspiration Dyslexie ( gestion des idées ) › 7 ans Concept Draw pour élaborer schémas et graphiques

145 CD-ROM « Anthony, Clémentine, Saïd et les autres … » Signes Editions 19, rue Béranger Paris  Les troubles de l ’évolution du langage chez l’enfant Par SFP avec le soutien de la Direction Générale de la santé

146 et pour le plaisir… - comment naquit la première lettre - comment l’alphabet fut fait Histoires comme ça (just so stories for children ) Rudyard KIPLING ( 1902 )

147 Merci pour votre attention


Télécharger ppt "Les troubles du langage oral et du langage écrit Dr Christine Boisseau RéseauDys 45 CHR Orléans 18 janvier 2012."

Présentations similaires


Annonces Google