La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dr Anne Lotthé, Polyclinique St Jean et CHU de Montpellier Dr Cécile Mourlan, ARLIN Languedoc-Roussillon Journée Régionale des Référents Anti-infectieux.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dr Anne Lotthé, Polyclinique St Jean et CHU de Montpellier Dr Cécile Mourlan, ARLIN Languedoc-Roussillon Journée Régionale des Référents Anti-infectieux."— Transcription de la présentation:

1 Dr Anne Lotthé, Polyclinique St Jean et CHU de Montpellier Dr Cécile Mourlan, ARLIN Languedoc-Roussillon Journée Régionale des Référents Anti-infectieux ARS Languedoc-Roussillon Mardi 20 mai 2014

2 * B actéries M ulti... H autement... Très très très R ésistantes... et é mergentes

3 Cas clinique: Mme S, 74 ans Adressée aux Urgences pour douleurs abdominales et fièvre évoluant depuis 4 jours. Pas de vomissements; transit ralenti (mais gaz+); anorexie complète. Dans ses antécédents:  Notion d’allergie à la pénicilline dans l’enfance  HTA équilibrée sous IEC  Troubles fonctionnels intestinaux anciens

4 Cas clinique: Mme S, 74 ans A l’examen: Θ°c = 39°2, pouls = 118 bpm, TA = 130/90, respiration normale, pas de marbrures.  douleur spontanée abdominale diffuse, prédominant au flanc G  défense localisée à la palpation de la fosse iliaque G + suspicion de globe urinaire Bio: GB= dont 80% PNN; CRP = 107 mg; créatininémie = 120 μmol/l, urémie = 20 mmol/l

5 Cas clinique: Mme S, 74 ans TDM abdominale injectée: diverticulite sigmoïdienne non compliquée; rétention urinaire environ 200cc.  Hospitalisée: réhydratation (perfusion); jeûne strict; sondage urinaire  Antibiothérapie IV: ROCEPHINE® 1g x 2/24h + FLAGYL® 500 mg x 3

6 Commentaires ?  Indication d’antibiothérapie:  Première poussée de sigmoïdite sans indication chirurgicale => traitement médical:  Jeûne ou épargne colique (régime sans résidus)  Antibiothérapie 7 à 10 jours, active sur BGN et anaérobies:  Première intention: peni A + IBL  En cas d’allergie: C3G ou FQ + métronidazole ou Clindamycine + aminosides

7 Commentaires ?  Choix de la molécule (ceftriaxone versus amoxicilline-ac.clavulanique):  « Trou de spectre » sur entérocoques et Bacteroides fragilis (d’où rajout du métronidazole)  Demi-vie longue: si allergie avérée, effets prolongés!  « Allergie » aux béta-lactamines:  Non avérée dans 80 à 90% des cas (effets indésirables non allergiques, infection virale concomitante...)  Si manifestation cutanée simple et délai > 10 ans: réintroduction possible  Allergie croisée péni/céphalosporines = 2%

8 Commentaires ?  Mode d’administration:  Demi-vie ceftriaxone = 20h  une seule administration /j (sauf endocardite et méningite) Durée de traitement, surveillance et réévaluation: à préciser dès la première prescription

9 Commentaires additionnels  Ceftriaxone versus cefotaxime:  Élimination biliaire => plus d’impact sur microbiote intestinal  mais effet recherché dans le tt des infections digestives…  Si hospitalisation et administration IV possible, préférer céfotaxime.

10 Cas clinique: Mme S, 74 ans (suite) Bonne évolution clinique; réintroduction de l’alimentation autorisée; CRP = 25 mg. Avis du référent demandé pour relais oral du traitement à J10...  Stop atb à J12 sans relais oral. A J10, l’IDE trouve les urines « sales » et fait un ECBU après une BU(+). Résultat de l’ECBU...

11

12 Commentaires?  Indication de l’ECBU?  Sonde à demeure (et asymptomatique)  Pertinence du sondage  Interprétation des résultats  Rendu des résultats?  Antibiogramme  Mode de résistance

13 Les conditions de prélèvement doivent être indiquées sur la demande Le mode de résistance doit être précisé par le laboratoire La sensibilité aux carbapénèmes doit être recherchée (Ertapenem)

14 Comment traiter?  Bactériurie asymptomatique chez une patiente sondée:  Retirer la sonde  Diurèse abondante  Contrôle ECBU en cas de signes cliniques Pas d’antibiothérapie 

15 Quelles autres mesures prendre?  Précautions complémentaires (« isolement ») de type « CONTACT »:  Chambre seule, signalétique sur la porte  Matériel de soins individualisé  Hygiène des mains obligatoirement par friction hydro- alcoolique  Protection de la tenue (surblouse ou tablier plastique) pour tous les contacts avec le patient (même non mouillants)  Gestion rigoureuse des excreta  Information du patient, des secteurs et services d’aval, du médecin traitant

16 Cas clinique Mme S, suite Patiente traitée par BACTRIM F 1cp x 2 pendant 7 jours. ECBU de contrôle négatif: levée des mesures d’isolement et transfert en établissement de convalescence.

17 Commentaires?  Infections urinaires (ou bactériuries): dues à des bactéries d’origine digestive endogène dans 95% des cas BMR dans les urines = portage digestif de BMR  La négativation de l’ECBU ne signifie pas l’éradication du portage:  Faire écouvillonnage rectal ou de selles  Maintenir les précautions complémentaires d’hygiène

18 Cas clinique Mme S, suite Dans le centre de convalescence, Mme S bénéficie d’un nouvel ECBU en raison de troubles mictionnels, 8 j après son admission  Présence de K.pneumoniae, suspicion de production de carbapénèmase  Confirmation par le CNR à J30: KP oxa 48

19 Quelles mesures d’hygiène? Réunir cellule de crise :  Précautions complémentaires « CONTACT » renforcées voire équipe dédiée  Identification des patients contacts, mis en PCC et dépistages digestifs (3 prélèvements selles ou écouvillonnages rectaux)  Information des secteurs et services d’aval, des médecins traitants du patient index et de ses contacts  Arrêt des transferts et des admissions en attente des premiers dépistages  Signalement externe par e-SIN

20

21 Résultats des dépistages

22 Quelles mesures à prendre? Réunir la cellule de crise :  Sectorisation du cas, des contacts  Mise en place d’équipes dédiées jour et nuit  cas  contacts  secteur sain,  Poursuite des dépistages digestifs, élargissement des contacts (nouveaux cas)  Information des patients, des médecins traitants des contacts positifs  Identification des porteurs et contacts par informatique si possible

23

24 Mesures effectivement prises  Secteur médecine= sain, admission med+SSR  Regroupement des cas et des contacts en SSR, équipe dédiée jour et nuit  Arrêt admission SSR  Puis après 3 dep négatifs des contacts et taux occupation <50%, réouverture des admissions dans une aile du SSR « secteur sain » équipe dédiée de jour (nuit marche en avant)  Sortie des cas porteurs à domicile ou en EHPAD (dépendant du CH) favorisée

25 Traitement ATB en épidémie Patient 10: 4 jrs furadantine 12 jrs Imipenem 7 jrs intervalle libre 9 jours ceftriaxone6 jrs intervalle libre 15 jrs imipenem12 jrs intervalle libre 9jrs amox+ac clav3 jrs intervalle libre 11 jrs metronidazole 9 jrs ceftriaxone2 jrs intervalle libre 11 jrs cotrimoxazole

26 Mesures complémentaires à ne pas négliger…  Rappel bon usage des ATB par le référent même (surtout?) en période épidémique  Validation des ordonnances ATB par le pharmacien, rappel des recommandations  Évaluation des pratiques de prescriptions ATB après la période de crise


Télécharger ppt "Dr Anne Lotthé, Polyclinique St Jean et CHU de Montpellier Dr Cécile Mourlan, ARLIN Languedoc-Roussillon Journée Régionale des Référents Anti-infectieux."

Présentations similaires


Annonces Google