La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les infections urinaires 12 février 2009 DOliveira Virginie Michel Céline Quelquejay Olivia.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les infections urinaires 12 février 2009 DOliveira Virginie Michel Céline Quelquejay Olivia."— Transcription de la présentation:

1 Les infections urinaires 12 février 2009 DOliveira Virginie Michel Céline Quelquejay Olivia

2 PLAN Introduction Stratégies de diagnostic bactériologique Les femmes enceintes Les enfants Cystite simple, compliquée, à répétition Canneberge Pyélonéphrite Prostatites Les tableaux bâtards Les cystites médicamenteuses

3 Introduction (1) Bactériurie asymptomatique Basse : cystite (dysurie, pollakiurie, sans perte vaginale ni prurit vaginal) Haute : pyélonéphrite

4 Introduction (2) Simple : évolution depuis moins de 3 jours, femme âgée de 15 ans à 65 ans, sans terrain à risque particulier (diabète, grossesse, insuffisance rénale, immunodépression, etc.) absence dATCD ou contexte évocateur dune anomalie urologique (vessie dite « neurologique », lithiase rénale, etc.) absence dépisode dinfection dans les 3 mois précédents. (HAS). On peut inclure femme > 65 ans sans comorbidité. Compliquée : le reste + homme + nosocomiale (risque de complications plus fréquentes, difficultés thérapeutiques particulières)

5 Les strat é gies de diagnostic bact é riologique (1) Adulte BU : – suffit en cas de cystite aiguë simple. – A faire en cas de suspicion de cystite compliquée, mais sera accompagnée dun ECBU si BU positive – BU négative (LE – et Ni -) VPN > 95% (grade A) ECBU : cystite récidivante, et tous les autres cas

6 Les strat é gies de diagnostic bact é riologique (2) Femme enceinte : Bactériurie asymptomatique = patiente asympto + 2 cultures positives avec la même bactérie (seuil de bactériurie >= 105 UFC / ml, la leucocyturie nintervenant pas dans la définition) BU tous les mois à partir 4ème mois (accord professionnel) Femme à haut risque dIU gravidique (uropathie sous jacente organique ou fonctionnelle, troubles mictionnel (mictions insuffisantes, …) infection vaginale, ATCD de cystite aiguë récidivante, diabète) : ECBU (Grade A) mensuel (accord professionnel)

7 Les strat é gies de diagnostic bact é riologique (3) Enfant : pas de BU avant 3 mois le recueil des urines pose problème ECBU + Ssi : bactériurie > 105/ml (UFC) ET leucocyturie >104/ml

8 Les strat é gies de diagnostic bact é riologique (4)

9 Les strat é gies de diagnostic bact é riologique (5) méthodes – ponction sus-pubienne sous écho : la plus fiable – prélèvement par cathétérisme : même pb – prélèvement per-mictionnel – poche à urine : nombreuses contaminations Conserver les urine à +4°C pour une durée max de 24h Ensemencer dans les 20 minutes

10 Les strat é gies de diagnostic bact é riologique (6) ECBU positif leuco : 104 / ml germe : un seul type, seuil variable selon bactérie (105 UFC/ml pour E. Coli, 103 UFC/ml pour S. saprophyticus)

11 Les strat é gies de diagnostic bact é riologique (7) Germes en causes Surtout entérobactéries (90%) Escherichia Coli : 80% Staphylococcus saprophyticus : 3% à 7% (Ni - à BU) Proteus mirabilis Klebsiella spp

12 Les strat é gies de diagnostic bact é riologique (8) Quand faire ECBU de contrôle ? femme enceinte : 8 à 10 jours après larrêt du traitement suivi ECBU mensuel si bactériurie asympto, cystite aiguë et pyélo ECBU à 4 à 6 semaine à la fin du ttt si pyélo compliquée (accord professionnel), prostatite. ECBU à 48h-72h du début ATB si, évolution défavorable (tous type IU), pyélo gravidique ou compliquée Enfant : ECBU à 48-72h de tt si inefficace

13 Les femmes enceintes (1) 1. Bactériurie asymptomatique

14 Les femmes enceintes (2) 2. Cystite aigue

15 Les femmes enceintes (3) 3. Pyélonéphrite aigue: hospitalisation, ECBU, echo, bilan de retentissement foetal

16 Les enfants (1) Cotrimoxazole (CI avt 1 mois): SMT 30 mg/Kg/j, TMT 6 mg/Kg/j en 2 prises Céfixime 8 mg/Kg/j en 2 prises (AMM pour les > 3 ans) Durée de TTT 3 à 5 jours 1. TTT cystite aigue (petite fille de > 3 ans)

17 Les enfants (2) TTT dattaque pdt 2 à 4 jours : Ceftriaxone IV ou IM : 50 mg/Kg/j en 1 inj Cefotaxime IV : 100 mg/Kg/j en 3 ou 4 inj Si entérocoque : amox 100 mg/Kg/j en 3 ou 4 inj En association avec aminosides : GENTA 3 mg/Kg/j en 1 inj IM ou IV en cas de pyélo sévère (sd septicémique, ID, < 3mois, uropathie malformative), en monothérapie si allergie C3G, en assoc amox si infection entérocoque Durée totale de 10 à 14 jours 2. TTT pyélonéphrites aigues

18 Les enfants (3) Def : 3 épisodes/an Aucun consensus sur intérêt et durée du traitement Cotrimoxazole si > 1 mois (SMT 5 à 10 mg/Kg/j et TMT 1 à 2 mg/Kg/j) Nitrofurantoine si > 6 ans : 1 à 2 mg/Kg/j Plusieurs mois en continu 3. Infections récidivantes

19 Cystite simple de l adulte Traitement minute : en 1ère intention : fosfomycine trométamol,(monuril, uridose) en dose unique ; en 2ème intention : nitrofurantoïne,(furadantine) pendant 5 jours, ou fluoroquinolone (ciprofloxacine, loméfloxacine, norfloxacine, ofloxacine) en dose unique ou pendant 3 jours.

20 Cystite compliqu é e Traitement probabiliste, : en 1ère intention : furadantine; en 2ème intention : céfixime,ou FQ Traitement après obtention de lantibiogramme, sil peut être différé de 48h : Durée totale de traitement : > 5 jours, sauf pour la furadantine(> 7 jours). Selon les situations, le traitement peut être prolongé.

21 Cystites à r é p é tition (1) Sporadique : moins de 2 épisodes dans les 6 mois écoulés, ou moins de 3 épisodes dans lannée écoulée A répétition : 4 épisodes sur 12 mois

22 Cystites à r é p é tition (2) Examen recommand é : au moins un ECBU. Traitement curatif : chaque é pisode doit être trait é comme une cystite simple ; possibilit é d'auto-d é clenchement par la patiente, apr è s é ducation, en fonction du r é sultat d une BU. Traitement prophylactique : à é valuer au cas par cas.

23 Indications d un traitement prophylactique apr è s des rapports sexuels : si é chec de la miction post- co ï tale ATBprophylaxie en prise unique avant et jusqu a 2 heures apr è s le rapport Infections urinaires tr è s fr é quentes et /ou invalidantes : ATBprophylaxie continue sur 6 mois risque r é cidives Infections urinaires peu fr é quentes ou peu invalidantes : traitement de chaque é pisode, sans prophylaxie, Certaines patientes peuvent b é n é ficier d un traitement prescrit et auto-administr é apr è s é ducation

24 Quel traitement prophylactique? Il n y a pas à ce jour de mol é cules ayant une AMM sp é cifique dans cette indication. - Furadantine (50 mg 1 fois /jour le soir), - ou Bactrim (dosage « forte » 800 mg: ½ /j ou dosage « adulte » 400 mg : 1 /j).. Une r éé valuation r é guli è re de la prescription est recommand é e

25 Pr é vention des cystites Miction post-coïtale Spermicide : favorise cystite Le méthénamine : pas recommandée Le nitrate dargent par instillation : pas recommandée Apports hydrique suffisants (>= 1.5 L/j) (accord professionnel) Mictions non retenues (accord professionnel) Régulations du transit intestinal (accord professionnel) Sessuyer davant en arrière (accord professionnel) La canneberge

26 Inhibition de ladhérence dEscherichia Coli sur les muqueuses. Femme jeune : efficacité modeste. Dose : 7.5g de concentré dans 50 ml deau ou 750 ml de jus de fruit ou 2 cp de concentré par jour. Femme âgée : peu détude Risque dinteraction avec warfarine (Coumadine°)

27 PYELONEPHRITE AIGU Ë SIMPLE Examens recommand é s : BU, ECBU et, dans les 24h, é chographie syst é matique des voies urinaires. Traitement probabiliste : C3G ou FQ per os Si sepsis grave : hospitalisation et ajout initial d'un aminoside Traitement de relais per os apr è s obtention de l ATBG: Dur é e de traitement en cas d é volution favorable jours, sauf pour les fluoroquinolones 7 jours

28 PYELONEPHRITE AIGU Ë COMPLIQUEE Examens recommand é s : BU, ECBU et uro-TDM ou é chographie des voies urinaires en urgence. Traitement probabiliste : C3G ou FQ Si forme grave (py é lon é phrite sur obstacle, sepsis grave, choc septique,...) : hospitalisation indispensable et ajout initial d'un aminoside Traitement de relais per os apr è s obtention de l antibiogramme Dur é e totale de traitement : jours, voire 21 jours ou plus selon la situation clinique.

29 PROSTATITE AIGU Ë Examens recommand é s : BU, ECBU et une é chographie des voies urinaires par voie sus- pubienne, en urgence. Traitement probabiliste : C3G ou Fluoroquinolones Traitement de relais par voie orale apr è s obtention de l antibiogramme : - Fluoroquinolones ou Bactrim. Dur é e totale de traitement : de 14 jours à au moins 3 semaines, selon le contexte

30 Les tableaux bâtards (1) Par définition, pas de vrai solution Et si ça peut vous aider : – 4 symptômes pour dg cystite simple : dysurie, pollakiurie, absence de perte vaginale, absence de prurit vaginal (VPP = 95%) – un seul symptôme : VPP = 50% – 2 symptômes mais si prurit vaginale : VPP = 34% Mais se souvenir de lhistoire naturelle des IU : pas durgence à traiter

31 Les tableaux bâtards (2) Moins de 10% des bactériurie sont suivie dune IU symptomatique 50% à 70% des cystites aiguës simples guérissent spontanément, mais persistance des symptômes pendant plusieurs mois 1 seule cystite aiguë simple compliquée en pyélonéphrite chez 300 placebo. Un retard au traitement de cystite aiguë simple na pas de conséquence néfaste.

32 Cystite m é dicamenteuse AINS : acide tiaprofénique (Surgam°) Cytotoxique : cyclophosphamide (Endoxan°) et ifosphamide (Holoxan°). Antidote = le mesna

33 R é f é rences bibliographiques Recommandations AFSSAPS : diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires chez ladulte Recommandations AFSSAPS : diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires du nourrisson et de lenfant La revue Prescrire


Télécharger ppt "Les infections urinaires 12 février 2009 DOliveira Virginie Michel Céline Quelquejay Olivia."

Présentations similaires


Annonces Google