La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

GROUPES DE COMPETENCE Académie de Lille 5 juin 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "GROUPES DE COMPETENCE Académie de Lille 5 juin 2007."— Transcription de la présentation:

1 GROUPES DE COMPETENCE Académie de Lille 5 juin 2007

2 UN RAPPEL DES TEXTES (1/2) BO du 30 août 2001 : Expérimentation sur deux années scolaires dans au moins un lycée volontaire par département. Globalisation des moyens horaires disponibles en LV1, LV2 et LV3 permettant de regrouper les élèves non plus selon le moment du début de lapprentissage, mais selon le niveau de compétence atteint après une évaluation en début dannée scolaire. Les effectifs par « groupe de niveau de compétence » ne peuvent excéder trente et varient en fonction des besoins. Aucun élève ne peut avoir un horaire inférieur à celui auquel il a droit. Circulaires de rentrée de 2003 à 2005: Lexpérimentation devient un « dispositif » dont la mise en place est laissée à lappréciation des établissements.

3 UN RAPPEL DES TEXTES (2/2) BO du 8 juin 2006 : Rénovation de lenseignement des langues vivantes étrangères: Un apprentissage centré sur une activité langagière dominante ; Les groupes sont constitués délèves ayant les mêmes besoins et issus de classes différentes ; Un choix pédagogique et organisationnel qui implique tout autant les enseignants que les personnels de direction. Les groupes de niveau de compétence sont rebaptisés « groupes de compétence » : Organisation en fonction des acquis et des besoins des élèves ; Le Cadre Européen permet didentifier ces besoins et de construire une progression pour chaque activité langagière ; Les groupes de compétence peuvent être mis en place aussi bien à lécole quau collège et au lycée Leur constitution relève de la responsabilité des enseignants dans le cadre du dispositif arrêté par le chef détablissement. La circulaire de rentrée 2007 inscrit la mise en place de groupes de compétence dans le cadre de larticle 34 (Droit à lexpérimentation).

4 LE CONTEXTE GLOBAL La référence constante au Cadre Européen Les nouveaux programmes De lécole Du collège (palier 1 et palier 2) Du lycée Lévaluation progressive de la maîtrise du socle commun pour chaque pilier, donc pour les langues vivantes à compter de 2008 (Circulaire de rentrée 2007) En CE1 En CM2 A la fin de la scolarité obligatoire Le nouveau Diplôme National du Brevet Le Baccalauréat STG La mise en place progressive des Certifications au niveau B1

5 Attentes institutionnelles LV1LV2LV3 Ecole : Fin de cycle 3 A1 Collège Fin de palier 1 SOCLE COMMUN DNB 2008 A2 Collège Fin de palier 2 B1A2 LP : CAP B1 (PE = A2) Fin de cycle terminal B1 à C1B1/B2A2/B1

6 LES CERTIFICATIONS CALENDRIER DE MISE EN OEUVRE 2006 : Début de lexpérimentation en allemand sur 8340 élèves de 3ème (A2) et de Seconde (B1) : Poursuite de lexpérimentation en allemand sur élèves (A2 en 3ème et B1 en Seconde): Deuxième session : Troisième session en allemand sur élèves (A2 en Seconde et B1 en Première). Début prévu de la certification en espagnol et en anglais : Epreuve unique, sorties multiples : B1 ou A2 (socle commun)

7 Exigences des Certifications Une illustration des évaluations à venir Évaluation des 4 activités langagières principales (compréhension de loral et de lécrit, expression orale et écrite) Poids égal de chacune dentre elles – Obligation de satisfaire au minimum requis dans chaque activité langagière pour obtenir la certification. Obligation dun minimum de 50% des points dans chaque activité langagière (60% en B1) Attestation de réussite partielle dans une activité langagière Diplôme de la KMK remis aux élèves ayant réussi dans toutes les activités langagières

8 Réussite par activité langagière B1 Nbre De Candi dats EOEECECO ,5% % ,2% ,2%

9

10 A partir de ces constats, un premier lot de conclusions Le travail en classe par activités langagières est une nécessité incontournable. Une activité langagière ne peut toutefois être totalement isolée des autres. Doù la notion de dominante : On sappuie sur les compétences dans une activité langagière pour accroître les performances dans une seconde. Il sagit donc de définir un profil évolutif pour chaque élève, reposant non sur un niveau global (Une moyenne de 0 à 20), mais sur une évaluation différenciée par activité langagière. Cet enjeu vaut pour tout groupe-classe traditionnel. Les groupes de compétence permettent un travail plus ciblé et plus efficace.

11 Comment travailler par groupes de compétence quand dans une langue donnée létablissement compte un seul professeur ? Hypothèse 1 : Ce professeur dispose dau moins deux classes sur un même niveau denseignement (en LV1, ou en LV2, ou en LV1 et LV2) : Placer lhoraire de ces deux classes consécutivement dans lemploi du temps, sur tout ou partie de lhoraire global. A partir dune évaluation diagnostique, définir, pour une période donnée, deux profils avec dans chacun une dominante spécifique permettant deux regroupements différents. Une seconde évaluation permettra une redistribution des élèves et éventuellement dautres profils pertinents. Hypothèse 2 : Une seule classe par niveau denseignement Placer consécutivement dans lemploi du temps lhoraire des classes dun même palier (Palier 1 :6ème et 5ème / Palier 2 : 4ème et 3ème, avec un calendrier particulier pour la LV2 ). A partir dune évaluation diagnostique, procéder à des regroupements verticaux autour de deux profils pertinents. Une seconde évaluation permettra une redistribution des élèves et éventuellement dautres profils.

12 « Un choix pédagogique et organisationnel » : quels principes organisationnels? « Choix » de chaque équipe : pas de modèle unique. Une organisation qui doit permettre la mobilité des élèves en cours dannée

13 Barrettes et horaires Qui dit mobilité, dit alignements et « barrettes ». Quels horaires ? La totalité des heures classe ? Ou une partie de ces heures ? Une heure de concertation? À quelle fréquence? Pour qui? Pour quoi faire? Faciliter le déroulement dévaluations de la production orale.

14 COMMUNIQUER Vers les parents délèves. Vers les élèves. Vers les autres enseignants de létablissement. Vers les établissements voisins impliqués dans lexpérimentation : mutualiser. Vers les écoles et collèges qui ont envoyé des élèves.

15 Vers les parents A la fin de lannée scolaire précédente par courrier par exemple. Expliquer les enjeux. Une rencontre parents / enseignants / direction en début dannée ? Un courrier? Expliquer la répartition des élèves en groupes. Donner à loral autant de place quà lécrit. Quelle lisibilité des bulletins trimestriels?

16 Vers les élèves Objectif : motiver / remotiver. Faire apparaître les réussites. Expliquer les objectifs à atteindre. Permettre à chacun de suivre son cheminement sur le parcours dapprentissage. Veiller aux appellations choisies pour les groupes.

17 Vers les collègues de létablissement Conseils de classes : difficultés et solutions possibles. Une fiche de suivi par élève. Un professeur référent. Une équipe interlangues. Vers dautres formes de travail interdisciplinaire.

18 Communication inter-cycles De nouvelles formes de liaisons école / collège ou collège / lycée. Communiquer à partir de nouveaux outils : Fiche de suivi de lélève Document passerelle

19 Groupes de niveau / groupes de compétence : quelles différences? Groupes de niveau : Regroupement selon le niveau (souvent évaluation des connaissances / note ou moyenne). Le professeur dispense un enseignement différent selon le niveau. Obj. : ne pas freiner la progression des meilleurs

20 Groupes de niveau / groupes de compétence : quelles différences? Groupes de compétence : À partir dune évaluation diagnostique (activités langagières) / compétences partielles. Déterminer des profils linguistiques différents (modes dapprentissage différents, acquis différents) Obj. : permettre à chacun datteindre le niveau immédiatement supérieur. Comment? : des tâches différentes / remettre lélève en situation de réussite / donner du sens à lapprentissage / motiver.

21 EVALUER : un indispensable préalable. Evaluation diagnostique : Pour situer lélève sur un parcours dapprentissage. Pour mesurer le niveau de compétence atteint. Pour établir une progression / programmation. Pour expliquer aux parents.

22 Croiser les résultats dans plusieurs activités langagières. Exemple de linteraction orale et de loral en continu. Evaluer nest pas noter : un nécessaire codage. 50% à 60% de réussite.

23 De lévaluation vers les groupes de compétence : comment faire? Objectif : déterminer des profils délèves. Sappuyer sur une ou deux dominantes. Prendre appui sur les réussites des élèves. Pour chaque groupe, faire le choix dune dominante. Choisir une dominante ne signifie pas exclure les 4 autres activités langagières.

24 Quels contenus pour chaque groupe? Définir des tâches correspondant à lobjectif visé. Inscrire ces tâches dans un projet plus vaste dont la réalisation associera lensemble des sous-groupes. Le projet débouche sur une tâche complexe et signifiante.

25 Evaluer autrement Une évaluation positive de lélève. Une évaluation critériée, objective et lisible par tous. Des évaluations formatives. Evaluer des compétences …. …. Sans négliger les connaissances (linguistiques, phonologiques, culturelles…)


Télécharger ppt "GROUPES DE COMPETENCE Académie de Lille 5 juin 2007."

Présentations similaires


Annonces Google