La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Entrer dans lécrit en maternelle Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de lEducation nationale Douai, 14 novembre 2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Entrer dans lécrit en maternelle Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de lEducation nationale Douai, 14 novembre 2012."— Transcription de la présentation:

1 Entrer dans lécrit en maternelle Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de lEducation nationale Douai, 14 novembre 2012

2 2 Plan de lexposé 1. Les relations entre écrit et oral. 2. Lentrée dans la culture de lécrit 3. Lentrée dans la langue de lécrit. 4. Lentrée dans le code.

3 3 1.Les relations entre écrit et oral Des interactions entre oral et écrit. Lécrit « modèle » pour loral Oral parlé par le maître (structuré, précis) Ecrit lu par le maître Humanisation de lécrit par la voix : la voix de la lecture fait rupture avec la voix des conversations ordinaires ; différence qui est ressentie très tôt. Loral source décrit Oral structuré à la base de la production de texte Dictée à ladulte : enjeu clé = passage conscient oral/écrit. Loral sur lécrit : lectures parlées, partagées, conviviales. Cest dans les échanges que se travaille la compréhension et que naît le plaisir de lire.

4 4 1.Les relations entre écrit et oral Faire entrer les enfants dans le « français langue de scolarisation » Loral scolairement efficace : un « faux oral » « oral scriptural » (B. Lahire), langage dévocation, « academic language » (opposé à « informal language »): sa maîtrise nest pas toujours accomplie en fin de maternelle ET CEST NORMAL. Loral comme soubassement, comme fondement au cycle 2, cest sur la base de cet oral que les élèves vont lire-comprendre, écrire, entrer dans létude de la langue.

5 5 1.Les relations entre écrit et oral Un programme doral consistant pour lécole maternelle Echanger, sexprimer : la facette « productive » Communication de plus en plus large et structurée : aspects langagiers et sociaux. Communication « sur des réalités de moins en moins immédiates » : aspects langagiers (langage dévocation). Reproduction : dire de mémoire (comptines, chants). Référence / Goody à propos de la copie et de la récitation : « intériorisation de textes écrits sous une forme précise ».

6 6 1.Les relations entre écrit et oral Un programme doral consistant pour lécole maternelle / suite Comprendre : la facette « réceptive » Compréhension des intentions, des fonctions des actes de langage : aspects sociolinguistiques. Compréhension du sens des messages dorigine variée (pairs, adultes plus ou moins familiers, textes et histoires) : aspects langagiers et linguistiques. Progresser vers la maîtrise de la langue Acquisition et enrichissement du lexique et de la syntaxe du français : aspects linguistiques.

7 7 1.Les relations entre écrit et oral Une dimension linguistique particulièrement importante pour loral et lécrit : le lexique Rappel des « champs » à couvrir : Actes du quotidien Relations avec les autres Activités scolaires Récits personnels, rappel dhistoires entendues (jusquà la caractérisation des personnages et aux relations entre eux) Expression des sentiments et émotions Nature des mots : noms, verbes, adjectifs (dès PS) ; adverbes, comparatifs (ajouts dès MS) ; mots grammaticaux (pronoms, déterminants, conjonctions, prépositions…).

8 8 1.Les relations entre écrit et oral Une dimension linguistique particulièrement importante… lexique / suite Tous les domaines nourrissent lapprentissage du lexique ; les apports se font en liaison avec le vécu. Problème clé : le rebrassage et lactivation par/pour lemploi (dépasser la désignation, le mot-étiquette). Rebrassage possible dans séances spécifiques (objectif explicite pour les enfants) pour un travail de mise en réseau (champs thématiques, relations hiérarchiques, synonymie et antonymie en situation, polysémie ; définition en GS). Activation pour lemploi : utilisation de mots pour raconter des histoires, pour remémorer des activités (cf. supports), dans des jeux.

9 9 1.Les relations entre écrit et oral Le langage oral du maître : un modèle Langage relevant du « registre « académique » seulement entendu à lécole pour certains enfants, doù seule chance dy accéder. Caractéristiques Son débit : plus lent que le parler ordinaire. Sa clarté (articulation) : pas de syllabes « avalées ». Sa fluidité : des phrases construites qui vont à leur terme. Sa précision : des mots exacts ; le moins possible de termes fourre-tout, de gestes qui pallient le flou. Sa redondance : des reformulations syntaxiques et/ou lexicales.

10 10 2. Lentrée dans la culture de lécrit Fonctions et supports Trois grandes « familles » décrits : les écrits fonctionnels : ils visent à faire faire, soutenir la mémoire, informer, favoriser un repérage dans le temps et lespace, aider dans une situation de choix voire influencer un comportement, permettre des échanges, attester de quelque chose, etc. les écrits documentaires : ils visent à faire apprendre (instruire) ; les écrits littéraires : ils font pénétrer dans un univers de fiction.

11 11 2. Lentrée dans la culture de lécrit Fonctions et supports / suite A la variété des fonctions sajoutent celle des usages et la complexité des supports : pas de correspondance stricte entre une forme et une fonction. Supports que lon peut dire simples : la forme ne trompe pas sur la fonction (ex : billet de banque, ticket de caisse, ordonnance de médecin, etc.). Supports composites : le même « objet » comporte des écrits variés qui ont des fonctions différentes (ex : journaux et magazines, carnet de santé, calendrier, cahier de liaison avec la maison, etc.). Supports à faire découvrir en situation « vraie ».

12 12 2. Lentrée dans la culture de lécrit Fonctions et supports / suite Ne pas négliger la fonction documentaire des lectures. Faire prendre lhabitude très tôt de recourir aux livres ou autres supports : pour y trouver des réponses aux questions, pour confronter des observations à des connaissances savantes. Faire une place quotidienne à la fiction pour nourrir limaginaire et faire découvrir le patrimoine, pour faire découvrir des personnages (archétypes ou pas).

13 13 2. Lentrée dans la culture de lécrit Laccès au livre comme objet matériel. Appropriation matérielle de lobjet-livre : le toucher, le tenir et tourner les pages dune certaine manière. Observation des premières attitudes face aux livres = indicateur de pratiques extrascolaires. Choix des livres : un livre nexiste pas isolé. Evolution : du barbotage dans le bac à livres au choix réfléchi dans les rayons dune bibliothèque, puis à la sélection à partir dun fichier. Importance de la familiarisation avec des lieux de lecture et des gestes culturels adaptés à ces lieux.

14 14 2. Lentrée dans la culture de lécrit Laccès au livre comme support décrit particulier. Livre à distinguer du journal ou du magazine, de la revue ; critères = pérennité et unité en particulier. Pour savoir à quel livre on a affaire, indicateurs de tout premier ordre à comprendre : données de la première page de couverture. Elément clé pour les livres précurseurs de la lecture littéraire : la continuité au fil des pages, la dynamique, la cohérence (problème du sens des sauts de page). Intérêt des images ou textes « cumulatifs » ou à chute pour faire sentir à la fois la progression et la/les permanence(s).

15 15 2. Lentrée dans la culture de lécrit Laccès au livre comme univers de texte et dimages. Accès aux images pas plus évident que laccès aux textes pour les jeunes enfants. Education à construire de plusieurs points de vue : Orientation du regard (G--->D ; H--->B). Relation des signes ou symboles aux référents (fonction symbolique en cours de construction chez les petits) ; rapports de dénotation ou de connotation. Relation des images avec le texte : diversité des situations, forte complexité parfois (quand le « dit de limage » est lié au non dit du texte).

16 16 2. Lentrée dans la culture de lécrit Le parcours de lecture, la mémoire des rencontres et des apprentissages. Coordination des choix des livres dune classe à lautre. Impact du travail autour des livres sil en existe des traces qui permettent des retours, de la remémoration : cahier de littérature, journal de lecteur, diaporama (scanner des images et les projeter pour soutenir des rappels de récit plusieurs semaines ou mois après les rencontres avec les livres), etc. Disparition-Réapparition de livres dans la classe (effets de surprise : « livre mystère »).

17 17 3. Lentrée dans la langue de lécrit Laccès au livre comme vecteur dhistoires et de langue. Variété des livres = porte ouverte sur le monde, les autres, soi. Dans la majorité des cas, livres porteurs de représentations de choses absentes. Pour la fiction, univers symboliques autonomes : pas de référent, produit dun imaginaire. Effet de sécurisation souligné par des pédopsychiatres (possibilité dinventer sans crainte ; accès pour lenfant à son propre « livre psychique »). Grande importance de la forme-récit, de la langue (lire toujours un véritable écrit).

18 18 3. Lentrée dans la langue de lécrit Des médiations adaptées autour du livre. Lire des histoires aux enfants ne suffit pas ; lire et relire + surtout, générer des échanges autour des livres pour enrichir lappréhension que chacun a du livre. Dabord, accompagner la réception du livre pour en amplifier la résonance chez chaque enfant, et non vouloir demblée « contrôler la compréhension » par un questionnement pointilleux. Incitation à sengager dans une activité de pensée à propos de lhistoire. Importance alors des activités langagières : commenter, donner un avis, effectuer un rappel du récit ou dun moment du récit, jouer lhistoire.

19 19 3. Lentrée dans la langue de lécrit Le travail régulier de la compréhension En faire une pratique explicite : « on apprend à mieux comprendre les histoires ». Compréhension = processus et effet dintégration sémantique Comprendre = intégrer (fusionner, synthétiser) des informations données par le texte, par limage, par des connaissances antérieures, etc. Important de faire prendre conscience que lon ne saisit pas le tout dun texte en première lecture et que comprendre nest pas deviner (attention aux « hypothèses » qui peuvent sapparenter aux devinettes).

20 20 3. Lentrée dans la langue de lécrit Le travail régulier de la compréhension/ suite Modalités : exemples : faire reformuler page à page, puis cumul des pages ; faire expliciter limplicite, parfois en sappuyant sur les images quand elles ont des apports complémentaires au texte ; faire rappeler lhistoire sur maquette, avec des personnages, sur des suites dimages ; faire repérer des erreurs dans des suites chronologiques, des rappels de récit, etc. ; faire expliciter par retour au récit initial. Travail précurseur de ce qui viendra après.

21 21 3. Lentrée dans la langue de lécrit Le travail régulier de la compréhension/suite Objet de travail important : les états mentaux des personnages. Amener les élèves à sinterroger sur « ce qui se passe dans leur tête », à analyser : leurs buts (// futur),leurs raisons dagir (// passé) ; leurs sentiments, perceptions, émotions ; leurs connaissances, pensées, croyances, raisonnements. Les aider à trouver les bonnes raisons que tous les protagonistes ont de faire ce qu ils font, de dire ce qu ils disent, de penser ce qu ils pensent, de croire ce qu ils croient, de ressentir ce qu ils ressentent. Leur faire r é guli è rement prendre conscience qu ils savent des choses (en tant qu enfant et lecteur) que les personnages, eux, ne savent pas.

22 22 4. Lentrée dans le code Une première étude de la langue : PS : temps dune première découverte : lécrit est une trace qui peut être convertie en langage oral. MS : deuxième découverte : laccès à une des caractéristiques de lécrit : sa stabilité. GS : moment de laccès à ce qui explique la stabilité du texte : lécrit est gouverné par un code, que tout le monde utilise de la même manière (ce qui explique la stabilité du texte).

23 23 4. Lentrée dans le code Lentrée dans le code : rigueur, progres- sivité, modération Ce qui est en jeu : les BASES de la LECTURE (principe alphabétique, conscience phonologique) - La conscience du mot. - La conscience quun mot est constitué dun assemblage organisé déléments. - Lidentification des parties ; la discrimination auditive et visuelle - La connaissance de correspondances entre oral et écrit (mots ; syllabes ; sons-lettres) PREPARER lapprentissage de la lecture et de lécriture MAIS NE PAS ANTICIPER.

24 24 4. Lentrée dans le code Lentrée dans le code : rigueur, progres- sivité, modération / suite En matière de conscience phonologique : Enseigner/ faire apprendre selon une approche ludique et implicite dabord (PS et MS) puis explicite et systématisée (GS). Double progressivité : sur les entités travaillées (syllabes / PS et MS puis phonèmes / GS), sur les opérations mentales mises en œuvre (segmentation, discrimination, etc.). ENJEU MAJEUR : apprendre à traiter le langage indépendamment des dimensions sémantiques. Posture indispensable ultérieurement dans létude de la langue.

25 25 4. Lentrée dans le code En relation avec le travail du code, lentrée dans lécriture-acte graphique Lécriture doit être enseignée de manière rigoureuse ; son apprentissage est très exigeant et ne doit pas être commencé trop tôt ; les exigences doivent être limitées en quantité Ce qui est en jeu : Le respect des règles de tracés (intégration de repères spatiaux et du vocabulaire lié). La maîtrise des trajectoires (enchaîner, inhiber des gestes). La synchronisation des prises dinformation visuelles et des gestes de la main (place du langage entre les deux). La prise de conscience de la relation forme / sens.

26 26 Conclusion Ne pas se tromper dobjectifs : lacquisition dun « langage oral explicite et structuré » est lenjeu essentiel. Première nécessité : didactique de loral à travailler. lenfant apprend à comprendre grâce à un réel enseignement. La compréhension représente une composante clé de lactivité langagière qui requiert un travail spécifique ; lenfant apprend à comprendre grâce à un réel enseignement. La préparation à lapprentissage de la lecture et de lécriture (acquisition de la conscience phonologique, approche du principe alphabétique) ne doit pas prendre trop de place, trop de temps.


Télécharger ppt "Entrer dans lécrit en maternelle Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de lEducation nationale Douai, 14 novembre 2012."

Présentations similaires


Annonces Google