La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Gilles Morin Unité de Génétique Clinique CHU Amiens CAS CLINIQUE 3.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Gilles Morin Unité de Génétique Clinique CHU Amiens CAS CLINIQUE 3."— Transcription de la présentation:

1 Gilles Morin Unité de Génétique Clinique CHU Amiens CAS CLINIQUE 3

2 7 ans Retard psychomoteur modéré Hyperactivité Faciès particulier Grand front Oreilles grandes et décollées Visage allongé JULIEN

3 Quelle est votre première hypothèse diagnostique, sachant quun caryotype standard a été réalisé et était normal ? QUESTION 1

4 Syndrome de lX fragile Sujet de sexe masculin Retard mental et troubles du comportement Dysmorphie évocatrice Caryotype sans anomalie Argument de fréquence REPONSE 1

5 Que recherchez-vous à linterrogatoire familial ? QUESTION 2

6 Des antécédents de retard mental Dans la famille maternelle Touchant principalement des garçons Pouvant aussi toucher des filles Des antécédents de tremblement tardif Des antécédents de ménopause précoce REPONSE 2

7

8

9 I II III IV

10 Quel est le mode de transmission de cette pathologie ? QUESTION 3

11 Dominante liée à lX A mutation instable Par amplification de triplets Pénétrance incomplète chez les filles Pénétrance complète chez les garçons REPONSE 3

12 Comment expliquez-vous que les sujets II-1 et II-3 navaient pas de retard mental ? QUESTION 4

13 Probablement des mâles normaux transmetteurs Répétition entre 50 et 200 triplets CGG REPONSE 4

14 Quel peut être le phénotype de ces personnes ? QUESTION 5

15 Intelligence normale Syndrome FXTAS Fragile X associated Tremor Ataxia Syndrome Quand répétition entre 70 et 199 CGG > 50 ans (75% des hommes >80 ans) Ataxie cérébelleuse Tremblement intentionnel +/- neuropathie sensitivo-motrice, dysautonomie, déclin cognitif REPONSE 5

16 Quelle manifestation peuvent avoir les femmes prémutées ? QUESTION 6

17 Ménopause précoce Syndrome FXPOI (Fragile X associated primary ovarian insufficiency) Développement intellectuel normal Insuffisance ovarienne précoce Risque de ne pas avoir denfants Risque de grossesse spontanée chez une femme déclarée infertile Problématique dune grossesse non désirée ou dun diagnostic prénatal. REPONSE 6

18 Un diagnostic prénatal peut-il être proposé aux parents de Julien pour une nouvelle grossesse ? QUESTION 7

19 Oui Ponction de villosités choriales vers 12 SA Ou ponction de liquide amniotique après 16 SA Par biologie moléculaire REPONSE 7

20 Avant la naissance de Julien, pensez-vous quil existait un moyen de prévenir le risque de cette pathologie dans la descendance de sa mère ? QUESTION 8

21 Oui Les antécédents familiaux étaient déjà fournis Un diagnostic aurait pu être préalablement réalisé Un conseil génétique aurait pu être proposé REPONSE 8

22 LE SYNDROME DE LX- FRAGILE

23 Fréquence 1 pour à garçons 1 pour filles Sous-diagnostiqué Âge moyen au diagnostic : était > 10 ans SYNDROME DE LX-FRAGILE : GÉNÉRALITÉS

24 Triade de Martin Bell (1945) Retard mental Dysmorphie faciale Macro-orchidie post-pubertaire 80% des garçons ont au moins un de ces signes Phénotype très variable Le retard mental peut être le seul signe dappel Aucun signe nest pathognomonique SYNDROME DE LX-FRAGILE : CLINIQUE

25 Visage allongé Prognathisme Front saillant PC > 50 ème p Oreilles grandes et décollées Obliquité des fentes palpébrales en bas et en dehors Palais ogival Macro-orchidie Post-pubertaire Inconstante 80% ont un volume testiculaire moyen > 25 ml SYNDROME DE LX-FRAGILE : DYSMORPHIE

26 Variable ++ : de moyen à sévère Retard moteur modéré Retard de langage (écholalie, rythme rapide, …) Déclin intellectuel rapide avec lâge (période pré-pubertaire++) Troubles du comportement Fréquents (80%) et parfois au 1er plan Hyperactivité, irritabilité Traits autistiques Anxiété +++ SYNDROME DE LX-FRAGILE : RETARD MENTAL

27 Dysplasie du tissu conjonctif Hyperlaxité ligamentaire Pieds plats Peau douce Scoliose Prolapsus mitral Épilepsie Crises souvent généralisées Gravité variable Fréquence : 20% Présentations particulières « Sotos-like » : avance staturale Prader-Willi-like : obésité franche SYNDROME DE LX-FRAGILE : CLINIQUE

28 SYNDROME DE LX-FRAGILE

29

30

31

32

33 Déficience mentale Dans 50% des cas environ Même phénotype comportemental que chez le garçon Sévérité selon linactivation du chromosome X Troubles psychiatriques Dépression, anxiété, … Même lorsque lintellect est préservé SYNDROME DE LX-FRAGILE : EXPRESSION CHEZ LA FILLE

34 SYNDROME DE LX-FRAGILE

35 1980 : découverte en cytogénétique dune cassure en Xq27 Xq28 (milieu pauvre en acide folique) 1991 : Jean-Louis Mandel : identification du gène FMR1 en Xq27.3 Mutation instable ou dynamique : Répétitions de triplets CGG dans lexon 1 N : 6 à 50 : sujet normal (M : 28) N > 200 : sujet atteint (hyperméthylation de FMR1 : pas de protéine) N : 50 à 200 : prémutation (risque de transmettre) La répétition sallonge lors du passage par les mères Mères transmettrices Mâles normaux transmetteurs SYNDROME DE LX-FRAGILE : GÉNÉTIQUE

36 Transmission génétique Dominante liée à lX Plus de sujets atteints dans les jeunes générations Phénomène danticipation : paradoxe de Sherman Importance de lenquête familiale +++ Diagnostic anténatal possible Autres maladies à mutations instables Maladie de Steinert (CTG) Ataxie de Friedreich (GAA) Chorée de Huntington (CAG) Ataxies spino-cérébelleuses (CAG) … SYNDROME DE LX-FRAGILE : GÉNÉTIQUE


Télécharger ppt "Gilles Morin Unité de Génétique Clinique CHU Amiens CAS CLINIQUE 3."

Présentations similaires


Annonces Google