La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Un fléau social… DR CHENIOUR Service de Pneumologie CH Laval. 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Un fléau social… DR CHENIOUR Service de Pneumologie CH Laval. 1."— Transcription de la présentation:

1 Un fléau social… DR CHENIOUR Service de Pneumologie CH Laval. 1

2 Sommaire : I /Les facteurs de risque II / Dépistage III / Les signes dappel IV / Limagerie thoracique V / Lendoscopie VI / Bilan dextension VII / Thérapeutiques des différents types de cancer 2

3 I /Facteurs de risque : Liés à lenvironnement : Le tabac est le facteur de risque essentiel, mais il en existe dautres professionnels en particulier. Le pronostic des non fumeurs atteints de K bronchique est moins mauvais que celui des fumeurs. Liés à lhôte : Relation directe avec le tabac. -Antécédents familiaux de k bronchique. 3

4 II / Dépistage: Il vise à identifier la maladie à un stade où elle est asymptomatique et guérissable. Il na pas fait ses preuves dans le cancer bronchique. 4

5 III / Signes dappel : Dans la plupart des cas, les K bronchiques sont diagnostiqués tardivement. Les symptômes et signes évocateurs peuvent être liés à : - La tumeur - Son extension loco-régionale - Sa dissémination métastatique - Un syndrome paranéoplasique 5

6 A / La tumeur : Toux Wheezing Broncho-pneumopathies Suppuration Envahissement loco-régional : ( douleur, dyspnée, paralysie phrénique, dysphonie, dysphagie, fistule, syndrome pleural, compression cave superieure trachéo- oesophagienne ). Hémoptysie 6

7 B / Lextension : Signes généraux : 3 signes cardinaux: - Asthénie - Anorexie - Amaigrissement Métastases : - Foie. -Os. -Surrénales. -Cerveau… 7

8 C/Les syndromes paranéoplasiques: Cest lensemble des signes cliniques accompagnant un K. Ils peuvent être la première et longtemps la seule manifestation du K. Leur réapparition après une résection complète signe la rechute tumorale même si aucun signe nest encore perceptible. 8

9 IV / Limagerie thoracique : A/ La radiographie : Cest lexamen initial qui permet de faire lhypothèse dun K broncho-pulmonaire après lexamen clinique: Lésion primitive : Opacité Rétractile, systématisée : Atélectasie Non rétractile Médiastino-hilaire 9

10 B/ Le Scanner : La TDM du thorax est considérée comme loutil de base pour la stadification T et N des K bronchiques. Préalable à lendoscopie bronchique, elle augmente le rendement ; elle permet aussi les reconstructions. a) Lésion primitive : opacité systématisée atélectasie Parenchyme : opacité ronde pulmonaire aux limites floues et irrégulières. Images homogènes mais parfois excavées. 10

11 b) Drainage lymphatique: Relais hilaires (N1) puis médiastinaux (N2). C/ Autres: Echographie RMN 2 indications : - Contact vasculaire - Apex PET Scan : Il est devenu un élément essentiel du bilan dextension des K broncho-pulmonaires; Sa seule limite est lextension cérébrale. Au total : Suspicion de K ( Clinique, Rx thorax ) T D M thoracique : - la tumeur, son drainage lymphatique, les métastases. 11

12 V/ LEndoscopie bronchique Cest lexamen de base pour le diagnostic des obstructions bronchiques. Elle permet de : Localiser la lésion (classification T, N, M ) Décrire la lésion Faire des prélèvements: (aspiration, lavage, biopsie ) 12

13 Résultats : 1°) Diagnostic anatomo-pathologique : Carcinome à petites cellules ( P C ) non à petites cellules (CBNPC ): - Epidermoïde - Adénocarcinome - Indifférenciés 2°) Immuno-marquage : Sert à préciser le type anatomo-pathologique de la tumeur primitive. Sert aussi à orienter vers un site primitif devant une image suspecte de métastase pulmonaire. Autres méthodes diagnostiques : Ponction sous TDM,médiastinoscopie à droite, mini-thoracotomie antérieure à gauche : permettent une exploration précise des ganglions médiastinaux. 13

14 C B N P C : a ) Carcinomes épidermoïdes : Le plus fréquent. K du fumeur ( 90 a 100%) ans. Touche surtout les hommes. Le dédoublement est lent. Le plus chirurgical. Souvent proximal. Bourgeon accessible endoscopiquement. 14

15 b ) Adénocarcinomes : Augmentation de sa fréquence. De plus en plus fréquent chez le non fumeur. Souvent métastatique. Temps de dédoublement lent. Souvent périphérique, non accessible a lendoscopie. Diagnostic souvent fait par ponction sous scanner. 15

16 C P C Complexe ganglio tumoral souvent proximal. Temps de dédoublement court. 40 – 50 ans. Grande chimio sensibilité. Mauvais pronostic. 16

17 VI/ Bilan dextension : Il porte sur les sites métastiques les plus fréquents. T D M surrénalien, cérébral, échographie abdominale,… Pour finir : Que fait-on? Implication thérapeutique et diagnostique (décision par comité pluridisciplinaire) Procédure dannonce Prise en charge à 100% par la sécu ( A L D ). 17

18 Traitement La décision thérapeutique doit être multidisciplinaire et suivre les recommandations de bonne pratique. Les moyens : Chirurgie Chimiothérapie Radiothérapie Biothérapie Soins palliatifs 18

19 A /Sur la lésion primitive : Principe : recherche de léradication sinon du contrôle. Indications thérapeutiques dépendent : Du stade De létat général Du type histologique B / Sur les métastases : Situation exceptionnellement curative, le plus Souvent palliative; Traitement en fonction du Type et du risque potentiel de la métastase. 19

20 Pour le k bronchique NPC Les 2/3 des patients sont inopérables au moment du diagnostic. La grande majorité des opérés rechute. 80% des rechutes se font à distance sous forme de métastases. Peu de chance daugmenter le taux de guérison par un traitement local. Nécessité de trouver un traitement général efficace. 20

21 Le CPC La chimiothérapie : - Traitement de référence. - K très chimio sensibles. - MAIS : Rechutes fréquentes après une bonne réponse initiale. La radiothérapie : - En association a la chimiothérapie. La chirurgie : - Indication exceptionnelle. 21


Télécharger ppt "Un fléau social… DR CHENIOUR Service de Pneumologie CH Laval. 1."

Présentations similaires


Annonces Google