La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dr Dominique RUEFF, Avril 20101 EFFETS sur la santé des NUTRIMENTS Quen penser ? Que faire ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dr Dominique RUEFF, Avril 20101 EFFETS sur la santé des NUTRIMENTS Quen penser ? Que faire ?"— Transcription de la présentation:

1 Dr Dominique RUEFF, Avril EFFETS sur la santé des NUTRIMENTS Quen penser ? Que faire ?

2 Dr Dominique RUEFF, Avril Une alimentation saine, équilibrée, variée, coloriée…oui: incontournable ! Mais dans une majorité de cas Tant mon expérience que les études individuelles démontrent la nécessité dune supplémentation

3 Dr Dominique RUEFF, Avril TOUTES LES GRANDES ETUDES EPIDEMIOLOGIQUES en FRANCE L'étude ESVITAF, "ENQUETE SUR LE STATUT VITAMINIQUE DE TROIS GROUPES D'ADULTES FRANCAIS" publiée par A.LEMOINE en 1986, Ann. Nutr. Métab 30 L'étude de J.C. GUILLAND "EVALUATION DE L'APPORT ALIMENTAIRE VITAMINIQUE EN BOURGOGNE", Ann. Nutr. Métab L'étude de HERCBERG Serge "CONSOMMATION ALIMENTAIRE D'UN ECHANTILLON REPRESENTATIF DE LA POPULATION DU VAL DE MARNE", Rev. Epidém. Santé Publique 1991 concluent à l'existence d'un certain nombre de déficiences variables selon l'âge, le sexe, les conditions de vie et des habitudes nutritionnelles.

4 Dr Dominique RUEFF, Avril SI ON PROPOSE À DES POPULATIONS EN BONNE SANTÉ APPARENTE (CEST À DIRE SANS MALADIES CONNUES) DE RÉALISER DES BILANS DE LEUR ÉQUILIBRE NUTRITIONNEL, ON AURA LA SURPRISE DE TROUVER FRÉQUEMMENT LES DÉFICIENCES CI-DESSOUS :

5 Dr Dominique RUEFF, Avril VITAMINE C : première "victime" d'une mauvaise conservation et préparation des aliments. Or on connaît parfaitement les conséquences sur les fonctions de cicatrisation (collagène) de défense immunitaire et de forme en général. On sait également que les sujets ayant des taux sanguins bas de vitamine C courent plus de risques de développer un cancer. VITAMINES DU GROUPE B : dont la déficience peut être la conséquence dapports alimentaires déficitaires ou de pathologies digestives chroniques. Les déficiences en vitamine B1, B5 et B6 sont des facteurs de dépression et dasthénie. Les FOLATES et la VITAMINE B12, facteurs d'anémies, de fatigues, de dépressions...

6 Dr Dominique RUEFF, Avril Les déficiences en zinc sont très fréquentes Le zinc joue un rôle essentiel dans les fonctions immunitaires, neurologiques et reproductives. Il est nécessaire à 100 à 300 processus vitaux de lorganisme. Il participe à la synthèse de lARN, de lADN et des protéines. Il facilite la cicatrisation, la reproduction, la croissance. Il joue un rôle dans la modulation de lhumeur, lapprentissage ainsi que la vision, le goût et lodorat. Il intervient dans la coagulation sanguine, les fonction thyroïdiennes et le métabolisme de linsuline.

7 Dr Dominique RUEFF, Avril FOLATES et VITAMINE B12 : facteurs danémie, de fatigabilité, de « pseudo » dépressions. VITAMINE A et CAROTENES impliqués dans les défenses immunitaires, la différenciation des épithéliums, la défense antiradicalaire et les problèmes de vision. Comme pour la vitamine C de nombreuses études suggèrent le rôle protecteur vis à vis du cancer de ces multiples caroténoïdes dont le lycopène (prostate).

8 Dr Dominique RUEFF, Avril VITAMINE D Essentielle au maintien des collagènes et du tissu osseux ainsi que pour le maintien de limmunité et la protection vis-à-vis de certains cancers. Vitamines E dont alpha et plus particulièrement le gamma tocophérol. AUTRES NUTRIMENTS et PHYTONUTRIMENTS tels que les huiles de poisson (EPA, DHA), flavonoïdes, tocotriénols, coenzyme Q 10…

9 Dr Dominique RUEFF, Avril BEAUCOUP DETUDES EPIDEMIOLOGIQUES ET CLINIQUES CONFIRMENT CES HYPOTHESES ET THEORIES

10 Dr Dominique RUEFF, Avril VIEILLISSEMENT ET VITAMINES La consommation vitaminique a été évaluée chez 40 résidants dune maison de repos, 21 à l'admission, 120 personnes âgées vivant chez elles avec un style de vie sédentaire et 66 sujets âgés et physiquement actifs. Les concentrations vitaminiques étudiées étaient au-dessous du seuil minimum chez la moitié des résidants de maison de repos. L'augmentation d'activité physique augmentant les besoins énergétiques peut être compensée par la prise dune alimentation à densité nutritive élevée pouvant améliorer l'adéquation diététique aux besoins.. Les nutriments les plus déficitaires étaient les vitamines BI, B2, B6 et C. V an der Wielen, Reggy, P., J., et al, Journal of Gerontology: Biological Sciences, 1996,5 1 A(l):B 1 00-B 107. (Address: Dr. W.A. van Staveren, Department of Human Nutrition, Wageningen Agricultural University, Bîotechnion, Bomenweg 2, 6703 HD, Wageningen, The Netherlands) [nut]

11 Dr Dominique RUEFF, Avril PERTES DE MEMOIRE et prévention des maladies neurodégénératives Les nutriments actuellement étudiés pour la préservation de la mémoire et la prévention des maladies dégénératives et circulatoires cérébrales sont: la vitamine B 12, les vitamines B1 et B3, lalpha et gamma tocophérols naturels (+++), le zinc…et les antioxydants végétaux (thé vert, resveratrol…)" A Nutritional-Metabolic Approach to Memory-Loss: 18 Years Experience," Dommisse, John V., M.D., F.R.C.P.(C), in The Science of Anti-Aging Medicine

12 Dr Dominique RUEFF, Avril IMMUNITE Loptimisation des taux dantioxydants est absolument nécessaire au maintien de la réponse immunitaire quel que soit lâge. Les déficits immunitaires liés à lâge et particulièrement ceux liés aux cellules T sont bien documentés. "Antioxidants and Immune Response in Aged Persons: Overview of Present Evidence," Meydani, Simin, Nikbin, et al, American Journal of Clinical Nutrition, 1995,62

13 Dr Dominique RUEFF, Avril Pour terminer, avec un peu dhumour, je ne résiste pas à citer encore Linus Pauling qui déclarait en 1967 (donc à lâge de 66 ans) : « Je nai jamais rien lu sur la dose optimale de vitamines, depuis que jai appris à lire, il y a 63 ans. »


Télécharger ppt "Dr Dominique RUEFF, Avril 20101 EFFETS sur la santé des NUTRIMENTS Quen penser ? Que faire ?"

Présentations similaires


Annonces Google