La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

TENNIS ET EPIDÉMIOLOGIE MALADIE DOSGOOD SCHLATTER MALADIE DE SEVER P LE GOUX RHUMATOLOGUE MEDECIN DU SPORT LIGUE DES HAUTS DE SEINE DE TENNIS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "TENNIS ET EPIDÉMIOLOGIE MALADIE DOSGOOD SCHLATTER MALADIE DE SEVER P LE GOUX RHUMATOLOGUE MEDECIN DU SPORT LIGUE DES HAUTS DE SEINE DE TENNIS."— Transcription de la présentation:

1 TENNIS ET EPIDÉMIOLOGIE MALADIE DOSGOOD SCHLATTER MALADIE DE SEVER P LE GOUX RHUMATOLOGUE MEDECIN DU SPORT LIGUE DES HAUTS DE SEINE DE TENNIS

2 EN COLLABORATION AVEC BERNARD MONTALVAN, ANNE GIRES NICOLE DE TALANCÉ

3 QUELLES DONNÉES SUR LES BLESSURES AU TENNIS ? Mieux cibler les caractéristiques des blessures touchant les jeunes joueurs et joueuses de nos ligues Données épidémiologiques spécifiques au tennis déjà connues issues de publications ou de statistiques de la Fédération Internationaux de France + données CNE Objectif de lenquete : Faire un focus sur pathologies de croissance chez les joueurs de ligue et de pole France (8-16 ans) ++

4 Seulement 3 études analytiques dont 2 longitudinales et 1 transversale Que dit la littérature ? But de stratégie préventive de prise en charge

5

6 EVOLUTION DES DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES Les statistiques de la Fédération Française de Tennis confirment pour le tournoi de Roland Garros un dénombrement de blessures plus élevé aux membres inférieurs par rapport aux membres supérieurs depuis 2001 dans une proportion similaire chez les hommes et chez les femmes ++

7 DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES SUR LES BLESSURES INTERNATIONAUX RG CNE CNE Cat Abdomen-ThoraxMIMSRachisTotal Femme Homme Total Cat13-18 CNE Abdomen-ThoraxMIMSRachisTotal Femme6%50%35%8%100% Homme16%42%33%9%100% Total10%47%34%9%100% pour lédition 2012 RG 53% membres inférieurs 26% membres supérieurs 21% axe rachidien + paroi thoracique et abdominale Aux membres inférieurs – lésions musculaires – tendinopathies – pathologies articulaires et osseuses ++

8 ARTICULATIONS FORTEMENT SOLLICITÉES CHEZ LES JEUNES JOUEURS Exemple du GENOU C hondropathies (rotules douloureuses +/ - instables ) Fréquentes chez les filles ++ Ostéochondrites disséquantes Méniscopathies (traumatiques, dysplasiques ) F = H Séquelles ostéochondrite condylienne Plus de séquelles douloureuses de Pathologies de croissance Ostéochondroses chez les Garcons (Osgood Schlatter) Prévention par des programmes physiques de renforcement musculaire adapté (rééquilibrage ischios / quadriceps) en fonction de lage ++

9 ETUDE MENEE BLESSURES POLE ESPOIR DE LIGUE ( N DE TALANCÉ) Population : 16 filles +13 garçons âgés de 8 à 18 ans -contingent denviron 30% pour les M de croissance Sever 42% touchant plutôt les filles, Osgood Schlatter 48% uniquement chez les garçons -hiérarchie des atteintes topographiques MI respectée (fractures fatigue, entorses de cheville )

10 DOSE DENTRAÎNEMENT ET BLESSURES Âge ( ans )blessure Heures dentraînement Jamais de blessure Heures dentraînement P* ,846,11, ,00, ,478,50, , 335,50, ,2210,00, ,326,00,1561 P*Le test de Wilcoxon donne plus de poids à une paire qui montre une large différence entre les deux conditions, qu'à une paire ayant une faible différence. Cela implique que l'on puisse dire quel membre d'une paire est plus grand que l'autre (donner le signe de la différence), mais aussi que l'on puisse ranger les différences en ordre croissant.

11 PATHOLOGIES DE CROISSANCE BENSAHEL H, TRAUMATOLOGIE APOPHYSAIRE ET FRACTURES DE FATIGUE, IN LENFANT ET LA PRATIQUE SPORTIVE, EDITIONS MASSON, PARIS 1998, 9, RAPPEL DG Chez lenfant et ladolescent les effets de lhyperactivité sportive conjugués à ceux de la transformation de lappareil locomoteur se manifestent au niveau des articulations par des lésions du cartilage de croissance responsables de douleurs. On distingue demblée des affections spécifiques qui touchent les apophyses ou extrémités osseuses avec le plus souvent une fragmentation du noyau cartilagineux de croissance En raison des contraintes mécaniques, de lhyper sollicitation et du surmenage qui sexercent par lintermédiaire des tendons sur les articulations lors de lactivité sportive intensive Les lésions du cartilage de croissance se traduisent par un arrachement voire une véritable fracture du cartilage de conjugaison avec décollement.

12 PATHOLOGIES DE CROISSANCE RAPPEL Sur les articulations portantes, on constate également des pathologies focalisées plus spécifiquement sur larticulation et le cartilage articulaire. Selon les cas, on parle alors dostéochondrose épiphysaire dont lévolution est superposable aux ostéochondroses apophysaires, ou dostéochondrite de pronostic plus imprévisible avec complications possibles au niveau du cartilage articulaire et du remodelage de larticulation, éventuelles séquelles à lâge adulte Enfin des véritables fractures de fatigue osseuse liées au surentrainement peuvent survenir chez de jeunes enfants comme chez ladulte sportif. Elles peuvent concerner le tibia, la rotule, les métatarsens

13 PATHOLOGIES DE CROISSANCE

14 LA MALADIE DOSGOOD SCHLATTER OU APOPHYSITE TIBIALE ANTÉRIEURE Survient volontiers chez le garçon entre 12 et 15 ans au tennis, foot, gym sol Liée au surdosage de la pratique sportive et dans 20 à 30% des cas elle est bilatérale La TTA est un bec cartilagineux attaché à lépiphyse tibiale antérieure dont le centre dossification apparait à la partie distale à 7-9 ans pour se souder tardivement après ossification disto-proximale vers 18 ans. Le déclenchement découle de la traction excessive du tendon rotulien sur la tubérosité tibiale antérieure lors des impulsions, des sauts ou démarrages. Cliniquement douleurs mécaniques, situées à la face antérieure du genou à la partie supérieure du tibia près de linsertion du tendon rotulien rythmées par leffort physique.

15 LA MALADIE DOSGOOD SCHLATTER A lexamen douleurs provoquées par la pression locale de la TTA et reproduites par la contraction isométrique du quadriceps. La TTA présente progressivement une tuméfaction avec parfois un aspect inflammatoire. Lévolution spontanée longue dautant que le diagnostic est méconnu avec arrêt sport préconisé trop tard. Lavulsion de la TTA et le décollement apophysaire sont des complications rares pouvant nécessiter une immobilisation par attelle jambe extension Si la symptomatologie clinique est univoque il ny a pas de parallélisme radio clinique formel.

16 ARRIERE PIED MALADIE DE SEVER Les douleurs peuvent être amplifiées par lexistence de troubles statiques comme le varus ou le valgus de larrière pied, associés ou non à un défaut de répartition des charges sur lensemble du pied à leffort (pied plat ou creux) cf examen sur podoscope ++ Apophysose ou Apophysite calcanéenne : noyau secondaire dossification calcanéen zone dinsertion du tendon dachille pathologie microtraumatique la plus fréquente du pied chez lenfant ++ 7 à 12 ans (G=F ?) joueur de ligue 9/10 ans Chronologie antérieure à lostéochondrose genou Parfois proche poussée pubertaire 12/13 ans

17 ARRIERE PIED MALADIE DE SEVER 4 stades en relation avec lintensité du surmenage sportif (American Academy of Pediatrics) Douleur apres effort physique Douleur pendant activité sans limitation de performance Douleur pendant lactivité avec gene fonctionnelle et restriction Douleur chronique permanente y compris au repos Sport, course avec changement brusque de direction et réceptions au sol fréquentes sur le talon au tennis Atteinte souvent bilatérale, asymétrique ou alternative dans le temps examen douleur élective pression latérale postérieure inférieure calcanéum Noyau de croissance

18 IMAGERIE RADIO MALADIE DE SEVER L e bilan radiographique si il est demandé compare les 2 calcanéums et se caractérise par son absence de spécificité : le noyau secondaire du calcanéum peut être daspect normal identique par rapport au coté opposé ou fragmenté ou condensé Des images considérées pathologiques peuvent sobserver en dehors de toute symptomatologie douloureuse Intérêt pour le diagnostic différentiel ++ (tendinite calcanéenne, fracture de fatigue, rhumatisme inflammatoire, tumeur, ostéite…) Image condensée ou fragmentée à la limite du physiologique entre 7 et 14 ans

19 ENQUETE OSTEOCHONDROSES ET TENNIS Statistiques épidémiologiques Interet de données qualitatives et chiffrées des blessures par enquete à léchelon national effectuée aupres des medecins FFT avec le plus grand nombre de participants Prevention Surveillance Prise en charge précoce ++ En pratique proposer enquete avec liste de suivi comprenant au max 15 joueurs dont fera partie le pole espoir de ligue + éléments Groupe avenir ou boursiers ? (+ joueurs poles France) liste établie par CTR de chaque ligue Suivi prospectif sur 8 mois (période entrainement) ou sur lannée tennistique avec relevé de blessures fréquence est à déterminer Prendre en compte tous les résultats denquete des joueurs inscrits sur liste (y compris en cas de non renseignement de la fiche de suivi pour éviter les biais)

20 QUESTIONNAIRE ENQUETE ÉPIDÉMIO

21 MERCI POUR VOTRE ATTENTION ET VOTRE PARTICIPATION


Télécharger ppt "TENNIS ET EPIDÉMIOLOGIE MALADIE DOSGOOD SCHLATTER MALADIE DE SEVER P LE GOUX RHUMATOLOGUE MEDECIN DU SPORT LIGUE DES HAUTS DE SEINE DE TENNIS."

Présentations similaires


Annonces Google