La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE Pascale Massin Service dOphtalmologie Hôpital Lariboisière, Paris.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE Pascale Massin Service dOphtalmologie Hôpital Lariboisière, Paris."— Transcription de la présentation:

1 La RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE Pascale Massin Service dOphtalmologie Hôpital Lariboisière, Paris

2 LE DIABÈTE Maladie très fréquente: au moins 2 voire 2,5 millions de diabétiques en France (3% population) Prévalence du diabète en hausse, notamment du diabète de type 2 (+4,8% entre 1994 et 1999) Très liée à l augmentation de l obésité infantile Doublement du nombre des diabétiques est attendu d ici 2015

3 DIABETE DE TYPE 1 Rare, atteint les sujets jeunes, Environ cas en France diabète insulino-dépendant disparition de la sécrétion d insuline par destruction des cellules ß des ilôts de Langherans pancréatiques Mécanismes immunitaires

4 DIABETE DE TYPE 2 De loin le plus fréquent, représente 90% des cas de diabète Diabète non insulino-dépendant, peut devenir insulino-requérant) Sujets à l âge de la maturité (mais commence de plus en plus tôt) Secondaire à une diminution de la sensibilité périphérique à l insuline, et est favorisé par l obésité Il n y a pas de « petit diabète »...

5 Complications microvasculaires Rétinopathie diabétique (1ère cause de cécité avant 65 ans) Néphropathie (1ère cause de dialyse) Neuropathie (1ère cause d amputation) Complications macrovasculaires Cardiopathie ischémique, accident cardio-vasculaire Artériopathie des MI: 1 ère cause d amputation des MI CNAMTS 1998: 4,9 milliards d euros (4,7% des dépenses de santé) COMPLICATIONS DU DIABETE

6 La Rétinopathie diabétique concerne la majorité des diabétiques 95% des diabétiques de type 1 60% des diabétiques de type 2 ont une rétinopathie diabétique après 15 ans de diabète Prévalence de la RD: 30 à 40% des formes graves de RD: 10%

7 La rétinopathie diabétique (RD) est une affection fréquente et peut être grave La RD : parmi les 5 premières causes de cécité et de malvoyance 1 e cause de cécité et de malvoyance avant 65 ans (dans la population active) Apparaît après environ 7 années de diabète

8 Hyperglycémie chronique Rétinopathie diabétique débutante Hyperperméabilité capillaire Occlusion capillaire Oedème rétinienNodules cotonneux ExsudatsHémorragies rétiniennes Dilatation veineuse, AMIRs ISCHEMIE RÉTINIENNE RD PROLIFERANTE Hémorragie du vitré Décollement de rétine, GNV FC VEGF OEDEME MACULAIRE

9 Hyperglyc é mie chronique R é tinopathie diab é tique d é butante Hyperperm é abilit é capillaire Occlusion capillaire ISCHEMIE R É TINIENNE Œ DEME MACULAIRE RD PROLIFERANTE H é morragie du vitr é,DR LASER FC VEGF MALVOYANCE CHIRUGIE + LASER

10 CLASSIFICATION DE LA RD (ALFEDIAM) RD NON PROLIFERANTE Minime Modérée Sévère ou préproliférante RD PROLIFERANTE Minime Modérée Sévère Compliquée +/- Maculopathie associée

11 Microanévrismes, Hémorragies ponctuées

12

13 RD Non Proliférante Minime Microanévrysmes, hémorragies ponctuées en petit nombre Surveillance annuelle du fond d œil

14 RDNP Modérée / sévère l Microanévrysmes, hémorragies ponctuées, en flammèche (en plus grand nombre) l Nodules cotonneux (occlusion artériolaire) l Ischémie rétinienne: hémorragies en tâche, AMIRS et veines en chapelet RDNP Modérée RDNP Sévère ++ ( préproliférante ) Ischémie rétinienne modérée sévère A haut risque d évolution vers la néovascularisation (risque de 50% à 1 an)

15 COMBE Nodules cotonneux) Nodule cotonneux

16 Hémorragies rétiniennes en tâches

17

18 Irrégularité de calibre veineux (veines en chapelet )

19 AMIRs (anomalies microvasculaires intrarétiniennes )

20

21 Photo standard 8A: Moderate IRMA

22 RDNP SEVERE = préproliférante l Hémorragies rétiniennes étendues dans 4 quadrants l et/ou Anomalies veineuses en chapelet dans 2 quadrants ou plus l et/ou Anomalies microvasculaires intra-rétinennes dans 1 quadrant ou plus Risque d évoluer vers la néovascularisation de 50% à 1 an C est à ce stade et seulement à ce stade qu on doit commencer à discuter l indication du traitement par laser

23 RD PROLIFERANTE Les néovaisseaux sont là Classification se lon la taille des néovaisseaux Minime : néovaisseaux prérétiniens de petite taille Modérée : néo-vaisseaux prérétinien de grande taille et/ou nvx prépapillaires de petite taille Sévère : nvx prépapillaire de grande taille Compliquée : hémorragie pré-rétinienne, intravitréenne, décollement de rétine, rubéose irienne, glaucome néo-vasculaire

24

25

26

27

28

29 Hyperglycémie Occlusion capillaireHyperperméabilité capillaire Ischémie rétinienne Néovascularisation prérétinienne Œdème maculaire MALVOYANCE CÉCITÉ (Hémorragie, décollement ) LASER

30 Accumulation de liquide dans la rétine centrale maculaire épaississement Exsudats : dépôts lipidiques ŒDÈME MACULAIRE MALVOYANCE

31 EXSUDATS

32 Exsudats lipidiques OM focal

33 Principaux types de complications dans le RD : les complications néovasculaires liées à lischémie, secondaire à locclusion capillaire. lœdème maculaire lié à lhyperperméabilité capillaire.

34 Traitement de la RD Equilibre de la glycémie et de la tension artérielle Traitement par laser

35 DCCT DCCT: Léquilibration stricte de la glycémie chez les diabétiques de type 1 réduit - de 27% lincidence de la rétinopathie diabétique - de 54 (prévention secondaire) à 75 % (prévention primaire) la progression de la rétinopathie diabétique

36 UKPDS Léquilibration stricte de la glycémie chez les diabétiques de type2 réduit de 21% la progression de la rétinopathie diabétique Léquilibration stricte de la tension artérielle chez les diabétiques de type2 réduit - de 34% la progression de la rétinopathie diabétique - de 47% la baisse visuelle à 9 ans, principalement par une réduction de lincidence de lœdème maculaire

37 Depuis 1980, traitement très efficace pour prévenir les complications de la RD la photocoagulation panrétinienne réduit de plus de 60% le risque de cécité lié à la RD proliférante le laser réduit de 50% le risque de baisse visuelle en cas dœdème maculaire

38

39 Traitement par laser dautant plus efficace quil est appliqué précocément : stade de RD non proliférante sévère (pré proliférante) œdème maculaire débutant


Télécharger ppt "La RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE Pascale Massin Service dOphtalmologie Hôpital Lariboisière, Paris."

Présentations similaires


Annonces Google