La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA DYSLEXIE 1. DÉFINITION PREVALENCE ET CAUSES

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA DYSLEXIE 1. DÉFINITION PREVALENCE ET CAUSES"— Transcription de la présentation:

1 LA DYSLEXIE 1. DÉFINITION PREVALENCE ET CAUSES
2. MANIFESTATIONS : - Différents types de dyslexie - Compréhension - Dysorthographie - Signes d’appel 3. DIFFICULTES DANS LES APPRENTISSAGES 4. LA REEDUCATION 5. CONSEILS PRATIQUES 6. CONCLUSION 

2 DEFINITION Trouble persistant, spécifique et durable de l’apprentissage de la lecture et de l’acquisition de son automatisme. Persistant, car un écart entre l’âge de lecture et l’âge réel, supérieur ou égal à 18 mois, est retenu pour émettre le diagnostic de dyslexie. Sinon, on parlera de retard d’apprentissage de la lecture.

3 Spécifique car il ne peut s’expliquer par une cause évidente :
Une déficience sensorielle Une déficience mentale Une déficience motrice Des lésions cérébrales Un trouble envahissant du développement Une carence éducative

4 Durable car il est résistant à la rééducation orthophonique, c’est-à-dire que la remédiation n’efface pas le handicap, mais permet des compensations et des améliorations des capacités de lecture par le biais de stratégies d’adaptation.

5 PREVALENCE 4 à 6% des enfants scolarisés d’une classe d’âge appartenant à tous les milieux sociaux, et quelle que soit la méthode d’apprentissage de la lecture, 1 à 3% présentent une dyslexie sévère. Soulignons qu’1 dyslexie sur 3 est précédée d’un retard de langage oral.

6 CAUSES Actuellement, on s’oriente davantage vers des origines neurologiques Facteur génétique associé à l’influence de nombreux facteurs environnementaux, une certaine prédisposition familiale. => Le dyslexique a un fonctionnement cérébral et cognitif spécifique

7 2. MANIFESTATIONS de la DYSLEXIE
Actuellement, les théories neuropsychologiques sont les plus utilisées par les orthophonistes pour analyser les différentes formes de dyslexie et surtout les rééduquer.

8 Modèle neuro-psychologique à 2 voies de Marshall et Newcombe,1973
Mot écrit Voie lexicale, Voie phonologique, d’adressage, d’assemblage, directe Analyse visuelle indirecte Lexique orthographique Segmentation Système sémantique Conversion graphème/phonème Lexique phonologique Synthèse Buffer phonologique MOT ORAL

9 - Buffer phonologique : c’est l’étape ultime, quelle que soit la voie, où l’enfant se remémore le résultat de son analyse pour prononcer le mot, directement lié à la mémoire de travail et aux capacités phonologiques : celles-ci sont très souvent altérées = séquelles retard langage. c’est souvent là que l’enfant modifie un mot pour le faire correspondre à un qui serait stocké dans son lexique

10 Différents types de dyslexie
Voie phonologique  : dysfonctionnement dans cette voie =>Dyslexie phonologique. Voie lexicale : dysfonctionnement dans cette voie => Dyslexie de surface

11 Dyslexie mixte : atteinte des 2 procédures/voies de lecture
Difficultés sur les mots irréguliers, les nouveaux mots Il existe beaucoup de connexions neuronales entre les différentes « étapes » du modèle… On a donc aussi des formes mixtes : des vraies et des « déguisées » : type d’erreurs observées dans les 2 voies par répercussion de l’atteinte d’une voie sur l’autre …

12 -La compréhension La lecture est une opération cognitive consistant à analyser un message écrit, codé en lettres, mots et phrases, pour accéder à sa SIGNIFICATION. Plus ou moins préservée selon l’importance des troubles du déchiffrage, selon les capacités de mémorisation et d’attention, et le niveau de vocabulaire. Différents aspects : - lexical - sémantique / conceptuel - syntaxique

13 -L’orthographe : Une dysorthographie est presque toujours associée à une dyslexie car les mécanismes intervenants sont proches. La dysorthographie se manifestera en principe dans la même voie que la dyslexie.

14 Les erreurs les plus fréquentes portent sur :
L’aspect phonétique l’aspect grammatical l’orthographe d’usage erreurs de découpage erreurs de structuration du récit

15 Il arrive aussi que leur écriture se détériore (qualité du graphisme) pour cacher leurs doutes orthographiques… Souvent, même lorsque ces enfants arrivent à compenser plus ou moins bien leur dyslexie, la dysorthographie reste prégnante car il est plus coûteux d’un point de vue cognitif de produire que de recevoir …

16 SIGNES D’APPEL Erreurs visuelles :
→confusions de lettres de formes voisines (m/n, d/b, p/q, f/t, ou/on…) →inversions de lettres dans une syllabe (pra/par, ver/vre, col/clo..) →inversions de syllabes dans un mot (chocolat /cocholat/colochat) Erreurs auditives →confusions : p/b, k/g, f/v,……

17 Substitutions de mots graphiquement proches →chapeau/chateau ou de sens proches (cabane/maison) Elisions de lettres, de syllabes, de mots (pluie/pui, champignon/chagnon) Sauts de lignes Altération de la compréhension de la lecture

18 Présence d’un trouble du langage non repéré avant l‘entrée au CP
En CE1, la lecture reste très lente ou s’il ne comprend pas ce qu’il déchiffre À la fin du CP la lecture n’a pas démarré Changement de comportement Problèmes de copie QUAND S’INQUIETER ? repères dans l’espace et le temps mal assurés Lenteur et/ou fatigabilité Important décalage entre performances orales et écrites Mémorisation difficile

19 3. DIFFICULTES dans les APPRENTISSAGES
Outre les troubles en lecture, en orthographe, et les troubles associés (parole/langage, graphisme, orientation temporo-spatiale, lenteur, mémorisation et attention) qui ont une répercussion sur l'ensemble des apprentissages, le dyslexique va rencontrer des difficultés spécifiques selon les matières.

20 En français : grammaire, lecture, dictée et surtout en rédaction
En mathématiques En histoire-géographie, sciences et vie de la terre L'apprentissage d'une langue étrangère

21 4.LA REEDUCATION, Comme nous venons de le voir, les théories neuropsychologiques nous permettent d’analyser les différentes formes de dyslexie et de cibler les déficits et les capacités préservées de l’enfant. Cela explique que d’un enfant ou d’un adolescent dyslexique à l’autre le travail d’une même orthophoniste pourra être complètement différent.

22 Selon les résultats objectivés, l’accompagnement rééducatif portera notamment sur la remédiation des difficultés spécifiques responsables des troubles de la lecture chez l’enfant dyslexique concernant : La discrimination auditive La discrimination visuelle La mémoire visuelle La mémoire auditive L’organisation temporo-spatiale La latéralité Le langage oral La coordination motrice L’attention

23 ACCOMPAGNEMENT Expliquer ses troubles à l’enfant, sa famille
Fixer des objectifs à court ou moyen terme Mettre en place des stratégies compensatoires Coordonner les différentes aides thérapeutiques Proposer des aménagements pédagogiques

24 DUREE Elle dépend : - de la précocité de la prise en charge, - de l’âge de l’enfant, - de la sévérité du trouble, - du type de trouble, - de la motivation de l’enfant, de la famille, - de la compréhension de son trouble par l’enseignant responsable. Les rééducations peuvent durer plusieurs années, avec éventuellement des pauses.

25 5. QUELQUES CONSEILS PRATIQUES selon les difficultés rencontrées, au cas par cas.

26 En classe Adaptation expliquée aux autres
Adaptation mais pas distinction Respecter le rythme et les capacités de l’enfant Choix de la place et de l’environnement

27 Documents fournis Réduire les énoncés en allant à l’essentiel
Times new roman ou Arial / 14 interligne double (proposer à l'enfant dyslexique le résumé dactylographié de son cours) Consignes écrites en couleurs 6è ► verbes et sujets en couleur

28 Consignes Oralisées S’assurer que les consignes soient comprises sans les expliciter Organisées visuellement

29 S’assurer qu’il a compris ce qu’il a lu.
Lecture Accepter que le mot ne soit pas bien lu, mais donner la bonne prononciation. Eviter la lecture à voix haute devant toute la classe. S’assurer qu’il a compris ce qu’il a lu.

30 Ecriture Tolérance orthographique Surentraînement syntaxe
Outil informatique Copie retouchée

31 Cas particulier : lecture à voix haute
Expression orale Donner le temps Donner des modèles Cas particulier : lecture à voix haute libre ou préparée

32 Evaluation Ciblé les exercices
Privilégier l’évaluation des connaissances en début de cours . Privilégier les questionnaires dactylographiés donner une correction écrite des exercices principaux faits en classe Devoir allégé quantitativement Adaptée ► oral Tiers temps : appliquer les conditions spéciales des examens au quotidien en classe

33 6.CONCLUSION Tout enfant qui présente des difficultés d’apprentissage de la lecture n’est pas nécessairement Dyslexique. Plus l’accompagnement est précoce, meilleures seront ses chances de compenser son handicap. La formulation des buts à atteindre permet d’accompagner l’enfant dans son projet et peut constituer un moteur particulièrement puissant pour les apprentissages.

34 BIBLIOGRAPHIE DANSETTE, Geneviève. PLAZA, Monique. Dyslexie. Josette Lyon, 2003. DUMONT, Annie. La dyslexie. Solar, 2003. ESTIENNE, Françoise. Méthode d'entraînement à la lecture et dyslexie. Masson, 1998. HABIB, Michel. Dyslexie : le cerveau singulier. Solal, 1997. MESSERSCHMITT Paul. Ils ne savent pas lire et s’ils étaient dyslexique. 1993 SAUVAGEOT, Béatrice. La dyslexie est un jeu d'enfant. Robert Laffont, 2005. VALDOIS, Sylviane. COLE, Pascale. DAVID, Danielle. Apprentissages de la lecture et dyslexies développementales : de la théorie à la pratique orthophonique et pédagogique. Solal, 2004. VAN HOUT, Anne. ESTIENNE, Françoise. Les dyslexies. OIL/Masson, 1994/1998.

35 Quelques sites internet
 http://alain.lennuyeux.free.fr  http://www.apedys.com  http://cuonmac.chez.tiscali.fr/dyslexie.htm  http://www.esculape.com/fmc/dyslexie.html  http://www.eduscol.education.fr  http://caed.free.fr  http://www.clairefontaine-duisans.org/dyslexie.htm

36 Merci de votre attention


Télécharger ppt "LA DYSLEXIE 1. DÉFINITION PREVALENCE ET CAUSES"

Présentations similaires


Annonces Google