La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

APPROCHE ET ATTERRISSAGE. CONDITIONS DE NAVIGABILITE L'APPROCHE: C'est une trajectoire descendante stabilisée jusqu'à une hauteur de 15 mètres avec une.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "APPROCHE ET ATTERRISSAGE. CONDITIONS DE NAVIGABILITE L'APPROCHE: C'est une trajectoire descendante stabilisée jusqu'à une hauteur de 15 mètres avec une."— Transcription de la présentation:

1 APPROCHE ET ATTERRISSAGE

2 CONDITIONS DE NAVIGABILITE L'APPROCHE: C'est une trajectoire descendante stabilisée jusqu'à une hauteur de 15 mètres avec une vitesse d'au moins 1,3 Vs0. L'ATTERRISSAGE: il ne doit pas nécessiter d'habileté particulière: - pas d'accélération verticale excessive, - pas de tendance au rebond, au capotage, au cheval de bois. LA REMISE DE GAZ: une approche interrompue doit pouvoir être conduite sans danger à la hauteur de 15 mètres

3 L'ATTERRISSAGE: 2 impératifs pour arriver à des performances maximum et ne pas construire des pistes trop longues: 1- prendre contact avec le sol à la vitesse la plus faible possible, 2- prendre contact avec le sol le plus près possible du seuil de piste

4 L'APPROCHE: 2 pentes extrêmes possibles Pente 90°

5 En cas de correction, toute pente supérieure à 10% entraînerait une augmentation de vitesse et inversement. PENTE MOTEUR REDUIT A 1,3 Vs0: de l'ordre de 6° (10%) sur les avions légers modernes 10% 6°

6 PLAN DE GARDE = 4% 10% 4%

7 PENTE IDEALE = 5% assure : flexibilité et précision 10% 5% 4% trajectoire idéaleflexibilité

8 VITESSE EN APPROCHE : - vitesse élevée : dispersion à l'atterrissage, - vitesse faible ( Vs + 1 kt) : - peu de dispersion à l'atterrissage mais, - augmentation du facteur de charge impossible, - approche interrompue dangereuse.

9 Sur un avion léger en remise de gaz au niveau de la mer, la pente minimum doit être de 3,3%.

10 FACTEUR DE CHARGE OBTENU A LA REMISE DE GAZ : - procédure normale : 1,14 G - la marge de 30% permet d'aller jusqu'à 1,7 G avant le décrochage. PRISE DE CONTACT AVEC LE SOL Quel point viser pour avoir un risque sur un million de toucher avant la piste ? m après le seuil de piste. Que faut-il faire pour ne pas casser le train d'atterrissage ? - prendre contact avec le sol avec une vitesse verticale inférieure ou égale à 600 pieds/mn.

11 Si l'on veut avoir un risque sur un million de casser le train à l'atterrissage il faut toucher sous une pente de 1,7%, soit 1/3 de la pente nominale. Ce passage de 5% à 1,7%, c'est: L'ARRONDI. Début d'arrondi Toucher des roues 1,7% 5%

12 Soit un avion léger qui approche à 70 kt : - Vz = -350 pieds/mn, hauteur du début d'arrondi = 3 m; Descente avant impact : - passage de 5% à 1,7% soit 1/3 du plan nominal, - Vz = 350 pieds/mn / 3 = 117 pieds/mn = 0,58 m/s, - 3 m / 0,58 = 5 s de décélération à raison de 2,4 kt/s, soit une décélération totale de 12 kt, Vitesse d'impact : = 58 kt, Vs0 = 53 kt. - rapport V / Vs = 58 / 53 = 1,1 Vs0

13 CONCLUSION: UN AVION QUI ATTERRIT EST ENCORE DANS SON DOMAINE DE VOL. IL NE DECROCHE PAS

14 1,3 VSo- 2kt / sec1,1 VSo

15


Télécharger ppt "APPROCHE ET ATTERRISSAGE. CONDITIONS DE NAVIGABILITE L'APPROCHE: C'est une trajectoire descendante stabilisée jusqu'à une hauteur de 15 mètres avec une."

Présentations similaires


Annonces Google