La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Sclérose en plaques (SEP) Épidémiologie 1 e cause du handicap durable chez le sujet jeune Dans le monde: Prévalence élevée (> 30/100.000 hbts): pays nordique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Sclérose en plaques (SEP) Épidémiologie 1 e cause du handicap durable chez le sujet jeune Dans le monde: Prévalence élevée (> 30/100.000 hbts): pays nordique."— Transcription de la présentation:

1 Sclérose en plaques (SEP) Épidémiologie 1 e cause du handicap durable chez le sujet jeune Dans le monde: Prévalence élevée (> 30/ hbts): pays nordique (65° N) Prévalence faible (< 5/ hbts) (20° N) En réalité: situation très hétérogène à lintérieur dune même région et dun même pays Toutefois : pays tempérés > pays non tempérés

2 Épidémiologie en France Zone intermédiaire (5-30/ hbts) Prévalence: 25-60/ hbts -Chalon-sur-Saône: 58/ hbts -Hautes-Pyrénées: 40/ hbts Incidence: 2 nouveaux cas/ hbts Autres chiffres: personnes affectées en France; 2000 cas identifiés /an

3 Âge dapparition Classiquement : ans (60-70%) > 40 ans: % < 20 ans : % Chez lenfant : existence controversée ( problèmes de maladies proches )

4

5 Facteurs étiologiques(1) Mécanisme causal : maladie démyélinisante auto-immune (Dysfonctionnement du système immunitaire) -Lymphocytes T auto-réactives : activation dans le Sang-puis pénétration au niveau du SNC -Sécrétion de produits inflammatoires (Cytokines) -Lymphocytes B : sécrétion dauto-anticorps dirigés contre les protéines de la myéline - Macrophages activés : sécrétion des cytokines Finalité: 1- démyélinisation du SNC + inflammation: poussée SEP 2- dégénérescence axonale à long-terme: handicap durable

6

7 Facteurs étiologiques (2) 1-Rôle de génétique: Suspicion: % de formes avec ATCDS familiaux -Concordance plus élevé chez vrais jumeaux (30%) que faux jumeaux (3.3%) -Groupe HLA : DR2, DR4 Génétique non suffisante pour lensemble des cas 2-Rôle de lenvironnement: Certaines régions ou ethnies plus touchées que dautres (exposition commune au même environnement)

8 Facteurs étiologiques(3) Rôle de lenvironnement (suite) Étude de populations émigrantes: < 15 ans : risque de SEP= pays daccueil > 15 ans : risque de SEP= pays dorigine 3-Rôle des virus?: -présence dAnticorps contre certains virus dans les cas SEP (Ac anti-rougeoleux) -description de maladies auto-immunes après certaines infections virales (encéphalite auto-immune) ou vaccins contre certains virus (rubéole, rougeole, ….)

9 Manifestations cliniques Variable, dépendant de la région du SNC touchée par le phénomène inflammatoire et la démyélinisation 1-Voie motrice : troubles moteurs- hémiplégie, paraplégie, monoplégie 2-Voies sensitives: troubles sensitifs 3-Cervelet et voies cérébelleuses: syndrome cérébelleux (trouble de léquilibre) 4-Nerf optique: troubles visuels 5-troubles sphinctériens urinaires

10 Évolution clinique 1-poussées (apparition transitoire des signes et symptômes, durée > ou = 24 heures) a-1ere poussée (inaugurale): difficile de retenir le diagnostic à ce stade. Sauf si:anomalies IRM cérébrale ( et /ou médullaire), LCR, compatibles et exclusion des autres causes possibles b-Recurrence des poussées (formes récurrentes) Classiquement: SEP= au moins 2 poussées ( séparées pars des intervalles plus ou moins longues) 2- aggravation progressive des symptômes et signes (formes progressives)

11 Formes cliniques 1-SEP rémittente: 60-70% des cas 2-SEP secondairement progressive:20% dabord rémittente puis progression continue 3-SEP progressive demblée: 10-15%

12 Les formes évolutives L'axe des abscisses correspond au temps, l'axe des ordonnées au handicap, en unités arbitraires Formes rémittentes Formes secondairement progressives Formes progressives d'emblée Formes progressives avec poussées

13 Diagnostic 1-Clinique: A-troubles neuro majeurs: Apparition progressive rapide ou lentes de troubles neuro attestant dune atteinte du nerf optique ou du SNC Régression de troubles: en au moins 24h Récidive de troubles neuro à distance (formes rémittente) B- Symptômes associés: fatigue, dépression, troubles sphinctériens urinaires, constipation, tbles de sommeil, troubles de fonctions supérieures pour les formes évoluées

14 Diagnostic (2) 2- Antécédents: SEP dans la famille 3- Examens complémentaires: Scanner cérébral: quasiment abandonné, peu sensible IRM cérébrale et/ou de la moelle: examen le plus important. But: rechercher des anomalie évocatrices de SEP ou des suggérant autre maladie PL : étude du LCR: But: anomalies inflammatoires ( augmentation de la protéinorachie (< 1 g/l) et du nombre des cellules blanches ( lymphocytes), évocatrices de SEP.

15 Diagnostic (3) LCR: recherche aussi des anomalies pouvant suggérer autre maladie Au total pour poser le diagnostic 1- Présence de critères majeurs Troubles neuro + évolution compatible + anomalies aux examens complémentaires compatibles + absence dautres maladies pouvant donner de troubles similaires, âge de survenue suggestive 2- Présence de critères mineurs ATCD de SEP, survenue après accouchement, sexe féminin et patiente jeune

16

17

18

19

20

21

22 Critères de diagnostic 1- Critères de Schumarrer 2-Critères de Poser 3-Critères de Mc Donald

23 Traitement 3 Volets 1- traitement de la Poussée Corticoides: Solumédrol 1g/j IV 3-5 jours Raccourcit la durée des poussées 2- Traitement de fond Prévention des poussées et du handicap résiduel

24 Traitement (2) Traitements de fond a-Interferons: Avonex: 1 inj/sem, IM Rebif: 1 inj 3x/sem, SC Betaferon: 1 inj 3x /sem, SC Effets secondaires: syndrome pseudo grippal, altération enzyme hépatique, fatigue b-Copaxone 1 inj/j, SC Effets secondaires: Lésions sous-cutanées: rougeur, nodules, douleurs locales parfois favorisées par mauvaise technique dinjection)

25 Traitement (suite) c- Immunosupresseurs: Indication: Formes très agressives Effets secondaires plus sévères= chimiothérapie - Mithoxantrone: 20 mg IV 1inj / mois effet secondaire: leucémie, toxicité cardiaque - Endoxan: 0.5-1g/mois IV d-anticorps monoclonaux (Tysabri) Le plus éfficace: réduction dau moins 70% du nombre de poussées. Mais effet secondaire lethale: LEMP(mortelle) 1 inj IV/ mois

26 Traitement suite 3- traitements médicamenteux symptomatiques Fatigue: ? ( bien gérer les efforts) Dépression: antidépresseur, psychothérapie Spasticité: myorelaxants ( lioresal) Troubles sphinctériens urinaires: ditropan, Xatral Traitement de la constipation 4- rééducation - Motrice: troubles de léquilibre, déficit moteur - Orthophonique: troubles de langage - sphinctérienne - Neuropsychologique: trbles de fns supérieures 5- autres Sondage urinaire

27 Pronostic Surtout fonctionnel Poussée sans récidive (forme bénigne) Poussées nombreuses avec récupération totale pendant un temps variable pouvant aller à plusieurs années Apparition de handicap sequellaire, à long terme Augmentation progressive du handicap sans récupération ( formes progressives)

28 Facteurs pronostiques Âge > 40 ans Sexe:masculin Diagnostic tardif Charge lésionnelle importante à lIRM Lésions hypodenses ( trous noirs ) multiples Poussées très fréquentes ?

29 Médecin généraliste Ergothérapeute Psychiatre Psychologue Assistante sociale Ophthalmologiste Neurologue Rééducateur Kinésithérapeute Patient Soins multidisciplinaires Une prise en charge multidisciplinaire Infirmière Urologue

30 Rôle de lIDE Bien apprendre la technique dinjection de chaque traitement Psychothérapie Prévention des complications de décubitus si besoin Apprendre lauto-sondage urinaire au patient Apprendre lauto-injection au patient

31 Annonce du diagnostic / instauration du traitement de fond Reverbalisation du discours du médecin sur la maladie, les bénéfices attendus du traitement, les effets secondaires possibles et les moyens de les prévenir Education technique vis à vis des injections Fondamental pour obtenir ladhésion du patient à son traitement Ensuite, un soutien personnalisé au long cours Soutien psychologique de proximité, interlocuteur privilégié disponible, réassurance constante Gestion des symptômes associés SEP : le rôle de l'infirmière


Télécharger ppt "Sclérose en plaques (SEP) Épidémiologie 1 e cause du handicap durable chez le sujet jeune Dans le monde: Prévalence élevée (> 30/100.000 hbts): pays nordique."

Présentations similaires


Annonces Google