La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Montage préparé par : André Ross Professeur de mathématiques Cégep de Lévis-Lauzon André Ross Professeur de mathématiques Cégep de Lévis-Lauzon Fonction.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Montage préparé par : André Ross Professeur de mathématiques Cégep de Lévis-Lauzon André Ross Professeur de mathématiques Cégep de Lévis-Lauzon Fonction."— Transcription de la présentation:

1 Montage préparé par : André Ross Professeur de mathématiques Cégep de Lévis-Lauzon André Ross Professeur de mathématiques Cégep de Lévis-Lauzon Fonction puissance

2 Introduction Les fonctions puissances sont des relations dans lesquelles la variable dépendante est proportionnelle à une puissance de la variable indépendante. On retrouve parmi celles-ci les variations directement proportionnelles et les variations inversement proportionnelles à la variable indépendante ou à son carré. Historiquement, les premières situations qui ont été décrites par des modèles mathématiques sont des variations directement proportionnelles ou inversement proportionnelles. Plusieurs phénomènes sont descriptibles par les fonctions puissance, cest-à-dire des fonctions dans lesquelles la variable indépendante est affectée dun exposant qui est un nombre réel.

3 Fonction puissance DÉFINITION Fonction puissance Une fonction puissance est une une fonction définie par une règle de correspondance de la forme : f(x) = ax b où a est une constante. Il ny a pas de critère algébrique simple pour détecter une fonction puissance. Cependant, il est possible de faire lhypothèse dun tel lien à partir de la représentation graphique des données expérimentales.

4 Formes de la fonction puissance La fonction puissance prend différentes formes selon la valeur du paramètre b. Nous ne présentons ici que les formes obtenues lorsque la variable indépendante x est plus grande que 0, car ce sont celles rencontrées en modélisation. Formes de la fonction puissance pour x 0 et a > 0 Si b > 1Si 0 < b < 1Si b < 0 f(0) = 0 f(0) nexiste pas y x y x y x

5 Décroissante Vocabulaire des formes Les courbes (ou portions de courbes) peuvent avoir seulement quatre formes décrites par les notions de croissance et de concavité. Vocabulaire des formes Concave vers le hautConcave vers le bas y x y x y x y x Croissante

6 Taux de variation On peut également caractériser la forme dune fonction dans un intervalle à laide du taux de variation de la fonction dans cet intervalle. Le taux de variation dune fonction non affine nest pas constant, il varie. On peut cependant en estimer une valeur approchée en calculant la pente du segment de droite passant par deux points rapprochés de la courbe. x y x y Le taux de variation est estimé par le rapport : yyyy

7 Croissance et décroissance DÉFINITION Fonction croissante Une fonction est croissante dans un intervalle si la valeur de la variable dépendante augmente lorsque celle de la variable indépendante augmente dans cet intervalle. Fonction décroissante Une fonction est décroissante dans un intervalle si la valeur de la variable dépendante diminue lorsque celle de la variable indépendante augmente dans cet intervalle. Une fonction est croissante dans un intervalle [a; b] si son taux de variation est positif partout dans lintervalle. Une fonction est décroissante dans un intervalle [a; b] si son taux de variation est négatif partout dans lintervalle. x y a S S b xab y On peut donner une caractéristique de la croissance et de la décroissance à laide du taux de variation.

8 Concavité DÉFINITION Fonction concave vers le haut Une fonction est concave vers le haut dans un intervalle si son taux de variation augmente lorsque la valeur de la variable indépendante augmente dans cet intervalle. Fonction concave vers le bas S Une fonction est concave vers le bas dans un intervalle si son taux de variation diminue lorsque la valeur de la variable indépen- dante augmente dans cet intervalle. y x x1x1 x y x2x2 y1y1 y2y2 x1x1 x2x2 y1y1 y2y2 x 1 = x 2, mais y 1 < y 2, donc : y1x1y1x1 y1x2y1x2 y 2, donc : y1x1y1x1 y1x2y1x2 >

9 S La fonction puissance présente plusieurs cas particuliers intéressants lorsque le paramètre b a une valeur entière. Cas particuliers de la fonction puissance R(T) = 0,216T + b, doù b = R(T) – 0,216T S Lorsque b a une valeur entière positive, la variable dépendante est directement proportionnelle à une puissance de la variable indépendante. Lorsque b a une valeur entière négative, la variable dépendante est inversement proportionnelle à une puissance de la variable indépendante. Chacun de ces cas particulier a une représentation graphique caractéristique que lon peut décrire avec le vocabulaire des formes. Lorsque b = 1, on a un lien de est directement proportionnalité directe qui est également un cas particulier de la fonction affine.

10 Cas particulier DÉFINITION Variation inversement proportionnelle Soit x et y deux variables dun phénomène. On dit que y varie de façon inversement proportionnelle à x si le lien entre les variables est de la forme : y = ax –1 où a est une constante appelée constante de proportionnalité. La courbe dune variation inversement proportionnelle est décroissante et concave vers le haut. y = axax y x Une variation inversement proportionnelle sécrit normalement sous la forme :

11 Cas particulier DÉFINITION Variation inversement proportionnelle au carré Soit x et y deux variables dun phénomène. On dit que y varie de façon inversement proportionnelle au carré de x si le lien entre les variables est de la forme : y = ax –2 où a est une constante appelée constante de proportionnalité. La courbe dune variation inversement proportionnelle est décroissante et concave vers le haut. y = ax2ax2 Une variation inversement proportionnelle sécrit normalement sous la forme : y x

12 Cas particulier DÉFINITION Variation directement proportionnelle au carré Soit x et y deux variables dun phénomène. On dit que y varie de façon directement proportionnelle au carré de x si le lien entre les variables est de la forme : où a est une constante appelée constante de proportionnalité. La courbe dune variation directement proportionnelle au carré est croissante et concave vers le haut. y x y = ax 2 Dans les situations pour lesquelles le type de relation est connu (ou donné dans lénoncé du problème), il faut normalement déterminer la constante de proportionnalité à laide des données du problème pour répondre à la question posée.

13 F = 23,552 r 2 Exemple La force dattraction ou de répulsion F en newtons (N) entre deux charges électriques est inversement proportionnelle au carré de la distance r en mètres (m) qui les sépare. On mesure une force de répulsion de 2,3 N entre deux charges à 3,2 m lune de lautre. Décrire mathématiquement le lien entre les variables. S La variable indépendante est la distance r (m) et la variable dépendante est la force F (N). La force est inversement proportionnelle au carré de la distance entre les charges cela signifie que le modèle est de la forme : F = ar2ar2 En substituant ces données dans le modèle, on obtient léquation : 2,3 N = a 3,2 2 m 2, doù a = 23,552 N·m 2 et S F = 23,552 r 2 Quelle serait lintensité de la force entre ces deux charges si elles étaient distantes de 1,8 m? On doit déterminer la valeur de F lorsque r = 1,8 m. En substituant dans le modèle, on obtient léquation : F = 23,552 N·m 2 (1,8) 2 m 2 = 7,2691… N Puisque les données comportent 2 chiffres significatifs, on retiendra 7,3 N comme force de répulsion entre les charges. S F = 23,552 r 2 À quelle distance devrait-on retrouver ces deux charges pour que la force de répulsion soit de 3,5 N? On doit déterminer la valeur de r lorsque F = 3,5 N. En substituant dans le modèle, on obtient léquation : 3,5 N = 23,552 N·m 2 r 2 m 2 Puisque les données comportent 2 chiffres significatifs, on retiendra 2,6 m comme distance entre les charges., doù r = 2, m.

14 Variations mixtes Les variations directement ou inversement proportionnelles se rencontrent rarement à létat pur, on a plutôt des variations mixtes, cest-à-dire quune variable peut dépendre de plusieurs autres variables, mais pour étudier plus précisément la relation entre deux de ces variables, on considère les autres comme constantes. Nous allons maintenant étudier certaines situations comportant des variations mixtes. Dans de telles situations, il faut également utiliser les données du problème pour déterminer la constante de proportionnalité et décrire mathématiquement le lien entre les variables pour répondre aux questions.

15 Exemple Une poutre supportée aux extrémités peut porter en toute sécurité une charge qui varie comme le produit de sa largeur par le carré de son épaisseur et inversement comme la distance entre les deux supports. S S S Décrire mathématiquement la relation entre les variables, si une poutre de 6 cm de largeur, de 12 cm dépaisseur et dont la distance entre les supports est de 2 m peut porter une charge de 240 kg, déterminer la relation entre ces variables. Représentons par C, la charge que la poutre peut supporter. De plus, représentons lépaisseur de la poutre par h, sa largeur par (lambda) et la distance entre les supports par d. Lénoncé permet alors décrire que la charge que peut supporter la poutre est donnée par : C =C = k h 2 d On sait que C = 240 kg si = 6 cm, h = 12 cm et d = 200 cm. En substituant les données: 240 kg = k 6 cm 12 2 cm cm Doù lon tire que la constante de proportionnalité est : k = 55,6 kg/cm 2 Le modèle cherché est donc : C = 55,6 h 2 d kg Quelle charge pourrait supporter une poutre de même type mesurant 3 m de longueur? Pour étudier plus précisément la relation entre la charge et la longueur de la poutre, il nous faut considérer la largeur (6 cm) et lépaisseur (12 cm) comme des valeurs constantes. On a alors : C(d) = 55, d C(300) = 55, = 160,128 Puisque les données du problème ne comportent que deux chiffres significatifs, on retiendra 160 kg comme charge que la poutre pourra supporter.

16 Conclusion Il existe plusieurs phénomènes pour lesquels le lien entre les variables est une relation de puissance. Les cas particuliers les plus courants sont les variations directement proportionnelles à la variable indépendante ou à son carré et les variations inversement proportionnelles à la variable indépendante ou à son carré. Lorsque le type de lien entre les variables est connu, il suffit, la plupart du temps, de déterminer la valeur de la constante de proportionnalité à partir dun couple de données. Nous verrons dans dautres présentations comment procéder lorsque le lien nest pas connu.

17 Exercices Mathématiques pour la chimie et la biologie, section 3.2, p. 77 à 79. Lecture Mathématiques pour la chimie et la biologie, section 3.1, p. 69 à 76.


Télécharger ppt "Montage préparé par : André Ross Professeur de mathématiques Cégep de Lévis-Lauzon André Ross Professeur de mathématiques Cégep de Lévis-Lauzon Fonction."

Présentations similaires


Annonces Google