La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La pression artérielle sanglante 10/11/2013LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo 2007-20091.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La pression artérielle sanglante 10/11/2013LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo 2007-20091."— Transcription de la présentation:

1 La pression artérielle sanglante 10/11/2013LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

2 Introduction La pression artérielle sanglante est une technique invasive de monitorage de la PA intra vasculaire.La pression artérielle sanglante est une technique invasive de monitorage de la PA intra vasculaire. L'usage de la pression artérielle sanglante se justifie en anesthésie et en réanimation en raison des avantages que représentent les possibilités de monitorer la pression artérielle de manière invasive et de réaliser des prélèvements sanguins.L'usage de la pression artérielle sanglante se justifie en anesthésie et en réanimation en raison des avantages que représentent les possibilités de monitorer la pression artérielle de manière invasive et de réaliser des prélèvements sanguins. Cette technique comporte des complications, parfois graves telles que des ischémies, des infections, des thromboses…Cette technique comporte des complications, parfois graves telles que des ischémies, des infections, des thromboses… 10/11/20132LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

3 Plan Description du matérielDescription du matériel Ponction de lartèrePonction de lartère Mesure de la pression artérielleMesure de la pression artérielle SurveillanceSurveillance IndicationsIndications Incidents et accidentsIncidents et accidents 10/11/20133LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

4 Description du matériel 1-Le cathéter. En Téflon ou en polyuréthane, de 18 Gauge pour les artères fémorale et axillaire et d'un diamètre maximum de 20 Gauge pour les autres artères.En Téflon ou en polyuréthane, de 18 Gauge pour les artères fémorale et axillaire et d'un diamètre maximum de 20 Gauge pour les autres artères. Courts entre 3 et 5 cm pour les artères de petit diamètre (radiale, pédieuse).Courts entre 3 et 5 cm pour les artères de petit diamètre (radiale, pédieuse). Extrémité effilée du cathéter diminue le risque de thrombose artérielle.Extrémité effilée du cathéter diminue le risque de thrombose artérielle. Adjonction de matériau radio-opaque est à proscrire car il empêche de visualiser la présence de bulles d'air dans le circuit.Adjonction de matériau radio-opaque est à proscrire car il empêche de visualiser la présence de bulles d'air dans le circuit. Sauf contre-indication, on ajoute 2500 UI d'héparine par poche de 500 ml pour éviter les thromboses même si le bénéfice de l'imprégnation d'héparine n'est pas démontré pour les matériaux récents.Sauf contre-indication, on ajoute 2500 UI d'héparine par poche de 500 ml pour éviter les thromboses même si le bénéfice de l'imprégnation d'héparine n'est pas démontré pour les matériaux récents. 10/11/20134LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

5 Description du matériel 10/11/20135LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

6 Description du matériel 2-Le système de purge. Système permettant un débit continu de 2 ml/h incluant la possibilité de purge manuelle discontinue et de n'utiliser que du sérum salé isotonique pour le système de purge.Système permettant un débit continu de 2 ml/h incluant la possibilité de purge manuelle discontinue et de n'utiliser que du sérum salé isotonique pour le système de purge. L'association d'héparine au vecteur de la purge (2500 UI dans 500 ml, à raison de 2 ml/h) permet de prolonger la durée de vie du cathéter artériel.L'association d'héparine au vecteur de la purge (2500 UI dans 500 ml, à raison de 2 ml/h) permet de prolonger la durée de vie du cathéter artériel. Les systèmes de purge discontinue automatisée, asservie à la courbe de pression artérielle, ne sont pas recommandés, au même titre que les purges manuelles à la seringue car elles favorisent également les thromboses.Les systèmes de purge discontinue automatisée, asservie à la courbe de pression artérielle, ne sont pas recommandés, au même titre que les purges manuelles à la seringue car elles favorisent également les thromboses. 10/11/20136LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

7 Description du matériel 10/11/20137LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Vers le patient Vers le transducteur Système haute résistance Purge en continu Purge manuelle

8 Description du matériel 3-Le circuit. Utilisation d'un circuit pré-monté est préférable diminue les manipulations sources de contaminations.Utilisation d'un circuit pré-monté est préférable diminue les manipulations sources de contaminations. Afin d'obtenir une transmission du signal de bonne qualité, le circuit doit être le plus court et le plus rigide possible et comporter le moins de connections possibles.Afin d'obtenir une transmission du signal de bonne qualité, le circuit doit être le plus court et le plus rigide possible et comporter le moins de connections possibles. Connections de type Luer-lock.Connections de type Luer-lock. Les robinets et la ligne artérielle doivent être clairement identifiés, afin d'éviter les injections accidentelles.Les robinets et la ligne artérielle doivent être clairement identifiés, afin d'éviter les injections accidentelles. L'utilisation d'un matériel entièrement transparent est souhaitable, afin de visualiser les bulles sources de distorsions du signal.L'utilisation d'un matériel entièrement transparent est souhaitable, afin de visualiser les bulles sources de distorsions du signal. 10/11/20138LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

9 Description du matériel 4-Exemples de coûts et de matériel : Cathéter artériel Braun : 7,30 (2007)Cathéter artériel Braun : 7,30 (2007) Capteur de pression BD (moniteur Datex Ohméda) : 10,50 (2007)Capteur de pression BD (moniteur Datex Ohméda) : 10,50 (2007) Cathéter VygonCathéter Vygon Cathéter Edwars (moniteur Philips)Cathéter Edwars (moniteur Philips) 10/11/20139LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

10 Description du matériel 5- Qualité des mesures et choix du matériel: La mesure de la pression artérielle seffectue grâce à un capteur qui est composé dune chambre de mesure reliée au cathéter artériel par une tubulure et des robinets à trois voies. Le capteur est rempli de soluté physiologique et perfusé à débit constant pour prévenir la thrombose du cathéter. Le capteur est constitué dune résistance variable placée dans un circuit électrique comportant trois résistances connues (pont de Wheastone), qui transforme les variations de pression en variations de potentiel électrique. 10/11/201310LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

11 Description du matériel De nombreux principes physiques rentrent en jeu dans la qualité de la mesure de la pression artérielle invasive : La fréquence propre Lorsque la fréquence propre doscillation du phénomène à mesurer (pression artérielle) approche celle du système de mesure, il se produit une résonance qui amplifie les oscillations. La résonance Pour le capteur de pression, la fréquence propre qui entraîne la résonance et amplifie la pression maximale est dautant plus élevée que les tubulures et le capteur ont une faible compliance (rigidité importante) et un faible volume de liquide (masse). La fréquence naturelle de la plupart des systèmes de mesure prêts à lemploi est comprise entre 10 et 15 Hz, soit beaucoup plus que la fréquence des ondes de la pression artérielle (fréquence cardiaque : 60 à 120 battements / min soit 1 à 2 Hz). Les harmoniques la courbe de PA est une onde périodique complexe constituée de plusieurs sinusoïdes simples de fréquences variées. La fréquence de la courbe de pression est la fréquence fondamentale (fréquence cardiaque), les harmoniques ont des fréquences multiples de la fondamentale. Six à dix harmoniques sont souvent nécessaires pour reproduire la plupart des courbes de pression artérielle. La mesure précise de la pression artérielle requiert une réponse dynamique du système de mesure de 12 à 15 Hz. Plus la fréquence cardiaque est rapide et plus la montée en pression est abrupte, plus la fréquence propre du système de mesure doit être élevée. Le coefficient damortissement 10/11/201311LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

12 Description du matériel Le coefficient damortissement : Si la fréquence propre du système de mesure est trop basse, les harmoniques de haute fréquence de la pression artérielle peuvent provoquer sa résonance qui se traduit par des artefacts et une surestimation de la pression systolique. Le système de mesure doit avoir une fréquence propre assez élevée mais également un coefficient damortissement adéquat. Un amortissement exagéré diminue lamplitude de la courbe et sous-estime la pression artérielle. Londe dicrote nest plus visible 10/11/201312LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

13 Description du matériel Analogie entre un ressort et le capteur de pression. Lamplitude des oscillations du ressort dépend de la masse appliquée et de lamortissement du piston immergé dans lhuile qui freine le mouvement. La réponse du capteur dépend de la masse de liquide quil contient, de sa fréquence propre doscillation et de lamortissement du système. 10/11/201313LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Rebond Masse Constante du ressort Amortisseur Pression artérielle Masse de liquide Compliance des tubulures Friction des fluides Tube et capteur

14 Description du matériel 10/11/201314LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Nous apercevons dans la figure ci-dessous que si la fréquence propre du système de mesure est trop basse, les harmoniques de haute fréquence de la pression artérielle peuvent provoquer sa résonance qui se traduit par des artéfacts et une surestimation de la pression systolique. Sur cette figure, les courbes de pression sont insuffisamment amorties avec surestimation de la pression systolique (166/56 81 vs PNI 126/63 84) et les artéfacts gênent le dépistage de londe dicrote.

15 Description du matériel 10/11/201315LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

16 Description du matériel 10/11/201316LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Problèmes damortissement : Le système de mesure doit avoir une fréquence propre assez élevée mais également un coefficient damortissement adéquat. Un amortissement exagéré diminue lamplitude de la courbe et sous estime la pression artérielle. Nous voyons que dans la figure ci-après la courbe A trop amortie sous-estime la pression systolique, par rapport à la courbe B. Par contre lenregistrement ne montre pas de modification de la pression moyenne. Pression moyenne

17 Description du matériel La plupart des systèmes de mesure ont un faible coefficient damortissement. Si la fréquence propre du système est assez élevée, autour de 20 Hz, la valeur du coefficient damortissement aura moins dinfluence sur la courbe de pression. De A à C, la fréquence propre du système de mesure est de 10 Hz, et avec un coefficient damortissement de 0,1 (A), la courbe a des artefacts et la pression systolique est surestimée. Laugmentation de lamortissement améliore laspect de la courbe qui est optimal en C (D = 0,4). En D, lamortissement est trop important. En E, la fréquence propre élevée du système nécessite un coefficient damortissement plus faible (0,1) pour obtenir un résultat identique à C ( 0,4). 10/11/201317LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

18 Description du matériel Pour obtenir la fréquence propre du système la plus élevée possible, il faut que le volume de liquide quil contient soit le plus faible possible et que sa compliance soit très basse. Donc, il faut que la tubulure qui relie le capteur à lartère soit la plus courte possible et soit constituée dun tuyau rigide. Un amortissement excessif des courbes peut être causé par la présence de bulles dair ou de micro caillots dans le système de mesure. Il faut rincer le système avant de le relier au cathéter et pratiquer des « flush » régulièrement en cours de mesure. Pour limiter la présence de bulles et de caillots, le nombre de robinets à trois voies doit être limité. Après chaque prélèvement sanguin, le robinet doit être rincé pour éviter la constitution de caillots. Enfin, le système de mesure doit être utilisé tel quil est fourni, sans ajouter ni robinets ni raccords. 10/11/201318LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

19 Détermination des caractéristiques du système de mesure : Détermination des caractéristiques du système de mesure : Les systèmes de mesure sont testés en laboratoire, mais le clinicien a la possibilité de vérifier leurs performances, en particulier avant de faire un choix et de passer un marché. Lorsque le système est en fonction, il suffit denregistrer sur papier les artefacts suivant des manœuvres de flush successives. La distance entre deux accidents successifs permet de calculer la fréquence propre du système. Ainsi, dans la figure, la distance de 1,7 mm à une vitesse denregistrement de 25 mm/s correspond à 1/1,7 x25 = 14,7 Hz. Le rapport damplitude entre deux accidents successifs permet de déterminer le coefficient damortissement du système. Plus le rapport damplitude est faible, plus élevé est ce coefficient (figure ). Les mesures peuvent être répétées afin de calculer des valeurs moyennes. Pour quun système de mesure soit acceptable, il faut que sa fréquence propre soit comprise entre 12 et 25 Hz et son coefficient damortissement entre 0,1 et 0,45. Une fréquence propre inférieur à 7,5 Hz est inacceptable. 10/11/201319LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

20 Description du matériel Autres problèmes pratiques : En dehors des problèmes intrinsèques liés au système comme la fréquence et lamortissement, les points suivants devront être systématiquement vérifiés : - Une perfusion sous pression doit être reliée à la tête de pression pour permettre une perfusion continue et des purges du système. Ce système devra avoir une pression de perfusion largement supérieure à la pression artérielle de la personne (entre 200 et 300 mm Hg) pour éviter damortir le signal artériel par « perte de charge » - le capteur qui sera placé au niveau de la ligne axillaire (au niveau du cœur) - le capteur de pression sera correctement encliqueté sur son support - les robinets seront vérifiés pour éviter un clampage de la ligne 10/11/201320LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

21 Ponction de lartère 1-Technique. Asepsie chirurgicale (bonnet, masque, gants, et champ stérile).Asepsie chirurgicale (bonnet, masque, gants, et champ stérile). Désinfection du site de ponction (chlorhexidine ou de la polyvidone iodée).Désinfection du site de ponction (chlorhexidine ou de la polyvidone iodée). Chez patient éveillé, anesthésie locale qui inclut les zones de fixation du cathéter.Chez patient éveillé, anesthésie locale qui inclut les zones de fixation du cathéter. La canulation d'un vaisseau profond est facilitée par l'utilisation de la technique de Seldinger.La canulation d'un vaisseau profond est facilitée par l'utilisation de la technique de Seldinger. Toute résistance à son introduction doit faire interrompre la manœuvre.Toute résistance à son introduction doit faire interrompre la manœuvre. Le cathéter doit être fixé soigneusement à la peau.Le cathéter doit être fixé soigneusement à la peau. Pansement sec et transparent.Pansement sec et transparent. 10/11/201321LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

22 Ponction de lartère 2-Localisation. Artère radiale. Artère radiale. Site privilégié.Site privilégié. Artère superficielle.Artère superficielle. Sans nerfs à proximité immédiate.Sans nerfs à proximité immédiate. Facilement accessible en salle d'opération.Facilement accessible en salle d'opération. Réseau vasculaire collatéral.Réseau vasculaire collatéral. Pratique du test d'Allen évaluant la présence et l'état du réseau collatéral est recommandée (peut être potentialisé par l'utilisation de l'oxymétrie pulsée).Pratique du test d'Allen évaluant la présence et l'état du réseau collatéral est recommandée (peut être potentialisé par l'utilisation de l'oxymétrie pulsée). Utilisation de la main non dominante est préférable.Utilisation de la main non dominante est préférable. 10/11/201322LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

23 Ponction de lartère 10/11/201323LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

24 Ponction de lartère 10/11/201324LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

25 Ponction de lartère Artère fémorale. Artère fémorale. Site important du cathétérisme artériel.Site important du cathétérisme artériel. Privilégiée dans les conditions d'urgence.Privilégiée dans les conditions d'urgence. Le diamètre en facilite la ponction malgré sa situation plus profonde.Le diamètre en facilite la ponction malgré sa situation plus profonde. L'accessibilité limitée en per-opératoire.L'accessibilité limitée en per-opératoire. Les risques de coudure et de déconnection.Les risques de coudure et de déconnection. La ponction sur du matériel prothétique est à proscrire.La ponction sur du matériel prothétique est à proscrire. 10/11/201325LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

26 Artère axillaire. Artère axillaire. Utilisée lors des artériopathies des membres supérieurs ou inférieurs ou lorsque l'artère fémorale n'est pas accessible.Utilisée lors des artériopathies des membres supérieurs ou inférieurs ou lorsque l'artère fémorale n'est pas accessible. L'artère axillaire gauche doit être préférée.L'artère axillaire gauche doit être préférée. Ponction est aisée car il s'agit d'une artère superficielle.Ponction est aisée car il s'agit d'une artère superficielle. Réseau collatéral de suppléance.Réseau collatéral de suppléance. 10/11/201326LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Ponction de lartère

27 Artère pédieuse. Artère pédieuse. Artère superficielle avec un réseau vasculaire collatéral qui en fait un site de cathétérisme sûr.Artère superficielle avec un réseau vasculaire collatéral qui en fait un site de cathétérisme sûr. N'est pas repérable dans 20 % des cas.N'est pas repérable dans 20 % des cas. Peu accessible en per-opératoire.Peu accessible en per-opératoire. 10/11/201327LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

28 Ponction de lartère Artère humérale. Artère humérale. Proscrite en raison de l'absence de réseau de suppléance.Proscrite en raison de l'absence de réseau de suppléance. Risque de lésions nerveuses.Risque de lésions nerveuses. 10/11/201328LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

29 Mesure de la pression artérielle 1-Le zéro de référence. Représenté par l'oreillette droite.Représenté par l'oreillette droite. En décubitus dorsal, les plus courants sont la ligne axillaire moyenne et un point situé à 5 cm en dessous de l'angle de Louis.En décubitus dorsal, les plus courants sont la ligne axillaire moyenne et un point situé à 5 cm en dessous de l'angle de Louis. En décubitus latéral, le point de référence est le sternum.En décubitus latéral, le point de référence est le sternum. En hémodynamique cérébrale, est représenté par le conduit auditif externe.En hémodynamique cérébrale, est représenté par le conduit auditif externe. 10/11/201329LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

30 Mesure de la pression artérielle 2-Positionnement du capteur. Solidaire de la table d'opération.Solidaire de la table d'opération. L'interface air/eau représente le zéro.L'interface air/eau représente le zéro. Le robinet à trois voies doit être situé le plus près possible de la tête de pression.Le robinet à trois voies doit être situé le plus près possible de la tête de pression. 3-Signification des valeurs. Phénomène oscillant qui comporte deux composantes principales: une composante moyenne (PAM mmHg) autour de laquelle oscille une composante pulsée. La PAS ( mmHg) et la PAD (40-90 mmHg) ne sont que des points particuliers de la courbe. 10/11/201330LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

31 Mesure de la pression artérielle La PAM est la valeur de pression nécessaire pour assurer le débit de perfusion (mesurée directement par le moniteur). L'erreur de mesure sur la PAM n'excède généralement pas 2 %. La PAM est en pratique le paramètre essentiel du monitorage de la pression artérielle.La PAM est la valeur de pression nécessaire pour assurer le débit de perfusion (mesurée directement par le moniteur). L'erreur de mesure sur la PAM n'excède généralement pas 2 %. La PAM est en pratique le paramètre essentiel du monitorage de la pression artérielle. L'affichage de la courbe doit être permanent pour une validation visuelle immédiate, en dehors des valeurs numériques calculées et affichées par le moniteur.L'affichage de la courbe doit être permanent pour une validation visuelle immédiate, en dehors des valeurs numériques calculées et affichées par le moniteur. 10/11/201331LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

32 Mesure de la pression artérielle 10/11/201332LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo montée de pression systolique 2. pic de pression systolique 3. décroissance systolique 4. onde dicrote (qui correspond à la fermeture des sigmoïdes aortiques) 5. décroissance diastolique 6. pression télé diastolique Interprétation des courbes de pression : La courbe de pression normale est décalée de 120 à 180 ms par rapport à londe R de lECG.

33 Mesure de la pression artérielle La pression moyenne est égale à la surface sous la courbe de pression (moyenne sur plusieurs battements consécutifs). La morphologie des courbes de pression varie en fonction du lieu de mesure. Par rapport à la courbe aortique, la courbe périphérique est caractérisée par une pression systolique un peu plus élevée et une diastolique plus basse et un retard de londe dicrote. La courbe de pression est également différente en fonction de lâge. Chez le sujet âgé dont les artères sont plus rigides, le pic systolique est plus élevé et retardé, et londe diastolique est diminuée. jeune âgé 10/11/201333LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

34 Mesure de la pression artérielle Les effets de lâge : compliance artérielle compliance artérielle vitesse de propagation de londe de pouls vitesse de propagation de londe de pouls Pas -> PP Pas -> PP post charge VG post charge VG débit cardiaque débit cardiaque PA systolique surestime le débit cardiaque 10/11/201334LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

35 Mesure de la pression artérielle Augmentation de la PAs PAm non influencée par le site de mesure = 85 mmHg 10/11/201335LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Effets du site de mesure

36 Mesure de la pression artérielle 10/11/201336LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Aorte proximale Artère fémorale Artère radiale Artériole Capillaire

37 Mesure de la pression artérielle 10/11/201337LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Dautres modifications de la courbe de pression artérielle sont observées dans différentes situations pathologiques. Ainsi, dans le rétrécissement aortique, la croissance systolique est ralentie et le pic systolique est retardé, londe dicrote peut manquer, la courbe de pression donne lapparence dun amortissement excessif. Dans linsuffisance aortique, la montée en pression est rapide, la diastolique est basse et il peut y avoir deux pics systoliques… Pouls alternant (dysfonction systolique sévère du VG. Pouls paradoxal : baisse de la pression contemporaine de linspiration en ventilation spontanée – tamponnade – dyspnée par bronchospasme… Variations de pression liées à la ventilation contrôlée

38 Surveillance 1-Pansement. Quotidien systématique n'est pas utile.Quotidien systématique n'est pas utile. Doit être renouvelé dans des conditions d'asepsie chirurgicale.Doit être renouvelé dans des conditions d'asepsie chirurgicale. Au moins tous les 4 jours (par application de chlorhexidine ou de polyvidone iodée).Au moins tous les 4 jours (par application de chlorhexidine ou de polyvidone iodée). La manipulation des sites de prélèvements s'effectue avec des compresses imbibées de chlorhexidine ou de polyvidone iodée, après lavage des mains (gants) conformément aux recommandations de prévention des infections nosocomiales.La manipulation des sites de prélèvements s'effectue avec des compresses imbibées de chlorhexidine ou de polyvidone iodée, après lavage des mains (gants) conformément aux recommandations de prévention des infections nosocomiales. 10/11/201338LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

39 Surveillance 2-Changement du cathéter. Mêmes recommandations que pour les cathéters veineux centraux.Mêmes recommandations que pour les cathéters veineux centraux. En l'absence de signes locaux d'infection ou de complications, il n'y a pas d'argument pour le changement systématique des cathéters artériels.En l'absence de signes locaux d'infection ou de complications, il n'y a pas d'argument pour le changement systématique des cathéters artériels. En cas de doute sur une infection, le changement de cathéter peut s'effectuer sur guide.En cas de doute sur une infection, le changement de cathéter peut s'effectuer sur guide. Le changement de site du cathéter et de la ligne artérielle est obligatoire en cas d'infection locale évidente ou confirmée par la bactériologie et en cas de complication ischémique locale.Le changement de site du cathéter et de la ligne artérielle est obligatoire en cas d'infection locale évidente ou confirmée par la bactériologie et en cas de complication ischémique locale. Une asepsie chirurgicale est obligatoire pour toutes ces manœuvres.Une asepsie chirurgicale est obligatoire pour toutes ces manœuvres. 10/11/201339LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

40 Surveillance 3-Ablation du cathéter. Réalisée dans des conditions d'asepsie chirurgicale.Réalisée dans des conditions d'asepsie chirurgicale. Vérifier l'intégrité du cathéter.Vérifier l'intégrité du cathéter. Compression manuelle est indispensable pendant 5 à 10 minutes.Compression manuelle est indispensable pendant 5 à 10 minutes. Compression plus prolongée peut être nécessaire en cas de troubles de l'hémostase et de cathétérisme de l'artère fémorale.Compression plus prolongée peut être nécessaire en cas de troubles de l'hémostase et de cathétérisme de l'artère fémorale. Pansement compressif maintenu quelques heures.Pansement compressif maintenu quelques heures. 10/11/201340LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

41 Surveillance 10/11/201341LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

42 La première concerne les cas où la fiabilité de la mesure non invasive est sujette à caution : dans sa précision, en cas d'hypovolémie ou lors d'hypo- ou d'hypertensions artérielles extrêmes. dans sa précision, en cas d'hypovolémie ou lors d'hypo- ou d'hypertensions artérielles extrêmes. dans sa rapidité, lors de variations brutales de la pression artérielle dans sa rapidité, lors de variations brutales de la pression artérielle La seconde est la nécessité d'effectuer des prélèvements sanguins itératifs. La seconde est la nécessité d'effectuer des prélèvements sanguins itératifs. 10/11/201342LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Indications et intérêts

43 1-En anesthésie. INDISPENSABLE pour: La chirurgie cardiaque avec circulation extracorporelle.La chirurgie cardiaque avec circulation extracorporelle. La chirurgie du phéochromocytome.La chirurgie du phéochromocytome. La neurochirurgie intracrânienne surtout si elle nécessite une hypotension contrôlée profonde.La neurochirurgie intracrânienne surtout si elle nécessite une hypotension contrôlée profonde. Les transplantations hépatique ou pulmonaire.Les transplantations hépatique ou pulmonaire. RECOMMANDE pour: Toute chirurgie comportant des variations brutales et/ou importantes de la volémie (la chirurgie vasculaire lourde avec clampage aortique ou la chirurgie très hémorragique orthopédie lourde, carcinologie abdominale ou thoracique, etc...).Toute chirurgie comportant des variations brutales et/ou importantes de la volémie (la chirurgie vasculaire lourde avec clampage aortique ou la chirurgie très hémorragique orthopédie lourde, carcinologie abdominale ou thoracique, etc...). Chez les patients dont le terrain cardiovasculaire impose un contrôle péri- opératoire précis de la pression artérielle même si l'acte chirurgical ne justifie pas à lui seul ce type de monitorage (insuffisance coronarienne ou hypertension artérielle sévères, insuffisance cardiaque évoluée).Chez les patients dont le terrain cardiovasculaire impose un contrôle péri- opératoire précis de la pression artérielle même si l'acte chirurgical ne justifie pas à lui seul ce type de monitorage (insuffisance coronarienne ou hypertension artérielle sévères, insuffisance cardiaque évoluée). 10/11/201343LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Indications et intérêts

44 2-En réanimation. Recommandé chez les malades instables sur le plan hémodynamique et/ou recevant des catécholamines.Recommandé chez les malades instables sur le plan hémodynamique et/ou recevant des catécholamines. Les pathologies pour lesquelles des prélèvements sanguins itératifs sont effectués.Les pathologies pour lesquelles des prélèvements sanguins itératifs sont effectués. 3-Urgences médico-chirurgicales. Chez les malades instables sur le plan hémodynamique (polytraumatisme, hémorragie aiguë, sepsis grave) ou en neurotraumatologie.Chez les malades instables sur le plan hémodynamique (polytraumatisme, hémorragie aiguë, sepsis grave) ou en neurotraumatologie. 10/11/201344LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Indications et intérêts

45 La variabilité respiratoire de la pression pulsée artérielle en ventilation contrôlée : delta PP Le delta PP est la mesure de la variation respiratoire de la pression pulsée sur un cycle respiratoire ; cest un indicateur dynamique prédictif daugmentation du débit cardiaque par remplissage vasculaire. La procédure nécessite des précautions techniques: KT art. KT art. Monitorage de la PA à grande échelle et déroulement lent Monitorage de la PA à grande échelle et déroulement lent Contrôle de lamortissement optimal de la ligne artérielle après rinçage rapide par la présence de 2 oscillations post-rinçages. Contrôle de lamortissement optimal de la ligne artérielle après rinçage rapide par la présence de 2 oscillations post-rinçages. Ventilation contrôlée et patient adapté ( pas de cycle spontané). Ventilation contrôlée et patient adapté ( pas de cycle spontané). Volume courant > 8 ml /kg Volume courant > 8 ml /kg Rythme cardiaque régulier sinusal Rythme cardiaque régulier sinusal Détermination sur un cycle respi. de la Pression Pulsée maximale (PP max) et minimale (PP min), calcul du delta PP par la formule: Détermination sur un cycle respi. de la Pression Pulsée maximale (PP max) et minimale (PP min), calcul du delta PP par la formule: Delta PP = (PPmax – PP min)/ ((PP max + PP min) / 2) Delta PP = (PPmax – PP min)/ ((PP max + PP min) / 2) Si le delta PP est > 13 % il peut traduire une hypovolémie (ex dans le choc septique) et le remplissage vasculaire rapide (500 ml en 30 minutes) augmente de plus de 15 % le débit cardiaque ou il peut traduire une insuffisance cardiaque droite ou gauche. 10/11/201345LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

46 Indications et intérêts 10/11/201346LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo PA pulsée = PAs - PAd Dépend de Volume déjection systolique du VGRigidité artérielle

47 Indications et intérêts 10/11/201347LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Delta PP = PPmax-PPmin (PPmax + PPmin)/2 > 13% VES + 15% Michard F et coll. Am J Respir Crit Care Med 2000,162:134

48 Indications et intérêts 10/11/201348LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo VPS Delta up Delta down Ligne de référence pp = (PPmax-PPmin) / [(PPmax + PPmin) / 2] × 100

49 Indications et intérêts 10/11/201349LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo Coyle et coll. Anesthesiology 1983,59:A53 Perel et coll. Anesthesiology 1987, 67:498 Tavernier et coll. Anesthesiology 1998,89:1313 Delta down >5mmHg VES + 15% Réf. (pause exp.) 3 phénomènes principaux expliquent loscillation : Oscillation péri-aortique Aide à léjection VG (delta-up) Précharge-dépendance (delta-down)

50 Incidents et accidents 1-Thrombose artérielle. Le plus fréquent (20 à 50% des cas).Le plus fréquent (20 à 50% des cas). Favorisé par: -Le temps d'exposition du KT. -Le bas débit cardiaque. -Le diamètre de l'artère. -L'usage de catécholamines. -L'absence d'héparine dans le circuit. 10/11/201350LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

51 Incidents et accidents 2-Infection sur cathéter. Deuxième complication grave.Deuxième complication grave. Points de départPoints de départ -Le site d'insertion du KT. -La manipulation des lignes. -La contamination par voie hématogène. -La contamination du liquide injecté (rare). 10/11/201351LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

52 Incidents et accidents 3-Embolies cruoriques ou gazeuses. Pour les éviter, limiter le volume de la purge à 2-3 ml. Ce volume est le même pour les purges systématiques.Pour les éviter, limiter le volume de la purge à 2-3 ml. Ce volume est le même pour les purges systématiques. 4-Fistules artérioveineuses, anévrysmes, et dissections artérielles. Accidents rares.Accidents rares. 10/11/201352LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

53 Incidents et accidents 5-Injections accidentelles dans le cathéter artériel. Prévenues par une identification claire de la ligne artérielle.Prévenues par une identification claire de la ligne artérielle. 6-Migration du cathéter. 7-Hématome au point de ponction. L'incidence est de l'ordre de 10 %.L'incidence est de l'ordre de 10 %. Maîtrisé par une compression plus ou moins prolongée.Maîtrisé par une compression plus ou moins prolongée. Peut favoriser la survenue d'une thrombose artérielle ou d'une infection du cathéter.Peut favoriser la survenue d'une thrombose artérielle ou d'une infection du cathéter. 10/11/201353LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

54 Conclusion La mesure non invasive de la pression artérielle donne des résultats équivalents à la mesure directe lorsque ses valeurs sont normales et à condition de respecter les impératifs techniques de la mesure.La mesure non invasive de la pression artérielle donne des résultats équivalents à la mesure directe lorsque ses valeurs sont normales et à condition de respecter les impératifs techniques de la mesure. La mesure directe simpose lorsque la détermination doit être continue ou que des prélèvements sanguins répétés sont nécessaires. La mesure directe simpose lorsque la détermination doit être continue ou que des prélèvements sanguins répétés sont nécessaires. La mesure directe est fiable quelque soit le niveau de pression à condition que la réponse dynamique du système de mesure soit correcte. La mesure directe est fiable quelque soit le niveau de pression à condition que la réponse dynamique du système de mesure soit correcte. La mesure clinique de la réponse dynamique du système de mesure est simple et permet de tester et de comparer les matériels proposés.La mesure clinique de la réponse dynamique du système de mesure est simple et permet de tester et de comparer les matériels proposés. Lanalyse des courbes de pression permet de dépister certaines pathologies et surtout de dépister lhypo volémie par la mesure du Δ down.Lanalyse des courbes de pression permet de dépister certaines pathologies et surtout de dépister lhypo volémie par la mesure du Δ down. Extrêmement utilisée en anesthésie et réanimation.Extrêmement utilisée en anesthésie et réanimation. Indiquée dans les états hémodynamiques, neurologiques et respiratoires instables.Indiquée dans les états hémodynamiques, neurologiques et respiratoires instables. Permet à l'IADE de suivre en permanence l'évolution hémodynamique du patient et éventuellement de gérer d'autres fonctions dans le même temps sans aucune négligence.Permet à l'IADE de suivre en permanence l'évolution hémodynamique du patient et éventuellement de gérer d'autres fonctions dans le même temps sans aucune négligence. 10/11/201354LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo

55 10/11/201355LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo


Télécharger ppt "La pression artérielle sanglante 10/11/2013LEFEBVRE Stéphane Ecole IADE REIMS Promo 2007-20091."

Présentations similaires


Annonces Google