La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA MÉMOIRE ET LE SOMMEIL DES SÉNIORS la semaine bleue conférence Ville de Puteaux Dr Odile CHAMPART-CURIE GERIATRE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA MÉMOIRE ET LE SOMMEIL DES SÉNIORS la semaine bleue conférence Ville de Puteaux Dr Odile CHAMPART-CURIE GERIATRE."— Transcription de la présentation:

1 LA MÉMOIRE ET LE SOMMEIL DES SÉNIORS la semaine bleue conférence Ville de Puteaux Dr Odile CHAMPART-CURIE GERIATRE

2 QUEST-CE QUE LA MÉMOIRE? LOUBLI, LE SOUVENIR? La Mémoire - bibliothèque Les souvenirs- livres Encodage-classement : un code volontaire ou non Stockage : les rayonnages (période plus ou moins longue). Récupération où lon va chercher le souvenir-livre dans la mémoire - bibliothèque Les éléments qui facilitent la récupération sont : Le contexte situationnel ou émotionnel Le contenu émotionnel, sensoriels des souvenirs (rappel ou refoule- ment) Les capacités attentionnelles qui ont accompagné lencodage Loubli dun souvenir, dune information, dun rendez-vous : cest un défaut dencodage. Cest le lecteur qui ne trouve pas le livre quil est venu chercher. Vieillissement normal = défaut dencodage, défaut dattention Maladie de la mémoire = perte du stockage : « destruction dun livre »

3 ORGANISATION FONCTIONNELLE DE LA MÉMOIRE La mémoire sémantique Elle stocke nos connaissances culturelles, notre savoir, nos concepts issus de notre éducation, de notre génération et de notre niveau culturel. Cest une mémoire qui résiste aux années.

4 ORGANISATION FONCTIONNELLE DE LA MÉMOIRE La mémoire épisodique Elle est propre à chaque individu. Elle porte aussi bien sur les faits passés (mémoire biographique) ou récents (mémoire immédiate) Elle stocke les caractéristiques liées aux événements pour les retrouver. Le processus de rappel des événements est conscient. Cest la mémoire évaluée dans les tests avec 3 types de rappel : Rappel libre (évocation) Rappel indicé Rappel différé ou rappel de la reconnaissance Lindiçage doit normaliser les performances.

5 ORGANISATION FONCTIONNELLE DE LA MÉMOIRE La mémoire de travail ou attentionnelle Pendant un temps court (moins de trois minutes) on manipule une information à mémoriser. Elle nécessite de lattention. Elle est très sensible au vieillissement et à toutes situations où les capacités attentionnelles sont diminuées.

6 ORGANISATION FONCTIONNELLE DE LA MÉMOIRE La mémoire procédurale ou implicite Elle correspond à lacquisition dhabilité de façon automatique: on apprend à faire du vélo de façon consciente mais sans savoir comment. Par la répétition de la tâche. De nouvelles acquisitions sont possibles très tard. Cest une mémoire très solide.

7 ORGANISATION ANATOMIQUE DE LA MÉMOIRE Réseau de neurones : circuit de Papez dans le cortex et le sous-cortex Lhippocampe : partie interne du lobe temporal, centre fondamental de la mémoire Lacétylcholine : la molécule chimique la plus impliquée dans le bon fonctionnement de la mémoire.

8 LES PLAINTES DE MÉMOIRE ET LE VIEILLISSEMENT PHYSIOLOGIQUE De limportance des ressources attentionnelles pour « avoir une bonne mémoire » Les difficultés attentionnelles sont de plus en plus fréquentes et importantes avec lâge. Double tâche Concentration Sensibilité aux interférences Difficultés à inhiber les habitudes

9 LES PLAINTES DE MÉMOIRE ET LE VIEILLISSEMENT PHYSIOLOGIQUE Quelques principes simples à connaître avant de se plaindre de sa mémoire. Certains ont dexcellentes capacités visuelles, dautres dexcellentes capacités verbales. Trois règles fondamentales : Ne jamais se comparer Ne pas oublier comment on a été Vérifier que les « trucs » sont adaptés Certaines plaintes sont physiologiques : loubli des noms propres.

10 LES PLAINTES DE MÉMOIRE ET LE VIEILLISSEMENT PHYSIOLOGIQUE Loubli des noms propres ne doit pas inquiéter. Cest une plainte « naturelle » observée à tout âge, saggravant avec le temps, avec une grande variabilité inter individuelle Difficile à apprendre et à retrouver car arbitraire et na pas de synonyme Contrairement aux mots communs : les noms propres sont « uniques » et doivent être appris tout au long de notre existence.

11 LES TROUBLES DE MÉMOIRE BENINS Ils sont transitoires. Le souvenir nest pas détruit, il est correctement stocké dans le cerveau mais la personne ny a pas accès (ralentissement des processus de récupération) Les trous de mémoire bénins ne concernent jamais les événements très importants Ils ne réduisent pas lautonomie de la personne Ils sont fréquents à partir de 50 ans. A 65 ans : 65% des personnes éprouvent une gêne 18% dentre elles consultent pour ce motif 5% dentre elles ont une maladie dAlzheimer

12 QUELLE EN EST LA CAUSE? Lâge: ralentissement des processus intellectuels, de lélaboration de la pensée nécessité de fournir un effort plus important en cas de mémorisation facultés attentionnelles amoindries ralentissement des processus de récupération Certains médicaments Attention aux somnifères! Certaines maladies: dépression, anxiété, apnée du sommeil, hypothyroïdie, diabète mal équilibré, maladie du cœur, des poumons… Des facteurs aggravants: lisolement, la sédentarité, la dénutrition

13 QUE CONVIENT-IL DE FAIRE? En parler à son médecin traitant. Celui-ci doit rassurer, réaliser sil le juge nécessaire des examens complémentaires, proposer daméliorer lhygiène de vie, stimuler les fonctions cognitives, proposer des traitements. Surveiller lévolution, très lente, parfois fluctuante, et toujours non invalidante La vraie question: sagit-il dune maladie de la mémoire débutante?

14 Y A-T-IL DES EXAMENS A FAIRE? Un bilan neuropsychologique En consultation de mémoire spécialisée, environ 2 heures, teste les différents types de mémoires (verbal, visuel) et les différents systèmes (épisodique, sémantique, attentionnel), les différents rappels, les autres fonctions cognitives: le langage, le raisonnement, les fonctions exécutives Consultation avec un neurologue, gériatre, ou psychiatre Bilan biologique IRM cérébrale ou scanner

15 Y A-T-IL DES TRAITEMENTS ? Extrait du Gingko biloba Les OMEGA 3 et 6 Lutte contre lHTA Lutte contre le cholestérol, le diabète, le Syndrome dapnées du sommeil (SAS)… Traitement de lanxiété et de la dépression Les médicaments de la maladie dAlzheimer ? Non si les trous de mémoire sont bénins Attention : certains médicaments peuvent aggraver les trous de mémoireUn suivi par un psychiatre, une psychothérapie? Retrouver la confiance en soi Les ateliers mémoires: dautant plus intéressant si la personne vit seule

16 PEUT-ON AMELIORER SA MÉMOIRE? Une bonne hygiène de vie améliore le fonctionnement cognitif et en particulier les ressources attentionnelles et donc la mémoire. LE SOMMEIL: LE SOMMEIL: les troubles du sommeil sont souvent dus à: Des mauvaises habitudes, boissons excitantes, activités Des mauvaises habitudes, boissons excitantes, activités sportives tardives, mauvaise connaissance de la physiologie du sommeil. Des causes psychologiques: stress, Des causes psychologiques: stress, Anxiété, la dépression Des causes médicales: apnée du Des causes médicales: apnée du sommeil, HTA, SJSR; des médicaments

17 LE SOMMEIL, LÂGE ET LA MEMOIRE L e sommeil se modifie avec lâge: La durée varie peu et les cycles sont de 90 mn La qualité se modifie: plus de sommeil léger, éveils intra-sommeil plus fréquents et plus longs, perte des capacités de régulation thermique. La rythmicité se modifie: sommeil poly-phasique avec réveil et endormissement plus précoces, et besoin dune sieste. rôles de la lumière et des activités physiques: modification du système de régulation de nos horloges internes; diminution de lexposition à la lumière qui donne un signal fondamental sur le rythme circadien; diminution des activités physiques Des troubles plus fréquents avec le vieillissement. Un sommeil décalé plus tôt avec un endormissement vers 21h et un réveil très matinal et définitif (ne pas méconnaître une dépression) Un sommeil plus agité

18 LE SOMMEIL, LÂGE ET LA MEMOIRE Linsomnie: des causes à éliminer Difficultés dendormissement, de maintien de sommeil, sensation de sommeil non récupérateur Fréquent: 40% des plus de 75 ans chronique apparaissant avec lâge. Répercussions diurnes avec baisse de la vigilance, fatigue, irritabilité troubles de lattention Les causes: modification des habitudes, douleurs ou toux nocturne, certaines maladies, certains médicaments, une dépression, anxiété En parler à votre médecin qui peut proposer un enregistrement du sommeil

19 LE SOMMEIL, LÂGE ET LA MEMOIRE Le ronflement et les apnées du sommeil augmentent avec lâge Associé à des pauses respiratoires Somnolence diurne, céphalées, lever pour uriner, HTA Conseils pour tout ronfleur: Soyez attentif à votre poids Veillez à ne pas consommer lalcool et à éviter les repas copieux le soir Évitez les somnifères contre-indiqués dans ce cas

20 LE SOMMEIL, LÂGE ET LA MEMOIRE Pour favoriser un bon sommeil: Maintenir des activités régulières Lever à des horaires réguliers Activités physiques dès le matin Repas à heures régulières Sexposer à la lumière Lumière naturelle de matin Sorties dans la journée si possible (au minimum 20 mn de marche) Une chambre tempérée (< 18°) Lit confortable réservé au sommeil Des repas légers le soir avec sucres lents Éviter les excitants: café, thé, chocolat, alcool Réévaluer les médicaments.

21 PEUT-ON AMELIORER SA MÉMOIRE? Le stress et lanxiété Le stress et lanxiété Ils sont très délétères sur lattention. Élément contextuel passager nécessitant une réassurance Problème chronique nécessitant une prise en soin à discuter avec son médecin (médicament, Psychothérapie ou méthode de relaxation Sophrologie, yoga…

22 PEUT-ON AMELIORER SA MÉMOIRE? AGE ET NUTRITION. AGE ET NUTRITION. Bien salimenter est un élément clé du vieillissement réussi. Nutrition et état de santé sont liés. Les besoins nutritionnels de base: 36 kcal/kg/j Le vieillissement entraîne des modifications des différents organes impliqués dans lalimentation et des conditions physiques, socioéconomiques. Ne pas négliger les problèmes bucco-dentaires La sensation de satiété, lappétit diminuent Les besoins augmentent en situation pathologique Les apports sont vite insuffisants.

23 AGE NUTRITION ET MEMOIRE Quelques conseils diététiques: Les besoins énergétiques ne varient pas avec lâge : 36 Kcal/kg/j Pas de régime à partir de 70 ans Lexcès de poids doit être combattu avec prudence: le régime doit être temporaire (avant une intervention par ex.) Les régimes restrictifs doivent restés exceptionnels et pertinents. (le régime sans sel, pauvre en cholestérol, antidiabétique) Les repas doivent être fréquents, fractionnés, lalimentation variée (60 g de protéines par jour) Ne pas hésiter à augmenter les apports nutritionnels, par des compléments alimentaires, les substituts de repas hyperprotéiniques

24 AGE NUTRITION ET MEMOIRE Le cerveau est lorgane qui dépend le plus dun apport adéquat en nutriments et qui régule lui-même la majeur partie des apports alimentaires. Tous les nutriments sont utiles au cerveau: Le glucose est indispensable au métabolisme cérébral et linsuline a des effets directs sur la plasticité synaptique (apprentissage). les AA participent à la synthèse des neuro-médiateurs, les AG ont des propriétés anti-inflammatoires, anti- thrombotiques et ont un effet spécifique sur les fonctions neuronales. Les vitamines sont nécessaires à de nombreuses fonctions.

25 AGE NUTRITION ET MEMOIRE Pensez à la dénutrition Le vieillissement ne favorise en rien la dénutrition mais les conditions associées la rendent plus fréquente. Les apports en protéines et en calories sont insuffisants soit par perte dappétit, soit par augmentation des besoins de lorganisme en situation pathologique.. Ces conséquences peuvent être graves: diminution des défenses immunitaires, fonte musculaire, perte osseuse, chute, les carences vitamiques Les signes sont: la perte de poids, lalbuminémie basse, lasthénie. « Laliment est le premier médicament » Hippocrate, 400 AJC

26 PEUT-ON AMELIORER SA MÉMOIRE? La stimulation mnésique et attentionnelle Notre mémoire ne suse que si nous ne nous en servons pas…....mais on ne peut pas « muscler » ses capacités de mémoire. Lentraînement de sa mémoire doit être source de plaisir, distraction, stimulation positive. Quelques conseils simples: prendre des notes sur un agenda et le consulter tous les jours faire des listes pour ses courses mettre en place des stratégies simples qui concernent les 3 étapes de la mémoire.

27 PEUT-ON AMELIORER SA MÉMOIRE? Les ressources attentionnelles: apprendre à faire une chose à la fois vérifier après une action non prévue ce que lon était entrain de faire développer des techniques simples de relaxation apprendre à aller plus doucement organiser son temps résumer ce que lon vient de faire prendre des notes (bannir les post-it)

28 PEUT-ON AMELIORER SA MÉMOIRE? Lencodage: Cest le temps le plus critique de la mémorisation, doù limportance davoir des stratégies qui le renforce. Se servir du contexte Avoir des repères, des indices Se créer une image mentale Se servir dassociation Chercher un lien logique Ce sont souvent des trucs personnels

29 PEUT-ON AMELIORER SA MÉMOIRE? La récupération Cest le temps de la restitution où on doit saider des moyens utiliser pour lencodage En cherchant les indices Se rappeler le contexte de linformation Chercher les détails « satellite » du souvenir Un bon conseil: laisser tomber quand ça ne vient pas! La réponse vient souvent sans sy attendre.

30 PEUT-ON AMELIORER SA MÉMOIRE? Les jeux de mémoires


Télécharger ppt "LA MÉMOIRE ET LE SOMMEIL DES SÉNIORS la semaine bleue conférence Ville de Puteaux Dr Odile CHAMPART-CURIE GERIATRE."

Présentations similaires


Annonces Google